Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques





télécharger 1.73 Mb.
titrePolitique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques
page1/44
date de publication10.05.2017
taille1.73 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   44



Louis FOURNIER

Journaliste spécialisé dans le syndicalisme québécois
(1982)

F.L.Q.

Histoire d’un mouvement
clandestin


Un document produit en version numérique par Diane Brunet, bénévole,

Diane Brunet, bénévole, guide, Musée de La Pulperie, Chicoutimi

Courriel: Brunet_diane@hotmail.com
Dans le cadre de: "Les classiques des sciences sociales"

Une bibliothèque numérique fondée et dirigée par Jean-Marie Tremblay,

professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi
Site web: http://classiques.uqac.ca/
Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque

Paul-Émile-Boulet de l'Université du Québec à Chicoutimi

Site web: http://bibliotheque.uqac.ca/


Politique d'utilisation
de la bibliothèque des Classiques



Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, même avec la mention de leur provenance, sans l’autorisation formelle, écrite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue.
Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle:
- être hébergés (en fichier ou page web, en totalité ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques.

- servir de base de travail à un autre fichier modifié ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...),
Les fichiers (.html, .doc, .pdf, .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la propriété des Classiques des sciences sociales, un organisme à but non lucratif composé exclusivement de bénévoles.
Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelle et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation à des fins commerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est également strictement interdite.
L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission.
Jean-Marie Tremblay, sociologue

Fondateur et Président-directeur général,

LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

Cette édition électronique a été réalisée par Diane Brunet, bénévole, guide, Musée de La Pulperie, Chicoutimi à partir de :

Louis Fournier
F.L.Q. Histoire d’un mouvement clandestin.
Montréal : Éditions Québec/Amérique, 1982, 509 pp. Collection : Dossiers Documents.
[Autorisation formelle accordée par l’auteur le 30 novembre 2006 de diffuser cet article dans Les Classiques des sciences sociales.] Après vérification auprès de l’éditeur, celui-ci m’a confirmé n’avoir plus aucun droit sur l’œuvre.
Courriel : louisfournier60@yahoo.ca
Polices de caractères utilisée :
Pour le texte: Times New Roman, 12 points.

Pour les citations : Times New Roman, 12 points.

Pour les notes de bas de page : Times New Roman, 12 points.
Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2004 pour Macintosh.
Mise en page sur papier format : LETTRE (US letter), 8.5’’ x 11’’)
Édition numérique réalisée le 26 septembre 2010 à Chicoutimi, Ville de Saguenay, province de Québec, Canada.

Louis Fournier

Journaliste spécialisé dans le syndicalisme québécois
F.L.Q.

Histoire d’un mouvement clandestin.

Montréal : Éditions Québec/Amérique, 1982, 509 pp. Collection : Dossiers Documents.

Table des matières


Quatrième de couverture

En guise d'introduction
Première partie.

« Ce n'était qu'un début ... ».
Chapitre 1
Indépendance et révolution, 15. La Révolution tranquille, 16. Le R.I.N., 17. Indépendance et socialisme, 19. Les premiers graffiti, 20. Un automne chaud (1962), 22. L'Algérie, Cuba, le Vietnam, 24. Irlande (IRA) et Pays basque (ETA), 26.
Chapitre 2
Les origines du F.L.Q. : le Comité de libération nationale, 29. Le Réseau de résistance, 32. Les trois fondateurs du F.L.Q., 33. Le F.L.Q. passe à l'action (mars 1963), 35. « Gestes de désespoir ... », 37. La razzia du Vendredi saint, 39.
Chapitre 3
Le Manifeste d'avril, 43. Une première victime, 44. Les boîtes aux lettres de Westmount, 46. 23 arrestations, 47. Les premiers prisonniers politiques, 50. La filière française, 52.
Chapitre 4
Le F.L.Q. n'est pas mort.... 55. L'Armée de libération du Québec (A.L.Q.), 57. Le réseau de La Cognée, 58, Le « comité central », 62. Le groupe Parti Pris, 62. Un jeune homme de 17 ans : Jacques Lanctôt, 64. L.'A.L.Q. passe à l'action, 65.
Chapitre 5
L'Opération Casernes, 69. La Combined Antiterrorist Squad, 71. La fin de l'A.L.Q., 73. « Si possible sans fusil ni dynamite » (René Lévesque), 76. Le F.R.I. (Québec libre), 77. Les P.I.Q., 80. Un épisode dans la vie d’Hubert Aquin, 82.

Chapitre 6
L'Armée révolutionnaire du Québec, 85. Condamnés à mort, 88. Le F.L.Q. en Algérie, 90. Révolution québécoise (Vallières et Gagnon), 91. La guérilla urbaine : l'exemple des Tupamaros, 93. Le Samedi de la Matraque (octobre 1964), 95. Le Conseil de sécurité à Ottawa, 96. Projet de relance de l'A.L.Q., 97.
Chapitre 7
Le F.L.Q. et les Noirs américains (février 1965), 99. Un agent infiltré du FBI, 101. Égalité ou indépendance, violence ou indépendance, 103. Le projet « Revolt », 105. Les bombes d'un été chaud, 106. Le commando de La Macaza, 109. La Cognée adressée aux policiers, 111.
Deuxième partie.

« Nègres blancs d'Amérique »
Chapitre 8
Le réseau Vallières-Gagnon, 117. Le Mouvement de libération populaire, 118. Contacts avec La Cognée, 120. L'exemple de Che Guevara, 12-2. Élections fédérales 1965 : les trois « faucons », 124. Un nouveau F.L.Q. socialiste (1966), 125. Les bombes du printemps, 128. Le F.L.Q. en crise, 130.
Chapitre 9
La fin du réseau Vallières-Gagnon, 133. Vallières et Gagnon à l'O.N.U., 135. Le Comité Vallières-Gagnon, 137. La Cognée continue…, 139. Sécurité nationale, 141. Black Power et Black Panthers, 142. Violence ouvrière, 144.
Chapitre 10
Les bombes du Centenaire (1967), 147. « Vive le Québec libre », 148. René Lévesque : le M.S.A., 150. Réunion au sommet du Conseil de sécurité, 152. La « primauté de la lutte armée », 154. La Victoire, nouvel organe du F.L.Q., 157. La G.R.C. sur les campus, 159.
Chapitre 11
Nègres blancs d’Amérique (1968), 162. Un guet-apens de la G.R.C., 164. La polarisation Lévesque-Trudeau, 166. « Feu sur l'Amérique », 168. Le réseau Geoffroy, 171. La Saint-Jean 1968 : le Lundi de la Matraque, 174.
Chapitre 12
Projet d'enlèvements, 179. Une vague de bombes, 181. Le rapport McKenzie, 182. L'affaire Rossillon, 183. Le parti québécois, 185. Contestation étudiante, 186. La violence est dans l'air, 188. Bachand, Villeneuve, le F.L.Q. à Cuba, 191. Une prime, 193. L'infiltration policière : le cas d'un « chauffeur de taxi », 194. La Compagnie des Jeunes Canadiens : le cas de Claude Larivière, 196.
Troisième partie.

L'escalade
Chapitre 13
Escalade de la violence, 201. La bombe de la Bourse (février 1969), 202. L'arrestation de Pierre-Paul Geoffroy, 205. L'Opération McGill français, 208. Le F.L.P., le F.L.Q. et un document de Vallières, 211. L'Armée sur les campus, 214.
Chapitre 14
La relance du F.L.Q., 217. La Saint-Jean 1969, 219. Un plan antiterroriste, 221. La guérilla urbaine à l'échelle internationale, 222. Un 7 octobre explosif, 226. Une répétition d'octobre 1970, 228.
Chapitre 15
La bataille du bill 63, 231. Les manifestations interdites, 233. L'agitation venue de l'étranger.... 235. Le F.L.P. et sa « base rouge » de Saint-Henri, 237. L'espionnage des indépendantistes, 238. Le réseau Lanctôt-Rose du F.L.Q., 239.
Chapitre 16
Le « Petit Manuel » de Carlos Marighela, 243. Le F.L.Q. se prépare, 245. Charles Gagnon sort de prison, 247. Complot pour enlever le consul d'Israël, 249. Le coup de filet du 18 mars, 250. « L'amorce d'une plus grosse amorce », 252. Les élections du 29 avril 1970, 254. Le Comité du 5 mai et la Section « G », 256.
Chapitre 17
La relance du F.L.Q. : l'appui aux « gars de Lapalme », 259. Vallières sort de prison, 262. La filière Québec-USA, 263. Réseau de financement démantelé, 265. Un chalet à Prévost et un consul américain, 267. Un mystérieux informateur, 269. Une ferme « brûlée » à Sainte-Anne-de-la-Rochelle, 271. Bombe mortelle à Ottawa, 272.
Chapitre 18
La défense des prisonniers politiques : le M.D.P.P.Q., 275. Le F.R.A.P. entre en scène, 277. Quatre enlèvements des Tupamaros, 279. Selim et Salem. le F.L.Q. et les Palestiniens, 282. Vallières, Gagnon et les Partisans du Québec libre, 284.
Quatrième partie.

Les Événements d'octobre 1970
Chapitre 19
L'Opération Libération, 289. « Un grand coup ... », 292. Le kidnapping de James Cross, 295. Les exigences du F.L.Q., 297. Gagner du temps.... 299. La police se met en chasse, 300.
Chapitre 20
Le Manifeste du F.L.Q., 305. Indépendance et socialisme, 311. Le retour du groupe Rose, 312. La ligne dure à Ottawa, 314. L'enlèvement de Pierre Laporte, 316. « Décide de ma vie ou de ma mort ... », 318.
Chapitre 21
L'Armée et les mesures de guerre, 323. Les suspects identifiés, 325. La confection des listes, 326. La « Déclaration des Quinze  » et le « gouvernement provisoire », 329. « Le F.L.Q. c'est vous ... », 332.
Chapitre 22
L'occupation du Québec, 337. La nuit du 16 octobre, 339. Les « prisonniers de guerre », 341. La manipulation, 344. Le F.L.Q. : « C'est la guerre », 347. La pègre s'en mêle, 349.
Chapitre 23
La mort de Pierre Laporte, 851. La réaction du P.Q., 353. Sur la piste du F.L.Q., 355. Une ferme à Saint-Antoine, 358. Le coup de filet du 6 novembre, 360. La cellule Information Viger, 362.
Chapitre 24
L'indicatrice Carole Devault, 363. Don McCleery mène l'enquête, 365. La découverte du pot aux roses, 366. Cross libéré, ses ravisseurs à Cuba, 367. « Le F.L.Q. n'est pas mort ».... 369. L'arrestation des Rose et de Simard, 370.

Cinquième partie.

L'après-Octobre
Chapitre 25
Le grand mystère.... 375. Le cas de « Fritz » Séguin, 376. Un faux F.L.Q. : l'Opération Poupette, 378. La stratégie d'Ottawa et de la G.R.C., 379. « Six millions de prisonniers politiques », 381. Le P.Q. et le F.L.Q., 383. Violence à l'étranger, 384. Le F.L.Q. en 1971, 385. Le F.L.Q. en exil, 387.
Chapitre 26
Le mystérieux « Jean », 393. Les « opérations spéciales » d'Ottawa, 395. Le Groupe Vidal, 396. Le Groupe Bourne, 397. Le C.A.D., 398. L'assassinat de François Mario Bachand, 399. Les prisonniers de Vihiers, 401. La fin de l'état d'exception, 403. Vallières et Gagnon libérés, 405.
Chapitre 27
Une ferme à Bellefeuille, 407. Bombes à Arvida et à Dorion, 408. « Un grand coup pour l'automne... », 409. Vallières entre dans la clandestinité, 411. Le drame de Mascouche, 414. Un an après octobre 1970, 417. « La police savait ... », 418.
Chapitre 28
Les bombes de l'automne, 421. Organisons-nous, nouvel organe du F.L.Q., 424. L'offensive de la G.R.C., 426. Un débat de fond, 427. Vallières rompt avec le F.L.Q., 429. Un bilan du F.L.Q., 431. La deuxième rupture Vallières-Gagnon, 433. Le dernier carré du F.L.Q., 435. « Complot terroriste » chez les Noirs, 437.
Chapitre 29
Sur le front international (1972), 439. Bombe au plastie, 441. La bombe anticubaine, 441. Un printemps chaud, 442. La G.R.C. vole des explosifs et incendie une grange, 444. Nouveau guet-apens contre Désormeaux, 446. Un petit arsenal rue des Écores, 447. La fin du « groupe Lanctôt », 448. La Commune juridique, 449. L'Opération Checkmate, 451. L'Opération Bricole, 452. La lettre de Cuba, 453. Un complot de détournement d'avion, 455. Organisons-nous, phase 2, 457.
Chapitre 30
Le groupe En Lutte, 461. L'Opération Ham, 462. Québec-Palestine, 465. « Le F.L.Q. n'est pas mort... », 466. La bombe de l'agent Samson, 468. Prisonniers et exilés du F.L.Q., 470. Les bombes du référendum, 473.
En guise d'épilogue

Bibliographie sélective
Table des photographies
Index des noms

F.L.Q.
Histoire d’un mouvement clandestin

QUATRIÈME DE COUVERTURE



Retour à la table des matières

Né le 5 février 1945 à Montréal, Louis Fournier est journaliste depuis plus de 15 ans. Il a travaillé successivement à la station de radio CKAC-Télémédia, à l'hebdomadaire Québec-Presse où il a été directeur de l'information, au quotidien Le Jour, à la Ligue des droits et libertés et à la radio de Radio-Canada où il a été journaliste et animateur aux émissions d'actualités et d'affaires publiques, Directeur puis membre du comité de rédaction du journal de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, il est membre du Centre canadien de journalisme d'enquête. Il aussi été membre du conseil d'administration de la Ligue des droits et libertés. Diplômé du Collège Sainte-Marie et de l'Université de Montréal (en science politique), il est détenteur d'une licence en journalisme et techniques de l'information du Centre international d'enseignement supérieur du journalisme de l'Université de Strasbourg en France. Aux moments des Événements d'Octobre 1970, il était journaliste à CKAC où il fut le premier à diffuser le Manifeste du Front de libération du Québec, ce qui lui a valu d'être arrêté par la police.

• Ce livre contient des centaines de faits inédits, de révélations souvent stupéfiantes.

• Voilà l'ouvrage le plus complet à ce jour, le premier grand livre de référence sur l'histoire du Front de libération du Québec et, en particulier, sur les Événements d'Octobre 1970.

• C'est l'histoire de dix années de violence politique qui ont fait du Québec l'un des points chauds de l'Amérique du Nord. Dix années dont le paroxysme a été le double kidnapping et l'exécution d'un des otages du F.L.Q. lors de la « Crise d'octobre ».

• En plus de décrire les réseaux du F.L.Q. actifs de 1962 à1972, avec à l'arrière-plan le contexte international de l'époque, ce livre dévoile les dessous de plusieurs opérations policières anti-terroristes, les grandes manœuvres d'espionnage contre le mouvement indépendantiste québécois, sans oublier le rôle occulté de certains hommes politiques, notamment à Ottawa.

• Plus qu'un portrait du F.LQ., c'est une histoire du mouvement pour l'indépendance du Québec de 1960 à 1980.

• Résultat d'un vaste travail d'enquête et de recherche qui a duré plusieurs années, cet ouvrage est indispensable pour tous ceux qui veulent mieux connaître la véritable histoire de la lutte de libération nationale au Québec depuis les vingt années.
[7]


À Marie-France
[8]

DU MÊME AUTEUR
La Police secrète au Québec, en collaboration, Éditions Québec/Amérique, 1978. [Livre en préparation dans Les Classiques des sciences sociales. JMT.]
Histoire du mouvement ouvrier au Québec (1825-1976), 150 ans de luttes, en collaboration, coédition C.S.N. - C.E.Q., 1979. [Livre en préparation dans Les Classiques des sciences sociales. JMT.]
23 dossiers de Québec-Presse, Réédition-Québec, 1971.
En préparation : Histoire du mouvement indépendantiste au Québec (1960-1970)
[9]


F.L.Q.
Histoire d’un mouvement clandestin

EN GUISE D’INTRODUCTION


Retour à la table des matières

L'histoire d'un mouvement clandestin comme le Front de libération du Québec ne pourra jamais être racontée entièrement. Par définition, c'est une histoire secrète.

Vingt ans après les débuts du F.L.Q., il est cependant possible - et nécessaire - d'en dire bien davantage sur ce mouvement qui a profondément marqué l'histoire du Québec et du Canada, et singulièrement lors des Evénements d'octobre 1970. Le droit du public à l'information exige en effet qu'on connaisse un peu mieux aujourd'hui des événements restés obscurs et des gens qui, à leur façon, ont lutté pour la libération du Québec.

L'auteur de ce livre tient à remercier tous ceux - et ils sont fort nombreux - qui l'ont aidé dans son travail, en particulier les ex-militants et militantes du F.L.Q.

[11


F.L.Q.
Histoire d’un mouvement clandestin



Première partie
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   44

similaire:

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com