Note : certains prénoms ont été remplacés





télécharger 307.04 Kb.
titreNote : certains prénoms ont été remplacés
page6/8
date de publication10.10.2017
taille307.04 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > loi > Note
1   2   3   4   5   6   7   8

Envoyé : dimanche 29 novembre 2015 11:59
Objet : Comment lutter idéologiquement contre l'idéologie de DAEH ?
Chers Amis,
Je fais partie, de cœur, des mouvements écologiques des écovillages, écohabitats, écolieux, et rien n’est plus éloigné que l’idéologie du mouvement écologique (°) de celui de DAESH (et donc mes idées de celles de DAESH).
J’y perçois la confrontation d’un monde tolérant à un monde intolérant, d’un monde où la guerre (le Jihad) est érigé en valeur suprême, à un monde aux valeurs de paix (déjà 3 guerres franco-allemandes, nous Européens nous déjà « donné » => d’où l’idée de la création de l’unité européenne lancé, en 1945, par Jean Monet et Robert Schuman _ en fait, Jean Monet et d’autres intellectuels européens l’avaient conçue bien avant, mais la montée du péril nazi l’a empêché de se réaliser).
cid:image001.jpg@01d12a9c.f328b0d0

Exemple de décapitation perpétrée par les membres de DAESH.
Rien n’est plus opposé que nos valeurs de respect de la vie humaine (puisqu’on a même aboli la peine de mort partout en Europe) à celles de DAESH, où la vie humaine, ici-bas, n’a aucune valeur.
La philosophie de Daesh, comme toute philosophie extrémiste, est proche des autres extrémistes, telle la philosophie de :


  • « On peut trahir, mentir, tuer si la politique l'exige. Je libère l'homme d'une chimère, la conscience ! », Staline, dans un discours au parti, en 1942. Source :  documentaire « Apocalypse Staline » de Isabelle Clarke et Daniel Costelle, paru en DVD.

  • « J’affranchis l’homme de la contrainte d’une raison qui voudrait être son propre but ; je le libère d’une avilissante chimère qu’on appelle conscience ou morale, et des exigences d’une liberté individuelle que très peu d’hommes sont capables de supporter.  (...) Eh bien, oui, nous sommes des barbares, et nous voulons être des barbares. C’est un titre d’honneur. Nous sommes ceux qui rajeuniront le monde. Le monde actuel est près de sa fin. Notre seule tâche est de le saccager ... », Adolf Hitler, Congrès de Nuremberg 1933.

  • « la violence est la vérité de la politique, son condensé, le révélateur des rapports de force, l’épreuve où se séparent révolutionnaires et opportunistes, l’ordalie matérialiste ». « La force seule peut résoudre les grands problèmes historiques », Lénine. Source : http://www.asmp.fr/travaux/communications/2003/werth.htm

  • « Le révolutionnaire méprise tout doctrinalisme, il a renoncé à la science pacifique qu'il abandonne aux générations futures. Il ne connaît qu'une science — celle de la destruction ». « À toute vapeur, à travers la boue ; détruisez le plus possible ; ne résistera dans les institutions que ce qui est fondamentalement bon ». « N'est pas révolutionnaire qui a pitié de quelque chose dans le monde ». « Tout sentiment de gratitude, d’amitié doivent être éliminés », Serge Netchaïev. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Netcha%C3%AFev



L’inculture des membres de Dash :
La caractéristique de tous les membres de DAESH, comme des terroristes islamiques, c’est leur inculture ou leur très bas niveau culturel, ce qui les empêchent de développer leur esprit critique.

Si les parents des terroristes ou des radicaux islamistes ont quelque chose à se reprocher est d’avoir été eux-mêmes peu instruits, peu cultivés, et de n’avoir donc pas communiqué la culture, l’esprit critique, la passion pour « le gai savoir », à leurs enfants.

Les arguments de DAESH (ISIS) marche parce que leurs cibles sont des personnes incultes/naïves, isolées, fragiles, en détresse et/ou fragiles (ou enfermées dans un replis identitaire et communautaire, qui ne communique plus ou n’échange plus avec le reste du monde et des autres cultures ou sources d’informations).
cid:image002.jpg@01d12a9c.f328b0d0

« Avec des armes vous pouvez tuer les terroristes. Avec l’éducation, vous pouvez tuer le terrorisme », Malala Yousafzai.
La misère sexuelle des islamistes :
Quand j’étais jeune, à cause de mon conditionnement religieux très fort, en 1979, j’ai repoussé l’idée d’avoir une relation avec une intellectuelle algérienne, Habiba, dont j’étais très amoureux, juste parce que j’avais du désir sexuel pour elle, et que je croyais que c’était mal et que j’allais au-devant de la damnation éternelle. En fait, j’ai perdu une très belle occasion de pouvoir être heureux avec Habiba (alors qu’on était attiré l’un vers l’autre).

J’ai commis une belle bêtise et je l’ai terriblement déçue.
Dans ma jeunesse, aussi, ma mère croyait que la « masturbation rendait sourd [ou stérile] » et voulait me le faire admettre. Or cette affirmation n’a jamais, en aucune sorte, été validée scientifiquement.

Par la suite, au contraire, l’on a appris que « la masturbation a même été prouvée vertueuse : elle permettrait de réduire les chances de cancer de la prostate et de combattre l'éjaculation précoce ».

Source : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/158-se-masturber-bienfaits-ou-dangers#q=masturbation&cur=4&url=%2F
Mes parents ont vécu en Algérie, de 1973 à 1978. Je m’y suis rendu quatre mois, aux vacances d’été. En me faisant des amis parmi les étudiants de l’université d’Alger, j’ai constaté à quel point, à cause des tabous et interdits très forts sur le sexe, régnant dans ce pays, ces jeunes algériens souffraient et vivaient dans une grande misère sexuelle. Ils étaient tous dans une très grande frustration sexuelle. Et pour compenser, ils ne cessaient de délirer sur leurs conquêtes et leurs exploits sexuels passés, tous imaginaires (ils ne cessaient de mentir, à eux-mêmes, sur leurs prétendus exploits amoureux, jusqu’à la mythomanie et c’était malsain).
Note : Voir, d’ailleurs, mon compte-rendu d’un voyage en Algérie où j’y décris ce problème :

  « Nous avons souvent pris des bières à un café bondé, à quelques rues de la faculté, qui d'après eux est pleine d'indicateurs de la police. Nous déambulions aussi souvent sans but dans les rues d'Alger, avec comme sujet de conversation des histoires de femmes. Doté d'un humour acide ou mélancolique, ils enrobaient leurs exploits amoureux d'exagérations romantiques et de mythes, tout en laissant entrevoir une réalité plus prosaïque et plus médiocre. En rétablissant ensemble les divers éléments de la vérité, il apparaissait que la majeure partie des jeunes hommes sont obsédés par les femmes à cause des tabous et interdits religieux, à cause de la surveillance des filles par leur famille et leur grand frère protecteur et jaloux. En fait, les mariages d'amour sont très rares dans le pays tandis que le rôle de la dote à payer par le mari à la famille de la future épouse, reste très importante. Le prix du mariage entre la dote et le repas où l'on invite jusqu'à 500 personnes, défavorise les pauvres, ceux-ci restant le plus souvent célibataires jusqu'à un âge avancé et varie suivant les qualités - don de couturière, savoir lire et écrire, cheveux blonds - et les défauts - pieds bots de la future mariée. Mes amis avaient parfois la désagréable habitude de déshabiller du regard les femmes non voilées  et se vantent de pouvoir connaître la beauté d'une jeune fille voilée par l'observation des jambes  »). Source : http://Bernard.lisan.free.fr/jardin.secret/CompteRendusVoyages/AutresVoyages/Algerie.htm
Comme ces jeunes ne peuvent satisfaire leurs pulsions sexuelles, alors ils se réfugient dans la religion, pire, ils deviennent obsédés par la « pureté sexuelle » et s’imposent, fortement, des contraintes pénibles, dans ce domaine. Puis comme ils ne peuvent résoudre leur conflit intérieur, il font un mécanisme de projection psychologique : ils prennent l’Occident, si libre de mœurs, comme leur bouc émissaire, leur ennemi (pour écraser en eux une certaine envie, voire jalousie, envers « la liberté de mœurs » de l’Occident). Après, ils deviennent plus « royalistes que le roi », voulant dénoncer le « dévergondage » des sociétés occidentales qu’ils cherchent à détruire, voiles et burqas à l’appui.
Tous les exemples que j’ai cités, ci-avant, montrent que la répression de la sexualité peut rendre irrationnel, malade ou « dingo ».
Comme ils sont totalement incultes, ils commettent de terribles biais de raisonnement (leurs raisonnements sont faux) et des amalgames délirants, ont une vision totalement manichéenne, binaire et/ou paranoïaque du monde, mettant dans le même sac :
1) la « lubricité » ou la supposée « corruption des mœurs » de l’Occident,

2) la loi sur le voile et la burqas _ croyant qu’ils sont interdits partout en France, alors a) que, pourtant, le voile [quand il est ostentatoire, pour faire pression sur les autres femmes] n’est interdit que dans les administrations et  b) que la burqa est interdite, dans certaines circonstances, uniquement parce qu’il est interdit de se dissimuler son visage sur l’espace public (*), (disposition qu’on peut trouver, d’ailleurs, nécessaire aussi pour lutter contre le terrorisme et qui est en fait très peu appliqué, sauf pour la conduite automobile) _,

2) la combat contre le complot des soi-disant croisés judéo-maçonnico-chrétiens idolâtres, qui voudrait « attaquer » l’Islam etc. (dans le combat contre DAESH, l’on ne combat pas l’Islam, mais un état terroriste)
C’est leur inculture qui est à l’origine de ces fascinants raccourcis intellectuels fulgurants, de ces amalgames simplistes et simplificateurs, auxquels ils croient, mais qui sont totalement faux, voire délirants (en fait ce sont des « prêt à penser », comme il y a des « prêt à porter », pour des gens incapables de réfléchir, en fait ce sont des escroqueries intellectuelles).
C’est leur inculture qui leur font croire, que ce n’est qu’au paradis, après s’être fait exploser pour Allah, qu’ils pourront enfin se libérer de leur frustration sexuelle, et que, d’auprès leur croyance, il semblerait, en effet, que 72 vierges les attendent - ainsi que de jeunes éphèbes - pour les récompenser de leurs efforts sur terre (!).
Or ces islamistes seraient totalement de nous donner la preuve scientifique que ce paradis rempli de vierges et de jeunes éphèbes existe bien réellement. Ce n’est qu’une croyance, parmi des millions d’autres croyances existantes sur terre. Des belles légendes dorées, jamais prouvées par la science, il y en a des myriades sur terre (ce qui ne veut pas dire que je ne reste pas ouvert à leur possible éventualité … mais alors qu’on m’en apporte la preuve).
Nulle part, l’on a pu obtenir la preuve scientifique de l’existence de l’Autre-monde (ou Au-delà) et du Paradis (dans l’Autre-monde). Ni la métempsychose (°°), ni la médiumnité et la communication médiumnique avec les âmes des morts, n’ont jamais été, non plus, été prouvé scientifiquement.
Sources : 1) « NDE et OBE », Les expériences « de sortie hors de son propre corps » au regard des expériences du Pr Olaf Blanké et d’autres expériences scientifiques, Bernard LISAN, http://Bernard.lisan.free.fr/jardin.secret/EcritsScientifiques/pseudo-sciences/NDE_OBE.htm

2) Faut-il croire à tout ?, Elie Volf, Bernard Lisan, Antoine Thivel, Ed. Edilivre, 2008, 424 pages, http://Bernard.lisan.free.fr/jardin.secret/EcritsScientifiques/pseudo-sciences/FautIlCroireATout.pdf.  Voir, en particulier, le paragraphe "Les expériences aux frontières de la vie (NDE)", pages 279 à 282.
(*)  loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010, interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public.

(°°)  le « transvasement » d'une âme d’un corps, qui vient de mourir, vers un nouveau corps, en général jeune (tel un bébé qui vient de naître).
Quand l’on n’a pas la preuve de l’existence de l’Autre-monde, d’une récompense dans l’Au-delà, qu’est-ce qui nous reste, quand on est rationnel (et qu’on ne veut pas être délirant) ?

Il y a alors, par exemple, le « pari de Pascal » (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Pari_de_Pascal) que certains peuvent interprété ainsi : dans le doute selon que Dieu existe ou non, 1) agir sur terre comme si un Dieu bon et juste, qui vous récompense de votre vie, existait, b) mais ne pas gâcher non plus sa vie sur Terre, en ne vous consacrant exclusivement qu’à votre hypothétique survie dans l’Autre-Monde (du fait de votre croyance forte en celle-ci, même si elle n’est pas prouvée scientifiquement).
Donc, faites du bien (faites l’aumône, si vous êtes musulmans), mais ne vous privez pas d’aller à un concert de musique (Raï, Chaabi …), du moment que vous ne faites du tort à personne et que vous êtes heureux et que vous rendez heureux d’autres personnes. N’hésitez pas aussi à être heureux sur terre. Si voulez faire du bien et aimer les autres, vous devez alors vous aimer aussi (on ne peut pas bien aimer, si l’on ne s’aime pas).
S’interdire tout (la musique, le théâtre, le cinéma …), cela revient à s’interdire une ouverture vers ou sur le monde, une possibilité d’accroître notre compréhension du monde (dont celui du monde sensible de la psychologie humaine etc. …). Notre compréhension intime du monde peut lui-même conditionner notre Amour pour les Autres.
L’aspect « pycho-pathologique » de l’expérience prophétique et mystique :
Dans mon enfance, j’ai été soumis à certaines épreuves (certains auraient pu ne pas en réchapper). Durant ces épreuves et durant des périodes de prières (parce qu’en 1973, je m’étais converti au christianisme), j’ai eu des « illuminations mystiques », j’ai même vu le visage du Christ apparaître dans un ovale (dans une sorte de mandorle).
Durant ces épreuves, j’ai même eu le sentiment ou la « conscience prophétique », avec le sentiment d’une mission prophétique à accomplir (avec l’idée d’avoir une très haute mission à accomplir) … Ce « sentiment prophétique » (qui est de nature religieuse ou mystique), qui peut vous habiter (ou vous possède) à ce moment, est fascinant, il vous donne une confiance en soi et un courage extraordinaires (mais malheureusement, il abolit tout jugement critique sur vous-même. Il peut vous rendre fanatique. Car dans ces phases, vous êtes persuadé de détenir la Vérité Infuse avec un grand V. C’est comme une drogue ou addiction).
Et durant des « phases prophétiques » votre conviction est si intense (que si vous croyez réellement à la réalité objective de vos expériences) qu’il vous est facile de convaincre des disciples. C’est ainsi que vous allez créer une religion.
Quand j’ai fait partie de l’Ordre Rosicrucien, entre 1980 et 1987, qui est une « école de prophétisme » (de fabrication de mystiques), j’ai encore multiplié ce genre d’expériences.
Mais heureusement pour moi, contrairement aux islamistes et aux prophètes des temps préscientifiques, je n’ai pas tout « gobé », car j’avais déjà un solide bagage scientifique et donc et je savais que ces expériences intérieures étaient issues des aspects « pycho-pathologiques » du fonctionnement du cerveau (à la limite de la raison.
Car aussi beaux et fascinantes étaient ces expériences mystiques (de béatitude, de ravissement intérieur), ces expériences « pycho-pathologiques », proches des délires des psychoses, je sais qu’elles restent, pour moi, un mécanisme psychologique complexe, destiné à vous empêcher de basculer dans la folie irréversible (c’est la dernière barrière ou protection mentale avant la folie, quand vous êtes confronté à une situation psychologique insoutenable).
Donc, avoir vécu ces expériences sont-elles la preuve que je suis vraiment « missionné » par Dieu ? Certainement pas. C’est juste la preuve que le cerveau humain dispose de mécanismes très complexes, pour vous empêcher de basculer définitivement dans la folie ou bien pour vous apporter un bien-être momentané quand vous souffrez à la limite de l’insoutenable.
Il y a très peu de chance que l’islamiste radical, en général plutôt inculte, aillent aux conférences du professeur Alain Berthoz, neurophysiologiste, au Collège de France, conférences qui vous font appréhender « l’infinie » complexité du cerveau humain.
Par sa vision très limitée, limitée à la lecture du Coran (appliquée à toutes les sauces), l’islamiste aura un mal fou à appréhender l’extrême complexité du monde (du cerveau, de la biologie, de la physique, des mathématiques …).

Comme si les « connaissances scientifiques », que l’islamiste s’acharne à trouver dans le Coran, pouvaient remplacer les millions d’heures de travaux de recherches dans le monde entier, les millions de publications scientifiques qui en ont découlées, et toutes les bibliothèques scientifiques du monde (qui collectent ces connaissances).
Les connaissances scientifiques ne sont pas des connaissances « révélées », directement transmises par Dieu ou l’opération du Saint-Esprit à votre cerveau (telle une connaissance révélée, un « parler miraculeux en langue », une connaissance cachée dans les limbes de l’Univers, dans de mystérieuses archives akashiques de l’Autre-monde …), mais, au contraire, elles sont acquises par un long apprentissage, souvent difficile, par souvent de très longues études (et la lecture du Coran ou de la Bible n’y fera rien : vous n’acquériez jamais instantanément et miraculeusement toute la connaissance scientifique du monde entier, même suite à une illumination mystique).
Il est vrai que le sujet d’une connaissance extra-cérébrale revient souvent sur le tapis, un ami par exemple me parlant de musulmans qui auraient eu aussi des visions de la vierge Marie (d’un autre côté, je n’oublie pas que le musulman connaissent déjà l’existence de la Mère de Jésus, justement par le Coran (Coran 19:27)). Donc, pour trouver une preuve de l’existence de connaissance extra-cérébrales, ce que j’aurais aimé voir c’est, par exemple, un tibétain, inculte, du fin fond du Tibet, ou un Karen du fin fond de la Birmanie, qui n’a jamais entendu parler de Jésus et de Marie, et qui se mettrait à avoir des visions de Jésus ou de Marie).
Pour revenir à la complexité du cerveau humain, le psychiatre suisse Carl Gustav Jung avait eu, en son temps, l’intuition de l’archétype, en psychologie analytique, c'est-à-dire la tendance humaine à utiliser une même « forme de représentation donnée a priori » renfermant un « thème universel » structurant la psyché, commun à toutes les cultures mais figuré sous des formes symboliques diverses.
Dans la lancée de représentations innées communes à tous les hommes, signalons, par exemple, que le cerveau humain a conçu, depuis très longtemps, le vol de l’homme dans les airs (le mythe d’Icare, la machine volante de Léonard de Vinci …). Il lui a toujours été facile de représenter le vol de l’homme dans l’espace en 3 dimension (alors que ce n’est pas notre milieu naturel).

Dès le paléolithique, l’homme a inventé la narration graphique et la décomposition « photographique » du mouvement d’un animal, en plusieurs images successives, comme les images successives du cinématographe.

Source : Documentaire Quand homo sapiens faisait son cinéma, Pascal Cuissot et Marc Azéma, ARTE France, http://boutique.arte.tv/f10507-quand_homo_sapiens_faisait_son_cinema
J’ai aussi été souvent impressionné par la richesse, en couleur, en détails, de mes propres rêves.

Par exemple, en rêve, il l’est arrivé de créer virtuellement un objet, puis de le saisir et de le manipuler ou, encore, il m’est arrivé de piloter un delta-plane et d’arriver à la faire atterrir sur une bande de plage étroite, au bord d’un fleuve.
Le cerveau est une machine biologique extrêmement complexe (avec plus de 120 milliards de neurones, chacun assurant des fonctions associatives), qui est capable de créer des réalités virtuelles d’une véracité saisissante.
Pour vous donner un autre exemple de la puissance du cerveau : vers l’âge de 7 ans, à une époque d’extrêmes difficultés, j’ai eu une série de rêves, en noir et blancs, qui étaient toujours les mêmes, et qui se produisaient toujours au réveil. Dans ces rêves, j’y voyais six moines au crânes rasés, assis en tailleur sur le sol de la place (ronde) d’un petit village, constitué de petites maisons (ou ermitages) à toits plats (lui-même niché dans une gigantesque grotte sombre), me regardaient avec bienveillance (comme pour me protéger, tels des « saints protecteurs »).  De leur tête, se dégageait une douce lumière blanche.
Ces rêves répétitifs sont-ils la preuve que des « saints protecteurs », me visitaient, en rêve, chaque matin ?

Non pas nécessairement, ces visions de « saints protecteurs » peuvent être un mécanisme de protection du cerveau, qui peut, par exemple, dans certaines circonstances très difficiles ou insoutenables, vous aider à tenir le coup.
Dans un autre mail, j’ai avancé l’hypothèse que la « croyance en Dieu » est un mécanisme de protection, qui aide à la  survie de l’individu, n’existant que chez l’Homo sapiens (sauf si de nouvelles connaissances infirment cette hypothèse), mise en place par [le mécanisme de] l’évolution [des êtres vivants], pour lui permettre de tenir le coup face à circonstances très difficiles ou qui lui permet d’éviter le danger (dans ce dernier cas, il peut lui servir de signal d’alerte avant de s’engager dans l’inconnu). Note : j’expose mon hypothèse dans mon diaporama « L’homosexualité est-elle un choix ? », au chapitre « Lutte contre l’homophobie religieuse ».

Source : http://Bernard.lisan.free.fr/developpementdurable/l-homosexualite-est-elle-un-choix.pptx  
Comme je l’écrivais dans un texte « La méthode scientifique et ce qu'elle n'est pas » que j’ai mis en ligne sur Internet :


Les asiles psychiatriques du monde entier sont remplis de malades persuadés de recevoir la parole révélée de Dieu.

De plus, il existe beaucoup d’épisodes psychiatriques ou psychiques _ état de rêves proches de l’éveil, états hypnagogiques, états de transes, impression de sortie de l’esprit du corps …_ pouvant donner au malade, qui n’a pas la formation scientifique ou l’esprit critique suffisant, l’impression qu’il reçoit la « voix de Dieu » ou bien « celle du diable ».

Quelqu’un, sans formation scientifique poussée, devant le réalisme époustouflant du « voyage dans les airs », qu’il vit intensément dans un état hypnagogique ou état second, pensera que le « voyage qu’il a effectué dans les airs » est bien réel.

Pour prendre une analogie, le domaine de la réalité virtuelle, développée par l’informatique récente, montre qu’on peut aussi créer artificiellement des mondes (ou univers) virtuels (artificiels) d’un réalisme saisissant, si saisissant qu’il devient de plus en plus difficile _ dans certains films à effets spéciaux _ de distinguer les scènes réelles des séquences virtuelles. Cela grâce à certains ordinateurs ayant une vitesse et une mémoire importante.

Sinon, les récentes études sur la perception montrent à quel point le cerveau est capable de posséder la cartographie précise du monde qui nous entoure, ainsi qu’une étonnante mémoire du corps et une formidable capacité de repérage spatial.

Or dans le cerveau, il existe 120 milliards ( !) de neurones, dont la majorité a des fonctions de mémorisation ou d’association, très complexes.

Il ne semble donc pas irréaliste de penser, en s’inspirant de cette analogie, de penser que le cerveau pourrait recréer aussi de puissants et saisissants mondes virtuels, n’ayant pas plus de réalité que les images des ordinateurs, et dont le rêve serait justement l’illustration de la puissante capacité de création de réalité virtuelles du cerveau.

Source : http://Bernard.lisan.free.fr/jardin.secret/EcritsScientifiques/pseudo-sciences/La-methode-scientifique-et-ce-qu-elle-n-est-pas.pdf
Quant au fanatisme, c’est un mécanisme, du cerveau, qui permet d’obtenir de la confiance en soi, lorsqu’on en manque. En 1985, j’ai refusé de croire un ami, Michel, et j’ai préféré croire Fabienne, qui savait me séduire, parce que mon amour fanatique et aveugle pour Fabienne renforçait ma confiance en moi (alors que j’en manquais). Ce n’est que, longtemps après, j’ai enfin compris que Fabienne était une menteuse pathologique (mythomane).
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Note : certains prénoms ont été remplacés iconLes 7 prénoms numériques septénaires Nande
Les prénoms sont au nombre de 7 Faudra t-il rappeler que cette communauté bantu de la vallée du Nil est située aux pieds du Mont...

Note : certains prénoms ont été remplacés icon«Le xxème siècle nous a confrontés à une série d’évènements très...

Note : certains prénoms ont été remplacés iconDiscours rapportés direct et indirect 48
«Dans Titanic, c’est impossible de distinguer les scènes qui ont été réalisées par ordinateur de celles qui ont été tournées de manière...

Note : certains prénoms ont été remplacés icon2 – 10 Internet et le droit
Le 10 octobre, les utilisateurs de Twitter en France ont découvert le mot-clé #UnBonJuif, à partir duquel de nombreux membres du...

Note : certains prénoms ont été remplacés iconLe schéma de sélection caprin laitier en France : son histoire et son évolution
«recherche» et le pôle «développement» de ce dispositif, et de nombreux thèmes ont été étudiés et expérimentés en partenariat. Le...

Note : certains prénoms ont été remplacés iconIbiza est encore loin : Les touristes ? Ils n’ont qu’à aller dormir à la belle étoile !
«Aucun investissement dans les zet n’a été concrétisé depuis leur classement en 1988», nous révèle un cadre du ministère de l’Aménagement...

Note : certains prénoms ont été remplacés icon31 personnes seulement ont rempli le questionnaire et l’ont rendu...
«Aimez-vous la nuit ?», écrite par Julien Séchaud et mise en scène par Annie Vergne. Cette pièce raconte l’histoire de quatre personnes...

Note : certains prénoms ont été remplacés iconEcrivain français d’origine maghrébine dans la décennie 2000 : une littérature du décentrement
«de banlieue»tant celle-ci occupait une large place dans leurs écrits, certains ont tenté d’en jouer, voire de s’en réclamer, tandis...

Note : certains prénoms ont été remplacés iconRésumé Nombreuses, ont été les populations rurales à s’ingénier pour...
«Les loups et la loi du xivème siècle à nos jours. Histoire d’une hantise populaire», que j’ai noté pour la première fois l’existence...

Note : certains prénoms ont été remplacés iconLittérature québécoise
Chacun sait qu’il a été de mode, depuis quelques années, de crier à la misère, à l’asservissement et à la décadence morale de ceux...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com