Résumé de l’histoire





télécharger 246.73 Kb.
titreRésumé de l’histoire
page1/5
date de publication18.05.2017
taille246.73 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > histoire > Résumé
  1   2   3   4   5
Albumania 2005-2006 « L’histoire dans l’histoire »
Etude de l’album

Une histoire à quatre voix

Anthony BROWNE,

traduit de l’anglais par Elisabeth Duval

Editions Kaléidosope, 1998
Document réalisé par Nicole FRAGA,

conseillère pédagogique et

Catherine LAPOINTE, enseignante,

pour l’étude graphique.

Contact : Nicole.Fraga@ac-nancy-metz.fr

Etude du texte


résumé de l’histoire :

Dans un parc, quatre personnages nous font part de leur promenade dans un récit à la première personne : c’est d’abord une mère bourgeoise en compagnie de son fils Charles et de leur chienne labrador Victoria. Ce n’est pas pour elle un moment de détente : sa chienne s’enfuit avec un corniaud, puis Charles disparaît avant qu’elle ne le retrouve en compagnie d’une fillette d’un très mauvais genre.

C’est ensuite au père de Réglisse, chômeur désespéré, de nous livrer la promenade qu’il effectue en compagnie de sa fille et de leur chien Albert, promenade qui lui remonte un peu le moral.

Puis vient le récit de Charles, petit garçon triste qui, bien qu’ayant un a priori contre les filles, accepte de jouer avec Réglisse, petite fille joyeuse et extravertie

Enfin, la voix enjouée et libre de Réglisse vient clôturer le récit.
Thème et propos :

Anthony Browne revisite un thème traité dans un album précédent intitulé « Promenade au parc », à savoir la rencontre de deux familles d’univers social très différent, dans un espace public, le parc. Dans cette précédente version, le point de vue était externe et omniscient, la narration à la 3ème personne, et la double page rendait compte de la rencontre des deux familles opposées : les Delaforge et les Forgeron.

La version revisitée est beaucoup plus littéraire : elle repose sur la notion de point de vue, s’organise en quatre récits à la première personne, laissant plus de place à une construction progressive du sens par le lecteur. Mais le propos est bien le même : l’enfant qui vit dans la précarité est plus heureuse que celui qui vit dans une ambiance victorienne, elle est aimée et paraît libre dans ses propos, dans ses mouvements, alors que Charles est un enfant étriqué, enfermé dans l’ombre d’une mère qui parle plus gentiment au chien qu’à son fils.

Le monde de l’enfance permet encore des rencontres qui échappent au conformisme et à la ségrégation sociale ; et d’ailleurs c’est Charles qui, contre toute attente, en bénéficie le plus : il commence à avoir son ombre propre sur l’avant-dernière image et donc symboliquement, commence à se détacher de la coupe de sa mère et à exister.

L’album invite bien le jeune lecteur, au détour d’une promenade anodine dans un parc, à se questionner sur ce qu’est le bonheur pour un enfant : habiter une belle maison assortie d’un chien de race et d’une éducation rigide ou vivre modestement mais en étant aimé et ouvert aux autres ? Le texte d’Anthony Browne prend résolument parti.
Au plus près du texte :

Le texte repose sur la notion de point de vue :

  • ce sont d’abord les polices de caractère qui différencient les 4 narrateurs : celle octroyée à la mère est traditionnelle, la seconde correspondant au père de Réglisse est plus dense et noire, plus dramatique, celle de Charles est plus légère et aérée, révélant le peu d’emprise qu’il a sur le monde ; enfin, celle de Réglisse, moins alignée, est plus fantaisiste : le caractère de chaque personnage est ainsi sublimé par l’écriture qui lui est assortie.

  • La langue se différencie également selon les personnages,

    • au niveau du lexique ( Réglisse emploie un langage familier « mauviette », «  cool », « pauvre pomme » etc., alors que la maman de Charles parle « d’horribles individus » et de « fillette qui avait très mauvais genre »)

    • et de l’emploi des systèmes de temps : imparfait/passé simple pour la mère (avec même un « nous entrâmes » très ampoulé), imparfait/passé composé, système dominant pour les autres personnages, plus proche de l’énonciation orale.

Le texte oblige le lecteur à inférer :

  • les liens de parenté entre les personnages : on doit reconstituer les deux familles ainsi que les caractères des personnages et la nature des relations qu’ils entretiennent dans leur famille respective : ainsi, la mère de Charles parle mieux à sa chienne qu’à son fils, et Réglisse et son père ont l’air très proches ;

  • Charles est le Charlie du récit de Réglisse. Le lecteur doit également inférer le fait qu’il omet des informations dans son récit : il ne parle pas de la fleur qu’il a cueillie pour Réglisse ;

  • La relation texte/image demande au lecteur de croiser de multiples informations, ainsi que d’être sensible aux nombreuses références graphiques, procédé qui rappelle les jeux d’écriture intertextuelle en littérature.



Etude au plan graphique :

  1. La couverture

    • Une composition géométrique

      1. des horizontales

          • séparation de la surface en 2 grandes bandes (frondaison / sol et tronc)

          • sous-séparation des 2 surfaces principales en 2 autres bandes un peu moins marquées

          • une alternance au sol de zones d’ombre et de lumière

      2. des verticales

          • les troncs des arbres

          • les 2 enfants

      3. des obliques

          • l’allée qui alimente la construction perspectivée et contient la ligne de symétrie

          • les buissons taillés qui clôturent la perspective (comme une statue ou un jeu d’eau peut le faire dans les jardins renaissance ou les jardins à la française)




    • Une image duelle

  1. une partie très structurée – une partie « fouillis »

          • partie inférieure très structurée par les lignes relevées plus haut

          • partie supérieure « fouillis » animée par des taches

  1. des couleurs complémentaires

          • le rouge de la partie supérieure

          • le vert de la partie inférieure

Les couleurs complémentaires sont les couleurs les plus éloignées sur le cercle chromatique. Elles offrent le plus grand écart possible entre des couleurs, et se tonifient mutuellement.


    • Une image rythmée

  1. par la géométrie

en particulier la partie comportant les troncs et les zones d’ombre et de lumière alternées

  1. par le jeu des valeurs

des 4 bandes horizontales: haut des frondaisons (vermillon) -> lumière / bas des frondaisons (noir) ->ombre / zone des troncs -> ombre et lumière / premier plan -> lumière



  1. Pages de garde et de titre

    • Des similitudes




Page de garde

Page de titre

Gros plan

Plan rapproché

Un univers ayant une réalité physique

Un objet ayant une réalité physique




    • Des oppositions

Un univers ayant: - un fort ancrage au sol (au sens premier)

- du poids

Un objet échappant aux lois de la physique, posé comme en lévitation (impression donnée par l’ombre)

Une pleine page de couleur

Une tache de couleur isolée sur un fond neutre (blanc)

Une surface vert-jaune

Un seul élément rouge orangé
  1   2   3   4   5

similaire:

Résumé de l’histoire iconRésumé du cours d’histoire deug II

Résumé de l’histoire iconLe Chemin du retour―Résumé de l'histoire

Résumé de l’histoire iconRésumé du cours d’histoire deug II

Résumé de l’histoire iconRésumé à plusieurs voix de l’histoire de ces contes célèbres

Résumé de l’histoire iconRésumé Identification
«De l’usage des correspondances en histoire de la sociologie», aislf, cr 11, Université Toulouse II, juin 2014

Résumé de l’histoire iconCours de l’histoire Au placard les présentations PowerPoint, place au «Storytelling»
«Storytelling». Derrière ce mot made in usa, se cache un concept qui se résume en : une bonne histoire vaut mieux qu’un long discours...

Résumé de l’histoire iconRésumé En France, les questions de l’Islam et de la colonisation-décolonisation...
«communalisation» nationale (pour reprendre le concept de Weber). Ils s’efforcent de favoriser celle-ci notamment par l’école publique....

Résumé de l’histoire iconRésumé Le Musée Océanographique de Monaco, construit à partir de...

Résumé de l’histoire iconII. Résumé de l’histoire 6
«Le Roi et l’Oiseau est l’histoire d’un roi très mauvais qui a des ennuis avec un oiseau très malin et plein d’expérience; IL y aussi...

Résumé de l’histoire iconRésumé : Le continent noir est resté longtemps à l'écart des grands...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com