Philippe Poirrier





télécharger 64.33 Kb.
titrePhilippe Poirrier
date de publication07.10.2017
taille64.33 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > histoire > Documentos

APHG (3/12/2003) : « Société et culture en France depuis 1945 ».

Philippe Poirrier


L'HISTOIRE CULTURELLE : EPISTEMOLOGIE ET METHODES

CHARTIER Roger, Au bord de la falaise. L'histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998.

ORY P., « Qu'est-ce que l'histoire culturelle ? » dans Universités de tous les savoirs, L’Histoire, la Sociologie et l’Anthropologie, vol. 2, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 93-106.

POIRRIER P., Aborder l'histoire, Paris, Seuil, 2000. Coll. « mémo ».

POIRRIER P., Les enjeux de l'histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004. Coll. « Point-Histoire ».

PROCHASSON C. (Ed.), « Regards sur l'histoire culturelle », Cahiers du CRH, avril 2003, n° 31.

RIOUX J.-P. et SIRINELLI J.-F., Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997. Coll. « L'Univers historique ».

L'ETAT ET LA CULTURE
DUBOIS V., La politique culturelle : genèse d'une catégorie d'intervention publique, Paris, Belin, 1999.
GIRARD A. et GENTIL G. (Dir.), Les Affaires culturelles au temps d'André Malraux, Paris, La Documentation française -Comité d'histoire du ministère de la Culture, 1996.
GOURNEY B., Exception culturelle et mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 2002.
LEONARD Y. (Dir.), Culture et société, Les Cahiers Français, mars-avril 1993, n° 260.
MOULINIER P., Les politiques publiques de la culture en France, Paris, PUF, 1999.
ORY P., L'aventure culturelle française, 1945-1989, Paris, Flamamrion, 1989.
POIRRIER P., L'Etat et la culture en France au XXe siècle, Paris, Le Livre de Poche, 2000.
POIRRIER P. et RIOUX J.-P. (dir.), Affaires culturelles et territoires, Paris, La Documentation française, 2000.
POIRRIER P., Les politiques culturelles en France, Paris, La Documentation française, 2002.
REGOURD S., L'exception culturelle, Paris, PUF, 2002.
RIOUX J.-P. et SIRINELLI J.F., Histoire culturelle de la France. Le temps des masses, Paris, Seuil, 1998.
SAEZ G. et PERRET J. (Dir.), Institutions et vie culturelles, Paris, La Documentation française, 1996.
SAEZ G., L'Etat et la culture dans A. ABENSOUR (Dir.), La France au XXe siècle, Paris, Berger-Levrault, 2000, p. 199-218.
TRONQUOY P., Culture, Etat et marché, Les Cahiers français, janvier-février 2003, n° 312.
URFALINO P., L'invention de la politique culturelle, Paris, La Documentation française, 1996.
WARESQUIEL E. de (dir.), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Paris, Larousse-CNRS Editions, 2001.

Doc. 1 : De l'exception culturelle à la diversité culturelle
Extraits du discours de Jacques Chirac, Président de la République française

Rencontres internationales de la Culture, Palais de l’Elysée, le 2 février 2003

L'artiste donne à la vie comme au monde saveur, sens et beauté. Miroir des hommes, il déchiffre leur âme. Témoin de leur histoire, il incarne leur révolte contre les absurdités du temps, leur quête d'un monde meilleur. Défricheur, il exprime ce qu'un peuple peut offrir de plus singulier. Il éclaire notre route. Au cœur de toutes les interrogations, il est aussi doute et fragilité. Il a besoin de liberté et de respect. Une société vit, bouge, progresse d'autant plus qu'elle sait donner aux créateurs et aux artistes, à vous toutes et tous qui illuminez nos vies par vos inspirations, la place qui leur revient. […]
Alors que se redessine la carte du monde, vos Rencontres internationales répondent à une double exigence : vigilance et action. Cette exigence est aussi la mienne et celle du Gouvernement. L'effacement des frontières physiques et des distances, l'ouverture des marchés, l'accélération des communications, l'ampleur des réseaux de diffusion, tout converge vers plus de liberté. La mondialisation est la promesse d'horizons nouveaux, de découvertes exaltantes, de mélanges et d'échanges entre les cultures du monde dont témoignent si bien les arts d'aujourd'hui. Mais, si nous n'y prenions garde, tout convergerait aussi, faute de lois et de garde-fous, vers le règne du plus fort, vers le triomphe de ce qui est formaté à l'avance pour le public le plus large, vers l'accroissement des inégalités, vers l'affrontement entre un modèle dominant et le reste du monde. Dans cet univers où règnent la compétition et la course au profit, le rôle des Etats, la fonction du droit, la vocation des institutions d'arbitrage internationales ou nationales est de fixer les règles du jeu, de veiller à leur respect, de corriger les déséquilibres dans un esprit d'équité et de solidarité. Cela vaut singulièrement pour la culture et la création, activités irréductibles aux lois du marché. Il revient aux institutions publiques de préserver et d'enrichir le patrimoine des nations, d'honorer le génie, les traditions et les savoirs des peuples. D'assurer leur expression libre et plurielle. De donner à chacun, par l'éducation, les clés du progrès et d'un avenir meilleur. C'est la condition d'une société civilisée où se forme une opinion libre, éclairée et critique. Tel est l'enjeu du combat pour la diversité culturelle : la réalisation d'une démocratie planétaire, unie sur l'essentiel mais respectueuse des différences, expression politique d'une mondialisation maîtrisée et conforme à nos valeurs.
C'est pourquoi la culture ne doit pas plier devant le commerce. C'est elle qui nous donnera les armes pour répondre à ce nouveau défi de l'aventure humaine qu'est la mondialisation. C'est par elle que nous pourrons opposer aux tenants du choc des civilisations, aux crispations archaïques, identitaires, nationalistes, voire religieuses, dont le monde donne trop d'illustrations douloureuses, le respect de l'autre et le dialogue entre les hommes.
Voilà la conviction de la France. Une conviction qui fonde notre politique culturelle. Une conviction qu'elle défend avec acharnement et constance sur la scène internationale, dans toutes les négociations. Ouverte aux échanges, notre nation refuse le laminoir de l'uniformisation. Consciente de la complexité du monde contemporain, elle défend la diversité, source de progrès et de richesse. Attachée à la paix, elle prône le dialogue des cultures. Cette vision fut, dès le Sommet de Maurice en 1993, celle de toute la Francophonie. Ce fut très vite celle de l'Union européenne qui a exigé et obtenu, lors des négociations du GATT, que la création, la culture, la pensée échappent aux obligations de libéralisation. Puis ce fut, en 1997, la mobilisation contre l'Accord multilatéral sur l'investissement où votre action fut déterminante dans la prise de conscience des dangers d'une libéralisation sans frein. Ce n'était déjà plus le combat isolé de l'exception. C'était devenu la revendication partagée de la diversité. […]
C'est pourquoi il est temps d'ériger la diversité en principe du droit international. La France propose l'adoption, par la communauté internationale, d'une convention mondiale sur la diversité culturelle. Elle s'inscrirait dans la fidélité aux valeurs humanistes qui forment notre cadre commun : celles de la Déclaration universelle des droits de l'Homme et des pactes et traités qui en découlent. Elle affirmerait que la diversité culturelle appartient au patrimoine commun de l'humanité, qu'elle est un droit dont chaque Etat peut se prévaloir. Elle proclamerait l'égale dignité de toutes les cultures. […]
C'est pourquoi la France, pour qui la culture n'est pas un simple divertissement, ni je ne sais quel superflu, entend rester fidèle à la singularité de sa politique culturelle tout en l'adaptant aux évolutions du monde. Politique du livre et de la lecture publique, soutien au cinéma et à la production audiovisuelle, défense et valorisation du patrimoine, encouragement aux arts de la scène et du spectacle, à la musique et à la chanson, aux auteurs, aux arts plastiques, appui aux industries culturelles, développement du mécénat, incitation déterminée à notre présence culturelle dans le monde : oui, l'Etat et les pouvoirs publics, c'est une tradition française, c'est aussi une force, sont légitimes dans le soutien qu'ils accordent aux créateurs et aux artistes.
Source : Service de presse de la Présidence de la République
Doc 2 : les missions du ministère de la culture.
Décret du 24 juillet 1959 :
« Le ministère chargé des affaires culturelles a pour mission de rendre accessible les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français ; d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel, et de favoriser la création des œuvres d’art et de l’esprit qui l’enrichissent ».
Décret du 10 mai 1982 :
« Le ministère de la culture a pour mission : de permettre à tous les Français de cultiver leur capacité d’inventer et de créer, d’examiner librement leurs talents et de recevoir la formation artistique de leur choix ; de préserver le patrimoine culturel national, régional, ou des divers groupes sociaux pour le profit commun de la collectivité tout entière ; de favoriser la création des œuvres d’art et de l’esprit et de leur donner la plus vaste audience ; de contribuer au rayonnement de la culture et de l’art français dans le libre dialogue des cultures du monde ».

Décret du 15 mai 2002 :

« Le ministre de la culture et de la communication a pour mission de rendre accessibles au plus grand nombre les œuvres capitales de l'humanité et d'abord de la France. A ce titre, il conduit la politique de sauvegarde, de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel dans toutes ses composantes, il favorise la création des œuvres de l'art et de l'esprit et le développement des pratiques et des enseignements artistiques.

Il encourage les initiatives culturelles locales, développe les liens entre les politiques culturelles de l'Etat et celles des collectivités territoriales et participe à ce titre à la définition et à la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans le domaine de la décentralisation. Il veille au développement des industries culturelles. Il met en œuvre, conjointement avec les autres ministres intéressés, les actions de l'Etat destinées à assurer le rayonnement dans le monde de la culture et de la création artistique françaises et de la francophonie. Il contribue à l'action culturelle extérieure de la France et aux actions relatives aux implantations culturelles françaises à l'étranger.
Le ministre de la culture et de la communication prépare et met en œuvre les actions qui concourent à la diffusion, à l'emploi et à l'enrichissement de la langue française, ainsi qu'à la préservation et à la valorisation des langues de France.
Le ministre de la culture et de la communication prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement dans le domaine des médias. Il veille notamment au développement et à la diffusion de la création audiovisuelle. Il participe à la définition et à la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière d'action extérieure de la France dans le domaine des médias. Il contribue à la préparation des décisions du conseil de l'audiovisuel extérieur de la France. Il encourage la diffusion de programmes éducatifs et culturels par les sociétés nationales de programme et les autres entreprises de communication audiovisuelle. Il participe, en liaison avec les autres ministres intéressés, à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique du Gouvernement concernant les technologies, les supports et les réseaux utilisés dans le domaine de la communication.
Le ministre de la culture et de la communication assure, à la demande du Premier ministre, la coordination des travaux de construction ou de rénovation relatifs aux grandes opérations d'architecture et d'urbanisme de l'Etat. A ce titre, il est notamment chargé, en liaison avec les ministres intéressés, d'assurer la cohérence des programmes et la maîtrise des coûts, de préparer les décisions budgétaires et de veiller à l'avancement des opérations. Le ministre est, en outre, associé à la préparation des décisions relatives au montant global et à la répartition des aides apportées par l'Etat aux grandes opérations d'architecture et d'urbanisme des collectivités territoriales ».

Source : POIRRIER P., Les politiques culturelles en France, Paris, La Documentation française, 2002.

Stéphane Gacon


LES INTELLECTUELS DANS LA SOCIETE FRANCAISE

La bibliographie sur le sujet est extrêmement abondante. Les titres ci-dessous constituent une sélection parmi les ouvrages d’historiens offrant une vision synthétique de la période étudiée et permettant de la remettre en perspective dans l’histoire générale du siècle et dans l’histoire générale des intellectuels. Le choix a été fait de ne pas faire référence aux monographies et aux auto-analyses du phénomène par les intellectuels eux-mêmes. Ils ont beaucoup écrit sur leurs propres engagements.

Le manuel de base reste :

ORY, Pascal et SIRINELLI, Jean-François. Les intellectuels en France de l’affaire Dreyfus à nos jours. Paris : Armand Colin, 1986, régulièrement réédité (la dernière rééd. en 2002).

L’approche a été récemment renouvelée par de nouvelles synthèses :

Dosse, François. La marche des idées : histoire des intellectuels, histoire intellectuelle. Paris : La Découverte, 2003.

Leymarie, Michel. Les intellectuels et la politique en France. Paris : PUF, « Que sais-je ? », 2001.

Ils seront avantageusement complétés par les outils de travail suivants :

JULLIARD, Jacques et WINOCK, Michel [dir.]. Dictionnaire des intellectuels français. Paris : Le Seuil, 1996.

POIRRIER, Philippe. Société et culture en France depuis 1945. Paris : Le Seuil, « Mémo », 1998.

RIOUX, Jean-Pierre et SIRINELLI, Jean-François. Histoire culturelle de la France. Tome 4 : Le temps des masses. Paris : Le Seuil, 1998.

SIRINELLI, Jean-François. Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle. Paris : PUF, 1995.

Jean-François Sirinelli professeur à l’IEP de Paris, a publié un grand nombre d’ouvrages sur l’histoire des intellectuels et constitue l’un des meilleurs spécialistes de la question pour le XXe siècle. A titre de sélection :

SIRINELLI, Jean-François. « Les intellectuels » in RÉMOND, René [dir.]. Pour une histoire politique. Paris : Le Seuil, 1988, rééd. « Points-histoire », 1996.

SIRINELLI, Jean-François. Intellectuels et passions françaises. Manifestes et pétitions au XXe siècle. Paris : Fayard, 1990, rééd. « Folio », 1996.

SIRINELLI, Jean-François. « Les quatre saisons des clercs » in Vingtième siècle. Revue d’histoire. Paris, Presses de Sciences po, n° 60, oct.-déc. 1998, pp. 43-57.

On consultera également avec profit l’ouvrage de Michel Winock consacré aux intellectuels du XXe siècle qui fourmille de renseignements et qui constitue une bonne plongée prosopographique dans la sociabilité des intellectuels français.

WINOCK, Michel. Le siècle des intellectuels. Paris : Le Seuil, 1997.

WINOCK, Michel. « L’âge d’or des intellectuels » in L’Histoire, n° 82, novembre 1985, pp. 20-34.

Le CHEVS et l’IHTP ont chacun une équipe qui travaille sur la question des intellectuels et qui ont déjà produit quelques études :

Leymarie, Michel et SIRINELLI, Jean-François. L’histoire des intellectuels aujourd'hui. Paris : PUF, 2003. Actes du colloque organisé par la Columbia University et l’IEP Paris (16-17 novembre 2001).

Trebitsch, Michel et Granjon, Marie-Christine [dir.]. Pour une histoire comparée des intellectuels. Bruxelles : Complexe, 1998.

Sur quelques points particuliers on consultera :

Balmand, Pascal. « L’anti-intellectualisme dans la culture politique française » in Vingtième siècle. Revue d’histoire. Paris : Presses de Sciences po, n° 36, oct.-déc. 1992, pp. 31-42.

CHEBEL D’APPOLLONIA, Ariane. Histoire politique des intellectuels en France(1944-1954). Bruxelles : Complexe, 1991.

ORY, Pascal [dir.], Dernières questions aux intellectuels. Paris : Orban, 1990.

Prochasson, Christophe. Les intellectuels et le socialisme : XIXe-XXe siècle. Paris : Plon, 1997.

RIOUX, Jean-Pierre et SIRINELLI, Jean-François [dir.]. La guerre d’Algérie et les intellectuels français. Bruxelles : Complexe, 1991.

Bertrand Lemonnier


LA « CULTURE DE MASSE » EN FRANCE DEPUIS 1945

Bibliographie papier (et électronique) en langue française sur la « culture de masse » (la bibliographie porte essentiellement sur la France mais ouvre sur des perspectives plus larges, la « culture de masse » n’étant par définition pas un phénomène hexagonal !)



*Aspects théoriques, ouvrages pionniers, discussions, sociologie de la culture de masse

Ouvrages pionniers

  • E.Morin, L’esprit du temps, Essai sur la culture de masse, Grasset, 1962 (suivi d’un Nouvel esprit du temps en 1975)

  • A.Harendt, La crise de la culture, Gallimard (Folio Essais), réédition 1989.

  • R .Hoggart, La culture du pauvre, éditions de Minuit, 1970 (pour la traduction)


Théories et discussions (approches diverses, historiques, sociologiques etc.)

Sur la « culture » et ses multiples définitions, on pourra consulter La culture, de l’universel au particulier, Editions Sciences Humaines, 2000.

Lire aussi les articles suivants, la plupart édités sur Internet :

(http://ibelgique.ifrance.com/sociomedia/CIS.htm)


*Quelques études historiques générales sur la « culture de masse » (depuis 1997, année du « manifeste» Pour une histoire culturelle, paru au Seuil sous la direction de Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli)

  • J. Portes, De la scène à l’écran. Naissance de la culture de masse aux Etats-Unis, Belin, 1997.

  • J.P.Rioux, J.F.Sirinelli, « Le temps des masses », tome 4 de l’Histoire culturelle de la France, Seuil, 1998.

  • B.Lemonnier et allii, Médias et culture de masse en Grande-Bretagne depuis 1945, Armand Colin, 1999

  • B.Lemonnier, « Le développement de la culture de masse » et Ph.Poirrier, « Les pratiques culturelles au cours des années 1960 et 1970 » in J-C Groshens, J.F.Sirinelli (dir.), Culture et action chez G.Pompidou, PUF, 2000

  • D.Kalifa, La culture de masse en France 1.1830-1930, La découverte, 2001.

  • J.P.Rioux, J.F.Sirinelli (sous la direction de),  La culture de masse en France de la Belle Epoque à aujourd’hui, Fayard, 2002 

  • J.F.Sirinelli,  « Etranger et culture de masse : l'exemple des années 1960, conférence inédite des RV de l’Histoire à Blois (2002), compte-rendu de J.P Polton pour l’académie de Versailles.

(http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/gephg/magazine/evenements/Blois2002/culture.htm)
*Quelques séminaires qui traitent - plus ou moins directement - de la culture de masse

(nous en en tenons aux séminaires tenus en région parisienne)

  • SEMINAIRE « HISTOIRE CULTURELLE DU CINEMA » 2003-2004 : « Cinéma et culture de masse en France » (CNRS-ENS Cachan), responsable C.Delporte

  • SEMINAIRE « HISTOIRE CULTURELLE DU 20ème siècle », IEP Paris, responsables J-F Sirinelli et J.P.Rioux (le séminaire a été consacré en 2000/2001 et 2001/2002 à « la culture de masse »).

  • SEMINAIRE « Temps, médias et société », IEP Paris (responsable J.-N.Jeanneney)

  • GROUPE DE TRAVAIL « HISTOIRE CULTURELLE », IEP Paris , responsables E.Loyer et P.Goetschel , programme 2002-2003 sur « la culture de masse ».

  • GROUPE DE TRAVAIL « Histoire du disque », Bibliothèque Nationale, responsable L. Tournés (Université de Rouen)

  • SEMINAIRE « Histoire des médias, de l'image, des propagandes à l'époque contemporaine », UVSQ, responsable C.Delporte

  • SEMINAIRE « Histoire culturelle des sociétés occidentales contemporaines », Paris I-Sorbonne, responsable P. Ory , programme 2003/2004 sur l’ « américanisation ».

  • SEMINAIRE «La France au 19ème siècle, culture, société et représentations », Université Paris I, responsable D. Kalifa.

  • SEMINAIRE « HISTOIRE DES RELATIONS CULTURELLES INTERNATIONALES », UVSQ, reponsables L.Bertrand-Dorléac, M-A Mattard-Bonucci.

*ADHC : Association pour le Développement de l’Histoire culturelle, édite un bulletin, un annuaire, président Pascal Ory. Existe depuis 1997.

site http://adhc.free.fr
*Colloques à venir :

Colloque international (septembre 2004) Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques, 1860-1940 Responsables : Jean-Yves Mollier, Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines)
Jean-François Sirinelli, Centre d'histoire de l'Europe du vingtième siècle (Fondation nationale des sciences politiques)
François Vallotton, section d'histoire (Université de Lausanne)


Valérie Dupont
L’EVOLUTION DES COURANTS ARTISTIQUES DE L’APRÈS-GUERRE À NOS JOURS
Sur l’art contemporain en France :
MILLET Catherine, L’art contemporain en France, Paris, Flammarion, 1987 (réédité)
25 ans d’art en France 1960-1985 (ouvrage collectif), Paris, Flammarion, 1986

Importante bibliographie sur l’art contemporain en France
Douze ans d’art contemporain en France : 1960-1972, Paris, Grand Palais, Éditions des Musées nationaux, 1972
Sur l’art contemporain de 1945 à nos jours :
Groupes, mouvements, tendances de l’art contemporain depuis 1945 (ouvrage collectif), Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 1989, réédité.
ARDENNE Paul, Art. L’âge contemporain : une histoire des arts plastiques à la fin du XXe siècle, Paris, édition du Regard, 1997
ARCHER Michael, L’art depuis 1960, Paris, Thames & Hudson, 2002 (nouvelle édition revue et corrigée)

Importante bibliographie sur l’art américain
RIEMSCHNEIDER Burkhardt, GROSENICK Uta, Art at the Turn of the Millenium. L’art au tournant de l’an 2000, Taschen, 1999. (Sur l’art actuel. Abondamment illustré).
Sur l’art contemporain en général :
RIOUT Denys, Qu’est-ce que l’art moderne ?, Paris, Gallimard, coll. folio essais, 2000
BLISTÈNE Bernard, Une histoire de l’art du XXe siècle, Paris, Beaux-Arts magazine, 1999 (régulièrement réédité).
HAMON Françoise, DAGEN Philippe, Histoire de l’art : époque contemporaine, Paris, Flammarion, 1998 (nouvelle édition revue et corrigée ; Contient un chapitre sur « 1945-1990 La modernité : triomphe et crise »).
FERRIER Jean-Louis (sous la dir. de), L’aventure de l’art au XXe siècle, Paris, Chêne – Hachette, 1995

Présentation chronologique, jusqu’en 1994. Lexique des mouvements artistiques et dictionnaire abrégé des artistes.
DUROZOI Gérard (sous la dir. de), Dictionnaire de l’art moderne et contemporain, Paris, Hazan, 1992
HARRISON Charles, WOOD Paul, Art en théorie 1900-1990, une anthologie par Charles Harrison et Paul Wood, Paris, Hazan, 1997. (Textes et extraits de textes théoriques sur l’art.)
Catalogues d’expositions :
ROWELL Margit, Qu’est-ce que la sculpture moderne ?, Paris, Centre Georges Pompidou, 1986
BLISTÈNE Bernard, DAVID Catherine, PACQUEMENT Alfred, L’époque, la mode, la morale, la passion. Aspects de l’art d’aujourd’hui, 1977-1987, Paris, Centre Georges Pompidou, 1987
BOIS Yve-Alain, KRAUSS Rosalind, L’informe, mode d’emploi, Paris, Centre Georges Pompidou, 1996
Face à l’histoire 1933-1996, Paris, Centre Georges Pompidou, 1996
Revues :
On pourra consulter deux numéros spéciaux de Artpress :

« 20 ans, l’histoire continue », Artpress, Hors série n°13

« 69/96, avant-gardes et fin de siècle », Artpress, Hors série n°17, 1996




similaire:

Philippe Poirrier iconPhilippe Poirrier, De l’Etat tutélaire à l’Etat partenaire. La coopération...
«culture nationale» et l’hégémonie parisienne dans la vie et l’économie culturelle nationales confortent cette lecture dominante...

Philippe Poirrier iconL’histoire culturelle en France. «Une histoire sociale des représentations»....
«Une histoire sociale des représentations». dans Philippe poirrier (dir.), L’Histoire culturelle : un «tournant mondial» dans l’historiographie...

Philippe Poirrier iconSource : Philippe Poirrier, Le Bicentenaire dans l’agglomération dijonnaise dans
«couronne rose», certes fragilisée depuis 1983, de l'agglomération : à Chenôve (un peu moins de 18000 h) comme à Quétigny (8748 h),...

Philippe Poirrier iconPar Philippe Peltier

Philippe Poirrier iconCurriculum vitae de philippe barbey

Philippe Poirrier iconAvec la collaboration de Jean-Philippe Cherel3 Résumé

Philippe Poirrier icon1180 Philippe Auguste commence l’unification de la France

Philippe Poirrier iconBrice Berthaud et Siméon Philippe Saint-Antoine 1

Philippe Poirrier iconPhilippe Kaczorowski, Patrice Derigny Commissaires Priseurs habilités

Philippe Poirrier iconPhilippe Kaczorowski – Patrice Derigny Commissaires Priseurs habilités






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com