Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul





télécharger 37.96 Kb.
titreAnimation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul
date de publication21.05.2017
taille37.96 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de TOUL

Nicole.Fraga@ac-nancy-metz.fr

« Le Jardinier qui voulait être roi »

2 courts-métrages 65minutes

2011 – Tchéquie

Animations de marionnettes



  1. Présentation des deux films :

    1. Inspiré de l’univers de l’écrivain Jan WERICH (1905-1980) représentant de l’avant-garde théâtrale tchèque dans les années 60 (recueil de 60 histoires pour les enfants « le Fimfàrum »)

    2. 1er film : l’histoire du chapeau à plume de geai de Vlasta Pospisilova (23min, couleurs)

2ème film : La Raison et la Chance de David Sukup (40 min, couleurs)

    1. Derrière un film pour enfants, une critique de l’oppression (en référence au passé de l’ex-Tchécoslovaquie les procès de Prague, en 1952 contre des hauts dignitaires du PC ; 14 accusés d’espionnage soumis à des interrogatoires musclés par la police secrète signeront de faux aveux et seront exécutés –voir ou revoir le film « l’Aveu » 1970 de Costa-Gravas tiré du livre au même titre d’Artur London-) ; voir la scène de torture dans la Raison et la Chance. Cette question pas directement abordable avec de jeunes enfants mais une interrogation sur la justice, le pouvoir en listant par exemple toutes les injustices des deux films pourra être menée.

    2. Animation de marionnettes = spécialité de l’Europe de l’Est depuis le XIIIe siècle. (théâtre populaire ambulant). Au XIXe, la tradition se perpétue à l’adresse essentielle du jeune public. En 1946, Jiri Trnka fonde son studio d’animation à Prague (« le rossignol et l’empereur » 1948, « le songe d’une nuit d’été »1959, « la main » 1965 avec des marionnettes jouant des personnages de Shakespeare). Voir un extrait ici http://www.ina.fr/video/AFE85008545

    3. Aujourd’hui, le cinéma d’animation possède de grands réalisateurs : Tim Burton aux USA (les noces funèbres en 2005), les studios Folimage en France dans la Drôme(1 2 3 Léon), les studios britanniques Aardman (Wallace et Gromit). Si les techniques de tournage restent traditionnelles, les images numériques et le montage informatique offrent de nouvelles possibilités : incrustations, lissage du mouvement, etc.

    4. La référence au conte : un motif récurrent le personnage défectologique (voir le cours d’Elisabeth Kennel, professeur agrégée de Lettres Modernes, si besoins de retravailler sur les contes traditionnels) http://elisabeth.kennel.perso.neuf.fr/plan_du_cours_sur_les_contes_de_.htm

Dans le 1er film, l’injustice vécue par Jean a pour cadre la famille et la fratrie ; dans le second, on se situe sur le terrain social, Louison est pauvre et sale mais finira par épouser la princesse. Le message traditionnel de ce genre de conte est la consolation : tu n’as peut-être pas toutes les qualités requises au départ (beauté, amour de tes parents, argent, titre de noblesse…) mais, tu finiras par triompher. Ici, Jean finit par être le Roi et battre ces deux aînés pourtant préférés par le père ; quant à Louison, il va finir par devenir roi lui aussi en épousant Zaza et surtout en échappant au destin tragique réservé jusque là aux autres prétendants. La question centrale qui traverse les deux histoires est bien : comment échapper au destin et diriger sa propre vie ?

Autre référence au conte, le nom des personnages nous renseignent sur leur caractère ou leurs attributs (mots-valises pour Alphonsafond et Thomassif)

    1. l’originalité de ces deux histoires :

      1. une fin à rebondissement pour l’histoire du chapeau à plume de geai : quand Jean est couronné, on pense l’histoire terminée, mais non, vont suivre d’autres péripéties qui ramèneront encore Jean sur les traces de son père.

      2. des anachronismes, des introductions de figures modernes comme autant de délicieuses intrusions dans l’univers intemporel traditionnel du conte (des princes qui se déplacent en Bugasserati, en bulldozer ! La Raison qui s’introduit dans la tête de Louison et y connecte son ordinateur pour le rendre plus intelligent et ensuite contrôler son destin ; la Chance sous les traits d’un hippie des années 60, alors que la Raison est incarnée par un comptable chauve et rabougri)

      3. sur la forme :

        1. une construction non chronologique pour l’histoire du chapeau à plume de geai avec des flashbacks (le récit du Roi sur sa jeunesse), des récits enchâssés (lettre d’Alphonsafond mise en images, film des aventures de Thomassif)

        2. des ralentissements, des accélérations du temps (récit de Thomassif de sa rencontre amoureuse dans le 1er film ; au contraire coup de foudre entre Louison et Zaza ralentie…)

        3. des traversées intéressantes d’espaces (le cerveau de Louison ou de Zaza, les cachots du château avec sa salle de torture, les portes dérobées empruntées par le Ministre de l’intérieur…)

        4. une variété d’images :

          1. figurines et décors en 3D

          2. des ajouts graphiques (la musique de La Chance, par exemple)

          3. des décors mixtes : figurines en relief et silhouettes à plat

          4. des images documentaires réalistes (courses de voitures de Jean)

          5. des incrustations de personnages dans des images réalistes à la manière du film Forrest GUMP (1996) de Robert Zemeckis. Grâce notamment au morphing et à la rotoscopie, l'acteur a été intégré à des images d'archives.




        1. une voix off d’André WILMS (comédien inoubliable du film « le Havre » d’Aki Kaurimsmäki dont il est l’acteur fétiche). Les personnages ne parlent pas du tout dans le 1er film. C’est la voix off qui soutient la narration. Dans La Raison et la Chance, même procédé au début, puis les personnages sont dotés de leur propre voix.

        2. Une princesse Zaza loin des stéréotypes : si elle ne parle pas, ce n’est pas parce qu’elle est le jouet d’une sorcière ou d’un mauvais charme. Elle ne parle pas parce que, dans ce monde gouverné par la police secrète, elle n’a personne à qui parler vraiment et donc elle décide de ne pas parler. Avec l’aide de la Raison, elle va mettre bon ordre dans son royaume, décidera de sa vie et formera avec Louison qu’elle a choisi un couple éclairé.

    1. Des références culturelles que les élèves ne possèdent pas forcément :

      1. La statue de Cupidon

      2. Les jardins à la Française

      3. Le crêpe noir barrant un portrait (ou porté en brassard) pour indiquer que le sujet du portrait est mort

      4. Les mots-valises : Bugasserati, mélange de 2 grandes marques italiennes de voitures Bugatti et Maserati.

      5. La figure du hippie des années 60 (wikipédia : « le terme « hippie » trouverait son origine dans un vocable africain « hip », dérivé du terme wolof « hipi » signifiant « ouvrir ses yeux », également repris dans le mot anglais « hipster », forgé par Harry Gibson en 1940 et désignant les amateurs de bebop des années 1940. Il pourrait être également un jeu de mot avec « hype » signifiant « décontracté, branché, dans le coup ». Comme le hipster, le hippie se montre « cool ».

      6. La symbolique de la chance, du hasard utilisée dans le second film : les jeux de casino (roulette, etc.)

      7. Etc.



2 – Propositions pédagogiques

AVANT LA SEANCE

Présentation de l’affiche :

Les personnages présentés sur l’affiche se réfèrent au second court-métrage : La Raison & la Chance

Dénotation

ou description des différents éléments composant l’image

Ce que l’on voit

Connotation : dimension interprétative

Les questions qu’on se pose

Ce que cela veut dire

Présentation globale : une carte à jouer

Jouer la carte de : essayer quelque chose parmi plusieurs possibilités offertes

A à voir avec le propos général des 2 films : peut-on choisir sa vie ?

Faudra-t-il jouer sur la Chance ou sur la Raison pour choisir sa vie ?

Un espace divisé en deux parties horizontales

L’opposition entre :

  • les classes sociales (le jardinier en haut, le roi en bas)

  • l’âge : un jeune en haut, un personnage âgé en bas

Des figures rajoutées :

  • la Raison et la Chance encadrant Louison

  • Le ministre de l’intérieur et un cochon encadrant le Roi

Qui transformera la vie du gardien de cochons, la Raison ou la Chance ?
Un royaume respectable ? assorti d’un cochon et de la figure symbolique de l’arbitraire et de la répression

Une couronne étroite qui tombe et sort du cadre

Le pouvoir (du père, du politique) serait-il menacer ?

Le titre avec des corps de police, des couleurs (blanc sauf pour le mot « jardinier » et la couronne qui sont jaunes)

Le titre porte la question des 2 films portée par celui qui aspire à dépasser sa condition

En renforcement des codes de la carte à jouer, des lettres en coin surmontées d’une couronne : J en haut à gauche, R retourné en bas à droite

Le roi sera « retourné », il devra céder le pouvoir


A partir de la présentation de l’affiche et sa description précise, les élèves peuvent construire l’idée que le film parle d’un jardinier qui ne veut pas rester jardinier mais qui veut devenir Roi.

On pourra réfléchir ensemble:

  • d’abord si ce projet leur semble facile ou non. Pourquoi ?

  • s’interroger sur la fin du film : à leur avis, le jardinier va-t-il réussir ?

  • si oui, comment peut-il y parvenir ? Inventorier ensemble les possibles narratifs (cela permettra de voir ce que les enfants sont aptes à mobiliser comme connaissances sur le genre du conte

  • ouvrir à une question plus large avec les plus grands : Peut-on choisir sa vie ?

Il est important de bien noter les suggestions des enfants, cela permettra ensuite de revenir sur ce qu’on pensait avant d’avoir vu le film. (et d’alimenter, avec la parole des enfants, le journal d’école, le cahier de cinéma, le site de l’école, etc.)
Regarder la bande-annonce du film

http://www.dailymotion.com/video/xorfu7_le-jardinier-qui-voulait-etre-roi-bande-annonce-1_shortfilms

L’inconvénient, c’est qu’on y mêle des images des 2 courts-métrages : l’occasion de prévenir les enfants du programme précis de la séance de cinéma, assorti du résumé qui s’arrête sur une question :

L’histoire du chapeau à plume de geai

Un roi a trois fils : L'un, Alphonsafond, passionné de voitures de course, et l'autre, Thomassif, de culture physique. Jean, le benjamin à l'air simplet, est déconsidéré par ses frères et son père.
Un jour, le roi demande aux deux aînés de lui rapporter son chapeau à plume de geai, oublié dans des terres lointaines, à l'Auberge de la jeunesse perdue. Le premier qui le lui rapportera sera roi.
Alphonsafond et Thomassif échouent dans leur mission.


Jean va-t-il entreprendre quelque chose ??
La Raison et la Chance

Dans un royaume austère et totalitaire, monsieur Chance provoque monsieur Raison : la raison n'est-elle pas inutile pour un gardien de cochons ? Monsieur Raison relève le défi et entre dans la tête de Louison, un jeune gardien de cochons.
Devenu jardinier du roi, Louison croise le regard de la princesse Zaza qui est muette : c'est le coup de foudre.
Il obtient du souverain l'autorisation de la sortir de son mutisme pour l'épouser et devenir roi à son tour.
Mais, sur de fausses accusations, le ministre de l'intérieur fait arrêter Louison.


Louison va-t-il être sauvé et deviendra-t-il Roi ?

Le cinéma d’animation

Voir document sur le site, dans l’espace de travail sous la rubrique « cinéma généralités », le document PDF « le cinéma d’animation à l’école primaire ». On y trouvera définition et inventaire des techniques. Occasion pour la classe à partir de quelques images d’apprendre à les classer en fonction de la technique utilisée.

La persistance rétinienne (qu’on expliquera simplement aux enfants ) : 24 images/seconde donnent l’illusion du mouvement. Montrer, construire un flip-book

Ou encore, à l’occasion du visionnage de la première scène de chaque histoire avec media player, (car il faut repérer les personnages, le cadre et ce n’est pas chose facile), on pourra arrêter le film sur un gros plan sur un personnage et passer image par image.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

APRES la SEANCE

Echanges libres autour des réactions des élèves : noter en les classant par rapport à chaque film.

Classer les 6 images fournies par école et cinéma en référence à chaque film : produire une petite phrase pour chaque image après avoir bien identifié les personnages. (attention, elles ne sont pas dans l’ordre chronologique des films)

Ex image 1 : Film 1 : Alphonsafond, au volant de sa bugasserati, part chercher le chapeau à la plume de geai de son père, le Roi.
Revenir sur les possibles narratifs liés à la lecture de l’affiche. Comparer avec les films
Si l’on choisit de reconstituer la trame narrative, c’est très long et certainement hors des compétences des élèves. Si vraiment on y tient, on pourra travailler plutôt sur le 1er court-métrage qui est plus simple.

On pourra, plus simplement, lire et relire les résumés présents de la carte élève et s’entraîner à les reproduire à l’oral.

Activités sur le propos des deux films :

On pourra commencer par une activité de comparaison : qu’est-ce qu’on retrouve dans les deux films ?

  • Un Roi, un château

  • Un héros qui ne devrait pas réussir (il est le fils mal-aimé ou il est pauvre) et qui finit par triompher en devenant roi

  • Une épreuve (ramener le chapeau ou faire parler la princesse Zaza)

  • Etc.

Choisir la question à traiter :

  1. peut-on choisir sa vie ? est-ce que les films nous renseignent là-dessus ?

  2. Si on regarde les deux vieux rois : est-ce que le pouvoir rend heureux ?

  3. Même question sur les 2 personnages principaux Jean et Louison

  4. Faire la liste des injustices dans les deux films (les principales : ne pas être aimé de son père, ne pas être compris par son père, n’avoir le droit que de faire le même métier que son père, régner grâce à la terreur, ne pas tenir sa parole, ne pas récompenser les efforts, torturer pour avoir des faux aveux, etc.)


Activités sur les images :

  1. Tris d’images selon leur nature :

          1. figurines et décors en 3D

          2. des ajouts graphiques (la musique de La Chance, par exemple)

          3. des décors mixtes : figurines en relief et silhouettes à plat

          4. des images documentaires réalistes (courses de voitures de Jean)

          5. des incrustations de personnages dans des images réalistes

2- montrer le document noté «  expo en 7 planches » où l’on peut voir une scène de tournage
3- Reconstitution dans une boîte à chaussure du matériel nécessaire à un plan dit « mixte » : figurine en 3D et silhouettes. Matériel : de la pâte à modeler, du carton. L’objectif est d’ensuite de faire une photo.

Si vous souhaitez mener un projet plus ambitieux, créer un court film d’animation, vous pouvez vous reporter à la fin du document de 39 pages « le cinéma d’animation à l’école primaire » ; le logiciel STOP-ANIME libre de droit est assez simple d’utilisation.

4- petite leçon de cinéma : l’ellipse narrative 

Pour vous aider deux productions visibles sur le net :

http://www.youtube.com/watch?v=BMwN2JloosE (5’07)

ou

https://www.facebook.com/video/video.php?v=10150189207387989 (très court 1’26)
Interroger ensuite les élèves pour voir s’ils ont repéré une ellipse dans le film ; puis on revisionnera le récit enchâssé de la recherche du chapeau de Thomassif dans L’histoire du chapeau à plume de geai.

  • Il rentre dans la maison de la paysanne qui le sauve du marais

  • Plan sur deux oiseaux dans un cœur

  • Il ressort promener son bébé

A partir de ces quelques plans, on reconstituera explicitement ce qui s’est passé entre le 1er et le dernier plan.


Pour finir, si vous réalisez des travaux de quelque nature en liaison avec ce premier film, merci de me les envoyer : nous les posterons sur la page d’accueil du site de la circonscription. Ils seront ainsi valorisés et visibles par tous.
Belle année de cinéma à tous !

similaire:

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul icon6 heures d'animation pédagogique

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul iconAnimation pédagogique – Jarville 2010

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul iconStrasbourg, le 4 septembre 2009 inspection pédagogique régionale
«histoire des arts» un diaporama de synthèse présenté lors des journées d’animation pédagogique au mois de mai. Nous vous encourageons...

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul iconAnimation pédagogique «Enseigner l’histoire et la géographie au cycle 3»

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul iconRapport de recherche Acadie novembre 2013

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul icon2475. — A georges des jardins, supérieur, a toul

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul iconBulletin de reinformation du lundi 18 novembre 2013
«Les relations commerciales entre nos deux pays sont indignes de la qualité de la relation politique»

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul iconCours: Les cartoons
«les artiste n'ont pas encore pris l'animation assez au sérieux». Le cartoon est poétique, surréaliste, créatifs, IL n'y avait pas...

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul iconAtelier de travail plu salle du Conseil 11 novembre, 11 h Commémorations...

Animation pédagogique 8 novembre 2013- circonscription de toul icon27ème circonscription






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com