Histoire du sport I l'histoire en général, par rapport aux staps





télécharger 218.66 Kb.
titreHistoire du sport I l'histoire en général, par rapport aux staps
page4/18
date de publication16.10.2016
taille218.66 Kb.
typeRapport
h.20-bal.com > histoire > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

CULTE DU CORPS ET DE LA BEAUTE


Les Grecs avaient un art évolué, statue à gestes sportifs. Pour avoir une beauté, il faut un entraînement dans des gymnases et des stades.

Dans la philosophie grecque, le corps et l’esprit sont unit (=monisme). C’était un peuple riche sur le plan intellectuel.


  1. JO PREHISTOIRE DU SPORT

  1. Origine

Homère : « l’Iliade et l’Odyssée », l’origine des JO est une origine funéraire pour célébrer un mort au combat. Pour lui, la compétition était le passage des vivants aux morts (mort symbolique).

Mythe de Pélops : Le roi voulait marier sa fille, pour cela il organisa une course de char et celui qui arrivait à gagner la course pourra épouser sa fille. Pélops scia la roue du char du roi, ce qui lui permit de gagner et il épousa la fille du roi comme prévus.

4 grands jeux : Les jeux d’Athènes, d’Olympie, de Delphes et de Corinthe. Les premiers JO ont eu lieu en -776 et fut interdit par l’empereur romain plus tard ;

Heraclis : « Hercule » c’est le mythe fondateur des JO. Il est représenté par une statue désignant un homme beau, grand et fort.
Le but des JO est le combat. Il n’y a pas d’élévation de l’esprit sans combat, compétition. Koroïbos est le premier vainqueur des JO en gagnant une course de marathon.

  1. Organisation

Ils ont lieu tous les 4 ans. C’est une mesure de temps (= une olympiade).

A l’origine, pendant les JO, il y avait une trêve de une semaine, les guerres s’arrêtaient. Les JO étaient très organisés avec de grand préparatif publicitaire, c’était une grande entreprise financière et morale.

Les différentes épreuves :

  • On ouvrait les JO par une course de char

  • La deuxième épreuve était la course à pied, de plat sans virage de 200 m. La première course s’appelait le Diaulos (400 m), la deuxième était le Dolic Hos (4800 m) et la troisième le Hoplite (course avec épée et bouclier).

  • La troisième épreuve était la lutte, le corps enduit d’huile et roulé dans le sable.

  • La quatrième était le pugilat (combat de boxe).

  • La cinquième : le pancras = combiné de lutte et de pugilat.

  • La sixième était un lancer : le lancer de disque.

  • Il y avait aussi une épreuve combinée : le pentacle regroupant la longueur, le disque, le javelot, la course et la lutte.

Il y avait des juges qui contrôlaient l’état des joueurs. Les athlètes prêtaient serment. Celui qui gagnait accéder à l’immortalité et représenter sa ville.

  1. La fin des JO

Les récompenses : Les athlètes recevaient des récompenses de + en + fortes  carrière politique et argent. Les récompenses polluent les JO

L’entraînement : Ils s’entraînaient pendant 4 ans, c’était un entraînement permanent  professionnalisme. Les philosophes grecs considèrent mal les athlètes à cause de l’argent.

La fin : Les évasions romaines –300 av JC, le développement du christianisme qui voit mal les JO. En 394, Théodos arrête les JO.

Sport, mort et violence : Pour l’athlète, le combat était le + important. Symbolique dans les jeux sportif grecs : l’affrontement aristocratique (des meilleurs) où se rejoue la dialectique du dominant et du dominé. La force dionysiaque : on fait semblant de mourir pour se relever vivant.


  1. GYMNASTIQUE ANTIQUE

  1. Les sources

3 raisons à la gymnastique chez les Grecs :

  • la gym sportive

  • la gym médicale (soigné son corps)

  • la gym militaire

  1. Kalokagatia

C’est un idéal grec qui a 3 objectifs : courage, beauté physique et beauté morale. L’éducation à Athènes : ils vont en classe jusqu’à 7 ans avec trois maîtres :

  • le cithariste : musique et chant

  • le grammairien

  • le pedotrive : entraîne les enfants

A 18 ans, ils rentrent au gymnase (c’était la majorité). Il y a 2 sortes de gymnases : l’académique (Platon) et le lycée (Aristote).

  1. Gym militaire

Un bon grec est un bon militaire. Ils avaient une préparation physique très dure.

  1. Gym médicale

Hippocrate était un médecin grec. La constitution athlétique n’est pas naturelle. Le meilleur de tous les états est la santé. Hippocrate et ses principes reposent sur la nature (froid, chaud, …)

La maladie est une dysharmonie, rupture avec l’état naturel. Elle a essayé de trouver une science de régime alimentaire (diététique). Il y a 4 sortes d’exercices dans sa gymnastique :

  • exercices naturels : parole, ouïe, vu …

  • exercices forcés : entraînement.

  • exercices spontanés : étirements, …

  • exercices contraints : dépend de la volonté.

C’est l’âme qui contient le corps. Il a établit une relation entre le tempérament et le type d’exercice qu’il peut faire. Il y a deux tempéraments : un de feu et l’autre d’eau.

  1. La gym de Platon

4ème siècle avant J.C. Il considère que c’est l’âme qui doit dominer le corps. Il place l’âme au-dessus du corps. Il accorde une large place de la gymnastique dans la cité. Les Grecs avaient beaucoup de musiques.

Pour lui une éducation réussie s’appui sur le double principe : mesure et harmonie (proportion et équilibre en toutes choses).

Dans les gymnastiques il y a 3 objectifs :

  • la santé : gym médicale

  • la cité : gym militaire

  • le morale, courage de l’athlète : gym sportive.

La cité et le citoyen sont le but des grecs avec le beau et le bien.


  1. LE MONDE ROMAIN

  1. Le contexte

Les Romains sont très différents des grecs. Ils n’ont pas le culte de la beauté mais plutôt du pragmatique (droit au but). Ils aiment le spectacle sanguinaire. Les thermes étaient un établissement de luxe pour les soins du corps. 1er et 2ème siècle après J .C. était l’apogée de l’empire romain, il conquiert tout le monde civilisé, ils sont organisés, structuré et animé part un esprit sanguinaire.

  1. Galien

Galien était un grec importé à Rome, il est médecin et est chargé de l’entraînement. Il dit que les athlètes doivent avoir un suivi médical. La médecine comprend une partie thérapeutique (ce qui soigne) et une partie hygiénique. Il distingue 4 couples de qualités et d’éléments pour l’homme soit apte à pratiquer :

  • le feu : gens bilieux

  • l’eau : tempérament flegmatique

  • l’air : gens sanguins, violents

  • la terre : caractère atrabilaire

Galien va parler du pneuma (souffle), il va influencer le tonos (tonus). C’est pour lui ce qui est à l’origine du mouvement (la contraction musculaire).

Galien pense aussi que la gymnastique contribue à la médecine (c’est un hygiéniste). « Par ses méthodes d’activation musculaire la gymnastique agissant sur le corps atteint l’âme. Et les mouvements du corps sont affectés en retour par l’âme ». Interaction corps / âme.

  1. Philostrate

Au contraire Philostrate s’intéresse à la gym pour entraîner les athlètes. C’est le précurseur de l’entraînement de haut niveau. C’est un entraîneur psychologue, soigneur et aussi un détecteur. Il va trouver la voie psychologique pour préparer les athlètes.

Il détecte les athlètes selon leur regard. Il fait des enquêtes sur les parents. Il donne aussi des conseils diététiques. Il régénère un athlétisme professionnel.

  1. L’empire des jeux

La société romaine faisait beaucoup de fêtes. 101 fêtes organisées et obligatoire  contrôle politique. Les jeux, les ludis etaient des éléments culturels religieux. Chez les romains, les fêtes sont sacrées, en honneur aux dieux (polythéistes). Il y avait un parcours dans les villes et on les empêchait de se rebeller en leur occupant l’esprit avec le pain et les jeux.

Le 1er amphithéâtre s’appelait Spectacula. Les stades romains étaient ovales contrairement à celui des grecs qui étaient rectangulaire. Le centre du stade était en sable (=l’aréna).


  1. CONCLUSION

Le monde grec a été supprimé par les romains. Et c’est le christianisme qui va mettre fin à l’empire romain.

Le christianisme est une religion qui célèbre l’âme mais pas le corps.

Les permanences :

  • les idées, activités corporelles

  • culte du corps, du beau

  • esprit de lutte

  • professionnalisme, entraîneur, athlètes, récompenses, phalanges, gymnases, lycée, académie, agoniste, la bioénergie, tonus musculaire, entraîneur / détecteur / psychologue, démocratie, aristocratie.

Les ruptures :

  • Romains avec le culte de la violence (différent du beau)

  • règlements qui changent

  • jeux nationaux qui passent en jeux internationaux


Prelude à l’éducation Physique
En 1880, c’est la 1ère fois qu’une discipline touche les exercices physiques, le corps.

On peut repérer 4 influences depuis la Grèce Antique :

1ère influence : les acrobates au Moyen Age en Italie. C’est l’articulations de la gymnastique. Un ouvrage est publié « les tours » sur les figures gymniques.

2ème influence : les jeux populaires. Les pédagogues dès la fin du XIXème vont proposer des méthodes fondées sur les jeux (Tissié, Grousset). Place des jeux physique en tant que contenu dans une discipline.

3ème influence : les penseurs, les philosophes, les théoriciens, français (J.J.Rousseau) ou étrangers. Ce n'est plus le dualisme de l'esprit, mais le monisme. Le corps est objet d'éducation.

4ème influence : les grands pédagogues français (insertion des jeux sportifs) amènent le respect, la discipline, … c’est pour faire une éducation de la citoyenneté De Coubertin allant en Angleterre a voulu implanter une nouvelle discipline en France sur le sport


  • Au 5ème siècle av. JC (grecs), pour éduquer le citoyen libre, on s'appuie sur l'équilibre esprit / corps (à l'école, on apprend à lire, à compter, mais aussi l'éducation physique. Dans le gymnase, l'élève va rencontrer le philosophe, le poète, et le "professeur" d'éducation physique. Pour une éducation totale, on s'appuie sur l'éducation de l'esprit et l'éducation athlétique. Les objectifs de cette éducation sont : la préparation militaire (Sparte), les jeux sportifs, la santé et l'hygiène, et l'éducation morale, du Bien.




  • Au Moyen Age (du 5ème siècle après JC jusqu'au 15ème), la religion chrétienne met fin à la compétition en stades. Les seuls exercices physiques sont ceux du chevalier (équitation, tir à l'arc, escrime). Le peuple doit se contenter de la soule, des quilles, … aux débuts de l'école, les exercices sont bannis, mais les choses évoluent à la fin du Moyen Age. Ce sont les Jésuites qui vont faire entrer les exercices (pratiques de jeux vers 1560). Mais les exercices athlétiques sont toujours interdits. En Allemagne, la réforme est pour les jeux (surtout pendant les récréations). L'honnête homme se dessine : il doit aussi savoir se servir de son sport. C'est le début de cette idée : équilibre entre culture littéraire et corporelle. LOCKE (1673) : "De l'éducation physique".



  • Au 17ème et au 18ème siècle (surtout sous Louis XIV), la noblesse se détourne des jeux physiques (on se contente des carrousels). Les joutes sont abandonnées. L'esprit s'affine, mais le corps s'ankylose : il y a une réaction médicale. On remet donc au goût du jour la gym médicale (TISSOT, en 1780, pour les convalescents). ROUSSEAU, dans "L'Emile" montre que seule la nature peut éduquer les jeunes enfants.




  • Avec la Révolution Française, on voit apparaître un retour de l'éducation physique (Rapport de Talleyrand, inspiré de Rousseau). CONDORCET : dans les projets d'éducation pour les enfants du peuple, la gym ne sera pas oubliée. Les jeux doivent être dans le programme scolaire.



  • Au 19ème siècle, en Europe, plusieurs courants pédagogiques se développent (Cf. schéma).





RENAISSANCE (Début du 15ème siècle)

JEUX ET GYMNASTIQUE DU MOYEN AGE AU XX SIECLE
Les jeux et gymnastiques ne sont pas la même chose. Le Moyen Age était une période de création au niveau des jeux. Le Moyen Age ne méprisse pas le corps. Le seul obstacle etait les gens haut placés. Le Moyen Age à 3 styles de vie : paysans, citadins, la chevalerie.

Début du Moyen Age : 476. Clovis est un franc et est élu 1er empereur de la France en 496. Le Moyen Aga s’arrête en 1453 (prise de Constantinople par les Turcs). Fin de la civilisation chrétienne au Moyen Orient.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

similaire:

Histoire du sport I l\Histoire des arts
«jardin secret» ? les secrets sont lourds à porter, effroyables par leurs conséquences (voir : le secret de Félix et Marie par rapport...

Histoire du sport I l\Sociologie du sport – L 1 staps cm de G. Veziers, document de prise...
«On peut se demander si cette culture véhiculée par la télévision ne devient pas la culture dominante de la planète ? Qu’avons nous...

Histoire du sport I l\Rapport aux autres grands maîtres ? En Europe
«officiel» des peintres d'histoire, inspiré par les Italiens, mérite ce nom. Juste avant la fin du

Histoire du sport I l\Sport et Genre aux xixe-xxe siècles Le sport féminin au masculin
«sprinteuses», les autres femmes athéniennes restent confinées dans la maison aux tâches d’éducation des enfants

Histoire du sport I l\Rapport d’evaluation interne 2013 sommaire
«Coste Baills» a été construite en 1975 et achevée en 1977. C’est un Etablissement public géré par son Directeur, soumis aux instances...

Histoire du sport I l\Sport et Education physique : une seule histoire ?
«l’ep dès lors qu’elle devient Sportive, est-elle une éducation sportive, une éducation physique par le sport, ou une éducation physique...

Histoire du sport I l\Dictionnaire du dopage sport par sport jeux de sociéTÉ
En 1925, après le grand tournoi de Moscou, trois psychologues soviétiques (N. Diakov, E. Petrovski et P. Rudik) ont essayé de cerner...

Histoire du sport I l\Le journal de Montigny Sport d’Orientation
«informelle» était organisée par un groupe de jeunes du cdco 77, histoire de se faire la main. Une espèce de boum parasite

Histoire du sport I l\L’Histoire du badminton est souvent l’affaire de mythes et de légendes....

Histoire du sport I l\Cours d’histoire proposés par le département d’histoire aux étudiants des autres départements
«propagande» et contestation du pouvoir en France, de la Renaissance au siècle des Lumières






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com