Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance





télécharger 1.54 Mb.
titreAvant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance
page16/37
date de publication09.11.2017
taille1.54 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   ...   37

Carte : L’importance des travailleurs migrants au Moyen-Orient.


http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartotheque/importance-travailleurs-migrants-au-moyen-orient.shtml

3 – Routes migratoires ou champs migratoires ? Un élargissement et une complexification de l’espace migratoire


Le couple « pays de départ - pays d’arrivée » appartient au passé.

Les mobilités ne répondent plus aux liens coloniaux ou aux liens de voisinage : elles sont plus aléatoires même si les logiques de proximité ou les héritages historiques restent encore valides.
Par exemple, ne tenant plus compte du couple traditionnel France - Maghreb, les populations maghrébines se dirigent vers des pays qui n’ont pas de liens historiques avec elles (Pays-Bas, Belgique, Allemagne et surtout pays du sud de l’Europe - Grèce, Italie, Espagne).

La dimension planétaire des mobilités est ainsi très marquée : on a une multiplication des zones de départ surtout, mais aussi un élargissement de l’espace migratoire avec des provenances de plus en plus éloignées du pays d’accueil.

Ainsi, aboutit-on à une multipolarisation des migrations : multiplication des régions d’origine au sein d’un même pays et multiplication des lieux de destination avec une nouvelle fonction qui est apparue pour certains espaces : celle de transit, soit des espaces de passage, transitoire dans la migration.

Des espaces qui cumulent plusieurs fonctions : des pays d’accueil qui sont aussi des pays de départ et vice versa.

Le Maroc est un pays de départ, mais aussi un pays de transit et de plus en plus un pays d’accueil avec les séjours qui se prolongent pour des migrants dans l’attente d’une opportunité pour entrer dans l’UE.

La France multiplie aussi ces fonctions : c’est un pays de départ avec 2 millions de Français à l’étranger, un pays d’accueil et un espace carrefour et de transit dans l’espace Schengen, un « pays de rebond ». Pour les migrants qui cherchent à joindre le Royaume-Uni, Sangatte n’existe plus comme lieu temporaire, mais la « jungle » subsiste, le phénomène s’est déplacé.


Cet élargissement du champ migratoire va de pair avec une multiplication et complexification…

des réseaux de migrations : les nouvelles routes mondiales
Visionner la bande-annonce du filmIn this world” (Michael Winterbottom)

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18355656&cfilm=42557.html
Les routes des migrations sont devenues très complexes : elles sont souvent très longues, multiples, mouvantes et très liées à la réglementation des États d’accueil. « Les migrants dépourvus de titres d’admission doivent affronter toutes sortes d’obstacles réglementaires dans des espaces physiques de plus en plus étendus et difficiles à franchir : ils sont amenés à déployer des stratégies quasi planétaires de contournement. Certains risquent leur vie dans des traversées à hauts risques. L’un des résultats paradoxaux des politiques migratoires menées par les États les plus développés qui cherchent à freiner et à canaliser ces flux, est d’aboutir finalement à amplifier le déploiement planétaire de la circulation migratoire. »50

Des routes longues : les stratégies migratoires de contournement des réglementations obligent les migrants à allonger leur parcours : des Afghans, des Pakistanais se retrouvent à Agadir pour passer au Royaume-Uni. Les routes ne sont pas linéaires, mais souvent effectuent des aller-retour.

Les cartes dessinant les itinéraires de Daniel ou Gabriel, les itinéraires clandestins, montrent la complexité de ces circulations migratoires.51

Cartes de P. Rekacewicz :

(http://plageo.free.fr/spip.php?article110)

ou http://blog.mondediplo.net/2007-09-24-Itineraires-clandestins

Entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe, de nombreuses pirogues tentent les traversées, vers les Canaries depuis les années 90. Avec la fermeture des frontières et les contrôles accrus à Ceuta et Melilla (on se souvient des assauts sur les grillages de Ceuta en 2005), on observe un redéploiement des routes migratoires avec une voie maritime plus longue depuis les côtes de Mauritanie, avec une hausse de plus 574 % de flux de migrants vers les Canaries en 2006. Ces chiffres témoignent de la réactivité des migrants à contourner les dispositifs européens.52

Les voyages sont extrêmement organisés à partir d’un réseau structuré d’acteurs divers53 :

- le convoyeur, maître d’œuvre des départs, organise la logistique du voyage et encaisse les bénéfices (coût entre 450 et 1500 euros pour des migrants d’Afrique de l’Ouest)

- le rabatteur qui recrute entre 80 et 100 candidats

- un capitaine pour les traversées, un pêcheur expérimenté avec un petit équipage

Le documentaire « La république des migrants »54 est un excellent support montrant le fonctionnement de cette véritable économie parallèle qui exploite l’espoir des migrants, une économie mondialisée, avec ses logiques, ses acteurs, ses filières, ses profits… conduisant à parler de marchandisation des migrations internationales.

Les routes sont difficiles, périlleuses : elles passent par des espaces de transit qui varient selon les politiques migratoires des États d’accueil et par des passages obligés, lieux d’enregistrement de ces flux de transit et de la forte pression migratoire qui s’y exerce. On y trouve :

- des camps de rétention organisés par les États d’accueil

- les ghettos informels organisés par les migrants

Le coût humain des migrations est élevé ce que souligne la carte des morts de P. Rekacewicz :

http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/mortsauxfrontieres

Cette carte dressée avec Olivier Clochard du laboratoire Migrinter est un document mis à jour régulièrement avec de plus en plus de points qui disent les drames.

En 2006 : 600 cadavres sont retrouvés sur les côtes des Canaries probablement dix fois plus, car les migrants cachent leur parcours, leur identité, « des morts sans nom et sans nombre en disent long sur le processus de déshumanisation des migrants réduits à l’état d’individus surnuméraires qui peuvent disparaître sans laisser de traces ». « Il y a des régions en Méditerranée qui deviennent en quelque sorte des zones de non-droit où la vie humaine n’a aucune valeur »55

Le reportage « Barça ou mourir » est assez édifiant sur les drames des migrations entre Afrique et Europe (centre national de coopération au développement)

http://www.cncd.be/spip.php?article488
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   ...   37

similaire:

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant Propos

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos : présentation du livre

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos
«Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux.» (Guy Debord, La Société du spectacle, 1967)

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos
...

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos Où l’auteur de ce singulier ouvrage raconte au lecteur...

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconUne misère noire Paupérisation
«peuple noir», c’est-à-dire aux Breton Peut-on, pour autant, parler de «nègres blancs» à propos des Bretons comme on a parlé de white...

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconAvant-propos
«Dictionnaire français-anglais de l’architecture vernaculaire», dont on chercherait en vain les équivalents ou concurrents dans les...

Avant propos aux Neuvièmes Rencontres de La Durance iconRecherche des talents dossier élève
«On voulait un nom joyeux, qui attire l'attention des enfants comme des parents, facile à retenir». Les 2 fondateurs se sont rencontrés...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com