[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux





télécharger 287.35 Kb.
titre[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux
page4/6
date de publication21.05.2017
taille287.35 Kb.
typeRapport
h.20-bal.com > histoire > Rapport
1   2   3   4   5   6

2. h L’histoire au musée (expériences étrangères)


Benoit Isabelle, Politiques de mémoire : les musées d’histoire français et allemands 1945-1955, thèse de doctorat sous la direction de Michael Müller et Olivier Ihl, Institut universitaire européen de Florence, 2001.

Blum Alain, « A la recherche d’histoires nationales à l’Est de l’Europe », in Jean-Pierre Babelon et alii (dir.), Quel musée d'histoire pour la France ? pp. 95-100.

François Etienne, « Naissance d’une nation. Le musée historique allemand de Berlin », Vingtième Siècle, n°34, avril-juin 1992, pp. 69-84.

C. Chronologie du projet de « Maison de l’histoire de France » (mars 2007-mai 2012)


13 mars 2007. Discours de campagne de Nicolas Sarkozy à Besançon. Récusant l’idée que la France puisse se définir par « une race », « une ethnie », mentionnant au détour d’une longue liste de valeurs, « la justice », « la république, la démocratie et les droits de l’homme », le candidat à l’élection présidentielle y affirmait la suprématie de la nation : seule celle-ci était capable de faire vivre les valeurs de la France.

Avril 2007. Intervention d’Hervé Lemoine et de Charles Personnaz auprès de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy suggérant au candidat de donner réalité à ses intentions en matière de suprématie de la nation par la création un « musée d’histoire nationale » à l’hôtel des Invalides

22 mai 2007. Lettre d’Hervé Lemoine et de Charles Personnaz à Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée. Y est précisé le double rôle de cette future institution muséale : être « la tête de réseau des centaines de musées d’histoire qui existent sur le territoire », et « donner corps au nouvel espace public nécessaire [aux] débats » ouverts pendant la campagne présidentielle autour des « concepts de “nation” et d’“identité nationale” ».

20 novembre 2007. Lettre de mission du ministère de la Culture et de la Communication et ministère de la Défense adressée à Hervé Lemoine. Il s’agit de « proposer des solutions concrètes en vue de la réalisation du centre de recherche et de collections permanentes souhaité par le Président de la République afin de redonner aux Français le goût de leur histoire » (citée in Rapport Lemoine, pp. 7 et 8). Un rapport d’étape est remis en janvier 2008.

Avril 2008. Remise au ministre de la Défense et à la ministre de la Culture et de la Communication du rapport d’Hervé Lemoine, « “La Maison de l’histoire de France”. Pour la création d’un centre de recherche et de collections permanentes dédié à l’histoire civile et militaire de la France ».

13 janvier 2009. Discours de vœux du président de la République aux acteurs du monde de la culture réunis à Nîmes. Nicolas Sarkozy déclare regretter « qu’il n’y a aucun grand musée d’histoire digne de ce nom » et annonce sa décision de « la création d’un Musée de l’Histoire de France », situé dans « un lieu emblématique de notre histoire, un lieu qui reste à choisir et qui sera choisi ». Ce « musée de l’histoire de France [...] pourrait d’ailleurs être une fédération de musées et des monuments, qui travailleraient en réseau et collaboreraient avec de grandes institutions étrangères. Un musée doté d’un Centre, situé dans un endroit symbolique. Il me semble que cette initiative renforce aussi l’identité qui est la nôtre, l’identité culturelle[] ». Un rapport est commandé dans la foulée à Jean-Pierre Rioux, inspecteur général honoraire de l’Éducation nationale, sur les différents sites susceptibles d’accueillir une telle institution (rapport remis en mai 2009) ».

8 février 2009. Première réaction d’historiens à l’annonce du projet de « Maison de l’histoire de France » avec la publication dans Le Monde d’une tribune de Daniel Roche et Christophe Charle. Les auteurs y dénoncent les attendus d’un projet visant « surtout à exalter notre identité en ce moment où notre nation serait menacée de l’intérieur par tous les communautarismes, à l’extérieur par le syndrome du déclin ou les craintes nées d’une mondialisation incontrôlable ».

13 février 2009. Lettre de mission adressée par la ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel à Jean-Pierre Rioux, le chargeant de la rédaction d’un rapport recensant « les sites susceptibles d’accueillir cette nouvelle institution ». Jean-Pierre Rioux « sera assisté de Dominique Borne, doyen honoraire de l’inspection générale de l’Education nationale. Charles Personnaz, administrateur civil du ministère de la Défense, [...] apportera son concours ».

21 mars 2009. Lettre de mission du Premier ministre adressée au nouveau ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire Éric Besson : « Vous prendrez part, aux côtés du ministre chargé de la Culture, à la mise en place du Musée de l’histoire de France, qui contribuera à faire vivre notre identité nationale auprès du grand public. » Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’objectifs visant à renforcer « la place des emblèmes et symboles de la République, de sa langue, de son drapeau, de son hymne ».

Mai 2009. Remise du rapport de Jean-Pierre Rioux.

Juin 2009. Colloque de l’Institut national du patrimoine à la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris, consacré aux « Lieux de mémoire, musée(s) d’histoire(s) ». Parmi les interventions, celle de Laurent Gervereau, président fondateur de l’Association internationale des musées d’histoire, et celle de Thierry Sarmant, directeur adjoint du cabinet des Médailles à la Bibliothèque nationale de France, qui aborde la question des collections du futur établissement. Au cours du colloque est avancée l’expression de « Maison de l’histoire de France », par contraste avec celle de « Musée » mais aussi de « cité ». Les missions du futur établissement, « défini comme une tête de réseau des musées d’histoire et un lieu d’échanges dévolu à la recherche », sont également esquissées.

23 juin 2009. Frédéric Mitterrand devient ministre de la Culture et de la Communication. Il remplace à ce poste Christine Albanel (nommée à la présidence du château de Versailles).

21 septembre 2009. Nomination par le Président de la République et sur proposition du ministre de la Culture et de la Communication de Jean-France Hébert, ancien directeur de cabinet de Christine Albanel (après avoir présidé la Cité des sciences et de l’industrie), comme « président de l’établissement public de Fontainebleau [et] simultanément [...] chargé de la mise en œuvre du projet de musée d’histoire de France dont la création a été annoncée par le Président de la République ».

22 septembre 2009. Lettre de mission du ministre de la Culture et de la Communication adressée à Jean-François Hébert, président de l’établissement public du château de Fontainebleau, le chargeant d’élaborer « le projet scientifique et culturel du nouvel établissement ».

23 septembre 2009. Communiqué de presse du ministère de la Culture et de la Communication annonçant la nomination de Jean-François Hébert. Le communiqué précise : « un musée d’histoire de France qui sera à la fois un musée présentant les grandes séquences de notre histoire, un centre de valorisation de la recherche associant l’histoire à d’autres disciplines et une tête de réseau pour l’ensemble des établissements dont les collections et la programmation tendent à la connaissance d’un personnage, d’un territoire ou d’une période historique ». L’expression de « Maison de l’histoire de France » est reprise également ». « Jean-François Hébert aura notamment la charge d’élaborer le projet scientifique et culturel de cette “Maison de l’histoire de France” selon la formule suggérée par Hervé Lemoine dans son rapport d’avril 2008 ». Il devra s’appuyer pour ce faire sur un conseil scientifique. Il devra également approfondir les pistes ouvertes par le rapport de Jean-Pierre Rioux sur les différents sitespossibles pour le futur musée afin que le ministre puisse proposer rapidement un choix définitif au Président de la République.
« L’objectif est de concevoir une institution qui sera porteuse d’un discours irréprochable tout en se situant à la pointe de la modernité en termes de muséographie et d’accueil du public ». Selon les observateurs, cette double nomination devait « conforter l’hypothèse du château de Fontainebleau comme site d’accueil du futur musée. Début juillet, à peine installé à son poste, Frédéric Mitterrand avait marqué sa préférence pour Fontainebleau pour le chantier présidentiel » (selon Livre Hebdo avec l’AFP, 23 septembre 2009).

25 octobre 2009. Relance du thème de l’ « identité nationale » par l’organisation d’un vaste débat voulu par Eric Besson, ministre l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire. Le 2 novembre 2009, le ministère charge les préfectures d’organiser ce débat sur des « valeurs de l'identité nationale », avec deux questions à la clef : « Qu'est-ce qu'être français ? Quel est l'apport de l'immigration à l'identité nationale ? ».

Janvier 2010. Déclaration d’Isabelle Neuschwander, directrice des Archives nationales, au Journal des Arts, soulignant qu’ils « avaient été consultés mais que cet espace [des Archives nationales à Paris] est contraint et fragile ».

1er février 2010. Annonce par le ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire de l'annulation du colloque de clôture du « grand débat sur l'identité nationale ».

11 février 2010. Hervé Lemoine est nommé en conseil des ministres directeur des archives de France.

Avril 2010. Remise du rapport de Jean-François Hébert.

9 septembre 2010. Fuite dans la presse sur le lieu d’installation de la future Maison de l’histoire de France. Les organisations syndicales des Archives nationales, rue des Francs Bourgeois, manifestent aussitôt leur mécontentement, estimant que le lieu devait rester dédié aux Archives.

12 septembre 2010. Eyzies-de-Tayac. Discours du président de la République consacré au 70e anniversaire de la découverte de la Lascaux. Nicolas Sarkozy y annonce la création de la « Maison de l’histoire de France » et son installation sur le site parisien des Archives nationales. Nomination de Jean-François Hébert, ancien directeur de cabinet de Christine Albanel, à la tête de l’Association de préfiguration et à la présidence du château de Fontainebleau qui avait figuré parmi les sites retenus pour installer le futur établissement. Autour du nouveau responsable se constitue une équipe de « jeunes historiens », lesquels, selon Jean-François Hébert, « travaillent sur un synopsis pour un avant-avant-projet du parcours chronologique permanent, qui sera ensuite soumis au débat auprès de la communauté des historiens pour trouver un consensus ».

Comme annoncé à plusieurs reprises, la Maison de l’histoire de France va fonctionner en réseau avec un premier cercle de musées. Selon l’AFP, il s’agirait de neuf musées nationaux : le musée de la Préhistoire des Eyzies de Tayac, le musée d'archéologie de Saint-Germain-en-Laye, le musée du Moyen-âge de Cluny, le musée de la Renaissance d'Ecouen, le château de Pau, le château de Fontainebleau, la Malmaison, le musée de Compiègne et le musée des plans reliefs aux Invalides. Pour le Président de la République, il s’agit d’un « premier cercle d'un réseau appelé à tisser des liens avec les mille musées d'histoire éparpillés sur tout le territoire ».

En attendant l’ouverture dans son logis de la Maison de l’histoire de France prévue en 2015, Nicolas Sarkozy a annoncé que le jardin du site historique des Archives à Paris – désormais en partie dévolu à la « Maison de l’histoire de France » sera prochainement ouvert au public tandis qu’une grande exposition sera programmée fin 2011.

16 septembre 2010. Début de l’occupation du Palais de Soubise par des personnels des Archives nationales représentés par l’Intersyndicale CFDT-CFTC-CGT Archives de France, en réponse à la décision présidentielle d’installer le nouvel établissement sur le site (fin de l’occupation janvier 2011). Lancement d’une pétition intitulée « NON À LA MAISON DE L’HISTOIRE DE FRANCE AUX ARCHIVES NATIONALES ! »

18 septembre 2010. Débat dans la cour de Soubise en présence notamment de Nicolas Offenstadt (historien), Gilles Morin (historien, président de l’association des usagers du service public des Archives nationales) ainsi qu’Anne Simonin (historienne). L’appel à signature de la pétition de l’Intersyndicale des Archives nationales a été lancé et distribué aux visiteurs venus sur le site pour ce week-end des Journées du Patrimoine (plus de 1 000 signatures ont d’ailleurs été recueillies à cette occasion).

20 septembre 2010. Rencontre au ministère de la Culture entre les conseillers du ministre en charge du dossier Archives/Maison de l’histoire de France et l’Intersyndicale des Archives de France.

27 septembre 2010. Lettres de mission du ministère de la Culture et de la Communication adressées à Jean-François Hébert, au titre de président de l’Association de préfiguration de la Maison de l’Histoire de France et de président de l’établissement public du château de Fontainebleau, et à Philippe Bélaval, en charge de la direction générale des Patrimoines créée le 13 janvier 2010. La seconde de ces lettres synthétise les principaux éléments de la première. Celle-ci souligne qu’après l’annonce par le président de la République de la création de la « Maison de l’Histoire de France » et son installation au sein du quadrilatère Rohan-Soubise à Paris, le projet entre « dans une phase opérationnelle ». A ce titre, il appartient à Jean-François Hébert de « mettre en place l’association de préfiguration de la Maison de l’Histoire de France 1 » dont il devra assurer la présidence jusqu’à la création de l’établissement public prévue pour le 1er janvier 2012. Sa tâche implique concrètement de proposer au ministre de la Culture et de la Communication la constitution d’un conseil scientifique qui « aura pour mission de se prononcer sur l’ensemble du projet de la Maison de l’Histoire de France ». Dans le même temps, et « en cohérence avec ce projet scientifique et culturel », Jean-François Hébert devra s’attacher à constituer, « en lien avec la Direction générale des Patrimoines [...], le “socle” de la Maison de l’Histoire de France », c’est-à-dire les neuf musées confédérés. Une troisième mission lui incombe, celle de la collaboration du projet avec « cette grande institution patrimoniale et républicaine que constituent les Archives nationales, implantées dans le quadrilatère ». Le ministre demande à ce que, « en liaison avec la Direction générale des Patrimoines », soient définies « les modalités de participation des Archives nationales, qui conserveront leur autonomie juridique, aux activités de la nouvelle institution ». Ces missions devront être conduites dans « un esprit de concertation » et dans le « respect de la spécificité de ces acteurs majeurs de la politique patrimoniale de notre pays, aux collections exceptionnelles que sont ces neuf musées nationaux », insiste Frédéric Mitterrand.

Octobre 2010. Présentation de la « Maison de l’histoire de France », par ses promoteurs (Jean-François Hébert, Charles Personnaz) aux Rendez-vous de l’histoire de Blois. Débat houleux avec les historiens et personnels des Archives présents dans la salle.

14 novembre 2010. Remaniement gouvernemental. Frédéric Mitterrand est maintenu au gouvernement en qualité de Ministre de la culture et de la communication. Sa détermination à défendre le projet présidentiel de « Maison de l’histoire de France » a été reconnue.

1er décembre 2010. Débat entre Frédéric Mitterrand et l’historien Patrick Boucheron dans le cadre de l’émission de France Culture, « la Fabrique de l’histoire » (transcription complète de l’entretien sur le site Fabrique de sens : http://www.fabriquedesens.net/La-Fabrique-de-l-Histoire-Debat ). Le site de l’émission indique : « Pour la première fois aussi longuement, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, dialogue publiquement avec un historien opposé au projet de la maison d’histoire de France, Patrick Boucheron. »
1   2   3   4   5   6

similaire:

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconRapport Moral du Président Mr Jean-Pierre Bouillet

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconRapport Moral du Président Mr Jean-Pierre Bouillet
«fracture du péroné par balles avec éclats dans l’articulation» le 18 octobre, IL réintègre son régiment sur l’Aisne

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconChimène Badi : Parlez-moi de lui Paroles et musique : Jean-Pierre...
«Rythme de la chanson» et «Voix de la chanteuse». Montrer le clip dans son intégralité, avec le son

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconUn témoignage de Jean Parvulesco sur Jean-Pierre Melville

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconQuelques questions pour un sncs affûté (contribution personnelle) Jean-Marc Douillard
«valise» : le «rapport de forces ogm» découle du «rapport de forces-nucléaire»

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconInterview de Jean-Pierre Petit

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconUne comédie à sketchs de Jean-Pierre Martinez

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconLe baut pierre Jean Joseph à l’état civil; le baut marie-Dominique en religion

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconMode & e-commerce
«Un nouveau modèle de consommation émerge en rupture avec les années précédentes. On parle désormais de Slow Fashion», annonce en...

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux icon«Sur la fonction d’accueil»
«vents et marées». Nous savons que Pierre delion est de ces gens, comme Jean oury, François tosquelles, Horace torrubia, Hélène chaigneau...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com