Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance





télécharger 1.54 Mb.
titreAvant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance
page13/37
date de publication09.11.2017
taille1.54 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   ...   37

3. L’Empire d’Akkad (2340-2200)

Deux rois restent des figures fondamentales qui façonnent l’appréhension du pouvoir en Mésopotamie : Sargon, surnommé le roi chanceux et Naram-Sîn, le roi malchanceux.

Avec l’Empire d’Akkad se dessine une nouvelle conception de l’idéologie royale : le monarque est désormais divinisé, tient une place inédite dans la production artistique et fait l’objet d’une importante propagande idéologique qui rompt avec la perception des chefs des cités, relégués au statut de simple administrateur des dieux.

Les souverains d’Akkad sont des Sémites qui étaient déjà présents dans le pays de Sumer, mais leur domination n’est pas perçue comme une invasion :

  • car les conflits entre villes sumériennes entre elles et contre les royaumes du nord étaient déjà présents et nombreux. En basse Mésopotamie, si le peuplement est essentiellement sumérien, il est essentiellement sémite dans le Nord, dans la vallée de Diyala et à Mari ; il y a une zone médiane où des groupes sémites nomades se sédentarisent progressivement auprès des populations sumériennes déjà fixées. Cette situation avait évolué sous la domination de Lagash où le peuplement sémitique croît ; la victoire de Sargon est donc le fruit d’un long processus qui marque la Mésopotamie,

  • il n’y a pas mise en forme d’une célébration de la victoire d’un groupe ethnique sur un autre.

Les changements idéologiques apparaissent sous le premier souverain, Sargon (2340-2284 av. J.-C.).

Son histoire est racontée sous la forme de légendes : né de père inconnu et d’une prêtresse, abandonné dans une corbeille au fil de l’eau, recueilli par un jardinier dont il apprend le métier, il devient échanson dans la cour du roi de Kish sous la protection de la déesse Ishtar. Il se révolte contre son maître, fonde Agadé ou Akka et après de multiples batailles, s’empare non seulement du pays de Sumer mais aussi l’Elam, la Syrie du Nord et Mari, porte ses troupes jusqu’au Taurus, voire au cœur de l’Anatolie. Cette extension paraît en réalité moins grande. Mais, l’empire de Sargon n’en est pas moins étendu et plus vaste que toutes les expériences précédentes.

Sargon n’est pas l’artisan d’une politique nouvelle, mais s’inspire de celle qui lui est antérieure ; il est désigné dans les inscriptions comme roi de Kish mais aussi comme celui d’Akkad, voire aussi comme roi de Kalam (que son fils désigne sous le terme de pays de Sumer). Les épopées font de Sargon un roi modèle : l’une d’entre elles raconte son ultime combat qui le mène aux limites de la terre. Les différentes versions font intervenir le divin ou pas, mais Sargon en ressort avec le titre de « roi du combat » que seuls les dieux portaient.

D’autres récits s’articulent autour de trois thèmes : l’affirmation de l’ordre social fondé sur l’autorité royale, la rupture de cet ordre en raison du non-respect d’un interdit et enfin l’intervention du héros dont l’objectif est de rétablir l’ordre perturbé. Le héros qui agit et vit dans un espace mythique, différent de l’espace socialisé, accomplit une multitude d’actions de plus en plus extraordinaires qui le classent différemment de l’ordre humain et le font entrer dans un ordre divin ; il devient le type idéal du héros fondateur et sauveur de l’univers.

Enfin, Sargon agit aussi pour la postérité : ainsi, une stèle est gravée, relatant ses exploits qui doivent permettre d’édifier les générations suivantes ; on se situe ici dans une optique dans laquelle raconter le passé n’a pas comme seul objectif de se remémorer, mais aussi de servir de leçon aux futurs souverains et d’actualiser un passé qui n’est pas révolu, mais susceptible de se répéter. Ainsi, se forge l’image de la dynastie d’Akkad qui devient avec la figure emblématique de Sargon l’idéal royal : de nombreuses inscriptions témoignent de la volonté de roitelets de s’en inspirer pour orienter leur propre conduite, tels Ashduni-yarim de Kish par exemple ou le roi hittite Hattushili Ier, qui règne pourtant hors de Mésopotamie. Cette imitation transparaît notamment dans la pratique de nommer une de leurs filles grande prêtresse de Nanna, le dieu-lune d’Ur, ainsi que Sargon l’avait fait pour sa propre fille Enheduanna. La coutume fut perpétuée jusqu’à l’époque de Naibonide au VIe siècle av. J.-C.

Il est difficile de situer géographiquement Akkad, mais les historiens la situent près de Kish ; de même, la domination semble être comprise autour de la vallée sud de la Dilaya, le pays de Sumer et l’Elam dont la limite nord est floue.

Si le souverain Sargon tient une place particulière, il n’existe pas moins une grande diversité de gouvernements : la région d’Akkad est entre les mains directes du souverain alors que les provinces de Sumer et de l’Elam conservent des institutions propres : un ensi gouverneur qui dépend cependant du pouvoir central et qui est entouré d’une aristocratie de fonctionnaires.

Cependant, une politique commune s’impose à l’ensemble de l’Empire, par exemple sur le plan militaire avec l’organisation d’une armée différente autour d’archers qui ouvrent les brèches dans lesquelles s’engouffrent des fantassins armés de haches.

Les successeurs de Sargon — c’est-à-dire d’abord ses deux fils Rimush et Manishtu, puis Sïn, fils du second — sont confrontés alors à toute une série de révoltes et rébellions notamment dans le pays de Sumer et de l’Elam ce qui nécessita des interventions militaires sanglantes. Cette fragilité récurrente trouve son apogée sous Naram-Sîn, petit-fils de Sargon, qui règne de 2260 à 2223 av. J.-C. Même s’il est difficile de retracer la chronologie exacte des campagnes militaires, on peut recenser quelques moments forts : guerre contre une coalition de vingtaine de rois d’Asie Mineure et du Golfe Persique, expéditions vers la région d’Alep et le littoral méditerranéen près de Tyr, conquêtes partielles de la région du Zagros contre les Guti et les Lullubi, akkadisation de l’Elam notamment à Suse, domination de Mari au nord-ouest où il installe une de ses filles comme prêtresse…

Naram-Sîn est lui aussi objet d’une longue tradition comme son grand-père Sargon (certaines sources les considèrent même parfois comme père et fils.) ; il est l’image du héros qui domine le monde, mais cette image est ambivalente, car composée de deux éléments apparemment incompatibles et pourtant étroitement mêlés : il est le prototype du roi de l’univers, éblouissant de splendeur qui triomphe de ses adversaires, mais aussi un roi de l’univers, orgueilleux et artisan de sa propre ruine. On remarque que sous ce souverain, des inscriptions légendaires complètent celles plus officielles ; il s’agit alors de renforcer le prestige du souverain qui a non seulement vaincu la rébellion de toutes les villes de Sumer et d’Akkad, mais aussi l’étranger grâce aux neufs batailles menées en une seule année. La légende alors exagère le nombre d’ennemis, faisant références à des dizaines de milliers de combattants là où ils ne devaient guère être plus que quelques milliers ; les souverains ennemis ne sont plus ceux de quelques régions, mais ceux de la terre entière. Enfin, la bataille qui oppose Naram-Sîn à Iphur-Kish devient l’emblème de celle qui oppose les représentants d’une monarchie héréditaire et ceux d’une monarchie élective, bataille qui se tient sur un sol sacré, qui prend une dimension tragique et permet de mettre en avant la dimension universelle de la fonction royale. Naram-Sîn est alors vu comme un être mythique, toujours plus grand, qui fait la guerre aux côtés des dieux

Ces mêmes faits donnent cependant des versions opposées : Naram-Sîn n’est plus le combattant vainqueur, mais il est au contraire sans cesse battu par une armée démoniaque ; il s’agit de la « Malédiction d’Akkad » où le roi agacé par des prédictions défavorables se rebelle contre la volonté divine et entraîne ainsi la ruine de ses États. Une dernière stèle déposée par le roi dans le temple de Nergal doit conclure ce cycle douloureux : afin d’instruire ses descendants, Naram-Sîn y confesse ses erreurs et finit par se soumettre aux ordres divins ce qui entraîne l’intervention des dieux et la victoire permettant d’écraser l’ennemi.

L’idéologie royale est donc modifiée : avec la conquête de vastes terres — la Mésopotamie et la Syrie du Nord — elle revendique une extension illimitée sur le plan territorial, voire universel. Le roi doit veiller à l’équilibre dans le monde entier à l’instar des dieux dans le cosmos : aussi, les guerres des souverains reflètent celles des dieux contre les forces menaçantes du Chaos et de l’Indifférence. Le roi acquiert alors les aspects héroïques divins, rapprochant ainsi sa nature de celle des dieux.

Le fils de Naram-Sîn, Shar-kali-sharri, contient la pression des peuples voisins de l’Elam et des nomades de l’ouest. À Suse, Kutik-In-Shushinak se révolte, envahit le cœur de la Mésopotamie et réussit à devenir indépendant. Au nord-ouest, les Amorites jouent un rôle de plus en plus important : ces nomades sont mal connus, mais il semble qu’ils aient été responsables de la chute des villes du Levant comme Megiddo, Yarmouth, Ai, Beth-Yerah même si d’autres facteurs ont pu intervenir. À la fin du IIIe millénaire, lorsque la vie urbaine renaît au Levant, les noms commencent à porter d’évidentes amorites et au début du IIe siècle, l’onomastique est devenue clairement amorite.

Vers 2230 jusqu’à 2200 av. J.-C., le pays est ravagé par des populations Guti ce qui entraîne la chute de l’Empire d’Akkad.

Malgré sa brièveté, l’expérience de la constitution d’un empire unitaire à la place des tendances particularistes des cités-États joue un rôle essentiel dans la conscience de la création initiale de l’idée impériale considérée comme un idéal de paix et de prospérité. Même si cet Empire voit peu à peu la prépondérance des Sémites sur les Sumériens, l’opposition ethnique n’est pas au cœur de la rivalité, mais cela marque peu à peu un déplacement de l’équilibre vers le nord. L’expérience impériale marque fortement l’histoire de ces populations en introduisant de nouvelles conceptions du politique : l’unité alors que tout était diversité, la centralisation administrative à la place de l’autonomie, la domination universelle d’un souverain portant le titre de « roi des quatre régions » à la place de la situation arbitrale que semblait contenir le titre de roi de Kish. Sur le plan international, cela donne une cohérence à la Mésopotamie qui devient un pôle essentiel entre la Méditerranée et le monde indien, favorisant le renforcement de l’activité économique et la puissance des villes ainsi que la rencontre de différentes cultures et religions.

4. La Renaissance sumérienne (2200-2100 av. J.-C.)

L’invasion Guti ouvre une période trouble pour la région ; il n’y a pas une totale anarchie, mais la difficulté des Guti à imposer l’ordre facilite l’autonomie des villes et la reprise de leurs activités. Les Guti sont cependant peu à peu assimilés : ils reprennent par exemple la nomenclature royale.

La cité de Lagash connaît même une période brillante sous les ensis Gudéa, son fils Ur-Ningirsu et petit-fils, Pirig-ne : richesse de la production artistique, développement de la littérature, et richesse économique qui permet l’importation de produits rares et la sécurité des approvisionnements.

Vers 2120 av. J.-C., le roi d’Uruk, Utuhegal attaque le chef guti Tiriqan et le fait prisonnier. C’est la fin de la domination Guti et le début de celle d’Ur : l’héritier d’Utuhégal, Ur-nammu y déplace le siège de la royauté à la place d’Uruk, renforçant ainsi l’aspect sumérien de la renaissance. Sa domination se fait essentiellement sur le pays de Sumer. Il prend le titre de « roi des quatre régions » et organise le pays de Sumer selon des modalités encore peu éclaircies.

Ur-Nammu (2111-2094) consolide l’assise territoriale dans le pays de Sumer en dominant Lagash, prend le titre de « roi de Sumer et d’Akkad » mais les limites septentrionales sont mal cernées ; les hypothèses les plus courantes situent la limite nord à Nippur. Son action est importante : réalisation des premières ziggurats à Ur, Uruk et Larsa, restauration des murailles, remise en état du réseau des canaux, imposition d’un système métrique commun et mise en place d’une législation judiciaire remplaçant la loi du talion par celle de compensations financières.

On voit aussi apparaître dans la titulature royale la mention du roi comme «berger». Les inscriptions mettent en avant la protection et l’attention offertes par le roi à son peuple sur lequel il a un pouvoir absolu. Cette fonction apparaissait déjà dans les textes religieux puisque le premier homme choisi comme roi par la déesse Etana était un berger.

L’image du roi se complexifie donc : héros proche des dieux et digne de leur confiance, il doit défendre et protéger l’humanité, faciliter son développement et en répondre devant les dieux.

C’est sous le roi de Sumer et d’Akkad, Shulgi, que les conquêtes les plus importantes sont faites en Iran et à l’est du Tigre. Il mène dans la deuxième partie de son règne une guerre quasi permanente contre la puissance élamite qui s’est constituée autour d’Amshan et Simash. C’est son fils Amar-Suen qui parvient à détruire la puissance élamite en détruisant Arbelès en 2045.

L’empire d’Ur se caractérise par une organisation complexe :

  • à la tête, se trouve l’empereur qui dirige une véritable administration étatique. Il est secondé par un premier ministre, le sukkalnak, qui dirige la chancellerie et s’occupe plus particulièrement des zones périphériques. Des fonctionnaires sont chargés des enregistrements, de la comptabilité, des contrôles faits en province ;

  • dans les cités, surtout celles de la zone centrale de l’Empire, l’administration est confiée à un gouverneur, l’ensi, choisi dans la noblesse locale et qui gère les grandes propriétés des temples. Ils sont « assistés » par un ou plusieurs chefs militaires, les shagin, ne relevant que de l’administration centrale, étrangers à la cité où ils exercent, apparentés à la famille impériale, changeant souvent d’affectation et chargés de gérer les serviteurs royaux ;

  • dans les petits centres urbains ou villages, il y a une administration locale dirigée par les hazannu.

Cet ensemble reste sous surveillance impériale ; des coursiers assuraient des missions d’informations et de sécurité ce qui a nécessité la mise en place d’un réseau de relais réguliers assurant l’approvisionnement et le gîte.

La documentation ne permet pas de retracer dans le détail les évolutions économiques sous la IIIe dynastie d’Ur mais quelques points peuvent être mis en avant :

  • l’État se charge d’une grande partie de l’approvisionnement des temples et si les contraintes quotidiennes restent inconnues, on voit que les rois offrent d’importantes offrandes chaque mois aux temples,

  • il existe aussi un véritable système industriel : de grands ateliers de tissage apparaissent dans la périphérie des villes, utilisant une main-d'œuvre servile féminine ; les tisserands évoqués dans les documents atteignent parfois des effectifs considérables (6000 à Lagash). Cette main-d'œuvre est soumise à l’autorité de chefs d’équipe responsables devant des intendants et surveillée par des troupes militaires. À coté de ces grands ateliers, il existe des eren, artisans libres, mais surveillés, soumis à des taxes et des inspections régulières ;

  • le commerce se développe avec l’importation de cuivre, or, ivoire, pierres précieuses et pierres de construction, l’ensemble étant acheminé par des bateaux venant du golfe Persique. Les temples et l’État payent les marchands avec le damgar, un ensemble de produits tels que les laines, étoffes, peaux, céréales et dattes. Cependant, un système monétaire apparaît, encore embryonnaire, avec un barème instauré par Ur-nammu et valable jusqu’à Ibbi-Sin, , dans lequel un sicle d’argent équivaut à un gur d’orge ;

  • apparaît également un système d’imposition ; les impôts sont en nature et collectés par les temples qui reversent le surplus à la monarchie.

Enfin, sur le plan social, la société mésopotamienne est divisée entre les hommes libres et les esclaves. Il existe aussi une catégorie intermédiaire, les eren (la troupe) occupés à des travaux divers (agricoles, artisanaux, militaires, de transports), dépendant étroitement d’un ensi ou d’un shangi, à la liberté limitée, très surveillés et aux déplacements contrôlés.

Cette catégorie des eren ne s’apparente pas à celle des esclaves dont les conditions de vie dépendent étroitement de la fortune et du caractère du maître, mais qui bénéficient cependant d’une véritable personnalité juridique puisqu’ils peuvent épouser des personnes libres, posséder des biens et ester en justice. Il convient cependant de distinguer la masse des esclaves domestiques qui le sont devenus pour des raisons économiques des esclaves, prisonniers de guerre dont le statut juridique est inexistant et qui sont soumis aux gros travaux harassants et pénibles.

La société mésopotamienne est donc strictement hiérarchisée, avec une masse de paysans et petits artisans, dont le dénuement ne les distingue pas des esclaves, englobés dans des circuits économiques contrôlés par les temples et les palais, dont se dégage une aristocratie de fonctionnaires.

L’empire disparaît après une longue période d’agitation et de diverses attaques que les rois Amarsuen et Shû-Bin parviennent plus ou moins à contenir. Ce sont les multiples invasions des Martu qui obligent le roi Ibbi-Sîn à fortifier Ur et Nippur et de se rendre vers l’Elam révoltée. Survient alors la dissidence du gouverneur Ishbi-Erra qui fait d’Isin le centre d’une principauté et surtout les attaques des Amorites, des Elamites et des peuples du Zagros qui entraînent l’effondrement de la monarchie en 2003 av. J.-C.
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   ...   37

similaire:

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant Propos

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos : présentation du livre

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos
«Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.» (Guy Debord, La Société du spectacle, 1967)

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos
...

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos Où l’auteur de ce singulier ouvrage raconte au lecteur...

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconUne misère noire Paupérisation
«peuple noir», c’est-à-dire aux Breton Peut-on, pour autant, parler de «nègres blancs» à propos des Bretons comme on a parlé de white...

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos
«Dictionnaire français-anglais de l’architecture vernaculaire», dont on chercherait en vain les équivalents ou concurrents dans les...

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconRecherche des talents dossier élève
«On voulait un nom joyeux, qui attire l'attention des enfants comme des parents, facile à retenir». Les 2 fondateurs se sont rencontrés...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com