Bibliographie introduction





télécharger 62.99 Kb.
titreBibliographie introduction
date de publication20.05.2017
taille62.99 Kb.
typeBibliographie
h.20-bal.com > histoire > Bibliographie

Année 2012-2013 Le paléolithique moyen et le paléolithique supérieur

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

(UCAD)d:\dossier des images\ucad.gif

Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation

(FASTEF)

EXPOSE 2:

PREHISTOIRE D’ANTIQUITE AFRICAINE


THEME :

Le paléolithique moyen et le paléolithique supérieur


EXPOSANT(E) S : SOUS LA DIRECTION DE :

Yancoba DIATTA M. Babacar DIAGNE

Alioune DIOP

Sokhna Anta NDIAYE

Mamadou DIAGNE

Abou KEBE

Serigne Mouhamed NDIAYE

Salamata DEH

Mamadou Fatah NDIAYE

Année Universitaire 2012 - 2013


PLAN DE L’EXPOSE :

INTRODUCTION

I°) le paléolithique moyen : période de l’homo sapiens neanderthalensis

A°) l’industrie :

B°) le mode de vie

II°) le paléolithique supérieur : période de l’homo sapiens sapiens

A°) l’industrie :

B°) le mode de vie

CONCLUSION

LEXIQUE

BIBLIOGRAPHIE


Introduction

Le terme paléolithique qui vient des mots grecs "palaios"(ancien) et lithos "pierre" est l’âge de la pierre taillée, qui couvre une bonne partie de la préhistoire ; depuis l’apparition de l’homme il ya 3 000 000 ans jusqu’à 5000 ans avant J.C. Précédant le néolithique, il est la première et la plus longue période de la préhistoire durant laquelle la société humaine est composée exclusivement de chasseurs, de cueilleurs et de pêcheurs. Le paléolithique commence avec l’apparition de la première espèce du genre homo. Il est subdivisé en quatre grandes périodes correspondant à une évolution culturelle et technologique : le Pré paléolithique ou paléolithique archaïque, le paléolithique inferieur, le paléolithique moyen et le paléolithique supérieur.

Ces deux dernières ères, qui font ici, l’objet de notre exposé, sont marquées par une nette évolution de l’homme. Ce dernier a constamment amélioré son outillage, ses armes ainsi que sa manière de vivre. Ainsi, pour une étude plus approfondie prenant en compte l’ensemble de ces éléments, notre travail s’articulera successivement autour de deux points : le paléolithique moyen correspondant à la période de l’homo sapiens neandertalensis et le paléolithique supérieur qui est celle de l’homo sapiens sapiens.

I°) le paléolithique moyen : période de l’homo sapiens neanderthalensis

S’inscrivant dans la continuité du paléolithique inferieur, le paléolithique moyen débute vers 150 000 ans et s’achève autour de 30 000 ans avec la disparition de l’homme du Neanderthal et l’arrivée des humains anatomiquement modernes (Homo sapiens sapiens) venus du Proche Orient. Cette période, marquée par la présence de l’homo sapiens neanderthalensis, révèle que celui-ci adopte une industrie et un mode de vie évolués par rapport à l’homo erectus.

A°) l’industrie :

L’homme de neanderthal a une industrie de pierre fort évoluée dite moustérienne qui comprend une soixantaine de types d’outils. Elle est subdivisée en cinq sous-groupes semblant correspondre à des variantes régionales où l’on retrouve à peu prés les mêmes outils bifaces et outils sur éclat tels que :

  • Les racloirs : ce sont des outils essentiellement caractérisés par un bord arqué retouché sur toute sa longueur qui porte en général de très nombreuses écaillures d’utilisation. Les dimensions sont variables (5 à 17 cm). Les plus grands sont appelés hachoirs.

  • La pointe : typiquement triangulaire et petite (6cm en moyenne) présente des retouches sur les bords et sur l’extrémité pointue. La face d’éclatement est généralement plane.

  • Les denticulés : ce sont des éclats pourvus d’indentation sur leur pourtour.

A noter que la pointe et le racloir ont servi à des usages divers mais principalement à dépecer, couper et racler.

L’homo sapiens neanderthalensis utilisait les os et les ramures de cervidés mais ne les façonne pas encore. Il ramasse parfois des pierres, des fossiles ou des coquillages de formes curieuses, ce qui suggère que son univers n’est pas strictement limité à des activités prosaïques.

09-001-1.jpg

Le moustérien africain se subdivise en deux zones distinctes :

Une zone nord rattachable à l’Europe ou au Moyen orient et qui ne contient que des industries mousteroïdes proche du vrai moustérien. En Tunisie par exemple, le site AÏN METER CHEM et EL GETAR sont des sites représentatifs du moustérien par leur richesse en racloir de type Atérien.

Une zone subsaharienne où les industries attribuées au moustérien se subdivisent en FAURESMITHIEN et en SANGOEN qui semblent correspondre à des endroits différents. Le FAURESMITHIEN se situe dans les pays plus ouverts, plus steppiques et ses industries se placent dans le GAMBLIEN alors que le SANGOEN est plus forestier.

En Afrique centrale et orientale, la culture intermédiaire est représentée par le SANGOEN qui est découvert par WAYLAND en 1920, l’industrie dérive de l’Acheuléen dont elle conserve les hachereaux et les bifaces à ses débuts en moindre proportion. Les éléments nouveaux sont de gros pics. On attribue ce changement d’outillage à une adaptation au foret et au travail intensif du bois. Cette période date de 40 000 ans environ à KALAMBO FALLS (nord Zimbabwe). Il est contemporain du moustérien superieur européen.

En Afrique du Sud, le FAURESMITHIEN est une sorte de moustérien de tradition Acheuléen en débitage.

A coté du moustérien, il ya le Levallois qui est l’une des méthodes de débitage les plus connues. Identifiée en XIXème siècle, il se caractérise par la possibilité de débiter de façon répétée des éclats dont la forme est déterminée avant leur détachement. Quant au Châtelperronien, il succède au moustérien, c'est une culture de transition entre la fin du Paléolithique moyen et le début du Paléolithique supérieur.



Ces techniques industrielles évoluées pratiquées par l’homo sapiens neaderthalensis lui a permis d’avoir un mode de vie plus adapté à son entourage.

B°) le mode de vie

Au paléolithique moyen, les hommes vivaient de chasse et de cueillette. Ils pratiquent aussi la pêche. Les méthodes de chasse ont évolué avec le temps. Au début, les hommes courraient après leurs proies, puis ils se sont construits des outils rudimentaires : lances, flèches, sagaies. La chasse à la battue est organisée pour les gros animaux. Affolé par les cris et les feux allumés, l’animal est encerclé et rabattu vers un endroit par exemple, vers les bords d’une falaise ou dans les marécages. Avec les animaux tués, les hommes du Paléolithique Moyen mangeaient, s’habillaient et fabriquaient des armes pour chasser et pêcher. La viande est la base de l’alimentation des chasseurs de cette période. Mais le menu est complété par la cueillette : de fruits, de racines, de plantes. A la fin du Paléolithique Moyen, la pêche devient courante : des harpons et des hameçons en bois ou en os permettent la capture des poissons. La maitrise du feu permet aux hommes de diversifier leur nourriture.

Durant cette époque, les variations du climat et la recherche du gibier leur imposaient de continuels déplacements. Pendant les longues périodes chaudes, ils vivaient surtout en Afrique, dans les campements à la belle étoile et les dans les huttes. Quand le climat se refroidissait ; ils cherchaient abri dans les cavernes et devaient les disputaient aux hyènes. Ils s’installaient à proximité des lacs, des fleuves ou des sources.

L’homme du paléolithique moyen améliorait constamment ses techniques de chasse aux gros gibiers. A cette époque, il savait dépecer les animaux et en retirer la peau pour en faire des vêtements ou des abris.

207724_333442650102364_860101984_n.jpgimagescaxqpsjz


Les hommes du Paléolithique moyen n'habitaient pas dans des grottes,
mais ils s'installaient dans des surplombs rocheux. Ils les fermaient avec des branches et des tentes de peaux.
Ils construisaient des huttes de bois, de pierres ou de peaux.
En Sibérie, il n'y avait pas de bois, alors les hommes du Paléolithique moyen se servaient des os et des défenses de mammouths comme protection pour leurs tentes. 

tribu.jpg (26029 octets)

Il existait peut être une religion primitive à cette époque. On a trouvé dans les tombes des restes d’animaux ; ce qui donne à penser que les peuples primitifs croyaient que les morts avaient encore besoin de nourriture. On retrouve des coutumes analogues, beaucoup plus tard, chez les peuples de l’antiquité, par exemple chez les égyptiens.

Il faut noter que sur le plan culturel et artistique, l’homme du paléolithique moyen possédait dans ses pratiques un caractère religieux avec la croyance en des concepts tels que l’Au-delà. Egalement certaines recherches ont révélé que les hommes du paléolithique moyen enterraient leurs morts et les vénéraient. C’est l’avènement des premières sépultures. Toutefois, il convient de souligner que cette activité culturelle a cohabité avec une vie artistique.neanderthal


La première preuve de l’expression artistique semble venir du paléolithique moyen avec la découverte de sites tels que les GROTTES DE BLOMBOS en forme de bracelet découvertes en 1991 en Afrique du Sud. C’est au paléolithique moyen qu’apparaissent également les premières manifestations de préoccupation esthétique ou symbolique évidente. C’est vers 100 000 avant JC toujours autour de la même période que l’homme spécialise ses techniques de taille de pierre. Ce qui éveille en lui un sens esthétique qui traduit une pensée symbolique.

entrée de la grotte de blombos interieur-grotte-blombos-par-henshilwood.jpgnéandertaliens à krapina

Extérieur Grotte de blombos Intérieur Grotte de blombos Néandertaliens autour d’un foyer

II°) le paléolithique supérieur : période de l’homo sapiens sapiens

Le paléolithique supérieur est une subdivision du paléolithique. C'est la période de la Préhistoire qui se situe entre 35 000 et 10 000 ans environ avant notre ère. Il correspond à la fin de la dernière période glaciaire. Il est précédé par le paléolithique moyen et est suivi par le mésolithique. Cette période qui marque la présence de l'homo sapiens sapiens, révèle que celui-ci a beaucoup évolué de par son industrie et son mode de vie.

A°) l'industrie

Le paléolithique supérieur est caractérisé par le développement notoire de l’industrie de l’os et de l’ivoire mais aussi par le perfectionnement des techniques de la pierre. En effet, au point de vue technique, les innovations abondent. L'une des plus importantes est peut être celle qui a consisté à modifier la taille du silex de façon à produire un grand nombre de lames régulières et standardisées à partir d'un même bloc. Ces lames beaucoup plus longues que larges et à bord parallèles constituaient des ébauches à partir desquelles il était possible de les faire varier considérablement.

Alors que les moustériens n'avaient qu'une soixantaine de types d'outils en pierre, les hommes du paléolithique superieur en ont plus de deux cents, sans compter les outils cumulant plusieurs usages. , ils façonnent l'os, l'ivoire et les bois des cervidés et pour en faire de nouvelles armes comme :

  • Les sagaies qui sont des tiges arrondies ou légèrement aplaties, droites ou arquées. Leur base est brisée ou effilée.

  • Les propulseurs constituent un accessoire de chasse dont la signification nous est révélée par l'usage qu'en font de nos jours les populations primitives d'Australie. Le propulseur est une baguette rectiligne terminée par un crochet.

  • Les harpons, instruments de chasse ou de pêche, étaient certainement attachés à sa base à un fil fait de tendon d'animaux.

magda_harpons.jpg sagaies, pendeloque en bois de renne et lamelles retouchées - campagne 2008, unité 3, aurignacien ancien.http://www.hominides.com/data/images/illus/outils/propulseur-magdalenien.jpg

Harpons Sagaies propulseur

L'homme du paléolithique supérieur crée de nouveaux outils comme les aiguilles à chas. Ils améliorent et inventent dans tous les domaines de la vie pratique en inventant des modes d'éclairage portatif.

Au paléolithique supérieur, les outils fabriqués par l’homme prennent des formes variées et ils sont très sophistiqués comme les alcènes, les burins à dent, les racloirs au pointe, des armures. La majeure partie de ces outils est fabriqué selon une technique très avancée permettant ainsi une économie importante de matière première à savoir le couteau qui sert à découper les aliments durs, la hache dont l’utilité était de couper les matières solides. Ils faisaient également l’usage de l'herminette pour tailler le bois. L’os, la corne et le cuir des cervidés sont abondamment travaillés. Plus tard vers -15000 ans dans la période magdalénienne, une nouvelle technique de pêche est mise en place. C’est ainsi que l’homo sapiens sapiens dispose de nouveaux outils tels que le filet, la nasse, la ligne, l’hameçon courbé. Ils péchaient différentes espèces de poissons : aguilles, saumon, et truite mais aussi brochets.

c:\documents and settings\mame\local settings\temporary internet files\t816398a.bmp

On note aussi que certaines périodes du paléolithique supérieur sont liées à la production de superbes objets de pierre comme les feuilles-de-l’aurier ou feuilles-de-saule. Des lames de silex de plusieurs dizaines de centimètre de long pour quelque millimètre d’épaisseur étaient produites en grand nombre au solutréen dans le sud-ouest de l’Europe. Vers la fin du paléolithique supérieur, l’usage de l’arc se généralise.

Cette période d'âge d’or de la préhistoire a connu plusieurs sociétés avec des cultures différentes. En effet, celles-ci vont se succéder durant toute la période du Paléolithique supérieur. Il s'agit de : 

  • L'Aurignacien (-38 000 à - 29 000) est caractérisé par ses sagaies aux pointes d'os et sa production artistique pariétale et mobilière. C'est l'époque de la Grotte Chauvet. 

  • Le Gravettien (- 29 000 à - 22 000) est connu pour ses statuettes aux formes Féminines particulièrement exacerbées, surnommées « Vénus ». 

  •  Le Solutréen correspond à la période du maximum glaciaire (-22 000 à - 18 500). Cette culture est propre au Sud-Ouest de la France et à l'Espagne. Elle est caractérisée par une taille du silex particulièrement sophistiquée (production de feuilles de laurier) et un art pariétal original que l'on trouve dans la grotte Cosquer dont l'entrée était à l'air libre.

  • Le Protomagdalénien (- 20 000 à - 18 000), qui termine le cycle gravettien, est connu pour son industrie lithique caractérisée par des burins dièdres, souvent multiples, des lamelles à dos et des lames à retouche "composite" dite protomagdalénienne. durant cette période de régression marine,'aiguille à chas et le propulseur sont inventés à cette époque. 

  • Le Badegoulien correspond également au maximum glaciaire (- 17 000 à - 15 000).

Il se rencontre sur l'ensemble de la zone franco-cantabrique (sud-ouest de la France et Cantabres), ainsi que sur la côte méditerranéenne de l'Espagne. Quelques indices sont signalés sporadiquement en Suisse et en Allemagne. Ce faciès correspond à l'ancienne dénomination « Magdalénien ancien » et se caractérise par un débitage sur éclats et un outillage dominé par les grattoirs et les outils "archaïques" (encoches, denticulés, pièces esquillées et racloirs), au détriment des burins et des lamelles à dos plus rares.

  • La Magdalénien se développe de - 17 000 à - 10 000 et coïncide avec une période de

réchauffement coupée de rechutes. Le propulseur se généralise, l'homme découvre le harpon. Cette culture est célèbre pour son art mobilier et son art pariétal, avec des œuvres telles que celles de la grotte d'Altamira en Espagne, de la Grotte de Font-de-Gaume en Dordogne ou de l'abri-sous-roche du Roc-aux-Sorciers dans la Vienne (France).

La fin de la culture du Magdalénien coïncide avec celle du Paléolithique supérieur qui s'achève avec la disparition du renne et du rhinocéros laineux due au réchauffement. Le retour de la forêt entraîne des changements au niveau de l'armement (microlithisation des armatures, généralisation de l'arc) qui caractérisent l'Épipaléolithique puis le Mésolithique.

Donc, cette période coïncide avec celle où l'homme a constamment amélioré ses instruments pour avoir un mode vie meilleur.
B°) le mode de vie
Le paléolithique supérieur correspond à l'epoque où l'homme a relativement évolué. Il enterrait ses morts avec grand soin. Les homos sapiens sapiens étaient des artistes de talent. Ils nous ont laissés de superbes gravures et de très belles peintures rupestres. Ils savaient déjà fabriquer leurs objets utiles pour la vie de tous les jours et même les embellir de dessins. Ils se servaient d'œufs d'Autriche décorés comme bouteille. Les femmes se faisaient des colliers avec les coquillages de la mer. Les hommes et les femmes se peignaient le corps à l'ocre rouge: c'est la naissance de l'art.

lascauxmainimagescannw5oh

Cheval (grotte de Lascaux France); Empreinte de main (Grotte Chauvet, France). Colliers en os et en coquillage( pal.sup)

L'homme du paléolithique supérieur chassait, cueillait et pêchait dans un climat froid mais avec une faune abondante. Cette période est souvent appelée l'âge d'or de la préhistoire. En effet, les hommes vivaient en clan d'une trentaine d'individus en semi nomade qui maîtrisaient totalement leur environnement loin des contraintes que connaîtront les agriculteurs du Néolithique.

Si le feu a vraisemblablement été maîtrisé il y a plus de 500 000 ans, et que les foyers sont nombreux sur les sites du paléolithique moyen, au paléolithique supérieur, Grâce au feu, l’Homme dispose de lumière, de chaleur, d’une arme contre les animaux et d’une méthode de cuisson pour ses aliments. Il sert également à faire éclater les matériaux durs, comme les silex, à modifier la couleur des pigments minéraux et, dans certaines régions comme la Moravie et le Japon, à cuire des figurines et des récipients en argile.

http://tautavel.univ-perp.fr/images/commerce_images/image_produit_41.jpghttp://www.eulalie.fr/img/jpg/lievin2.jpg

Conclusion


En définitive, le paléolithique moyen et le paléolithique supérieur qui constituent la période terminale d'une époque marquée par le passage d'un homme qui a constamment évolué. De l'homo sapiens neanderthalensis à l'homo sapiens sapiens, il a crée de nouveaux outils avant de les améliorer pour avoir un mode de vie plus confortable.

Dés lors, si le paléolithique supérieur est considéré comme l'âge d'or de la préhistoire a cause de l'ingéniosité l'homo sapiens sapiens, cette période marque la fin d'un processus d'évolution de l'homme et le début d'un autre avec l'avènement du néolithique.

Résumé

Le paléolithique moyen et le paléolithique supérieur

Introduction

Compris entre 150 000 à 10 000 ans av JC, Le paléolithique moyen et le paléolithique supérieur constituent respectivement la deuxième et la troisieme et dernière partie du paléolithique. Le paléolithique moyen correspond à l'existence de l'homo sapiens neanderthalensis alors que l'homo sapiens sapiens a vécu durant le paléolithique supérieur.

I°) le paléolithique moyen : période de l’homo sapiens neanderthalensis:

Compris entre 150 OOO et 35 000 ans av JC, le paléolithique moyen a vu l'homo sapiens neanderthalensis exercer une activité industrielle dense pour améliorer son mode de vie.

A°) l'Industrie:

L'homme du paléolithique moyen a une industrie évoluée par rapport à l'homo erectus. La principale manifestation industrielle est celle moustérienne. Elle comprend une soixantaine d'outils dont les racloirs, les pointes et les denticulés. Il utilisait les os et les ramures de cervidés mais ne les façonne pas encore. A coté du moustérien, il ya le Levallois qui est l’une des méthodes de débitage les plus connues et le Châtelperronien. Ce dernier succède au moustérien, c'est une culture de transition entre la fin du Paléolithique moyen et le début du Paléolithique supérieur.

B°) le mode de vie:

Au paléolithique moyen, l'homme vivait de chasse et de cueillette. Il pratiquait aussi la pêche. Construisant des outils rudimentaires (lances, flèches, sagaies), ses activités quotidiennes deviennent moins difficiles. Durant cette période, la pêche devient courante et la maitrise du feu permet aux hommes de diversifier leur nourriture. Il faut noter que sur le plan culturel et artistique, l’homme du paléolithique moyen possédait dans ses pratiques un caractère religieux avec la croyance en des concepts tels que l’Au-delà et des esquisses de manifestation esthétique ou symbolique évidente.

II°) le paléolithique supérieur : période de l’homo sapiens sapiens:

Situé entre 35 000 et 10 000 ans av JC, le paléolithique supérieur correspond à la période où l'homme a amélioré son industrie et son mode de vie par rapport au paléolithique moyen.

A°) L'industrie:

Au paléolithique supérieur, l'homme développe l’industrie de l’os et de l’ivoire mais aussi perfectionne les techniques de la pierre. La modification du silex permet par exemple de rendre plus performantes les lames. Durant cette période, des manifestations culturelles de plus en plus perfectionnées se succèdent (Aurignacien, Gravettien, Protomagdalénien, Solutréen, Badegoulien, Magdalénien). 

B°) le mode de vie:

Au paléolithique supérieur, l'homme a beaucoup évolué. Il enterre ses morts avec grand soin et montre ses talents d'artistes. Il fait de superbes gravures et de très belles peintures rupestres. Considérée comme l'âge d'or de la préhistoire, cette période voit l'homme chasser, cueillir et pécher avec un grand soin et cela dans climat froid. Vivant en clan, il utilise ingénieusement le feu et pratique des cultes religieux de plus en plus marquées.

Conclusion

Le paléolithique moyen et le paléolithique supérieur, marquent la période de la préhistoire où l'homme à commencer à vivre de manière organisée. Il vit en groupe, perfectionne sa recherche d'aliments, améliore ses talents d'artiste et cultive con coté religieux.

Lexique:

Surplomb: pierres dépassant du creux de la grotte.

Moustérien: nom général donné à une serie d'insdustrie plus ou moins apparenté ayant en commun certaines caracteristiques techniques et typologiques et existant Afrique, en Asie, en Europe pendant la derniere glaciation.

Glaciation: période géologique durant laquelle l'évolution des conditions climatiques entraîne l'extension des glaciers.

Würm: dernière glaciation alpine en Europe




Ramures de cervidés : ensemble des bois des animaux de la famille des cervidés

Biface: outil travaillé sur les deux faces

Silex: roche selicieuse tres dure formant des ragnons dans certaines roches calcaires et fut utilisé par les premiers hommes préhistoriques comme arme et comme outil.

FAURESMITIEN : derivé du nom FAURESMITH qui est un gisement au bord du fleuve orange en Afrique Australe.

SANGOEN : industrie préhistorique de l’Afrique centrale et de la région des Grands Lacs, révélant une adaptation au défrichage forestier de 100 000 à 40 000

Gamblien : dernier pluvial dans le pléistoceire africain.

Acheuléen : industrie à biface évoluée qui, en Europe, succede à l'abberilien. En Afrique, il est constitu la partie superieur de la culture dite chelles acheul

Atérien : industrie du paléolithique superieur d'Afrique du nord et du Sahara.

Grottes de BLOMBOS : situé en Afrique du Sud, le site de Blombos est certainement l'un des principaux sites au monde où l'humanité, au sens culturel et cognitif, est née. Toutes les découvertes  réalisées sur le site sont des "premières", ou les plus anciennes retrouvées : une  première approche de l'art, une nouvelle technique de taille de la pierre, une certaines recherche esthétique.

Aurignacien : Période du paléolithique supérieur, caractérisée par la fabrication de lames de silex, d'outils en os, et l'apparition de l'art figuratif.

Badegoulien : Faciès industriel du paléolithique supérieur (15000 avant J.-C.), défini sur le gisement éponyme de Badegoule en Dordogne.

Solutréen : industrie au paleolithique superieur. Elle commence vers la fin du wurm 3

Grattoir : outil sur lame ou éclat présentant un front arrondi fait par retouche. Il a pu servir à gratter les peaux.

Racloir : éclat dont un ou plusieurs tranchants ont été retouchés de façon à obtenir une arête plus régulière, moins tranchant et plus solide.

Levallois : consiste à préparer le nucléus de façon spectaculaire pour en tirer un éclat de forme prédéterminée: ronde, ovale ou rectangulaire.

Burin: outil présentant une arête transversale en ciseau à une de ses extrémités simples ou plusieurs de ses arêtes.

Bibliographie

I°) ouvrages généraux

  1. Encyclopédie Autodidactique Aristide QUILLET, tome I, librairie Aristide QUILLET, Paris, 1975, p. 589

  2. ALIMEN H., Atlas de Préhistoire, ed. N. Boubee et Cie, 1965

  3. KI ZERBO J., Histoire de l’Afrique noire : hier à demain, Paris, HATIER 1978

  4. DESCAMPS Cyr, Initiation à l’étude de la préhistoire, Octobre 1976


II°) ouvrages spécialisés

  1. DE BEAUME Sophie, les hommes du temps de Lascaux 40 000 à 10 000 av JC, Hachette, 1995.

  2. BORDES F., Paléolithique dans le monde, Hachette, Paris, 1968

  3. Chavaillon . l’age de l’humanité, chronique du paléolithique, ed, o. jacob, J .1996.

  4. Djindjan (françois), koyowski (janvez); otte (Marcel), le paléolithique supérieur en europe,Paris, Armond collin 1999.

III°) manuels

  1. KiZERBO M'BOW M A , DEVISSE J., des origines au VIeme siecle avan JC, classe de 6eme, Hatier, 1969.

  2. C.A.R.A.P., histoire des premiers hommes à l'Islam, classe de 6eme, Nathan Afrique, 1967.

IV°) liens internet

  1. http://archeofacts.ch/blog/?m=201002  N. Solic )

  2. www.Hominidés.com 

  3. http://www.prehistoirepaca.com

  4. http://fr.wikipedia.org/wiki/Homo_habilis

  5. http://www.google.sn/imgres?imgurl=http://www.hominides.com/data/images/illus/site-prehistorique/blombos/entree-grotte-blombos.

  6. http://archeofacts.ch/blog/?cat=17

  7. http://www.nicetourisme.com/a-faire/209-MUS

  8. http://da.finanzalarm.com/details/Fauresmithien.html

  9. http://boissy.rostand.a.free.fr/prehistoire/paleolithique.htm

V°) Microsoft Encarta 2008, Microsoft Corporation, 1993-2007



similaire:

Bibliographie introduction iconBibliographie p Introduction Indications pour la rédaction de l’introduction...

Bibliographie introduction iconBibliographie Introduction

Bibliographie introduction iconBibliographie introduction

Bibliographie introduction iconBibliographie Introduction

Bibliographie introduction iconUne introduction à sa bibliographie

Bibliographie introduction iconBibliographie 48 Introduction «La commune est le berceau de la démocratie»

Bibliographie introduction iconBibliographie p. 21 Introduction Nous avons élaboré ce dossier à...

Bibliographie introduction iconIntroduction (ou insérer dans les chapitres géogr et rédiger une introduction commune)

Bibliographie introduction iconBibliographie 48 Introduction Selon John Kay, auteur de l’ouvrage...
«permettre à ses clients de communiquer leurs émotions où et quand ils le souhaitent dans les meilleures conditions possibles.»

Bibliographie introduction iconBibliographie 10 Sujets de dissertation 10 Introduction «Rien de nouveau sous le soleil»
«les peuples heureux n’ont pas d’histoire»; et permanence, pour que l’histoire ait malgré tout un sens qui la rende intelligible






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com