Rfi / Témoignage





télécharger 13.8 Kb.
titreRfi / Témoignage
date de publication10.10.2017
taille13.8 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
RFI / Témoignage

Théogène Karabayinga nous a quittés : « de Mille soleils à la mémoire sonore de l’Afrique »
(MFI / 29.03.2011) Une grande voix de RFI s'est éteinte. Théogène Karabyinga, journaliste à RFI, longtemps présentateur de l’émission « Mille Soleils », diffusée sur de nombreuses radios partenaires de RFI en Afrique, et producteur du coffret « Mémoires de tirailleurs » est mort dimanche 27 mars. Thierry Perret, qui a longtemps travaillé à ses côtés, revient sur le parcours de celui que ses amis appelaient tout simplement « Théo ».
Théogène Karabayinga – Théo pour les amis –, fut pendant plus de vingt ans l’homme d’une émission : Mille Soleils. Générique enlevé, voix chaleureuse et entraînante, chaque semaine, son producteur présentateur livrait aux auditeurs les grands moments et les acteurs de la culture africaine et afro caribéenne. 
C’était l’époque – les décennies 1980-90 – où le service de coopération de Radio France Internationale, qui produisait l’émission, était doté de moyens appréciables de fonctionnement. Reportages en nombre, longues interviews, captations de spectacles, restitués dans une réalisation soignée, faisaient ainsi la richesse de Mille Soleils qui accueillait les artistes, et notamment les écrivains, les dramaturges, les cinéastes dont la créativité explosait alors. Leur voix, par le truchement de RFI, s’entendait partout en Afrique, grâce au relais des radios partenaires de la station française.
« Théogène, il est là? »
On n’en finirait pas d’énumérer les célébrités d’hier et d’aujourd’hui qui passèrent chaque semaine par le micro de Mille Soleils : de Sony Labou Tansi à Alain Mabanckou, de Amadou Kourouma à Henri Lopes, de Boubacar Boris Diop ou Koffi Kwahulé à Abdourahmane Waberi, Kossi Efui, ou encore Dany Laferrière, Tierno Monenembo… tous étaient des familiers de l’émission. Une période où l’on ne pouvait se rendre dans un festival, en France, en Afrique, sans s’entendre aussitôt demander : et Théogène, il n’est pas là ? Oui, il était là, ou ne tardait guère à apparaître, car Théo revenait, avec régularité et une constante égalité d’humeur, dans les lieux où il était attendu, fêté, et pouvait s’embarquer dans de longues équipées nocturnes avec ces créateurs qui étaient devenus des amis. Festival des Francophonies de Limoges, Marché des arts du spectacle d’Abidjan (Masa), Temps des Livres à Djibouti, Fest'Africa de Lille : il était rare que « Mille Soleils » manque le rendez-vous. Et le carnet d’adresses de Théogène, où lui seul trouvait d’ailleurs à s’orienter, s’avérait inépuisable.
Dans ce parcours foisonnant, enthousiaste, il y eut une césure : le génocide de1994 vint frapper au cœur le Rwandais qui avait déjà vu partir beaucoup des siens. Si loin de son pays martyrisé, que pouvait-il faire, sinon témoigner, de la position qui était la sienne ? C’est ainsi qu’il initia, avec les animateurs lillois de Fest'Africa, le projet « Rwanda : écrire par devoir de mémoire », en réunissant les écrivains et artistes amis, en organisant leur déplacement au Rwanda et un programme de rencontres et de résidences. Projet qui allait aboutir à un feu croisé de publications, dont le roman « L’aîné des Orphelins », de Tierno Monenembo, demeure sans doute l’une des plus belles réalisations.
Ferveur et discrétion
Depuis cette date, tout en poursuivant ses productions radiophoniques, Théogène Karabayinga ne cessa plus de vivre, avec un mélange de ferveur et de discrétion, pour l’animation de la communauté rwandaise en Europe. Il élargissait par là son cercle d’amitiés à tous ceux, journalistes, intellectuels, cinéastes, plasticiens qui s’étaient passionnés et mobilisés pour les tourmentes que vivait l’Afrique des Grands Lacs.
Au milieu des années 2000, Mille Soleils finissait par s’éteindre, dans le long mouvement de réformes et de crises vécues par RFI. Une nouvelle aventure commençait : celle de l’édition et de la valorisation du patrimoine – exceptionnel – de la radio française en matière d’archives sonores sur l’Afrique. La voie avait été ouverte en 2004 par la série « L’histoire sonore de l’Afrique ». Il s’agissait de construire désormais une stratégie d’exploitation raisonnée de tout le matériau radiophonique accumulé pendant plusieurs décennies. Dans un relatif désintérêt – ou une certaine perplexité, du moins à ses débuts – au sein de la chaîne, et au prix de bien des difficultés, le chantier s’organisa et porta ses premiers fruits : le coffret des « Grandes voix du Sud » mettait à l’honneur les poètes d’Afrique et des Antilles, révélant de précieux enregistrements (Senghor, Césaire, Tchikaya, Maunick…) qui dormaient dans la mémoire de la sonothèque de RFI. Puis ce fut, avec Elikia Mbokolo et Philippe Santeny, concepteurs de « L’histoire sonore… », axée sur les événements politiques, le lancement d’une suite à cette superbe réalisation. A l’heure de la diversité culturelle, il s’agissait de proposer cette fois une « Histoire culturelle de l’Afrique », dont le premier volume, « L’Afrique littéraire », sortait en 2009.
Amour de la radio
Tout ce travail de compilation, de sélection, de réalisation, à partir de centaines d’heures d’enregistrements, sans oublier l’épineuse question des droits, a été un travail d’équipe, qui eut pour maître d’ouvrage un Théogène Karabayinga retrouvant là son amour de la radio au service des cultures d’Afrique. Il se lança aussi dans la conception – qui lui revient entièrement – d’un volume dédié à Hampâté Ba, le « sage de l’Afrique », dont tout indique qu’il devrait faire événement, lorsque les ultimes obstacles juridiques auront été levés pour sa parution. En parallèle, il s’attaquait à une véritable fresque, en prévision du cinquantenaire des indépendances africaines : celle de la mémoire des anciens combattants des armées d’Afrique, ces tirailleurs de tant de guerres que tout un mouvement d’intérêt tend aujourd’hui à tirer de l’oubli. Enorme entreprise, pleine d’aléas et de points de suspension, qui en désespéra plus d’un, mais emporta finalement l’adhésion pour aboutir, en juin 2010, à la sortie du coffret « Mémoires de tirailleurs ».
Un prix de l’Académie Charles Cros salua aussitôt cette parution, mise en ondes et commentée par un Théogène au meilleur de sa forme… radiophonique. Qui parmi nous se doutait que, déjà malade, il avait choisi très simplement de continuer à œuvrer pour une passion après tant d’années intacte : installé devant ses piles de bandes magnétiques et de 33 tours, gardant un œil sur la vieille table de montage désormais obsolète, jamais très éloigné du studio capitonné et de son micro, insatiable enfin de ce son travaillé sorti des enceintes, que l’on se passe et se repasse pour en éprouver le grain. 
Thierry Perret

similaire:

Rfi / Témoignage iconAssassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon/Réactions
«Le monde a perdu une militante de la liberté d'opinion. Cette voix nous donne les réalités de ce continent meurtri et surtout elle...

Rfi / Témoignage iconTable des matières
«témoignage exceptionnel de la continuité de l'installation urbaine sur plus de deux millénaires»

Rfi / Témoignage iconEsther, enseigne le français et ressent un malaise dans cette France...

Rfi / Témoignage iconInterviews, témoignage(s)
«Destination Francophonie» est une émission sur l’actualité de la langue française dans le monde entier

Rfi / Témoignage iconUn témoignage de Jean Parvulesco sur Jean-Pierre Melville

Rfi / Témoignage iconLittérature, art et Résistance
«Sous le manteau», seul témoignage tourné clandestinement dans un camp par une petite équipe d’officiers prisonniers de guerre/Jean-Claude...

Rfi / Témoignage iconTémoignage d’Elisabeth Martineau
«Surmonter la mort de l’enfant attendu» (dialogue autour du deuil périnatal) d’Elisabeth Martineau… Edition : Chronique Sociale

Rfi / Témoignage iconRéforme des programmes au collège Formation Enseigner le Français en 3 pp
«L’enfer des tranchées : le dire en évaluation» où les élèves dépassent le témoignage pour penser la condition humaine à travers...

Rfi / Témoignage iconMaroc Hebdo International : Votre livre est un témoignage, un cri,...

Rfi / Témoignage iconUn témoignage qui fait frémir !!!!
«musclée» pour la livraison ? Ma sœur aînée âgée de 7 ans émis une autre hypothèse : un grand-père coûterait beaucoup plus cher qu’un...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com