«que ma mort serve à quelque chose»





télécharger 156.94 Kb.
titre«que ma mort serve à quelque chose»
page1/4
date de publication08.11.2017
taille156.94 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4
http://milguerres.unblog.fr/cinquante-morts-pour-une/

Cinquante morts pour une

« que ma mort serve à quelque chose »

Guy Môquethttp://i71.servimg.com/u/f71/17/85/94/04/guy_mo10.jpg

Guy Môquet, né le 26 avril 1924 à Paris et mort le 22 octobre 1941 à Châteaubriant (Loire-Inférieure1), est un militant communiste, célèbre pour avoir été le plus jeune des quarante-huit otages fusillés, le 22 octobre 1941, à Châteaubriant,Nantes et Paris en représailles après la mort de Karl Hotz2,3.
Son nom, plus particulièrement associé à celui des vingt-sept fusillés du camp de Châteaubriant, est passé dans l'histoire comme un des symboles de la Résistance française. Le qualificatif de résistant, souvent utilisé à son propos, notamment dans les médias, est cependant l'objet d'un débat récent parmi quelques auteurs.http://i71.servimg.com/u/f71/17/85/94/04/guy_mo11.jpg

Sa famille
Guy Môquet était le fils de Prosper Môquet, cheminot, syndicaliste, député communiste du 17e arrondissement de Paris. Le Parti communiste français (PCF) ayant été dissous par Édouard Daladier le 26 septembre 1939 en raison de son soutien au Pacte germano-soviétique et de son approbation de l'intervention de l'Armée rouge en Pologne4, Prosper Môquet est arrêté le 10 octobre 1939, déchu de son mandat de député en février 1940 et déporté dans un camp d'internement français en Algérie. Le frère de Prosper, Henri, concierge au siège du parti communiste, est intégré au dispositif clandestin du parti à la fin de l'été 19405. La sœur de Prosper Môquet, Rosalie, est une militante proche de la direction du parti. À partir de 1941, elle est la compagne de Robert Dubois qui succédera à Arthur Dallidet à la tête de la commission des cadres à partir du printemps 1942. Elle assure la liaison entre Robert Dubois et la direction du parti6.
Son adolescence
Guy Prosper Eustache Môquet est né le 26 avril 1924 dans le 18e arrondissement de Paris7. Élève au lycée Carnot, dans la même classe que Gilles Deleuze8, il est un fervent militant des Jeunesses communistes. Le journaliste et écrivain Pierre-Louis Basse le présente comme un « titi », volontiers gouailleur tout en ne dédaignant pas d'écrire des poèmes, plaisant aux filles et doué dans les disciplines sportives. Au sprint, son seul rival au lycée est Charles Éboué, fils de Félix Éboué9.
Le PCF au début de la guerre
L'URSS ayant signé avec l'Allemagne hitlérienne un pacte de non-agression, la direction du PCF, suivant la politique de Staline, adopte une ligne d'opposition à la guerre, considérée comme une « guerre interimpérialiste »4 allant à l'encontre des intérêts de la classe ouvrière. De nombreux militants communistes, dont le père de Guy Môquet, sont arrêtés sur l'ordre du gouvernement français sous l'accusation de sabotage, démoralisation de l'armée, en un mot affaiblissement des arrières.
Après la défaite de la France en juin 1940, l'occupant maintient en détention les communistes incarcérés. À l'automne 1940, le PCF subit une vague de répression menée par la police française et facilitée par la politique de légalisation qui a prévalu pendant l'été 1940. Jusqu'en mars-avril 1941, la revendication nationale, anti-allemande, n'est pas prioritaire pour le PCF par rapport à la revendication sociale10 (pour plus de détails, voir Histoire du Parti communiste français – Les premiers mois de l'occupation).
Activité militante de Guy Môquet
En ce qui concerne Guy Môquet, l'arrestation de son père en octobre 1939 est un événement marquant qui renforce son ardeur militante. D'abord réfugié avec sa mère et son frère Serge dans la Manche, il revient ensuite seul à Paris et milite clandestinement au sein des Jeunesses communistes11. En novembre, il écrit une lettre à Édouard Herriot, président de la Chambre des députés, demandant la libération de son père12,13 (voir « Ses écrits »).
Lors de l'occupation de Paris par les Allemands et l'instauration du régime de Vichy, Guy Môquet déploie une grande ardeur militante pour coller des « papillons » et distribuer des tracts qui reflètent la ligne politique du PCF durant l'été 1940 : dans le 17e arrondissement, ces tracts demandent souvent la libération de Prosper Môquet : « Châtiment pour les responsables de la guerre ! Liberté pour les défenseurs de la paix ! Libérez Prosper Môquet. Député des Épinettes14 » ; « Libérez Prosper Môquet, jeté en prison par Daladier pour avoir voulu la paix […]14 ». Parmi les papillons retrouvés dans ce même arrondissement, on retrouve les slogans « À bas la dictature de Laval14 » ; « Châtiez les responsables [français ayant déclaré la guerre à l'Allemagne]14 » ; « Il faut un gouvernement du peuple14 » ; « Les soviets, c'est le pouvoir du peuple14 » ; « Les riches doivent payer14 » ; « Un emploi pour les jeunes qui corresponde à leurs aspirations14 » ; « Pour les chômeurs, la famine. L'opulence aux profiteurs de guerre. Chômeur, fais rendre gorge aux voleurs. Exige l'indemnité de 20 francs par jour14 ». Pierre-Louis Basse cite un autre tract distribué à Paris : « Des magnats d'industrie (Schneider, De Wendel, Michelin, Mercier […]), tous, qu'ils soient Juifs, catholiques, protestants ou francs-maçons, par esprit de lucre, par haine de la classe ouvrière, ont trahi notre pays et l'ont contraint à subir l'occupation étrangère […] De l'ouvrier de la zone, avenue de Saint-Ouen, à l'employé du quartier de l'Étoile, en passant par le fonctionnaire des Batignolles […] les jeunes, les vieux, les veuves sont tous d'accord pour lutter contre la misère […]15 ».
Son camarade Georges Abbachi décrit les deux modes opératoires les plus utilisés : le collage de papillons sur les réverbères ou les becs de gaz et le lancer de tracts depuis les balcons des salles de cinéma16.
Arrestation et incarcération
Guy Môquet est arrêté, sur dénonciation17, le 13 octobre 1940 (il a 16 ans)18 au métro Gare de l'Est en compagnie de René Pignard par trois inspecteurs de police française de la Brigade spéciale de répression anticommuniste (BS)17, conséquence17 d'un décret-loi d'Édouard Daladier du 26 septembre 1939 interdisant le Parti communiste, « décret-loi prorogé et utilisé par l'État français [de Vichy] dans une perspective qui n'a plus rien à voir avec la défense nationale qui l'avait justifié19 ». René Grandjean, supérieur hiérarchique de Guy dans les Jeunesses communistes est également arrêté le 13 octobre20 et Georges Grünenberger, responsable du groupe, est lui-même arrêté le 15 octobre20.
Les policiers n'arrivent pas à établir de façon irréfutable la participation aux distributions de tracts de Guy Môquet, qui ne passe pas aux aveux17 alors que ses camarades ont reconnu les faits et que Pignard et Granjean l'ont également mis en cause17. Il est néanmoins incarcéré à la prison de Fresnes21. Le 23 janvier 1941, la 15e chambre correctionnelle de Paris condamne René Pignard, René Grandjean et Georges Grünenberger à des peines de prison comprises entre huit et douze mois, mais « acquitte le jeune Môquet comme ayant agi sans discernement. Dit qu'il sera confié provisoirement à ses parents [...]21 »22,23, une mention indique que : « rien ne s'oppose [...] à l'exécution immédiate de cette décision »23,24. Mais en vertu de la loi du 3 septembre 1940 et de la « circulaire Peyrouton » du 16 novembre 194025 qui autorisent l'internement administratif par simple décision préfectorale26,4 (alors que le décret Daladier laissait cette prérogative au seul ministre de l'Intérieur25) et « offre [la circulaire Peyrouton] à ces derniers la possibilité d'interner tous azimuts25 », le jour même de son acquittement, il est conduit au dépôt de la Préfecture de police de Paris où il reste jusqu'au 10 février 1941, pendant que le « Bureau des internés » est appelé à enquêter sur l'appartenance de Guy aux Jeunesses communistes et à se prononcer sur l'opportunité de sa libération21. Il écrit une lettre de protestation au procureur pour dénoncer ce qu'il considère comme des « actes illégaux »23. Il n'aura jamais de réponse23. Suivant l'avis de la 1re section desRenseignements généraux21 le bureau donne un avis défavorable et Guy est transféré à la maison d'arrêt de la Santé27, puis, le 27 février 1941, à la centrale de Clairvaux21.
Enfin, le 14 mai 194121,28,29 il est transféré, en même temps que 100 autres internés communistes venant de Clairvaux21, au camp de Choisel, à Châteaubriant, où étaient détenus d'autres militants communistes généralement arrêtés entre septembre 1939 et octobre 1940. Durant le mois de mai 219 militants communistes sont transférés à Choisel21. Il est placé dans la baraque 10, celle des jeunes, où il se lie d'amitié avec Roger Sémat et Rino Scolari. Ce dernier, un peu plus âgé que lui, deviendra un des responsables FFI au moment de la Libération de Paris30.
Octobre 1941
L'attentat de Nantes et ses conséquences
Le 20 octobre 1941, Karl Hotz, commandant des troupes d'occupation en Loire-Inférieure, est abattu à Nantes par un commando formé de trois communistes de l'Organisation spéciale et des Bataillons de la Jeunesse : Spartaco Guisco, Gilbert Brustlein et Marcel Bourdarias. Suite à cet acte, qualifié de « terroriste » par les autorités allemandes d’occupation, compte tenu du grade élevé de l’officier abattu, un Avis (Bekanntmachung) du général von Stülpnagel, chef des forces d'occupation en France (le Militärbefehlshaber in Frankreich), annonce, en application de ses décisions du 19 septembre 1941 (s'octroyant le droit de faire fusiller également des détenus arrêtés par les autorités françaises)31 et du « code des otages » du 28 septembre 194131, dont il est l'auteur31, que cinquante otages seront exécutés immédiatement en représailles.
Les services du ministre de l'Intérieur du gouvernement de collaboration de Pétain, Pierre Pucheu, proposent une liste de 61 noms, des otages essentiellement communistes32 « pour éviter de laisser fusiller cinquante bons Français »33. Sur les 27 fusillés de Châteaubriant, les listes de Pucheu en contiennent 17. Guy Môquet n'était pas dans les listes de Pucheu, ce sont les Allemands qui l'ont rajouté en fonction de leur propre politique des otages34,35.
Quarante-huit otages sont fusillés : seize à Nantes, cinq au fort du Mont-Valérien et vingt-sept à Châteaubriant, dont Guy Môquet. La majorité d’entre eux sont des militants communistes35 et/ ou syndicaux.
Article détaillé : Représailles après la mort de Karl Hotz.
Les exécutions à Châteaubriant
Deux jours plus tard, neuf poteaux sont dressés à la Sablière, vaste carrière à la sortie de Châteaubriant. En trois groupes, les vingt-sept otages s'y appuient, refusent qu'on leur bande les yeux et s'écrient : « Vive la France ! » devant le peloton d'exécution. Charles Michels,Jean-Pierre Timbaud et Jean Poulmarc'h avaient décidé de ne pas se révolter, car cela aurait conduit à un massacre, d'aller à l'exécution dignement, et en chantant La Marseillaise36 : « C'est ainsi, et ainsi seulement, que notre mort servira à quelque chose37. » De même, Guy Môquet avait écrit : « [...] mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que ma mort serve à quelque chose. [...] »38.
Guy Môquet est le plus jeune. Selon certains récits, à commencer par celui d'Aragon dans Le Témoin des martyrs (voir le chapitre « élaboration de la mémoire »), il a un évanouissement et il est fusillé dans cet état39, mais cette version est contestée par le sous-préfet d'alors, Bernard Lecornu40. Il est abattu à 16 heures. Avant d'être fusillé, il avait écrit une lettre à ses parents.
Pour les nazis, l'exécution de communistes est préférable pour convaincre les Français que seuls les Juifs et les communistes sont leurs ennemis. La sélection délibérée d'un otage si jeune sert à montrer qu'ils seront impitoyables envers tous ceux qui distribuent des tracts, quel que soit leur âge. Mais abattre un si jeune militant a surtout pour effet de choquer la population française4. L'abbé Moyon, qui avait accepté d'assister les prisonniers avant leur exécution, rapporte que Guy Môquet lui avait fait une confidence montrant qu'il était conscient de l'émotion que sa mort allait susciter : « Je laisserai mon souvenir dans l'Histoire, car je suis le plus jeune des condamnés »41,42.
Les inhumations
Les corps des fusillés de Châteaubriant sont d’abord répartis, par groupes de trois, dans les cimetières des communes environnantes43. Celui de Guy Môquet au Petit-Auverné à quinze kilomètres au sud. La population a interdiction d’approcher les tombes, mais une note de la sous-préfecture adressée aux familles, indiquant les lieux d'inhumation, précise que s'il est interdit de déposer des plaques mentionnant le nom des fusillés, il est permis de fleurir les tombes43. Les 27 tombes sont fleuries dès le 24 octobre par le fils d'Henri Barthélémy44,43, un des fusillés. Une semaine plus tard, à la Toussaint, les tombes de Guy Môquet et de ses deux autres compagnons sont abondamment fleuries de bouquets de fleurs bleues, blanches et rouges (une couleur pour chacune des trois tombes, celle de Guy Môquet est au centre). Florence Aubenas, journaliste, en a rendu compte en recherchant des témoins locaux45. Les familles ont pu récupérer les corps après la guerre46. Le corps de Guy Môquet est transféré au Cimetière du Père-Lachaise (division 97)47.
Selon Pierre-Louis Basse, Serge, le jeune frère de Guy Môquet, meurt quelques jours plus tard, de chagrin et de peur, déguisé en fille par sa mère qui tente d'échapper à la Gestapo48. Mais Serge Môquet aurait été vu à quatre ou cinq reprises accompagnant sa mère sur la première tombe de Guy45. Selon la pierre tombale du caveau où il repose au cimetière parisien du Père-Lachaise, aux côtés de son frère et d'autres « héros et martyrs de la Résistance fusillés par les nazis », Serge Môquet est décédé le 19 avril 1944 à l'âge de douze ans et demi, « victime de la Gestapo ». Selon la belle-fille de Prosper Môquet, Anne-Marie Saffray, Serge, traumatisé par l’emprisonnement de son père et par l’exécution de son frère, fragilisé par la disette et les rigueurs de la vie clandestine, mourut d’une méningite. Leur mère, Juliette, fit partie du Comité parisien de Libération et fut de 1945 à 1947 conseillère municipale communiste de Paris. Elle trouva la mort le 10 juin 1956 dans un accident de voiture49, que conduisait son mari, Prosper48.
Ses écrits
Réagissant à l'arrestation de son père, survenue le 10 octobre 193950, il écrit le 9 novembre 193951 une lettre au président de la Chambre des députés, Édouard Herriot12,13 :
« Monsieur le Président [...]
Je suis l'un des enfants d'un de ces députés
Qui sont tous en prison aujourd'hui enfermés
Je suis jeune Français, et j'aime ma patrie
J'ai un cœur de Français, qui demande et supplie
Qu'on lui rende son père, lui qui a combattu
Pour notre belle France avec tant de vertu[...]
J'agis avec mon cœur, que j'appelle français
Agissez en bon père, agissez en Français [...] »
Quand Guy Môquet est arrêté, il a sur lui un poème engagé52, évoquant trois de ses compagnons de lutte incarcérés avant lui :
Les traîtres de notre pays
Ces agents du capitalisme
Nous les chasserons hors d’ici
Pour instaurer le socialisme[...]
Pour vous sortir de la prison
Pour tuer le capitalisme[...] »
Le poème est parfois qualifié de « Poème de Guy Moquet ». Ce document, écrit de sa main sur une feuille de cahier d'écolier53 sert de preuve à la police pour son inculpation d'infraction au décret Daladier du 26 septembre 193954.
Tout au long de sa détention, de Fresnes55 à Châteaubriant, Guy Môquet répartit entre les membres de sa famille proche56 le nombre maximum de lettres autorisées à un détenu57, dont plus d'une centaine à sa mère58.
Sa lettre la plus célèbre est celle qu’il écrit le jour de sa mort59, dont on possède deux vestiges : un exemplaire écrit à la plume, retrouvé dans les affaires de son père et un exemplaire écrit au crayon retrouvé en 2002 dans les affaires de sa mère, qui sont entrés respectivement en 1992 et juillet 2007 dans les collections du musée de la Résistance Nationale de Champigny-sur-Marne60,61,62. La version au crayon63 est l'original52, la lettre à l'encre étant vraisemblablement une copie faite par la mère de Guy Môquet. La découverte de l'original permet d'éliminer la thèse selon laquelle la lettre aurait été écrite par Jacques Duclos et confiée à Louis Aragon pour qu'il la publie64.
« Ma petite maman chérie,Mon tout petit frère adoré,
  1   2   3   4

similaire:

«que ma mort serve à quelque chose» iconA – Contextualisation du texte de perec
«j'écris parce qu'ils ont laissé en moi leur marque indélébile et que la trace en est l'écriture; l'écriture est le souvenir de leur...

«que ma mort serve à quelque chose» iconI où l’on n’a pas voulu de moi
«Je ferai quelque chose pour vous, si vous faites quelque chose pour moi : soumettez vos articles à la censure.» Je cours encore

«que ma mort serve à quelque chose» iconLeçon 1 15 novembre
«Ça fait», ça ne suffit pas. C’est essentiel, c’est au point central, c’est la vue poétique à proprement parler de la chose. La...

«que ma mort serve à quelque chose» iconQuelque chose dans la voix

«que ma mort serve à quelque chose» iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«Si je sais quelque chose, je le dois particulièrement aux trois ou quatre années d'étude que je passai ainsi»

«que ma mort serve à quelque chose» iconEmmanuel Bex (orgue)
«quelque chose de bleu qui paraissait une aile» (Victor Hugo). Olivier Ker Ourio appartient sans nul doute à cette tribu d’élus

«que ma mort serve à quelque chose» iconSource : Salon noir (France Culture)
«marcher» donc on veut les utiliser même si cela vient de l'extérieur. Le gaulois représente quelque chose d'inaccessible, d'exotique...

«que ma mort serve à quelque chose» iconTranscription de l’intervention de Marc Ferro
«Diable, comment aller vous vivre avec quatre heures d’histoire ici ? Vous ne pouvez pas enseigner quelque chose d’autre un petit...

«que ma mort serve à quelque chose» iconChapitre 3/ entreprise et production
«je peux accepter l’échec, tout le monde échoue dans quelque chose. Mais je ne peux accepter de ne pas essayer» Mickael Jordan

«que ma mort serve à quelque chose» iconA partir de quand on passe d’un usage, d’une pratique à quelque chose...
«ubi societas ibi ius» (pour telle société IL y a tel droit). Ces fluctuations s’expliquent dans le rapport qui existe entre les...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com