Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire





télécharger 60.49 Kb.
titreEnseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire
date de publication21.05.2017
taille60.49 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

/

Colloque franco-allemand organisé par le Goethe-Institut Nancy,

l’APHG et l’AG Franz billing du 21 au 23 mars 2007
Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire
« Réalités et Mémoires de la Première Guerre Mondiale »


Ouverture :
Le thème de la Première Guerre Mondiale permet de réaliser une convergence entre programmes d’histoire et d’allemand et donc une collaboration étroite entre les deux disciplines.

L’objectif premier est de transmettre des valeurs de paix mais il paraît aussi nécessaire de rappeler que l’allemand ne sert pas seulement à être professeur de langues !

« Étranger-Fremder » et « Migration »
Cité nationale de l’histoire de l’immigration : http://www.histoire-immigration.fr

La Cité met en ligne un film et des dossiers sur l’histoire de l’immigration en France

Est en projet une exposition temporaire franco allemande en partenariat avec le musée de l’histoire de l’Allemagne : www.dhm.de : « Regards croisés France-Allemagne »

du 15 décembre 2008 au 15 mars 2009 à Paris puis à Berlin.


  • Objectif : faire connaître l’apport des immigrés en France

  • des activités pédagogiques et des ressources en ligne

  • Structures de l’exposition : dates-clés, thématiques, point expression et écoute




  • Exemples de Thématiques :

Nous et L’Autre du point de vue français et allemand

200 ans d’immigration en France :

1848 : émergence de la nation en France et en Allemagne :imagerie et discours XXème siècle : image et traitement de l’autre, la représentation de l’autre….

Évolution des représentations de l’autre

Mythes et Stéréotypes


  • Colloque scientifique autour de ce thème en novembre 2007 à Strasbourg

L’institut Goethe en tant que partenaire de la cité soutient les aspects culturels, et apporte des ressources, du matériel. Il prévoie la formation de groupes de travail d’enseignants de plusieurs disciplines, notamment en allemand et en histoire pour proposer du matériel pour l’utilisation pédagogique de l’exposition mais aussi la création d’une exposition itinérante.

Pourront être associés des enseignants en arts plastiques et en lettres.

Ce matériel pédagogique serait réalisé avec le soutien du CNDP
Le 10 Mai 2007 est organisé par l’institut Goethe avec la collaboration de l’UNESCO un colloque international « Europe : Le développement par la migration et l'intégration »

http://www.goethe.de/ins/fr/par/ges/eur/fr2173344.htm




Conférences « Réalités et Mémoires de la Première Guerre Mondiale »

En partenariat avec l’APHG Lorraine, avec le concours du Consulat Général d’Allemagne à Strasbourg, la ville de Nancy, l’académie Nancy-Metz.

Avec la participation de

Gerd Krumeich, professeur de l’Université de Dusseldorf

Frédéric Rousseau, professeur de l’Université de Montpellier 3

Animées par Didier Francfort, professeur de l’Université de Nancy 2

Introduction par François Roth, professeur émérite de l’Université de Nancy 2
Ouverture

Histoire + Géographie + Langues Étrangères = ouverture au monde

Importance du thème et de l’Allemagne dans la région de Nancy :

exemple : bibliothèque détruite en octobre 1918
Introduction au thème par François Roth :

« Les combattants de la Première Guerre Mondiale »

« ceux de 14 » de Maurice Genevoix
La Grande Guerre

  • au contraire de la guerre de 1870 qui a duré 7 mois, la 1ere GM a duré 52 mois.

  • « Vous serez rentrés à Noël »


Jean-Baptiste Duroselle : La Grande Guerre des Français, 1914-1918, Perrin, 1999.

Pour les allemands, c’était aussi la Grande Guerre mais

Les Français se sont battus sur leur sol : guerre de défense

Les allemands se sont battus pour « Vaterland » mais peu sur leur sol

Cependant 2 fronts principaux : ouest et Pologne et Pays Baltes

  • Les allemands étaient sur deux fronts, avec de réelles victoires, des avancées


Trois premiers mois : Mouvement, offensive

  • Arrivée des Allemands à 30 km de Paris

  • Offensive française en Lorraine : libération de Mulhouse pour 48h


Ceux de 14 n’étaient pas ceux de 18 :

Habits, Armements :

Ils découvrent le combat : « baptême de feu »

Guerre de front : il s’établit à partir d’octobre

  • guerre de fantassins, de cavaliers côté allemand

  • les chevaux tirent les canon

  • les coups à l’arme blanche restent limités


Témoignage de soldats du 20-24 Août 1914 :

Ils ne partent pas la fleur au fusil mais obéissent aux ordres

Les fantassins tout comme l’artillerie ont un rôle déterminant car ils stoppent les offensives, c’est l’artillerie qui provoque les hécatombes.
A l’automne, la ligne de front est continue, cette situation est imprévue, inédite.

La guerre de position s’installe à l’ouest, tandis qu’à l’est c’est encore une guerre de mouvement.

Les tranchées sont construites, les attaques sont localisées.
Pour les soldats « attendre, tenir, souffrir, mourir »





Frédéric RousseauCollectif : http://www.crid1418.org/


Gerd Krumeich

Historial de la Grande Guerre :

http://www.historial.org/


Traces et témoignages




Toutes les traces doivent être utilisées (avec la prudence et la précaution légitime de l’historien) mais les témoignages sont des moyens de connaître les combats et l’expérience de la première ligne.
Ils doivent être croisés :

Élites-soldats et petites gens venant d’obtenir leur certificat d’études




Pourquoi ont-ils tenu ?

Faisceau de facteurs

Ou

Culture de guerre ?

Thèse du faisceau de facteurs :

Il n’y a pas un facteur qui soit supérieur aux autres


  • contre la thèse du consentement patriotique

car les soldats sont patriotes en 14, ils le sont toujours en 15-16 mais est-ce suffisant pour tenir dans le froid, la faim… ?


  • différents facteurs :




  • solidarité qui renforce la tenacité et l’esprit de corps, les regards de l’autre, les capitaines de tranchées

  • liens avec l’arrière : correspondance et attente

  • contrainte de l’engagement : comment quitter la guerre ?

  • acceptation de la répartition des rôles

  • stratégies d’évitement du danger




Les soldats allemands tiennent une position défensive en France

Les civils

  • il s’agit de comprendre pourquoi cela a été possible




  • culture de guerre


Ceux qui ont vécu la guerre ne connaissaient pas le nombre quotidien de morts (« notre régiment ….mais ailleurs cela va mieux)

Obéissance ?

Ou consentement ?

  • poids de la culture de l’obéissance : famille, travail, école, caserne




L’obéissance n’exclut pas le consentement : même les mutins voulaient continuer à défendre la France tant que les allemands étaient en France mais de façon différente
Pour les allemands : défendre la patrie et tenir : pour que l’Allemagne ne subisse pas la guerre : exemple du titre d’un journal de régiment : « la veillée sur la Somme »

Consentement ?

Ou

Cultures ?

Le terme « consentement » est polysémique :

il signifie : accepter, adhérer mais aussi subir, obéir, se soumettre

  • évoque la liberté, une conscience politique éveillée

  • gomme la complexité de la société : pratiques des acteurs les plus modestes, les contingences politiques et sociales

« Si la soumission était insupportable, les gens seraient partis en masse »

  • les horreurs ont créé des façons de penser et d’agir

  • rôle des femmes

  • jeu des enfants

  • Presse de masse et propagande

  • Culture de guerre et d’après guerre

Propagande

Et

Trêves…

Regards sur l’autre

Le jeu de guerre des enfants n’est pas un argument pour défendre l’idée d’une culture de guerre (ils jouent encore aujourd’hui…)
Les soldats croient peu aux atrocités prêtées à l’ennemi

  • L’avant côtoie l’ennemi

  • Prisonniers

  • Trêves tacites : exemple :échanges de masques à gaz

  • Expérience commune aux européens : peur de mourir, peur de la mutilation, séparation des siens…

Les soldats allemands n’éprouvent pas de mépris pour les soldats français : « Franzmann »
Mais on revient à la tuerie à tout moment
Les histoires de fraternité ont certes existé mais sont limitées par rapport au nombre de mort…

« ennemis fraternels d’un jour »

-> phénomène de masse

« Brutalisation »

concept développé par George Mosse

Refus de ce concept

Il commencerait en août 14 et s’arrêterait brusquement en mai 45. La brutalisation se serait cristallisée en 1914 en quelques semaines avec haine et propagande.
Fraternisations dés Noël 1914 en France et sur d’autres fronts

La Fraternisation est une petite paix car les officiers demandaient de tirer.

Rapports

entre combattants

et

civils

Correspondances multiples et différentes selon les destinataires ou dans les carnet de guerre.

Tous les régiments français sont passés par Verdun : va et vient de soldats alors que côté allemand, les unités et régiments étaient laissés sur place « jusqu’à leur mort »

  • sentiment de laisser pour compte des soldats allemands

  • absence d’une réelle étude des objets rapportés du monde civil dans les tranchées

  • Les soldats sont des civils qui redeviendront civils

Vécu et Vécus




Comparaisons difficiles :

Pas de mesure quantitative possible

Histoire comparée existe en Europe de l’ouest, plus rare avec l’est

Évolution des engagements

Chiffre des mutilations volontaires difficile à connaître, les cas d’automutilation restent rares.

A Verdun
Le Mémorial de Verdun, 1 avenue du Corps Européen, 55100 Fleury-devant-Douaumont

www.memorial-de-verdun.fr (site riche présenté en français, allemand, anglais)
Fort de Douaumont : voir le site du conseil général de la Meuse : www.meuse.fr
Ossuaire de Douamont : www.verdun-douaumont.com (site présenté en français, allemand, anglais, liens vers d’autres sites de la première guerre mondiale)
Centre Mondial de la Paix, des libertés et des droits de l’homme

http://www.centremondialpaix.asso.fr/

Centre d’exposition mais aussi réalisation de colloques, de rencontres

Accueille des « Classes Internationales de la Paix »

abrite aujourd’hui l’exposition « Verdun, 1916, La guerre en relief »

Mais aussi « La face cachée de Verdun » qui retrace aujourd’hui toutes les empreintes laissées par l’armée allemande.

Quelques réflexions des groupes de travail autour de quatre ateliers :
« La nature de la guerre »
1/ Une approche « Classique »

Montrer à travers une étude de cas centrée sur Verdun les perspectives multiples (guerre totale) de la première guerre mondiale et la violence présente au front mais aussi dans la vie quotidienne à l’arrière.

Il serait possible de terminer cette étude de cas par la nature de la mémoire

En évoquant la « der des ders » en France et le pacifisme des années 20s et le Diktat de Versailles en Allemagne.
A l’aide de la commémoration de la bataille en 1936 qui accueillait à Verdun anciens combattants allemands et français

Plus récemment, Verdun est présentée en Allemagne, comme une bataille parmi d’autres.

En France elle est présentée comme « la bataille » de la première Guerre.
2/ Une approche „Station Lernen“

Présenter des documents sous forme de stations aux quatre coins de la classe

Les élèves doivent se servir de ces différents documents pour remplir une fiche

L’objectif est de retrouver les différents aspects de la guerre (expériences des soldats et des civils) à travers les cinq sens :
Exemples

Voir : « tableau »

Écouter : bruit des obus

Sentir : lettres de poilus

Goûter : tickets de rationnement

Toucher : boue – éclats d’obus
Il est possible d’introduire et de conclure la séquence en présentant des images (départ ou retour des soldats….) et en demandant aux élèves de l’associer à une musique (laisser le choix entre plusieurs extraits : « Requiem » Mozart, une marche militaire, Wagner….).

En conclusion les élèves doivent argumenter pour justifier leurs choix musicaux.

« Les causes et le déclenchement »
Problématique : comment les puissances européennes ont-elles basculées dans la guerre ?

Quelles sont les responsabilités ? Pourquoi cette année-là ?
« Urkatastrophe » : catastrophe fondamentale, traumatisme
En France peu de place dans les programmes sur l’origine de la guerre ≠ Allemagne

  • Montrer les liens entre les causes profondes et l’attentat de Sarajevo

  • Utiliser un calendrier géant pour placer les décisions de chaque puissance (repérée par une carte et une couleur)


« Les pays en guerre »
Approche sociale : les sociétés en guerre

  • liens front et arrière


Problématique : De quelles manières les équilibres internes des pays furent-ils modifiés en profondeur par la guerre ?
Entrée en matière « A l’ouest rien de nouveau »

I. Une Union Sacrée apparente ?

A. Union Sacrée

Poincaré - Guillaume II – SPD

B. Les intellectuels

C. 1916-1917
II. Quelles Dépendances – Quelles Relations  ?

A.Le quotidien

B. Le ravitaillement et les colonies
III. Un décalage progressif ?

A. Dessin de presse

B. Propagande et vérité

« Les Conséquences »
Problématique : les limites géopolitiques de la paix
I. De la paix imaginée ?

14 points de Wilson
II. A la paix dictée

Traité de Versailles

Carte de l’Allemagne : Pertes territoriales
III. La paix compromise et menacée

Réparations voulues par la France

Caricature de Wilson
Les ateliers et débats ont mis en évidence (entre autres…) les différences concernant les commémorations et la place des Anciens Combattants en France et en Allemagne.

Suggestion d’échanges et de rencontres
„Billinguales Deutsch-Französisches Schülertreffen“ Frankfurt am Main

24-29 septembre 2007

Rencontre à Francfort entre établissements allemands et leurs partenaires

Ziehenschule, Gymnasium der Stadt Frankfurt mit zweisprachigem deutsch-franz. Zweig, http://ziehen.frankfurt.schule.hessen.de

Quelques références ou Sites Internets signalés au cours du colloque
Emilangues : Enseignement d’une Matière par l’Intégration d’une Langue Étrangère

www.emilangues.fr
www.ciep.fr : Centre International d’Études Pédagogiques et son « billet du bilingue »
Conseil de l’Europe : http://www.coe.int
Adrienne Thomas, Aufzeichnungen aus dem Ersten Weltkrieg – Ein Tagebuch  , herausgegeben von Günter Scholdt, Böhlau Verlag, 2004
Pef, Zappe la guerre, 1914-1918, la première des guerres, Rue du Monde, 1998
Geschichte Lernen, Friedrich Verlag, http://www.geschichte-lernen.de

N°108 : Une approche par les sens


Quelques photographies prises à Verdun - mars 2007


Remerciements à M. Manfred Donecker,

Attaché linguistique, Institut Goethe, Nancy

similaire:

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconEnseigner de la géographie aux jeunes écoliers du primaire en France
«géographie ancienne et sacrée» qui sert de cadre à l’étude des textes anciens écrits en latin dans le cadre des humanités, mais...

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconAnimation pédagogique «Enseigner l’histoire et la géographie au cycle 3»

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconSeminaire franco-allemand sur l’enseignement
«Forum franco-allemand étudiants-entreprises» dans tous les lycées pour montrer aux élèves les débouchés qu’offre la maîtrise de...

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconHistoire & GÉographie dans les épreuves d’Histoire-Géographie des...

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconHistoire & GÉographie dans les épreuves d’Histoire-Géographie des...

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconDes pistes pour enseigner la géographie
...

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconLe questionnaire comporte quatre rubriques
«l’instruction civique et morale», les sciences expérimentales, les enseignements artistiques et la langue vivante étrangère dans...

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconApproches actuelles de l’histoire de la géographie en France. Au-delà...
«la pluralité des contenus, des histoires de la géographie», et mettait à la base de cette pluralité une «dualité» : «l’histoire...

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconComment lier l’histoire, la géographie et l’emc autour des notions...
«on peut croiser cette approche avec le programme de géographie», entendre Thème 3 sur l’influence de la France et l’Europe dans...

Enseigner l’Histoire et la Géographie dans la langue du partenaire iconEnseigner l’anglais en maternelle
«Kay, Blue and Sparkle» est la méthode idéale pour initier en douceur à l’anglais. Elle accompagne la vie quotidienne de l’élève...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com