CH1 – Les mémoires : lectures historiques





télécharger 96.54 Kb.
titreCH1 – Les mémoires : lectures historiques
page1/4
date de publication08.11.2017
taille96.54 Kb.
typeMémoires
h.20-bal.com > histoire > Mémoires
  1   2   3   4

CH1 – Les mémoires : lectures historiques



Introduction

Textes – LECTURE OBLIGATOIRE

Texte n°1 – Jean-Pierre Vernant, La Traversée des frontières. Entre mythe et politique II, « Un temps insoumis ». Editions du Seuil 2004

« Entre les historiens d’une période et ceux qui en ont été les témoins ou les acteurs, les rapports ne sont pas toujours faciles. Je me souviens d’un colloque, à Toulouse, concernant l’histoire de la résistance dans le Sud-Ouest. S’y trouvaient confrontés des personnes qui avaient joué un rôle de premier plan et certains historiens spécialistes qui, sur les mêmes évènements, présentaient les conclusions de leurs enquêtes. A la dernière séance, certains des résistants concernés, ne cachaient pas leur déception, voire leur colère. Ils ne se retrouvaient pas dans le tableau « historique » de ces évènements dont ils pensaient avoir gardé le souvenir intact parce qu’ils les avaient directement vécus. Je crois bien leur avoir fait observer que les historiens n’ont pas pour ambition de faire revenir les évènements passés, de les ressusciter dans leur chair et leur sang pour que les témoins s’y sentent chez eux et soient à nouveau touchés et émus. Cela serait plutôt la tâche d’une œuvre d’art, d’un roman, d’un poème ou d’un film de cinéma. L’histoire s’efforce d’établir les faits de façon précise et exacte et de les rendre, autant que possible intelligible dans leur succession et leur conditionnement. Dans la restitution ou recomposition du passé, ils travaillent avec la certitude d’obéir à l’exigence de vérité, de n’avoir pas d’autre critère que la recherche du vrai. »

Texte n°2  Pierre Nora, « Entre mémoire et Histoire. La problématique des lieux », in Les Lieux de mémoire », NRF, 1984

«  La mémoire est la vie, toujours portée par des groupes vivants, et à ce titre, elle est en évolution permanente, ouverte à la dialectique du souvenir et de l'amnésie, inconsciente de ses déformations successives, vulnérable à toutes les utilisations et manipulations, susceptibles de longues latences et de soudaines revitalisations… La mémoire est un phénomène toujours actuel, un lien vécu au présent éternel. Parce qu’elle est affective et magique, la mémoire ne s’accommode que des détails qui la confortent ; elle se nourrit de souvenirs flous, télescopant, globaux ou flottants, particuliers ou symboliques, sensibles à tous les transferts, écrans, censure ou projections. La mémoire installe le souvenir dans le sacré. La mémoire sourde d’un groupe qu’elle soude, ce qui revient, à dire, qu’il y autant de mémoires que de groupes : qu’elle est, par nature, multiple et démultipliés, collective, et individualisée. »

Textes – LECTURE COMPLEMENTAIRE

Texte n°3 Edouard Launet, « Mémoire de terre », Libération, 11 octobre 2011.

« En 2006, dans la périphérie de Cherbourg, des archéologues sondent le site d’un futur lotissement. Quelques objets déterrés, des photos aériennes et le témoignage de riverains amènent rapidement l’équipe de l’Institut nationale de recherches archéologiques préventives à cette conclusion : on vient de retrouver le camp de prisonniers de guerre allemands que les Américains avaient créé dès août 1944 sur la commune de la Glacerie… qu’est-ce que leur discipline pouvait apporter de plus à la connaissance d’un conflit sur lequel sont disponibles quantités d’archives, de films, photos et même témoins directs ? Pourtant, cette fois, une fouille en bonne et due forme est prescrite. D’abord parce que le site est exceptionnel : le camp de prisonniers de la Glacerie a été le tout premier mis en place en Normandie par les autorités militaires américaines. Ensuite, par ce que la vie des prisonniers allemands après-guerre reste une zone grise de l’histoire…. Les archives, les rapports de la Croix-Rouge rédigés après des visites du camp et les témoignages ne suffisaient-ils pas à reconstituer ce cadre de vie ? « La documentation militaire nous est apparue souvent insuffisante, et les entretiens effectués avec les derniers témoins du camp ont apporté, par définition, une vision subjective. L’archéologie a fourni le témoignage le plus objectif », estime Robert Early. »

Texte n°4 Entretien avec Daniel Cordier, « La résistance, entre témoignage et histoire », revue Geste n°3, automne 2006

« Afin que les historiens puissent trancher entre les accusations de Frenay et ma réfutation, je devais remplacer mon témoignage par des documents et transformer mes « souvenirs » en « Histoire ». Je commençai par lire la douzaine de Mémoires des chefs de la résistance et de la France libre. Chez tous, j’observais des lacunes, inexactitudes ou contrevérités. Ma méfiance s’est encore accrue lorsque, faisant parfois appel à mes souvenirs, je me suis pris moi-même « la main dans le sac » : certains documents contredisaient la chronologie de ma mémoire ! J’ai compris le danger des témoignages pour établir les faits et la prudence indispensable pour leur utilisation. »

Texte n°5 - Robert Frank, « La France des années noires : la mémoire empoisonnée », Cahiers français, La documentation française, juillet-août 2001.

Les historiens qu’ils le veuillent ou non, participent à leur petit niveau, et d’une façon paradoxale, au façonnement de la mémoire collective. Certes, leur mission est critique par rapport à cette dernière. En principe, ils devraient plus la détruire que la construire, puisque leur métier constitue précisément à démonter et à décaper les mythes forgés par elle. Mais ce travail de démythification finit avec un décalage, par imprégner l’enseignement des professeurs d’histoire et les manuels scolaires, et donc ’influence les jeunes classes d’âge. A cet égard, les conséquences de la « révolution paxtonienne » de 1973 (date de la traduction de La France de Vichy publiée par Robert Paxton aux Etats-Unis un an plus tôt) sont importantes. En prouvant que les autorités de Vichy ne jouaient pas un double jeu entre Allemands et Alliés ;, mais qu’elles allaient elles-mêmes au-devant des demandes allemandes, en remettant en perspective l’impact du régime de Pétain sur la société française à court et à long terme, l’historien américain portait un coup aux mythes vichyssois et gaullien à la fois. Cet apport a été très largement pris en compte dix ans plus tard par les manuels. Il en résulte une vision de la Seconde Guerre mondiale différente chez les jeunes lycéens et collégiens : moins mythique et, à bien des égards, plus réaliste. La mémoire savante contribue donc à apporter des éléments de différenciation au sein de la mémoire collective, qui sont fonction du niveau d’instruction, de l’âge et des générations.
  1   2   3   4

similaire:

CH1 – Les mémoires : lectures historiques icon«Regards historiques sur le monde actuel.»
«Les mémoires : lecture historique. Étude : L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie.»

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconVérité et objectivité historiques des Mémoires du général de Gaulle
«De sorte que la parution des Mémoires de de Gaulle a comblé un vide historique. Ils ont été une révélation. Ils apportaient une...

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconMémoires de la guerre d’Algérie. Historiens
«Les mémoires : lecture historique. Étude : L’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie.»

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconMémoires. Une partie des mémoires est répertoriée sur le catalogue...
«trouver un livre électronique» du portail Domino. (ex Patmasters = œuvres complètes de philosophes)

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconMémoires historiques)(fdb : j’ai un doute sur Simone Del Boca, fils d’un frère de Rocco)
«signora» du duché de milan. A l’Espagne appartenait aussi la province de novara et le château de fontaneto, les armées française,...

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconLa memoire de la seconde guerre mondiale
«est le grand art des mémoires et constitue une remarquable source pour identifier les mémoires et parcourir un itinéraire de leur...

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconNotions : Mémoire officielle, contre-mémoires, mémoires oubliées...

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconMémoires : Groupes  mémoires communes
...

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconMémoires ouvertes
«Fête des livres, Mémoires ouvertes», quatrième édition d’un événement consacré au livre, aux histoires et à la mémoire, dans un...

CH1 – Les mémoires : lectures historiques iconYvonne Knibiehler
«une féministe iconoclaste» dont les mémoires constituent un plaidoyer pour que le féminisme repense son rapport à la maternité,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com