Cinéma / Algérie / France





télécharger 18.99 Kb.
titreCinéma / Algérie / France
date de publication21.05.2017
taille18.99 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
Cinéma / Algérie / France

Normal ! «Une fiction totale qui se nourrit de la réalité»
(MFI / 20.03.12) Le dernier film de Merzak Allouache, Normal !, sort en salle le 21 mars prochain à Paris. Photographie du désarroi de la jeunesse algérienne et des milieux artistiques bloqués par la censure, ce film à la structure originale décrit une société figée dans ses préceptes tant moraux que religieux.
Un hélico ronronne au-dessus de la Baie d’Alger. Dans la pièce sombre, une jeune femme accroupie s’applique à écrire en lettres rouges sur un drap blanc : « Algérie libre et démocratique ». C’est le slogan de sa banderole pour la prochaine « manifestation du samedi » à laquelle elle compte bien participer. Son compagnon veut l’en empêcher. Il visionne en boucle les vidéos des marches précédentes sur son ordinateur portable : rues en feu, jeunes gens matraqués… Il s’interrompt pour appeler les acteurs du film qu’il réalise depuis deux ans pour les convaincre de venir voir son montage provisoire dont il n’est pas satisfait. Au bout du fil, les comédiens hésitent. « C’est dur de traverser Alger. Tout est bloqué. » Il insiste : « Vous avez vu Youtube, la Tunisie ? Ce qui manque pour finir le film, il faut aller le chercher ».
« L’engagement, ça te touche »
Sans moyen financier, le jeune réalisateur voudrait leur faire jouer une dernière scène dont le décor serait une vraie manifestation... « Pourquoi maintenant ? », lui demande sa femme qui lui en veut toujours d’avoir ajouté une histoire d’amour au scénario dont elle est l’auteur. Le couple finit par se disputer. Il la rejoint sur la terrasse où les antennes paraboliques tutoient les lessives qui sèchent. Dialogues de sourds. Elle : « Faut être cohérent, tu vois ! » Lui, suppliant : « L’engagement, ça te touche. »

Tournée à l’été 2011 alors que les Printemps arabes battaient leur plein en Tunisie et ailleurs, cette première scène de Normal !, le dernier film de l’Algérien Merzak Allouache, et avec elle toutes celles qu’elle entraîne, sert d’ossature à un film que le temps a rattrapé et qui se joue de ses aléas pour mieux les épouser et en pointer les tendances. C’est « une fiction totale qui se nourrit de la réalité : celle du désarroi de la jeunesse », explique le réalisateur qui se dit « inquiet pour l’avenir de l’Algérie ». 
« Antinational et subversif »
Le terme « normal » est utilisé par les jeunes pour exprimer à la fois leur fatalisme et leur désarroi. Depuis vingt-cinq ans, l’Algérie a payé un lourd tribut à la révolte – des printemps kabyles successifs aux manifestations des jeunes contre le parti unique (1988) ou à la décennie noire (1990-2000) contre les terrorismes armés. Une période qui a vu le changement progressif des mentalités : une « régression profonde, estime Allouache, qui s’appuie hypocritement sur une religiosité liée à un pseudo nationalisme de façade ».

Faisant évoluer malicieusement ses personnages dans cet Alger qu’il met si bien en scène, le réalisateur d’Omar Gatlato (1976) et de Bab El Oued City (2011) confronte une fois de plus la petite histoire du cinéma et les grands moments de l’histoire de la capitale algérienne. Pas de scénario précis, assure-t-il, « tout juste un canevas. Le sujet était la censure que subissait un jeune qui voulait créer une pièce théâtrale. Et son histoire d’amour avec une jeune immigrée. » Dans cette société aux « valeurs arabo-islamiques » exacerbées, son scénario est jugé « antinational » et « subversif »
Les commentaires des comédiens sur le montage des images du premier tournage, montrent cet « environnement hostile  dont parle le réalisateur qualifie, et aussi un milieu artistique «castrateur ». Ils révèlent autant la censure dont est victime ce microcosme que l’autocensure qu’il s’inflige. Film dans le film, film sur le film, et fil conducteur du film, leurs critiques sont bien le reflet de la mentalité de la société algérienne contemporaine.
Un révélateur du puritanisme ambiant
Notamment, la scène du baiser avec la jeune immigrée qui suscite colère et jalousie de l’une des comédiennes, épouse de l’homme concerné dans la vraie vie. La jeune femme confond classiquement fiction et réalité mais, au-delà, réprouve l’amour physique montré à l’écran (en tout bien tout honneur, il faut le préciser !). Ainsi bien sûr que la liberté de mouvement de cette jeune femme qui refuse de se soumettre aux règles en vigueur.

Il y a aussi cette gêne des comédiens visionnant les images « prises à la volée » avec une petite caméra lors du Festival panafricain d’Alger en 2009. Dans la rue, les danses « folkloriques » venues d’Afrique se déploient en toute liberté – liberté des corps, liberté d’expression. Et semblent agir en révélateur du puritanisme ambiant. Ce festival a surtout été « non-événement, au regard de l’absence de vie artistique et culturelle ambiante, de la censure et de la morosité », affirme Allouache. Un comble si on se souvient de la haute valeur symbolique de la première édition en 1969…

Last but not least, si Merzak Allouache a voulu faire « un film pour débattre », il a été, dit-il, « dépassé » par la polémique parue dans la presse algérienne après sa projection au dernier Festival arabe d’Oran. « J’ai eu l’impression d’être quelqu’un qui a commis un crime et qu’il faut punir d’avoir tourné quelque chose… Or ce que j’ai tourné, c’est simplement un film. »
Antoinette Delafin
Normal ! de Merzak Allouache. En salle le 21 mars à Paris. Distribution : Les Films des deux rives. Montpellier. http://www.filmsdesdeuxrives.com ; filmsdesdeuxrives@yahoo.fr

Algérie : Coup d’envoi francophone du Cinquantenaire de l'Indépendance
(MFI / 20.03.12) Plusieurs chaines de télévision françaises se sont rendues en Algérie pour ces célébrations. Ainsi, deux émissions ont été enregistrées à la bibliothèque du Musée des Beaux-Arts, sur les hauteurs d'Alger, par l’équipe de « La Bibliothèque Médicis », l’émission de la chaîne parlementaire française, Public Sénat, présentée par Jean-Pierre Elkabbach, lui-même natif d’Oran. La première, consacrée au « pourtour méditerranéen », a été diffusée le 2 mars dernier tandis que la seconde, le 9 mars, a réuni autour du thème « L’Algérie d’aujourd’hui » « l'écrivaine Maïssa Bey, la poétesse Samira Negrouche, Dalila Nadjem, éditrice et commissaire du Festival international de la bande dessinée d'Alger, toutes trois Algériennes, et Chantal Lefèvre, patronne française de l'Imprimerie Mauguin, installée à Blida », rapporte l’APS. L'Algérie sera aussi à l'honneur sur la chaîne francophone TV5 Monde qui proposera une programmation spéciale tout au long de l'année 2012. Après sa couverture en juillet 2009 du Festival panafricain d’Alger, « un moment culturel et artistique réellement magique et intense et une collaboration fructueuse avec la télévision algérienne », a expliqué à l’APS Marie-Christine Saragosse, sa directrice générale, la chaîne renouvelle l’expérience pour le cinquantenaire de l'indépendance algérienne. Une manière « de célébrer un partage, car au-delà des blessures qu'on ne doit pas nier, il existe beaucoup de connivences et une grande affection entre les deux sociétés civiles algérienne et française »

Au programme, du cinéma (de nombreux documentaires et fictions sont en cours de réalisation), de la musique - l'émission « Accoustic » donnera en mars prochain carte blanche à des chanteurs et musiciens algériens -, ainsi que des émissions sur la guerre de libération nationale, des journaux d'information, des magazines. Des « séquences de l'histoire de l'Algérie, ses  auteurs, ses historiens, ses réalisateurs, ses artistes et ses femmes et hommes de culture, ainsi que ses politiques » seront ainsi proposés. Après la spéciale de « Kiosque », délocalisée en janvier dernier à Alger (avec les dessinateurs de presse français et algérien, Plantu et Dilem), « L'invité » recevra des personnalités nationales d'horizons divers à Paris et Alger. TV5 Monde entend jouer un rôle de « caisse de résonance mondiale pour l'Algérie, d'autant que la chaîne est présente sur  les cinq continents et dans 200 pays », dit Marie-Christine Saragosse. A l’occasion de la Journée internationale de la femme, la chaîne a rendu aussi hommage à l'ancienne vice-présidente du Conseil de la nation, Zohra Drif, dans une émission consacrée au rôle des moudjahidates durant la guerre de libération nationale. A suivre.

Parallèlement, le 26 février dernier, à Tlemcen, le président de l’Association France Algérie, Jean-Pierre Chevènement, a souhaité que les commémorations du 50è anniversaire de l’indépendance de l’Algérie qui s’échelonnent du 19 mars (accords d'Evian) au 5 juillet (proclamation officielle) soient un « tremplin pour développer des relations profondes » entre l’Algérie et la France, a rapporté Algérie Presse Service (APS). Invité d’honneur d’un colloque international sur « L’Emir Abdelkader », l’ancien ministre français a rendu hommage à ce « fondateur de l’Etat algérien moderne » qui est « un exemple à suivre sur tous les plans ». Outre le chef de guerre, a-t-il expliqué, c’était « une personnalité ouverte sur les autres civilisations et religions (…) Un homme de sciences et de connaissance ». En marge du colloque, il s’est prononcé pour la restitution à l’Algérie des archives nationales détenues en France, précisant qu’une partie de ce patrimoine, « dont des archives datant de la période ottomane », a été restitué à la Bibliothèque nationale d’Alger.
Antoinette Delafin

similaire:

Cinéma / Algérie / France iconLa guerre d’Algérie : un enjeu mémoriel en France comme en Algérie Questionnaire élèves

Cinéma / Algérie / France iconAlgéries intimes
«D’Algérie», une bande dessinée qu’il réalise en 2007. Entre les pages retraçant l’histoire du pays, de la colonisation à la guerre...

Cinéma / Algérie / France iconLettre à mes amis juifs
«France éternelle» qu’ont été signés à Vichy les actes conduisant à l’extermination de 80 000 juifs qui vivaient en France. Pendant...

Cinéma / Algérie / France iconFil directeur pour le professeur
«évènements d’Algérie» «d’actions de maintien de l’ordre» de «pacification», de «fellaghas» (ou terroristes). Pourquoi ce refus de...

Cinéma / Algérie / France iconDans le cinema francais
«travail de mémoire», particulièrement délicat pour ce sujet qui continue à provoquer des controverses violentes, tant les mémoires...

Cinéma / Algérie / France iconCours 1 Deux sens au mot «historiographie»
«culture» que de «nationalité» car le cinéma français par exemple a influencé d'autres cinéma

Cinéma / Algérie / France iconSujet d’oral : enseigner la guerre d’algerie en classe de terminale
...

Cinéma / Algérie / France iconLe rapport des sociétés à leur passé : l’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie
«Mémorial national de la Guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie» (Paris)

Cinéma / Algérie / France iconBibliographie : La critique de cinéma en France Michel Ciment & Jacques Zimmer, Ramsay, 1997

Cinéma / Algérie / France iconHélène Frouard  01 44 26 45 22 direction@france-quebec asso fr
«à la rencontre du Québec», en lien avec des classes. Un partenariat a été reconduit aussi entre France-Québec magazine et la Semaine...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com