Avant Propos





titreAvant Propos
page2/12
date de publication21.05.2017
taille377 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

Introduction




A l’heure où Culturesfrance est créé (fusion de l’Association française d’action artistique et l’Association pour la diffusion de la pensée française), opérateur au cœur des échanges et des dialogues entre la culture française et les cultures du monde, les initiatives privées en la matière abondent. L’expression artistique des cultures du monde en France représente dorénavant un secteur porteur et un réseau organisé qui n’a pas attendu la reconnaissance institutionnelle pour se constituer. Il est le fruit de la volonté de passionnés qui se sont donnés pour objectif de faire découvrir au public occidental les richesses culturelles des Autres. Contre les peurs et les préjugés, ils ont choisi l’ouverture, l’échange et le rapprochement…

Au-delà du cloisonnement de rigueur dans les arts, ce sont bien les cultures à travers leurs multiples aspects artistiques qui nous intéressent ici (arts de la parole, cinéma, théâtre, littérature, art culinaire, arts plastiques, etc.). Si l’expression artistique des cultures du monde diffusée en France concerne encore majoritairement les domaines de la musique et de la danse, de plus en plus de disciplines s’ouvrent au regard des publics français. Néanmoins, notre réflexion se basera sur les seules études disponibles à ce jour et abordant exclusivement les musiques du monde. Par ailleurs, leur diffusion se manifeste aujourd’hui principalement à travers l’événementiel : les festivals dans le cadre culturel, les foires internationales et autres soirées à thèmes au niveau de l’animation commerciale. Le développement des festivals représente un phénomène en soi dans le milieu des musiques du monde, c’est pourquoi notre étude se penchera notamment sur ses réalités. Cependant, approfondir l’approche événementielle ne signifie en aucun cas que nous n’apporterons pas l’importance qui lui est due à l’idée de permanence.
Le terme « musiques du monde » semble renfermer une réalité multiple qu’il nous faut dans un premier temps tenter de définir. S’il est toujours complexe de classer une musique dans une catégorie, dans un pré-découpage de genres musicaux, nécessairement réducteur, la chose est encore plus difficile lorsqu’il s’agit des musiques du monde. En effet, qu’ont en commun les chansons de Césaria Evora avec les tambours du Burundi ? Aucune origine commune, ni structure rythmique, mélodique ou instrumentale qui puissent justifier cette appellation collective.
Les musiques du monde sont donc bien une « auberge espagnole où cohabitent souvent l’ethnique et les variétés locales, le traditionnel, et des productions qui n’ont de world que le nom ». Aucune définition musicologique n’existe pour cette expression, il convient juste de noter que l’origine de la musique doit se situer hors du contexte de civilisation dans lequel est diffusée cette musique, dans un environnement culturel plus ou moins éloigné. Le champ des musiques du monde relève donc de l’exotisme dans le milieu où elles sont diffusées. L'appellation "musiques du monde" renvoie à un ensemble flou et hétérogène de musiques que l'on essaie de décrire en procédant à de longues énumérations. Une acceptation large1 retiendra un spectre de musiques pouvant être assimilées à des musiques du monde parmi lesquelles :

  • La musique ethnique

  • La musique traditionnelle

  • La musique francophone

  • Les musiques des diasporas du monde en France

  • Les musiques des diasporas du monde en Europe

  • Les musiques folkloriques

  • La World Music

  • Les musiques métisses

  • Les musiques exotiques

  • Les musiques d’ailleurs

  • Les musiques d’ici (régionales)

Dans ce cadre, notre étude abordera les musiques du monde dans leur ensemble, mais à un moindre degré les musiques traditionnelles « d’en-France ». Souvent mêlées, dans les programmations et réflexions théoriques, aux musiques du monde en tant que musiques traditionnelles, elles ne seront pas considérées ici comme l’objet principal de notre étude.
Ainsi posée une certaine définition de ce que sont les musiques du monde, notre interrogation porte sur les conditions d’amélioration de la pertinence d’un festival tourné vers les cultures du monde. Quels sont les festivals existants ? Y’en a-t-il beaucoup ? A quels publics s’adressent-t-ils ? Y’a-t-il une utilité à créer de nouveaux événements ? Quels sont les écueils à éviter ? Et les atouts à développer ?
Bref, dans quels buts met-on en place un festival des cultures du monde ? Y’a-t-il un positionnement particulier qui pourrait apporter un complément à l’offre existante ?

Il s’agira donc dans un premier temps de réaliser un état des lieux de ce champ culturel, d’en cerner les réalités multiples, pour tenter d’en définir une nomenclature aussi précise que possible. Cet exercice permettra ainsi de mieux appréhender les divers enjeux liés à ce réseau artistique. Il semble en effet indispensable, avant toute tentative de définition d’un projet, de savoir où on met les pieds, et quels sont les acteurs en présence.

Dans un second temps, ayant effectué ce tour d’horizon et dégager les problématiques propres à tout le secteur, il conviendra d’affiner notre réflexion par l’étude de cas. Cette analyse des choix de positionnement de structures ayant un même objet mais l’abordant différemment revête un intérêt particulier : celui de faire émerger les potentialités mais aussi les faiblesses liées à ce domaine artistique, pour pouvoir dégager par la suite l’intérêt que présenterait la création d’un nouvel événement.

Ce travail nous permettra en dernier lieu de présenter nos propositions pour un festival « innovant ». Tant est qu’un festival se créé pour être innovant…
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Avant Propos iconAvant-propos

Avant Propos iconAvant-propos

Avant Propos iconAvant-propos : présentation du livre

Avant Propos iconAvant-propos
...

Avant Propos iconAvant-propos
«Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.» (Guy Debord, La Société du spectacle, 1967)

Avant Propos iconAvant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance
«autres» dans l’histoire enseignée ? Par Dominique Santelli et Daniel Gilbert, professeurs

Avant Propos iconAvant-propos Où l’auteur de ce singulier ouvrage raconte au lecteur...

Avant Propos iconAvant-propos
«Dictionnaire français-anglais de l’architecture vernaculaire», dont on chercherait en vain les équivalents ou concurrents dans les...

Avant Propos iconThèse de doctorat d’Etat, Université Toulouse1-sciences sociales,...
«Une enquête sur la langue au xixe siècle en Tarn-et-Garonne. Dis-moi comment tu parles, je te dirai qui tu es.», Avant-propos, pp....

Avant Propos iconAvant-propos. Boisguilbert : un précurseur oublié 1
«Dans le cadre des relations d’échange, les rapaces que sont les hommes sont obligés de se conduire de façon raisonnable». Alors...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com