Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda





télécharger 469.36 Kb.
titreBibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda
page6/13
date de publication19.05.2017
taille469.36 Kb.
typeBibliographie
h.20-bal.com > histoire > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

Cellule Locale IBUKA du Montargois

Objectifs et activités de la Cellule


Flux

 

Articles

 

Commentaires

Sorties de Livres et de Films; vidéos


"Hate Radio": Avignon . Milo Rau recrée la «bande-son» qui attisa le génocide rwandais.

Par RENÉ SOLIS Envoyé spécial à Avignon (Libération)

De l’horreur qui mine le continent africain, on trouve cette année à Avignon plusieurs témoignages, des spectacles de Dieudonné Niangouna et DeLaVallée Bidiefono à Exhibit B, l’expo de tableaux vivants conçue par le Sud-Africain Brett Bailey. Aux Rencontres photo d’Arles, une installation présentée à l’église des Frères prêcheurs par le Chilien Alfredo Jaar aborde aussi le sujet, via une invite à décrypter les médias. Retraçant, dans un petit film, l’histoire de la célèbre photo d’une enfant du Soudan agonisant à quelques mètres d’un vautour – qui valut à son auteur Kevin Carter, en 1994, un prix Pulitzer et, peut-être, un suicide trois mois plus tard -, Jaar lance un coup de projecteur sur le public, simultanément éclairé et aveuglé, au sens propre comme au figuré. Un peu plus loin sur un mur, Jaar juxtapose des unes du magazine Newsweek qui, en plein génocide rwandais, semble obstinément ignorer la catastrophe.

Loupe. Le Rwanda, encore, quand sur une table s’accumulent des centaines ou des milliers d’exemplaires de la même diapo : les yeux d’un enfant rencontré pendant le génocide. La gêne procurée par la vision du tas de diapos n’a d’égale que celle qu’on ressent à empoigner la loupe pour aller y regarder de plus près.

Le Rwanda toujours dans Hate Radio, et pas de loupe mais des écouteurs. Le spectacle du Suisse Milo Rau (Libération du 5 juillet) a déjà été présenté cette saison à la Villette à Paris. Il commence par une série de témoignages de ceux qui ont vécu le génocide. Filmés en gros plan, ils racontent. Il y a aussi l’interrogatoire, par un procureur rwandais, de Georges Ruggiu, un animateur de radio belge, accusé d’appel au meurtre sur la radio de Kigali pour laquelle il travaillait. Tous les propos sont authentiques, mais rejoués par des acteurs qui ont eux-mêmes un lien étroit avec l’histoire du pays. Meurtres, viols, tortures, mutilations, charniers, les récits sont d’une précision d’autant plus glaçante que débarrassés de tout pathos dans l’expression. Pour les spectateurs, cette séquence d’un quart d’heure fonctionne comme une piqûre de rappel, éprouvante mais assimilable, car déjà connue.

La suite est beaucoup plus dérangeante. Au centre de la scène, entre les deux gradins disposés en vis-à-vis, une boîte vitrée se dévoile. Bienvenue dans le studio de la Radio-télévision libre des Mille collines (RTLM), en avril 1994, pour presque deux heures du côté des bourreaux. Les émissions de la RTML ont été enregistrées, diffusées lors de l’un des procès – dits «gacaca» – organisés pour juger les auteurs du génocide. Milo Rau a puisé dans ce matériau pour reconstruire une émission. Pas un mot qui n’ait été vraiment prononcé à l’antenne.

Bienvenue donc dans le studio, en compagnie des trois présentateurs vedette, Valérie Bemeriki, Kantano Habimana et Georges Ruggiu, avec le DJ en cabine et sur une chaise, un gardien silencieux en uniforme militaire. Au menu, des infos, des commentaires politiques, des jeux, de la musique, des auditeurs en direct. L’ambiance est sympa, il y a de la bière et même des joints. Le tout au service d’une cause : appeler les Hutus à la «résistance», en les exhortant à ne pas croire aux«manipulations» des radios ennemies (RFI en prend pour son grade) et en les incitant à la délation et à «l’extermination des cafards» (entendez les Tutsis).

Joe Dassin.En clair, et dans la bonne humeur, tous se font le relais enflammé du génocide en cours. Un auditeur de 11 ans appelle. Quatre jeunes Tutsis lui ont demandé de les guider pour éviter un charnier et prendre la fuite. Aussitôt, on lui demande de préciser où il les a exactement laissés, et on appelle les auditeurs à déclencher la «chasse». Et, pour le remercier, on lui demande quelle musique il souhaiterait écouter. Du zouk, réclame le gamin. La RTLM a des goûts musicaux éclectiques, de la 7e symphonie de Bruckner au générique de fin de l’émission, le Dernier Slow, par Joe Dassin.

Les acteurs (Afazali Dewaele, Sébastien Foucault, Nancy Nkusi et Diogène Ntarindwa), parfaitement complices, sont en empathie avec leurs personnages. Ntarindwa, qui interprète Kantano Habimana, «l’idéologue», le plus allumé de tous aussi, est un Tutsi, ancien membre du Front patriotique rwandais, et ce renversement des rôles a des effets vertigineux. Milo Rau se méfie de l’étiquette «théâtre documentaire» et la force de son spectacle est bien dans la reconstitution.

Les animateurs ont aujourd’hui été condamnés. Certains ont été libérés. D’autres sont en fuite. Sont-ils des assassins ? Ils n’ont pas tué, juste parlé. Hate Radio ne leur donne pas la parole, mais la leur reprend. Ils ne sont pas montrés comme des monstres, mais des maîtres des lieux qui n’ont d’autre préoccupation que de se débarrasser des «cafards»…«Il y aura d’autres génocides», conclut un survivant, puisque parole est redonnée à la fin aux victimes. Ce n’est pas une mise en garde. Seulement un constat glaçant au bout d’un spectacle d’une implacable intelligence.

**************

Rwanda : une histoire volée. Dette et génocide

E ditions Tribord
Parution : 23 août 2013. Disponible dès à présent auprès du CADTM
ISBN : 9782930390369
Dimensions : Epaisseur : 7, Largeur : 110, Hauteur : 180
Prix : 4,00 €


La compréhension du génocide rwandais nécessite de dépasser les frontières du petit pays qu’est le Rwanda. Il est impossible de saisir cette tragédie sans analyser l’intégration forcée du pays au système économique mondialisé, débutée dès la période coloniale.

Instrumentalisation des ethnies par la colonisation, soutien à la dictature Habyarimana, politiques néolibérales antisociales, commerce des armes, complicité dans le génocide, ponctions dans le budget national par le biais de la dette sont quelques-unes des responsabilités de puissances étrangères dans l’effondrement de la société rwandaise de 1994.
Il s’agit donc de revisiter l’histoire contemporaine du Rwanda sous l’angle des ingérences étrangères. Cette histoire, volée à la population rwandaise, constitue un triste cas d’école pour qui veut comprendre les difficultés que traversent nombre de pays du Tiers monde, causées par les politiques impérialistes.
Loin d’avoir disparu, ces influences néocoloniales perdurent et jouent encore un rôle essentiel dans les difficultés que connaît le Rwanda, ainsi que la région des Grands Lacs d’aujourd’hui. Un panorama de la situation politique et socio-économique actuelle du pays ponctue ainsi ce livre, toujours replacé dans un contexte mondialisé.

Renaud Duterme, né en 1986, est agrégé en Sciences du Développement de l’Université Libre de Bruxelles, enseigne la géographie dans un lycée et collabore régulièrement avec le Comité pour l’annulation de la dette du Tiers monde (CADTM).

http://cadtm.org/Rwanda-une-histoire-volee-Dette-et

***************

Rising from Ashes

Projection en avant-première en France, lundi 8 juillet 2013 à 19 heures, du film documentaire

  • "Rising from Ashes" - Version originale en anglais, sous-titrée en français

  • En présence de Forest Whitaker, producteur exécutif du film et narrateur, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO pour la paix et la réconciliation, T. C. Johnstone, réalisateur, et Greg Kwedar, producteur.

C’est dans un Rwanda convalescent que deux mondes, deux cultures vont se rencontrer lorsque la légende du cyclisme Jock Boyer (Jonathan Boyer pour les français) s’installe dans ce pays qui lui est inconnu pour accompagner et aider un groupe de rescapés du génocide à surmonter les nombreux obstacles qui se dressent sur la route de leur rêve d’équipe cycliste nationale. Plus qu’un film sur le cyclisme Rising from Ashes est un passage vers l’espoir et la renaissance… Celle notamment d’Adrien, de Nathan, de Rafiki, d’Abraham, de Nyandwi et du champion américain Boyer. Plus d’informations sur le film : http://risingfromashesthemovie.com (en anglais)

Salle I
Maison de l’UNESCO
125, avenue de Suffren, Paris 7e

Citoyen engagé, Forest Whitaker, acteur, réalisateur, producteur nord-américain, œuvre aux côtés de l’UNESCO, depuis 2011, à la promotion de la paix et de la réconciliation. Paix et réconciliation par le sport, c’est de cela dont il s’agit dans Rising from Ashes. C’est justement parce que le sport est un outil puissant – de renforcement des liens et des réseaux sociaux, de promotion des idéaux de paix, de fraternité, de solidarité, de non violence, de tolérance et de justice – en tant qu’agence spécialisée des Nations Unies chef de file pour l’éducation physique et le sport (EPS), que l’UNESCO soutient plusieurs initiatives autour du sport. Elle fournit aussi aide et conseil aux États membres souhaitant élaborer ou renforcer leur système d’éducation physique ; et propose son expertise dans la conception et l’exécution des programmes de développement dans le domaine du sport. Plus d’informations : http://j.mp/unesco-educationphysiqueetsport.

==============

La Nuit Rwandaise n°7

L’implication française dans le dernier génocide du XXe siècle. Une revue annuelle et un site Internet. Le numéro 7 (avril 2013) de la revue est disponible.

Comme chaque année depuis 2006, la revue La Nuit rwandaise fait, ce 7 avril 2013, un point sur l’implication française dans le génocide des Tutsi :

cette année, la revue est organisée autour de trois dossiers principaux : Injustices en cours, justice à faire, Opération Turquoise

==============

Archives Rwanda: quelques vidéos de la presse durant le génocide en 1994 

Part 1: https://www.youtube.com/watch?v=APvPG_TRAg8

Part 2: https://www.youtube.com/watch?v=je5DL3rvHUg

Part 3: https://www.youtube.com/watch?v=FlVXjRHDoxE

Part 4: https://www.youtube.com/watch?v=6i7R0JFChoA

Part 5: https://www.youtube.com/watch?v=ouELh-RR-RI

 **************

Rwanda, une intoxication française  documentaire de Catherine Lorsignol



C’est sans doute un des dossiers les plus noirs que la mémoire française doit affronter depuis bientôt deux décennies : celui du génocide rwandais. Quel a été le rôle de Paris, et de la diplomatie mitterrandienne, dans le déclenchement des massacres barbares qui ont coûté la vie à près d’un million de Tutsis, en 1994 ? Comment une incroyable manipulation judiciaire a-t-elle été orchestrée pour exonérer l’Etat français de toute responsabilité dans cette barbarie ? Epouvantable interrogation. Pour répondre à ces deux questions, il fallait s’éloigner des polémiques hexagonales, reprendre le dossier méthodiquement, sans a priori. Et s’en tenir aux faits judiciaires. A l’enquête sur l’assassinat du président Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, événement majeur, à l’origine du génocide.

C’est ce qu’ont réalisé Catherine et Philippe Lorsignol, deux journalistes belges, dans une remarquable et très sérieuse enquête pour la RTBF. Ils ont reconstitué le scénario du crash du Falcon du chef de l’Etat rwandais, abattu par un missile sol-air, alors qu’il était en phase d’atterrissage sur l’aéroport de Kigali, tout près de la résidence présidentielle. Acte terroriste invraisemblable ? Très vite, l’attitude de la France apparaît plus que trouble. Des officiers de gendarmerie, sans la moindre autorisation, se précipitent sur les lieux de l’attentat, à la recherche de la boîte noire du Falcon. Curieusement, après leur passage, elle a disparu.

Plus incroyable, les débris du missile meurtrier disparaissent, eux aussi, mystérieusement. Autre élément troublant : on demande discrètement à la famille des trois membres de l’équipage de l’avion abattu de ne pas déposer plainte. Pourquoi une telle panique ? Qu’aurait donc la France à cacher ?

En remontant le fil du drame, force témoins à l’appui, le document belge précise le rôle central d’un personnage-clé : Paul Barril, l’ancien membre de la cellule GIGN de l’Elysée. A l’époque, un an avant l’attentat, il est conseiller de l’armée rwandaise, majoritairement hutue. Avec l’accord de la présidence française, il forme l’état-major, organise le renforcement des troupes, mais aussi de l’arsenal des forces armées rwandaises. Quelques semaines avant l’attentat de Kigali, plusieurs témoins racontent qu’il cherchait à acheter des missiles. Barril, l’agent multicarte du mitterrandisme de l’ombre, se trouve au coeur du dispositif. A-t-il participé, comme certains le prétendent, à la livraison de missiles français Mistral, dont l’un d’eux aurait été lancé sur le Falcon présidentiel, depuis le camp militaire hutu de Kanombé, ce qui expliquerait la disparition des débris ? Des militaires français, au moins comme assistants techniques, ont-ils déclenché le tir meurtrier, et pourquoi ? Peu à peu, le récit s’éclaire. Sous un angle politique.

Le président Habyarimana, pour sa propre communauté, était devenu un traître, un renégat. Motif: sous l’égide de l’ONU, il avait signé les accords d’Arusha, organisant le partage du pouvoir entre les deux ethnies ennemies. La paix était à ce prix. Il était devenu le “valet des Tutsis”. Il était l’homme à abattre. Dans le documentaire, de nombreux témoins confirment l’hypothèse du complot des extrémistes hutus. Leur projet: éliminer le “traître” et déclencher les tueries.

Et pourtant, pendant douze ans, la justice française va se claquemurer dans une version fabriquée de toutes pièces, celle d’un meurtre commandité par les Tutsis pour… déclencher leur propre génocide. Absurde ? Le juge Jean-Louis Bruguière, avec une cécité et un acharnement surprenants, ne bougera pas de cette ligne. Son principal témoin, dans ce dossier, s’appelle… Paul Barril. Le juge que certains magistrats surnomment "le juge de la raison d’Etat" va même recruter, comme interprète de la langue hutue, l’ami de Barril, un certain Fabien Singayé, actionnaire de la radio génocidaire les Mille Collines, la même qui, trois jours avant l’attentat, sur ses ondes, préparait la population à la guerre civile, annonçant l’imminence du drame.

lire aussi ici: http://www.ecrans.fr/Paris-dans-l-ombre-du-Rwanda,16205.html

http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2725p028_034.xml2/france-enquete-rwanda-fprgenocide-rwandais-l-enquete-du-juge-bruguiere-sabotee.html

http://www.dailymotion.com/video/xyxzqx_rwanda-devoir-d-enquete-enquete-manipulee-rtbf_news#.UXAXbrXL7ng
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconBibliographie Non Exhaustive

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconBibliographie exhaustive Romans

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconBibliographie (non exhaustive) d’ouvrages disponibles au secteur «adultes»

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconBibliographie, non exhaustive, dans l’ordre du programme d’Histoire de Cinquième

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconBibliographie est purement indicative, et, par conséquent, non exhaustive

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconBibliographie non exhaustive sur la resistance, la repression et...

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconBibliographie et sources documents

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconSéance 1 : Présentation du Rwanda et mise en place d’une problématique générale

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconGestion électronique des documents … Acquisition de documents papier...
«papier» pour les intégrer dans le système de gestion électronique des documents produits et exploités au sein de l’organisation

Bibliographie non exhaustive de documents et oeuvres relatives au Rwanda iconBibliographie Au fur et à mesure que les recherches concernant cette...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com