Thèse de sciences de l’éducation





télécharger 1.08 Mb.
titreThèse de sciences de l’éducation
page18/34
date de publication09.11.2017
taille1.08 Mb.
typeThèse
h.20-bal.com > histoire > Thèse
1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   ...   34

III. L’idéal égalitaire

A) Histoire de l’idée d’égalité sociale et scolaire

Extraits de textes significatifs

Introduction


Les deux derniers siècles, qui nous séparent de la Révolution de 1789, foisonnent en textes prônant   plus rarement s'opposant à   l'idée d'égalité socio-scolaire.

Cette idée est délicate à observer et analyser parce qu'elle fait partie intégrante de notre "éthos" collectif, de notre idéologie commune.

L'idée d'égalité socio-scolaire est acquise et peu discutée par notre société. Elle semble "normale" et aller de soi (ce qui n'a pas toujours été le cas dans l'histoire de l'humanité, nous l'avons vu).

Cette idée, parce qu'elle est consensuelle, admise par tous, est connotée de façon positive : elle est "bonne", elle fait partie de ce qu'il est "bien" de penser.

Réciproquement, remettre en cause cette idée ou s'y opposer carrément est connoté de façon négative. Une telle posture signifie qu'on est inégalitariste, ségrégationniste, ce qui est également "mal".
La rigueur scientifique exige de traiter une idée en la détachant de l'idéologie qui nous imprègne tous. Ce détachement, cette objectivation est nécessaire mais aussi difficile, à la fois pour le chercheur lui-même imprégné par l'idéologie consensuelle et pour le citoyen exposé, dans sa démarche, au jugement moral de ses pairs.
Notre démarche est la suivante : lire et analyser ces textes comme si la nécessité (ou au contraire la nuisance) d'égalité socio-scolaire n'allait pas de soi mais qu'elle était une idée comme une autre dont il s'agirait de chercher et de mettre à jour les arguments philosophiques (ou scientifiques), les axiomes d'amont.

MONTESQUIEU, Baron de la BREDE et de, SECONDAT Charles de, (1689-1755), De l'Education dans le gouvernement républicain, De l'Esprit des Lois, Livre IV, chap. 4-5, 1748.(p.11)


"La plupart des peuples anciens vivaient dans des gouvernements qui ont la vertu pour principe ; et, lorsqu'elle y était dans sa force, on y faisait des choses que nous ne voyons plus aujourd'hui et qui étonnent nos petites âmes.

Leur éducation avait un autre avantage sur la nôtre ; elle n'était jamais démentie. Epaminondas, la dernière année de sa vie, disait, écoutait, voyait, faisait les mêmes choses que dans l'âge où il avait commencé d'être instruit.

Aujourd'hui, nous recevons trois éducations différentes ou contraires : celle de nos pères, celle de nos maîtres, celle du monde. Ce qu'on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières. Cela vient, en quelque partie, du contraste qu'il y a parmi nous entre les engagements de le religion et ceux du monde ; chose que les anciens ne connaissent pas.
(...)

C'est dans le gouvernement républicain que l'on a besoin de toute la puissance de l'éducation. La crainte des gouvernements despotiques naît d'elle-même parmi les menaces et les châtiments ; l'honneur des monarchies est favorisé par les passions, et les favorise à son tour : mais la vertu politique est un renoncement à soi-même, qui est toujours une chose très pénible.

On peut définir cette vertu, l'amour des lois et de la patrie. Cet amour, demandant une préférence continuelle de l'intérêt public au sien propre, donne toutes les vertus particulières ; elles ne sont que cette préférence.

Cet amour est singulièrement affecté aux démocraties. Dans elles seules, le gouvernement est confié à chaque citoyen. Or, le gouvernement est comme toutes les choses du monde : pour le conserver, il faut l'aimer.

On n'a jamais ouï dire que les rois n'aimassent pas la monarchie, et que les despotes haïssent le despotisme.

Tout dépend donc d'établir dans la république cet amour ; et c'est à l'inspirer que l'éducation doit être attentive. Mais, pour que les enfants puissent l'avoir, il y a un moyen sûr : c'est que les pères l'aient eux-mêmes.

On est ordinairement le maître de donner à ses enfants ses connaissances ; on l'est encore plus de leur donner ses passions.

Si cela n'arrive pas, c'est que ce qui a été fait dans la maison paternelle est détruit par les passions du dehors.

Ce n'est point le peuple naissant qui dégénère ; il ne se perd que lorsque les hommes faits sont déjà corrompus."
La république est préférable pour l'homme à la monarchie.

Il faut faire durer la république.

Pour faire durer la république face à la menace permanente de la monarchie et du despotisme, il faut que les hommes aiment leur patrie, les lois et l'engagement politique personnel désintéressé.

Cela doit être inculqué par l'éducation, paternelle avant toutes les autres.
1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   ...   34

similaire:

Thèse de sciences de l’éducation iconThèse de doctorat (N. R) en Sciences de l’Education

Thèse de sciences de l’éducation iconThèse de sciences de l’éducation
«démocratisation» entendue comme élimination de l’inégalité des chances (fen 1970, peep 1964) 18

Thèse de sciences de l’éducation iconThèse de Sciences de l’éducation Université de Rouen Année 2002-2003...
«bibliographie étendue» est de regrouper les références qui ont alimenté, de manière directe ou indirecte, le travail de recherche...

Thèse de sciences de l’éducation iconBibliographie Thèse
«Observer et comprendre les évolutions démographiques» in Chenu A. et Lesnard L. (dir.), La France dans les comparaisons internationales-Guide...

Thèse de sciences de l’éducation iconThèse pour le Doctorat en Sciences Économiques

Thèse de sciences de l’éducation iconThèse en vue de l’obtention du grade de Docteur en Sciences du langage

Thèse de sciences de l’éducation iconUfr psychologie – sciences de l’education

Thèse de sciences de l’éducation iconHistoire Géographie Education civique Sciences et technologie

Thèse de sciences de l’éducation iconLibrairie – Bibliographie
«Les marchés électroniques : structures, concurrence et conditions d’efficience». Thèse de doctorat, Université Lille 1 Sciences...

Thèse de sciences de l’éducation iconBibliographie renault
«La restructuration de l’industrie automobile dans la concurrence internatyionale», Thèse de 3ème cycle en sciences économiques,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com