Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel





télécharger 156.15 Kb.
titreIl se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel
page1/5
date de publication07.10.2017
taille156.15 Kb.
typeProgramme
h.20-bal.com > histoire > Programme
  1   2   3   4   5
Présentation de quelques aspects sur l’histoire de la langue et des genres littéraires au XVIème (dans le cadre des nouveaux programmes de LP)

Texte établi à partir de la conférence du 27 janvier 2009 (Lisieux)

M-F Lemonnier-Delpy, Université/IUFM de Rouen

Avertissement au lecteur

Le texte ci-dessous reprend en partie le contenu de la conférence du 27 janvier 2009.

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel.

Il est suivi de quelques indications bibliographiques, reprenant notamment les études citées. Le choix des éditions des différentes œuvres n’est pas mentionné en bibliographie sauf exception (recueils et anthologies)


LA QUESTION DE LA LANGUE
Cette première partie porte sur la langue du XVIème siècle. Son objet est de présenter des aspects majeurs de cette question, en les liant à la problématique inscrite dans les nouveaux programmes, celle des débats et discussions qui alimentent la vie littéraire du siècle.

On discute de tout au XVIème siècle et notamment de la langue.

Quelle rupture y a-t-il avec l’époque médiévale ? Dans un contexte européen, cette question est-elle posée ? Au XVIème siècle trois langues de civilisation peuvent avoir l’ambition de se substituer au latin et de devenir une « langue internationale » : italien, français, espagnol.

On peut se référer aux cartes qui figurent dans l’ouvrage (Rey n° ) de la bibliographie pour avoir un aperçu de l’état des langues –et de la langue française-en France..

Plan

1/- La langue du XVIème siècle

2/ Rôle de l’influence italienne et des décisions politiques en matière linguistique.

3/ Rôle des écrivains, poètes dans la volonté d’asseoir la langue française

4/ Diversité des langues littéraires
1/La langue du XVIème

RAPPELS

L’histoire de la langue qui fait passer de l’ancien français (IX/XIV) au moyen français(XIV/XVI), puis au français classique (XVII/XVIII), avant d’aborder le français des XIX ème et XXème siècles et le français le plus contemporain .
On pourrait partir de l’exemple cité par Brunot dans sa petite histoire de la langue pour mesurer l’évolution de la langue entre XVI ème siècle et XVIIème siècle :

Brunot Choisit dans Le Livre de Job I, 18-19 trois textes qui montrent cette évolution et que voici :

1/-celui de Le Fèvre d’Etaples (1528)

2/celui de Nicolas de Leuze et de François van Larben (1550, Louvain)

3/celui de Sylvestre de Sacy (1666)
Argument : trois messagers viennent d’annoncer à Job la perte de ses bœufs et de ses ânesses-la perte de son menu bétail- et la perte de ses chameaux.
1/ -Encore parloit cestuy icy et voicy qu’ung autre entra et dist : là où tes filz et tes filles mengeoient et beuvoient le vin en la maison de leur frère premier naiz,
ung vent véhément est subitement venu par impétuosité du désert et a frappé contre les quatre coingz de la maison . Et icelle trébuchant a oppressé tes ebfans et sont morts, et suis seul eschappé pour te l’annoncer.

 2/ -Encore parloit cestuy icy et voicy un autre entra et dist : comme tes fils et tes filles mangeoient et buvoient le vin en la maison de leur frère aîné,
un grand vent est subitement venu par impétuosité du désert et a frappé contre les quatre coingz de la maison, laquelle trébuchant a oppressé tes enfans et sont mortz, et suis seul eschappé pour te l’annoncer.
3/ Cet homme parloit encore quand un quatrième se présenta devant Job et luy dit : Lorsque vos fils et vos filles mangeoient et buvoient dans la maison de leur frère aîné,
un vent impétueux s’estant levé d’un coup du costé du désert, a ébranlé les quatre coins de la maison, et l’ayant fait tomber sur vos enfants, ils ont este accabléz sous ses ruines, et ils sont tous morts. Je me suis eschappé seul pour vous en venir dire la nouvelle.

Quelques remarques d’observation sur ces textes

-évolution des graphies

- formes grammaticales : conjugaisons, formes, absence de pronoms personnels sujets

(> déclinaisons, formes verbales qui incluent l’expression de la personne comme en latin).

2/ Influences linguistiques et décisions politiques
a/l’importance de l’italien
Influence italienne :

Perceptible dans la langue comme dans la littérature. Elle résulte des événements tels que les guerres (d’Italie) et les mariages qui ont pour conséquence d’importer en France des modes venues d’Italie, diversement appréciées d’ailleurs.

Ce sont des modes langagières  comme en témoigne cet extrait d’Henri Estienne que J-F Soulon place en exergue du chapitre qu’il consacre à la mode italienne dans son ouvrage sur La Cour de France (cf. bibliographie) :
PHlLAUSONE : - Il se faudrait bien garder d'user en la cour de ce mot danse, ni de danser, ni de danseur.

CELTOPHILE : - Pourquoi?
PHlLAUSONE: - Parce qu'il y a longtemps que tout cela a été banni et qu'on a fait venir d'Italie bal et baller et balladin, lesquels trois on a mis à la place de ces trois autres ; non pas toutefois sans quelque changement, comme vous pouvez voir, car de ballo on a fait bal et ballare a été changé en baller .. de ballarino ou balladino a été fait balladin. Mais notez qu'on a fait venir les personnes avec les noms, voire non seulement des balladins, mais aussi des balladines.
Henri ESTIENNE
Il explique que cette mode a pour conséquence de nombreux voyages en Italie pour les gentilhommes, une diffusion de la littérature et de la langue italiennes très importante. Cette importance de la langue qui finit par devenir la norme a ses adversaires tel Henri Estienne ;
Il critique l’italianisation de la langue française à la fin du XVIème siècle, au moment où il écrit ses Dialogues.


A la fin du siècle, on prétend que si la cour de François Ier a donné « loi à la France touchant le beau langage ». huit courtisans sur dix ne peuvent désormais prononcer vingt mots « sains et entiers et sans aucune dépravation », Le responsable de cet appauvrissement est connu: l'influence italienne, coupable de tous les néologismes et de toutes les extravagances du langage. La cour, qui devrait être un modèle, a été la première contaminée. Une nouvelle croisade s'impose. Il faut chasser les italianismes, restaurer le « naïf langage français », La cause ne manque pas de croisés. Leur chef est Henri Estienne, de la célèbre famille d'imprimeurs humanistes. Il en fait le combat de sa vie. Ses Dialogues du nouveau langage français italianisé, et autrement déguisé principalement entre les courtisans de ce temps, publiés en 1578, dénoncent la reddition de la cour au langage de la péninsule. Si l'italien souille le français, la cour - qui a pour la langue de Dante une faiblesse coupable-fait figure d'accusée. Beaucoup d'écrivains, il est vrai, usent d'italianismes. On l'a reproché à Olivier de Magny et à Mellin de Saint-Gelais, introducteur du sonnet et du madrigal. Mais Du Bellay qui les fustige, Ronsard, Brantôme, d'Aubigné et Montaigne n'y échappent pas. Le grave jurisconsulte Etienne Pasquier, dans Le Monophile, œuvre de jeunesse, abuse de formules hyperboliques à la mode. Quand La Croix du Maine traduit les lettres amoureuses de Girolamo Parabosco, le tout-venant des épistoliers dispose de modèles d'un style au goût du jour. L'italianisation du langage est indéniable. Ses adversaires admettent cependant quelques emprunts à l'italien quand la pauvreté du vocabulaire national est patente. Page, camériste, bouffon, carrousel, intermède sont ainsi les bienvenus. Estienne a-t-il mesuré avec précision l'ampleur de ces emprunts? Son ardeur à convaincre transforme volontiers en invasion ce qui est seulement infiltration. Ses exemples sont d'une telle outrance qu'ils paraissent inventés. Dans son livre, Philausone, gagné par la mode, dialogue ainsi avec Celtophile, attaché aux traditions nationales: « Prenons un autre chemin, de grâce. Car ce serait une discortesie de passer par la contrade où est la case des dames que sçavez, sans y faire une petite stanse . » Ce sabir est moins le reflet d'une conversation de cour que le produit de l'imagination du critique. Estienne excelle dans l'ironie. Il admet l'italianisme pour parler de choses visibles seulement dans la péninsule. Cette concession cache une malice. Ainsi ne juge-t-il pas scandaleux d'adopter le mot charlatan, métier typiquement italien! Enfin l'auteur n'est pas témoin des usages de la cour. Il écrit son livre loin de Paris, à Genève. L'entourage de Henri III lui est inconnu. Qui devinera dans les Dialogues la part de la culture livresque, des témoignages indirects et des chimères?
L'italien est alors connu de tous les courtisans, marque d'une éducation soignée. Les puristes ne le condamnent pas. Ils dénoncent les ignorants qui truffent leur vocabulaire de mots étrangers déformés. Le péché est double: aux barbarismes français s'ajoute l'écorchement de l'italien. Le langage bâtard qui en procède est fait de « paroles italicogalliques ou [ ... ] gallico-italiques », Malheur à ceux qui entrelardent» ainsi le français! Leur ridicule perce parfois dans les mémoires du temps.
Source : La Cour de France




Paradoxe cependant : c’est à l’imitation d’un italien, Sperone Speroni (1542) que les français vont penser à une défense de la langue (voir ci-dessous) réf  biblio.: Rey, 539
b/ Le latin

Reste la langue des savants mais avec la Réforme se développe l’apprentissage du grec et de l’hébreu. C’est une sorte de retour aux sources du savoir occidental.

Avec la Réforme se développe également l’urgence de la traduction (retrouver la pureté de la parole du Christ, comprendre). Le latin est remplacé par le français ; Rôle d’Erasme et de Luther pour la promotion des langues vulgaires dans la vie spirituelle. (Cf. Rey, p.481).

Conséquences : diffusion du français, affaiblissement des parlers régionaux
c/ Le rôle de l’Etat

Décisions politiques majeures .

Ordonnance de Villers-Cotterêts (article 111) : visée très concrète :

-éviter les doutes et ambiguïtés portant sur le latin : français= langue de l’efficacité et de la clarté ; question complexe notamment

-en raison de la réalité des langues parlées

-des évolutions entre les édits précédents et cette ordonnance.

C'est dans ce contexte qu'en août 1539, François le, signe à Villers-Cotterêts une

« Ordonnance générale en matière de justice et de police ». La promulgation de cette ordonnance a parfois été comprise comme une délimitation dans la conscience linguistique de la France par son caractère symbolique, radical, définitif. En réalité, on s'aperçoit aujourd'hui que, bien loin d'avoir représenté un fait exceptionnel, l'ordonnance de Villers-Cotterêts a été précédée par une série d'édits similaires qui en annonçaient la teneur et la signification.
L'ordonnance est longue, mais seuls deux articles concernent à proprement parler la langue : les articles 110 et 111.

110] «Et afin qu'il n'y ait cause de doubter sur l'intelligence desd. Arrestz, nous voullons et ordonnnons qu'ils soient faictz et escriptz . clerernent qu'il n'y ayt ne puisse avoir aucune ambiguïté ou incerti. .de, ne lieu a en demander interpretacion. »
111 «Et pour ce que telles choses sont souventesfois advenues sur l'intelligence des motz latins contenuz esd. Arrestz, nous voulons que doresnavant tous arrestz, ensemble toutes autres procedures, . cent de noz courtz souveraines ou autres subalternes et inferieures, cent de registres, enquestes, contractz, commissions, sentences, testarnens et autres quelzconques actes et exploictz de justice ou qui en deppendent, soient prononcez, enregistrez et delivrez aux parties en langaige maternel françois et non autrement. »




Conséquence de cette ordonnance : sur les langues régionales

Avant l’ordonnance de V-C, hésitation sur la langue à opposer au latin : langue du cru ? François Ier a effectué un tour de France pour juger de la situation. Idée que la langue du droit devient langue d’entente et de concorde ( cf. p.467, Rey)

Expression de « langaige maternel françois » est contradictoire car usage des patois à l’époque : c’est le français d’Ile de France.
Dans les faits, cet édit n’est pas l’expression d’une planification linguistique mais répond à un objectif technique. Pourtant, en Oc, l’abandon du latin est déjà fait ; donc cet édit est interprété comme le passage des parlers locaux au français.

Son application se fait au détriment de l’occitan. Mais on observe un écart avec la pratique : le français restera dans le Midi jusque vers le milieu du XVIIème « une langue étrangère et , pour ainsi dire, de cérémonie ». Voir sur ce point le témoignage de Clément Marot quand il quitte Cahors en 1506 pour aller à Blois (cour d’Anne de Bretagne) : il rend compte de la rupture linguistique entre les régions.

Autre illustration dans les textes :

Texte de Rabelais dans le Quart Livre, chapitre XIII et lors de l’épisode de « l’escholier limousin » (Pantagruel, chap.VI) : très grande diversité linguistique.

Idée que le français serait un dialecte devenu langue (501, Rey) et en même temps parution de manifestes en faveur de l’occitan.
Il y a une acceptation des réalités dialectales d’Oc au sein de la poésie française : cf. Ronsard et Peletier du Mans qui encouragent les jeunes poètes à puiser dans le fond immense des patois ( cf. arts poétiques, bibliographie).

Analyse de cette réalité et de la modernité de celle-ci dans Rey, p. 517

« La littérature dialectale délivre un message au pouvoir central. Elle est là pour nous rappeler que la transformation d’un idiome donné en langue de prestige se fait rarement sans la poussée inverse vers les marges, sans l’exaltation lyrique ou parodique du « bas » » : voir importance du burlesque au XVIIème
Création de collèges, académies

1529 : création du Collège des trois langues par François 1er ( latin, grec , hébreu) devient en 1530 Collège royal: idée de guillaume Budé (1467-1540)

Compte aussi une chaire de mathématiques  soit des matières non enseignées à la Sorbonne.

Cela engendre des rivalités et problèmes avec la Sorbonne.

Façon de voir le latin : le transforme en langue morte et le sépare définitivement du français.

Cependant on continue à soutenir les thèses en latin (modification de cette règle : 1905 !) 

Latin est donc langue de la science dans la 1ère moitié du XVIème.

Revendication de l’usage du français vient de la chirurgie (reine des sciences au XVIème) dans les années 1530-1540. Cf. les écrits d’Ambroise Paré en français, premier savant français à ne savoir ni le latin ni le grec.


D : Quels sont les aspects de la langue concernés ?

Il s’agit notamment de :

•la prononciation

•l’orthographe

• la grammaire

( le rapport entre langue orale/ langue parlée se pose)
1/ Prononciation

des prononciations : parisennes et dialectales

ex : prononciation du –ait par les gens de Cour il aimait /par la parlement : il aimouait

C’est au XVIème que la Cour l’emporte mais l’abandon de l’orthographe en –oi date de 1835 ( décision de l’Académie)
  1   2   3   4   5

similaire:

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconLe programme de cette rencontre. Une seconde journée d'étude aura...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconUtiliser la ressource : Les jalons pour l’histoire du temps présent en lycée professionnel
«Lors de l'ouverture des débats sénatoriaux sur l'adoption de la loi sur l'ivg, Simone Veil, ministre de la santé du gouvernement...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconLe Moyen-Orient (1876-1980) dans l’histoire scolaire (lycée)
«Un foyer de conflits» est l’une des deux questions du thème 3 «Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconL’outre-mer dans la stratégie des milieux d’affaires français : le...
«porte ouverte» dans l’aire du Niger (entre 1898 et 1936) et, plus tard, avec l’accord d’Algésiras, par l’affirmation là aussi de...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconL’outre-mer dans la stratégie des milieux d’affaires français : le...
«porte ouverte» dans l’aire du Niger (entre 1898 et 1936) et, plus tard, avec l’accord d’Algésiras, par l’affirmation là aussi de...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconUn document ‒ Exemple sur la première guerre mondiale
Étape essentielle dans la mutation de la guerre au XX s., le regard porté sur l’expérience combattante, significative d’un changement...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconLittérature la qualité narrative des écrits, les récits épistolaires,...
«Je me porte bien, Adieu» s’adresse aux classes de Troisième, Seconde, Première et Terminale. La pièce touche plusieurs disciplines...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconL’Allemagne de 1871 à nos jours
«Le nouveau Reich naît sous les signes réunis de la guerre, de la force, des uniformes et de la haute noblesse» (victoires de 1866...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconDiscours sur le creole au lycee de saint-denis de la reunion au debut du XX
Langue est un prisme à travers lequel ses usagers sont condamnés à voir le monde La langue créole condamne donc les Réunionnais à...

Il se décompose en deux parties : la première porte sur la langue, la seconde sur les pratiques culturelles et littéraires qui éclairent les aspects présents dans le nouveau programme de français de lycée professionnel iconCe dossier sur la fête et les manifestations sportives, a été réalisé...
«multicolore et tricolore» qui a pris de court les rabat-joie. Une France qui s’aime à nouveau






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com