Le vocabulaire de la bande dessinÉe





télécharger 35.83 Kb.
titreLe vocabulaire de la bande dessinÉe
date de publication16.10.2016
taille35.83 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
BD MIX ou la passion du dessin

Le vocabulaire de la bande dessinÉe

(Les termes avec * sont employés dans les vidéos)

Acrylique (peinture)*(f.) : type de peinture inventée au milieu du XXème siècle au Mexique associant des pigments à un liant composé de résine acrylique. Le temps de séchage de cette peinture est très rapide contrairement à la peinture à l’huile.

Angle de vue (m.) : point d’où l’on voit une scène.

Album*(m.) : synonyme de livre ou recueil pour une publication d’une histoire en bandes dessinées.

Appendice (m.) : désigne le tracé qui relie une bulle à un personnage. Il peut être un tracé continu le texte des dialogues ou une succession de petites bulles pour des pensées.

Aquarelle* (f.) : technique de peinture utilisant des couleurs délayées dans l’eau et appliquées sur du papier épais absorbant.

Atelier* (m.) : lieu de travail d’un artiste.

Aventure* (f.) : histoire, intrigue, récit, série de péripéties qui arrivent à un ou plusieurs personnages.

Bande (f.) : série de cases, suite de dessins qui constituent un récit.

Bande dessinée (BD ou bédé)* (f.) : récit constitué d’un ensemble de planches comprenant des images dessinées intégrant le plus fréquemment des textes brefs. Par extension, la bande dessinée désigne aussi la discipline artistique, aussi appelée le neuvième art.

Best-seller*(m.) : ouvrage qui connaît un grand succès commercial.

Blague* (f.) : histoire drôle, plaisanterie.

Bleu outremer* : couleur bleue intense qui tire sur le violet.

Bulles* (appelés aussi phylactères) (f.) : espaces généralement ovales ou rectangulaires délimités par un trait et contenant les paroles ou les pensées des personnages ou du narrateur d’une bande dessinée.

Burlesque* (m.) : type d’humour basé sur une succession de gags rapides souvent a priori incohérents : chutes, bagarres, contrastes très forts entre des personnages, etc.
Cadrage* (m.) : mise en place des sujets présentés dans la case.

Case*(f.) : image ou vignette généralement encadrée contenant un dessin et éventuellement un texte. La case est la plus petite unité du récit. La succession de cases constitue le récit d’une bande dessinée.

Calibrer* (verbe) : définir les différents paramètres d’une case : taille, positionnement respectifs du texte et du dessin.

Calque*(m.) : copie d’un dessin fait par transparence.

À l’origine, dessin reporté sur un papier translucide, appelé papier calque.

Champ/contrechamp* (m.) : l’alternance champ/contrechamp permet de présenter la même scène de deux points de vue opposés : devant/derrière, gauche/droite, va-et-vient d’un protagoniste à l’autre dans une scène de conversation.

Contour (m.) : ligne matérialisant la limite extérieure d’un objet, d’un personnage, d’une bulle.

Couche* (f.) : substance étalée sur une surface.

Couleur* (f.) : la couleur ou l’absence de couleur jouent un rôle essentiel en BD.
Les couleurs primaires sont le rouge, le bleu et le jaune.

En imprimerie, le procédé appelé quadrichromie permet de récréer un large spectre de couleurs à partir des trois teintes de base, le bleu cyan, le magenta (rouge violacé) et le jaune associées au noir.

Les couleurs froides sont le violet, le bleu, le vert. Elles évoquent le calme, la tristesse…
Les couleurs chaudes sont le rouge, l’orange et le jaune. Elles évoquent l’action, le danger…

Le noir est en général utilisé pour les contours des personnages, des bulles.
Selon le choix artistique des auteurs, certaines bandes dessinées sont exclusivement réalisées en noir et blanc.

Crayonné * (m.) : première version d’un dessin ou d’une planche de bande dessinée en général réalisée au crayon à papier.

Croquis* (m.) : dessin rapide d’un sujet au crayon noir ou à la plume.

Décor* (m.) : ensemble des éléments servant à représenter le lieu où se passe l’action.

Découpage (m.) : division d’un scénario en séquence.

Dessin* (m.) : technique graphique qui permet de représenter des objets, des personnes, des formes géométriques, des éléments décoratifs, etc. sur une surface à l’aide d’outils comme le crayon, la plume, la craie, le pinceau, etc.

Le dessin fait partie des arts plastiques.

Ellipse (f.) : procédé qui consiste à abréger le récit du déroulement d’une action en faisant abstraction de certaines étapes.

Encadré narratif (m.) : rectangle qui contient un texte attribué au narrateur.

Encre (f.) : liquide, préparation pâteuse noire ou d’une autre couleur, employée pour dessiner ou écrire.

Encrage (m.) / encrer* : procédé qui consiste à repasser les traits du dessin à l’encre noire (en général, encre de Chine) pour renforcer les traits.
Fac-similé* (m.) : reproduction exacte d’un dessin ou d’un écrit.

Fanzine (m.) : mot-valise créé à partir des mots « fan » et « magazine » et qui représente une revue de faible diffusion préparée par des adeptes d’une activité particulière. Par exemple, un fanzine sur la bande dessinée.

Fond* (m.) : couche inférieure sur une feuille qui constitue la partie arrière d’un dessin ou d’un tableau.

Format (m.) : dimension ou taille d’un objet.
Gag* (m.) : effet comique.

Graphisme* (m.) : ensemble des techniques utilisées pour réaliser une image.

Gris de Payne* (m.) : couleur grise tirant vers le bleu.

Harmonie* (f.) : agencement d’éléments ressenti par le spectateur comme agréablement et adéquatement proportionné.

Héroïc fantasy (f.) : genre de bandes dessinées décrivant des aventures héroïques dans des mondes imaginaires.

Hologramme* (m.) : procédé photographique qui permet de présenter une image en relief.

Humour* (m.) : forme d’esprit consistant à présenter la réalité de façon drôle dans le but d’amuser. Avoir de l’humour, avoir le sens de l’humour.

Idéogramme (m.) : signe graphique qui représente une idée.

Imaginaire* (m.) : ensemble des représentations du monde créées par l’imagination en relation ou non avec le monde réel.

Imposition* (f.) : répartition des pages en vue d’une publication imprimée pour qu’elles se suivent dans l’ordre numérique après pliage.

Insert (f.) : Image insérée dans une case ou intercalée entre deux cases pour présenter un détail en gros plan ou mettre en valeur un élément visuel utile au récit.
Jus* (m.) : couche de couleur très diluée appliquée sur un papier pour le rendre moins blanc, aussi appelé lavis.

Jaune safran (m.) : couleur jaune-orangée.
Lettrage (m .) : écriture à l’encre de Chine du texte et des onomatopées de la bande dessinée.

Lignes de force (m.) : lignes déterminant la structure de la case (horizontales, verticales, diagonales, etc.).
Mise en page* (m.) : agencement des cases sur la planche d’une bande dessinée.

Modèle* (m.) : objet ou personnage qu’un artiste représente graphiquement.

Morphologie* (f.) : forme du corps humain.

Narration*(f.) : récit, le fait de raconter une histoire ou une aventure.

Négatif* (m.) : image photographique dans laquelle les parties sombres sont claires et vice versa.
Ombre* (f.) : représentation picturale d’une zone privée de lumière.

Onomatopée (f.) : mot destiné à représenter un son. Exemples : Cui-cui ! Paf ! Plouf !

Page/double-page *(f.) : feuille ou double-feuille imprimée.

Panoramique* (m.) : représentation d’un espace vu à 180°.

Pastel* (m.) : bâtonnet de pigments colorés utilisé pour colorer un dessin. Par extension, dans les arts plastiques, un pastel désigne aussi l’œuvre créée avec cette technique.

Peinture* (f.) : matière liquide composée de pigments de couleurs. La peinture est également l’œuvre réalisée par un artiste et la dénomination générale de toutes les œuvres picturales.

Personnage* (m.) : héros, protagoniste ou personne qui figurent dans un récit de bande dessinée.

Perspective (f.) : procédé utilisé pour représenter l’espace en trois dimensions sur une surface plane.

Pictural* (adj.) : relatif à la peinture ou aspect d’une représentation qui ressemble beaucoup à une peinture.

Pictogramme (m.) : représentation graphique schématique utilisée pour faire passer des messages ou des consignes ou pour symboliser une activité, par exemple : sur les panneaux de la signalisation routière, les informations sur le téléphone mobile, les modes d’emploi, etc.

Pinceau* (m.) : instrument de dessin composé d’un manche et d’un ensemble de poils servant à appliquer de la couleur.

Plan (m.) : le plan désigne la façon de présenter le sujet vu à des distances différentes selon l’effet recherché. Le terme « plan » peut aussi être utilisé pour désigner l’organisation d’une case : le premier plan, le second plan, l’arrière-plan.

- Le plan d’ensemble (ou plan général) présente un lieu vu d’assez loin où les personnages sont plus ou moins visibles. Il place le cadre de l’action à venir.

- Le plan moyen présente les personnages, des pieds à la tête, avec ou sans décor.

- Le plan américain présente un personnage coupé à mi-cuisses.

- Le plan rapproché présente un personnage à la ceinture. Il met en avant les gestes, les attitudes.

- Le gros plan présente des détails du visage, des expressions.

- Le très gros plan désigne la présentation d’un détail (un doigt, des yeux, etc.).

Planche* (f.) : page entière d’une bande dessinée.

Plongée/contre-plongée (f.) : la plongée correspond à une vue plongeante, le spectateur se situe au-dessus de la scène représentée et la contre-plongée correspond à une vue ascendante, le spectateur se situe en-dessous du personnage ou de la scène représentée.

Plume* (f.) : plume d’oiseau ou morceau de métal servant à écrire.

Point de fuite (m.) : point imaginaire qui permet au dessinateur de construire sa case en respectant les perspectives.

Préface* (f.) : texte de présentation placé au début d’un ouvrage.
Raccord visuel/textuel (m.) : façon de faire se succéder deux images.

Les raccords visuels peuvent être un ou des personnages, une action en cours, une partie du décor ou des objets identifiables. Les raccords textuels peuvent être du texte du narrateur contenant des indications temporelles, une phrase suspendue par des points de suspension, des bruitages, des indications écrites dans l’image (panneau indicateur, enseigne …)

Récit* (m.) : histoire réelle ou inventée que l’on raconte par écrit ou à l’oral.
Saga (f.) : histoire d’une famille ou d’un groupe de personnes sur plusieurs générations.

Scanner* (verbe) : action qui permet de balayer une surface afin d’en obtenir une image et éventuellement de la reproduire.

Scénario (m.) : présentation sous forme de plan du récit d’une bande dessinée avec description des images et indication des textes (dialogues, narration, etc.).

Le scénario de bande dessinée peut se résumer parfois à la trame de l’intrigue.

Scénariste* (m.) : auteur(e) du scénario.

Science-fiction* (f.) : genre qui se base sur les conséquences des découvertes de la science pour imaginer des récits se déroulant dans l’avenir.

Série (f.) : ensemble de bandes dessinées dont le héros principal est identique. Exemples : Astérix, Tintin, Titeuf, etc.

Sépia* (f.) : couleur brune très foncée.

Séquence*(f.) : suite de cases qui constitue une unité narrative.

Studio de dessin* (m.) : atelier d’un ou plusieurs artistes.

Style* (f.) : manière de dessiner.

Synopsis : résumé du scénario qui décrit les grandes lignes de l'histoire et qui permet de se faire une idée globale du thème et de l'évolution des personnages.
Tableau*(f.) : œuvre picturale.

Ton (m.) : couleur considérée du point de vue de son intensité lumineuse et de son degré de saturation, ou par rapport à l’impression qu’elle produit. Le ton peut aussi représenter la manière d’exprimer sa pensée.

Tonalité* (f.) : couleur dominante d’une case, d’une planche, d’un album, impression d’ensemble d’une œuvre.

Trait* (m.) : ligne tracée sur une surface.
Western* (m.) : récit qui se passe au temps de la conquête de l’Ouest des États-Unis.
Zoom (m.) : procédé qui imite le rapprochement ou l’éloignement du sujet présenté par analogie au monde cinématographique.

DVD-MAEE « BD MIX ou la passion du dessin» de Jean-Loup Martin,

produit et diffusé par le ministère

des Affaires étrangères et européennes – juin 2009




similaire:

Le vocabulaire de la bande dessinÉe iconRetrospective france – bande dessinee
«Froid équateur» (1992) furent des véritables best-sellers. Parallèlement à ce travail de dessinateur de bande dessinée, Enki Bilal...

Le vocabulaire de la bande dessinÉe iconL'histoire de la Bande Dessinée

Le vocabulaire de la bande dessinÉe icon1. De la littérature en estampe à la bande dessinée

Le vocabulaire de la bande dessinÉe iconEvolution de la bande dessinee depuis 10 ans

Le vocabulaire de la bande dessinÉe iconEt des extraits de différents classiques du roman d'aventures, d'époques...

Le vocabulaire de la bande dessinÉe iconTraductrice français/anglais→russe, russe→français : cv
«Le Monde diplomatique en bande dessinée», traduction de l’album, pour le Festival BoomFest, édition 2011

Le vocabulaire de la bande dessinÉe iconI. Histoire de la bande dessinée depuis son invention (1827)
«comics crime». Malgré cela, les super-héros demeurent des symboles forts de l’histoire du pays de l’Oncle Sam

Le vocabulaire de la bande dessinÉe icon27eme Festival du livre de jeunesse et de bande dessinée de Cherbourg-Octeville
«Et puis quand tu seras rentrée à Montréal, quand tu seras de nouveau de l'autre côté de l'Atlantique, tu m'écriras aussi ?» (p....

Le vocabulaire de la bande dessinÉe iconPourquoi écrire aujourd’hui ?
«transplanet», rédigé entre 2002 et 2005, et que j’aimerais adapter sous forme de bande dessinée, puis de film (éventuellement réalisé...

Le vocabulaire de la bande dessinÉe iconLa création d’une bande dessinée
Les bandes dessinées. Certains reprochent à ceux-ci leur et leur mais les ont néanmoins su développer une industrie du dessin animé...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com