[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux





télécharger 287.35 Kb.
titre[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux
page5/6
date de publication21.05.2017
taille287.35 Kb.
typeRapport
h.20-bal.com > histoire > Rapport
1   2   3   4   5   6

13 janvier 2011. Installation rue Valois, par le ministre de la Culture et de la Communication, du Comité d'orientation scientifique. Frédéric Mitterrand, qui en a présidé la première réunion, présente ensuite les objectifs de travail, lors d’une conférence de presse. Articulé sur l’Association de préfiguration pour une Maison de l’histoire de France que préside Jean-François Hébert, ce Comité est présidé par Jean-Pierre Rioux (né en 1939, inspecteur général honoraire de l’Education nationale), avec Jean Favier (né en 1932, ancien directeur général des archives de France et ancien président de la BNF) comme président d'honneur. Il comprend 20 membres au total : Dominique Borne, rapporteur général (né en 1939, inspecteur général honoraire de l’Education nationale), Jacques Berlioz (né en 1953, directeur de l’Ecole nationale des chartes), Eric Deroo (né en 1952, cinéaste et historien), Étienne François (né en 1943, professeur honoraire des universités), Sébastien Laurent (né en 1971, maître de conférence à l’université de Bordeaux), Dominique Missika (productrice et éditrice), Laurent Olivier (né en 1958, conservateur au musée d’archéologie de Saint-Germain-en-Laye), Pascal Ory (né en 1948, professeur à l’université de Paris 1), Jean-Christian Petitfils (né en 1944, historien), Paule René-Bazin (conservateur general honoraire du patrimoine), Anthony Rowley (né en 1952, maître de conférence à l’IEP de Paris), Martine Segalen (née en 1940, professeur honoraire des universités), Benjamin Stora (né en 1950, professeur à l’université Paris XIII), Elisabeth Taburet-Delahaye (directrice du musée de Cluny), Laurent Theis (né en 1948, professeur émérite des universités), Anne-Marie Thiesse (directeur de recherche au CNRS), Emmanuel de Waresquiel (né en 1957, ingénieur de recherche à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes) (présentation des membres selon le communiqué du ministère de la Culture).

Commentant les annonces ministérielles, le site Art Clair rapporte que « le comité d’orientation scientifique doit définir le contenu du projet et notamment ce qui fait principalement débat aujourd’hui : le discours sur l’histoire de France qui va être matérialisé par une chronologie historique présentée dans les espaces libérés des Archives Nationales. Il doit aussi définir le périmètre des musées entrant dans le réseau de la Maison de l’histoire de France. A ce jour 9 musées nationaux sont associés, représentés par Elisabeth Taburet-Delahaye, directrice du musée de Cluny à Paris. Le ministre a indiqué que la forme juridique que prendra ce réseau (établissement public ou libre association) sera décidée “dans les 6 mois”.

Filant la métaphore architecturale, le ministre a qualifié de clef de voute, la Maison de l’Histoire de France, une clef de voute qui s’appuie sur trois piliers : le comité scientifique, l’association de préfiguration présidée par Jean-François Hébert, le directeur de Fontainebleau, ainsi qu’un portail internet. Les événements à venir diront lequel des deux premiers “piliers” prendra l’initiative sur l’autre ou aura le dernier mot.

Le calendrier des événements reste le suivant : l’ouverture au public des jardins du quadrilatère de Rohan-Soubise en juin 2011, une exposition de préfiguration début 2012 (produite par la RMN) et une ouverture de l’établissement pour 2015. Il faudra d’ici là éteindre la grogne des employés des Archives Nationales qui continuent à manifester contre l’installation de la Maison de l’histoire de France dans “leurs lieux”. Les employés restant à Paris s’étaient en effet habitués à l’idée de se redéployer dans les m² rendus libres par le départ de leurs collègues dans le nouveau site de Pierrefitte.
Le ministre a été sollicité à plusieurs reprises sur l’Hôtel de la Marine, mais n’a pas voulu répondre à ces questions. » (selon le site Art Clair).

18 janvier 2011. Inauguration aux Archives nationales, à Paris, de l'exposition « Dans l'atelier des menus plaisirs du roi », devant 400 personnes au premier étage de l'hôtel de Soubise. La décision d’autoriser cette inauguration a été prise au dernier moment par le cabinet du ministre de la Culture, en raison du mouvement d’occupation du palais de Soubise par l’intersyndicale des Archives protestant contre l’installation dans ces lieux de la future Maison de l’histoire de France.

19 janvier 2011. Décision du ministère de la Culture et de la Communication de procéder à la fermeture de l'exposition « Dans l'atelier des menus plaisirs du roi », par suite de la poursuite du mouvement syndical.

Polémique sur l’avenir de l’hôtel de la Marine. Annonce par le président de la République de la mise en place d’une « commission composée de gens indépendants » afin de déterminer « quelle est la meilleure utilisation de l’hôtel de la Marine ».

21 février 2011. Annonce du limogeage, par le ministère de la Culture et de la Communication de la directrice des Archives nationales Isabelle Neuschwander. Celle-ci subit les conséquences d’une attitude jugée, rue de Valois, contraire aux intérêts du projet de « Maison de l’histoire de France ». Communiqué de l’Intersyndicale CFDT CFTC CGC CGT Archives de France : « LIMOGEAGE DE LA DIRECTRICE DES ARCHIVES NATIONALES : LES MASQUES TOMBENT ! »

22 février 2011. Communiqué de presse de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie protestant contre l’éviction d’Isabelle Neuschwander.

23 février 2011[. Arrêté du ministre de la culture et de la communication par lequel il est mis fin aux fonctions de directrice du service Archives nationales exercées par Isabelle Neuschwander, conservatrice générale du patrimoine.

25 février 2011. Communiqué de l’Association des archivistes français protestant contre le « limogeage de la directrice des Archives nationales ». Communiqué du Syndicat SNESUP (« Limogeage de la Directrice des Archives nationales : Se soumettre ou … être démise »).

28 février 2011. L’Association des professeurs de Langues vivantes « s’associe à la protestation de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) et de l’Association des Archivistes Français (AAF) contre la révocation arbitraire d’Isabelle Neuschwander ».

1er mars 2011. « L’IABD [Interassociation Archives Bibliothèques Documentation]… s’associe au communiqué de l’Association des archivistes français (AAF), l’une de ses associations membres, à propos du limogeage “brutal”, “injuste” et “incompréhensible” de la directrice des Archives nationales. »

2 mars 2011. Communiqués de différentes associations françaises d’historiens de l’enseignement supérieur et de chercheurs en histoire (Association française des historiens économistes, Association des historiens contemporanéistes de l'enseignement supérieur et de la recherche, la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Société des professeurs d'histoire de l'Antiquité des universités, Association française d'histoire économique) qui « réprouvent l'éviction brutale » d’Isabelle Neuschwander.

Parution ce même jour d’une tribune dans Le Monde signée de Jean-Louis Beaucarnot, Eric Deroo, Philippe Joutard, Catherine Martin-Zay, Hélène Mouchard- Zay, Mona Ozouf, Benjamin Stora, Laurent Theis, Pierre Nora, Annette Wieviorka, Michel Winock : « La Maison de l'histoire de France ne doit pas s'ériger au détriment des Archives nationales ».

4 mars 2011. « L’Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires et de documentation apporte son soutien à l’Association des archivistes français à l’occasion du limogeage d’Isabelle Neuschwander, directrice des Archives nationales. »

8 mars 2011. Reprise par le personnel des archives nationales de l’occupation du palais de Soubise.

30 mars 2011. Première rencontre organisée à l’EHESS par le groupe de travail « Musée, histoire & recherche » à l’occasion de la sortie de l’ouvrage Quel musée d’histoire pour la France ? (Armand Colin, série « Libertés d’historien »), associant historiens, chercheurs en sciences sociales, professeurs, conservateurs.

17 mai 2011. Remise au Sénat du Rapport d’information fait au nom de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication sur « le projet de création d’un musée de l’histoire de France », par la sénatrice UMP de Paris Catherine Dumas.

Conférence de presse de l’Intersyndicale des Archives de France.

16 juin 2011. Présentation au ministère de la Culture et de la Communication de l’ « Avant-projet » remis par le Comité d’orientation scientifique de la MHF. Annonce du lancement d’une « large concertation » durant six mois, le texte de l’ « Avant-projet » étant adressé à de nombreux enseignants, historiens, professionnels de la culture et consultable sur le site de la MHF, www.maison-histoire.fr. Un projet définitif doit être remis au ministre de la Culture en janvier 2012.

« Il est certain que les controverses ne se sont pas éteintes. Elles vont pouvoir se nourrir de l’avant-projet. Nous en retirerons certainement des enseignements utiles », déclare le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand.

12 juillet 2011. La commission sur l’hôtel de la Marine présidée par l’ancien Président de la République Valéry Giscard d’Estaing choisit le musée du Louvre comme pilote pour l’avenir de ce monument classé.

25 août 2011. Parution de Le rêve français, de François Hollande (Toulouse, éditions Privat). Le candidat à la primaire socialiste y déclare, au sujet du projet de « Maison de l’histoire de France » :

« La transmission de l’histoire nationale ne peut être décrétée, ni le musée ou la “maison” qui va avec. Elle ne peut servir d’argument électoraliste comme c’est le cas actuellement. Il faut laisser les historiens, les muséographes, travailler. Et ne pas voir des ministres ou un président de la République devenir les propagandistes d’une vision agressive et caricaturale du passé national où toute perspective critique serait bannie au bénéfice de discours incantatoires sur la grandeur de la France. » (p. 39). « Un grand musée d’histoire en France est une belle idée. Celle de la « Maison de l’histoire de France », avec l’improvisation administrative qui la caractérise, sa dimension de fait du prince sans concertation ni réflexion, son refus de prendre en compte les avancées de la recherche et le questionnement des publics, est un projet qui n’est pas à la hauteur des grandes initiatives culturelles françaises. On trouvera demain les voies d’un musée d’histoire. » (pp. 41-42).

23 septembre 2011. Point d’étape présenté par Jean-François Hébert, président de l’APMDF. Présentation de « l’identité visuelle de la Maison de l’hisotire de France et lancement de son site Internet de préfiguration ». Confirmation de la création, au 1er janvier 2012, de l’établissement public de la « Maison de l’histoire de France ». Renoncement à une disposition phare du projet : les musées nationaux services à compétence nationale (SCN), qui devaient être absorbés dans la nouvelle structure, n’en feront finalement pas partie. Ils conserveront leur statut et leur autonomie, leur participation à la MHF se limitant à leur fédération au sein d’un groupement d’intérêt public, le « groupement des musées nationaux pour l’histoire de France ». « Une forme souple et consensuelle », a précisé Jean-François Hébert, mais aussi temporaire – tout GIP est à durée limitée -, destinée à mettre en œuvre une nouvelle coopération entre ces musées.

Selon le site Art Clair, « la répartition des espaces sur le quadrilatère historique des Archives nationales est toujours en cours d’étude, les premiers scenarii devant être rendus publics courant octobre. La réflexion sur la manière dont sera conçue la « galerie du temps », épine dorsale du projet, n’a pas davantage abouti. En trois ans, le projet – événements de préfiguration compris - aura déjà coûté 7 millions d’euros. »

24 septembre 2011. L’intersyndicale CFDT-CGT des Archives de France annonce dans un communiqué que trois responsables syndicaux risquent des sanctions disciplinaires pour avoir organisé sur leur lieu de travail une conférence de presse contre le projet de Maison de l’Histoire de France. Le secrétaire général de la CGT Archives, Wladimir Susanj, aurait reçu une lettre recommandée du ministère de la Culture le 24 septembre. Béatrice Hérold et Eliane Carouge, conservatrices en chef du patrimoine et représentantes de la CFDT Archives, seraient également concernées par cette demande de sanctions disciplinaires.

Le ministère de la Culture considère en effet que cette conférence de presse « ne pouvait constituer une réunion syndicale et outrepassait les limites du droit syndical ». La direction des Archives avait interdit cette manifestation et les agents l’ayant maintenue sont donc à présent accusés de ne pas avoir respecté le principe de neutralité du service public. La direction des Archives indique avoir demandé des sanctions « légères » à l’encontre des trois responsables syndicaux (d’après le site Artclair, 4 octobre 2011).

18 octobre 2011. Réunion publique de la Bourse du travail à Paris consacrée à la Maison de l’Histoire de France et aux menaces de sanctions contre des représentants syndicaux, à l’initiative des organisations syndicales du ministère de la culture et de l’intersyndicale CFDT CFTC CGT Archives de France.

« La liberté d'expression syndicale, la qualité du dialogue social, le respect mutuel, la reconnaissance du travail sont des éléments qui fondent l'efficacité d'un service, son harmonie, et qui assurent le lien de confiance entre les agents et leur tutelle. Or depuis plus d'un an, à une étape majeure de leur modernisation, les Archives nationales sont profondément déstabilisées par la décision d'implantation de la Maison de l'Histoire de France sur le site parisien, sans concertation aucune tant sur les fondamentaux scientifiques que sur la localisation. Alors qu'apaiser la situation devrait être prioritaire, la menace de sanctions pesant aujourd'hui sur Eliane Carouge, Béatrice Herold, Wladimir Susanj, pour des faits datant du mois de mai, ne me semble pas relever d'un tel souci et s'inscrit hélas dans la continuité de la méthode de conduite du dossier de Maison de l'Histoire de France. Il est grand temps de redonner aux Archives nationales la sérénité dont elles ont besoin, en commençant par lever la menace de sanction. Il est grand temps aussi de reprendre ex nihilo la réflexion sur le dossier de Maison de l'Histoire de France. » 

19 octobre 2011. Communiqué du Parti socialiste s’opposant à la « Maison de l’histoire de France ».

27 octobre 2011. Communiqué des Sénatrices et Sénateurs Europe Ecologie-Les Verts, « Archives nationales : quand le Gouvernement utilise la répression pour tenter d’imposer son projet ».

21 décembre 2011. Communication en Conseil des ministres du ministre de la Culture au sujet de l’avancement de la « Maison de l’histoire de France ». « Conformément au calendrier annoncé par le Président de la République, la Maison de l'histoire de France sera créée le 1er janvier 2012 sous la forme d’un établissement public administratif (EPA) placé sous la tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication, dont le décret statutaire a été délibéré ce matin en Conseil des Ministres. [...] Le Ministre a proposé au Président de la République de nommer à la présidence du nouvel établissement public Madame Maryvonne de Saint-Pulgent, Conseiller d’Etat, qui fut notamment directrice du Patrimoine au Ministère de la culture. Elle préside actuellement le comité d’Histoire du ministère, est membre des conseils d’administration du musée d’Orsay et du Centre national de la Cinématographie et de l’image animée (CNC), présidente de l’Institut géographique national (IGN) et du Conseil d’administration de l’Opéra comique, productrice à France Culture. » L’installation de la Maison de l’histoire de France aux Archives nationales est confirmée (« L'établissement sera également appelé à concevoir et réaliser la Galerie des temps qui sera implantée dans le Quadrilatère Rohan-Soubise, ainsi que des espaces d’exposition temporaire. » (Communiqué du ministère de la Culture et de la Communication, http://www.culturecommunication.gouv.fr/Espace-Presse/Communiques/Creation-de-la-Maison-de-l-histoire-de-France-et-nomination-de-sa-presidente )
1   2   3   4   5   6

similaire:

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconRapport Moral du Président Mr Jean-Pierre Bouillet

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconRapport Moral du Président Mr Jean-Pierre Bouillet
«fracture du péroné par balles avec éclats dans l’articulation» le 18 octobre, IL réintègre son régiment sur l’Aisne

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconChimène Badi : Parlez-moi de lui Paroles et musique : Jean-Pierre...
«Rythme de la chanson» et «Voix de la chanteuse». Montrer le clip dans son intégralité, avec le son

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconUn témoignage de Jean Parvulesco sur Jean-Pierre Melville

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconQuelques questions pour un sncs affûté (contribution personnelle) Jean-Marc Douillard
«valise» : le «rapport de forces ogm» découle du «rapport de forces-nucléaire»

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconInterview de Jean-Pierre Petit

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconUne comédie à sketchs de Jean-Pierre Martinez

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconLe baut pierre Jean Joseph à l’état civil; le baut marie-Dominique en religion

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux iconMode & e-commerce
«Un nouveau modèle de consommation émerge en rupture avec les années précédentes. On parle désormais de Slow Fashion», annonce en...

[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux icon«Sur la fonction d’accueil»
«vents et marées». Nous savons que Pierre delion est de ces gens, comme Jean oury, François tosquelles, Horace torrubia, Hélène chaigneau...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com