Histoire des relations internationales





télécharger 249.65 Kb.
titreHistoire des relations internationales
page1/9
date de publication11.10.2017
taille249.65 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9
HISTOIRE DES RELATIONS INTERNATIONALES

(1815 -1991)

18/09/08
Intro :
-Définitions

Diplomatie : quand on discute avant de sortir les armes. « Il faut toujours essayer de changer un ennemi en ami » Horacince ( ?). « La diplomatie c’est la police en costume » Napoléon = obéit à des règles qui fondent le droit international. Chaque pays est représenté dans un pays tiers par un ambassadeur. Des traités signés par les gouvernements & parlements engagent les pays. La langue de la diplomatie est l’anglais, mais quand besoin de subtilité, c’est le français qui l’emporte (même à l’ONU), souvent le texte est d’abord écrit en français. Le Quai d’Orsay (ministère des affaires étrangères) demande à consulter un ministre des AE d’un pays tiers quand crise, en convoquant son ambassadeur. Quand pas de solution : déclaration de guerre.
Géostratégie : important en RI = étude des forces (éco, militaire…), en tenant compte de la géographie. « La politique d’un pays se lit dans sa géographie » Napoléon. Cf l’Italie très vulnérable car au centre de la Méditerranée, donc peut choisir ses alliés. Essentiel pour comprendre des réflexes.
Histoire des RI : étude des rapports pacifiques ou belliqueux qui régissent les liens entre les nations, les organismes internationaux. JJ Roche Théorie des RI, recherche de l’immuable : Guerre Froide, présente des règles absolues, monde reste en « paix » car est au seuil de la nucléarisation. A chaque crise (ex : cuba 1962), les deux blocs montaient au créneau avec leurs alliés. Quand à la limite du tir de missile, on arrête, seuil jamais franchi. La nature des RI = il faut tjr tenir compte de tous les paramètres, car tous les schémas sont ébranlés par des accidents. Ex : le marxisme, ne prend en compte que les causes économiques et sociales, mais accident historique : la grande guerre + prospérité économique en Europe, avec l’Allemagne au centre, car ne prend pas en compte le nationalisme ou les « grands » hommes (Hitler = ceux que l’on écoute et qui bousculent tout).

1978 Jean Paul II, grand pape politique « N’ayez plus peur » = il y a toujours les voix du Vatican qui entrent en jeu. Homme moteur de la chute de l’Est.


  1. Niveau supérieur


-Typologie de la guerre et de la paix :

On peut dans l’histoire de l’homme retenir 5 types de guerre (entre Etats)

-guerre d’apocalypse 6&8 août 1945 : destruction totale de l’homme au Japon (l’homme, sa maison, ses biens, son usine…) avec Hiroshima & Nagasaki. Ont été utiles car leur souvenir empêche toute idée d’utilisation de l’arme nucléaire. Mais arme biologique maintenant (chimique & bactériologique).Ou guerre irrationnelle : islamisme militant. Cas de l’Iran & du 11sept 2001. Au nom de la négation de l’homme, on attaque en se servant des fautes de l’Occident pour avoir une aura auprès des masses musulmanes. Gd menace.

- guerre totale (Karl Clausewitz) = destruction de l’armée ennemie, et de toutes ses forces (y compris éco). 1914-18 avec 9M de morts + 1937-45 (Manchourie, attaque délibérée du Japon sur la Chine, démarre réellement la guerre) avec 45M de mort, dont une majorité de civiles => disparition de deux empires : japonais et allemand. Négation de toute trace : en Allemagne il n’y a plus d’Etat, plus rien.

-guerre de conquête : pour un avantage territoriale (Foucher, Traité de géopolitique « les frontières sont les lignes isobares de la puissance ») = certaines frontières disparaissent (Europe) mais d’autres se renforcent + bougent continuellement en fonction de la puissance (ex 1870 la France perd une grande partie de son territoire). Ex : 1904 le Japon attaque la Russie, pour pouvoir annexer la Corée.

-conflits de faible intensité : ne remet pas en cause les RI. Ex : guerre coloniale, locale (cf chute de l’Empire Aztèque et les grandes découvertes du 16ème siècle). Mm si d’après Denis Arcand, Invasions Barbares, la plus grande tuerie est la conquête des Amériques (75M de morts) alors qu’il n’y a rien pour le rappeler. Ou aspiration nationalistes (ex : Tchétchénie, qui à voulu l’indépendance, mais s’est faite liquider par la Russie) ; ou les guérillas (FARC, Pérou…)

-guerre ? Balencie & Delagrange, Les guerres perdues d’Occident, défie des grandes puissances dans un combat sans fin. Pas pour battre l’adversaire, mais pour l’épuiser. Ex : l’Irak, milliard de $ & morts américains, pour aucun résultat. En Afghanistan les talibans font pareil. Provocation de l’Occident pour lui montrer qu’il n’a aucune chance de gagner. On ne sait pas maîtriser ces guerres.
4 types de paix :

-par l’empire unique : l’empire du pharaon, le plus vieux, -2500 jusqu’à -525, mm si ne conservait que les égyptiens. Deux empires universels = Empire espagnol (philippines, Amérique…) + empire romain. Fondés sur la tolérance, on parle n’importe quelle langue, mais de partout phénomène d’imitation. Libre circulation, pas de murailles = homogénéité. Empire chinois (empire Han -206 jusqu’à 220) cf Héro, film chinois.

-par l’équilibre des puissances : héritage des traités de Westphalie 1648, qui mettent fin à une guerre abominable entre protestants/ catholiques, plus mortelle que la WW1. Dure 30ans. Issue : on décide qu’on ne fera plus la guerre pour des motifs religieux + on crée des Etats souverains aux frontières reconnues. Délitement de l’Europe germanique pour limiter les risques. On cherche un équilibre des puissances. Réalisé entre 1815&1854, l’ « Europe de Metternich » 1871-1914 « concert des nations » s’équilibrent avec la puissance militaire ou éco. Now une hyperpuissance, et la Chine.

-par sécurité collective : Wilson 14 points, par une organisation internationale (cf texte d’Edgar Morin), crée la SDN. Repris plus tard par Roosevelt qui crée la Charte d’Atlantique en 1941, annonce de la conférence de San Francisco 1945, qui crée l’ONU.

-par le commerce : nécessité de laisser les frontières ouverte pr faire circuler.


  1. Niveau national


Capitale de l’Europe = Bruxelles : pays qui risque de ne plus exister ! Micro-nationalités menacent l’existence d’un pays. Poids des nationalités important. Ex : caricature de Plantu sur la Russie/ Géorgie. Les russes se pensent toujours en Empire, et non en république démocratique. La Russie est présentée au centre de la carte, et distingue toujours les pays qui lui appartenaient. Pousse vers l’Ouest en mangeant la Pologne, le Sud avec le Caucase, ou l’Est avec la Chine. 90% des russes pensent que la Géorgie doit redevenir russe. Enclaves de partout, des pays où on parle toujours russe, et inféodés.


  1. Le droit international


Grotius ( ?), De la guerre et de la paix, 1625 naissance du droit international, puis 1948 charte de l’ONU.
Chapitre 1 : L’Europe des Rois 1815 – 1848
Intro : le Congrès s’amuse
La carte de l’Europe est dessinée par un Congrès. Réuni en 1814-1915 dans Vienne. « Le congrès s’amuse » car naissance de la valse, gd bals pour célébrer la victoire sur Napoléon. Lord Castlereagh 1er min GB ; tsar Alexandre Ier pour toutes les Russies (blanche = Minsk, Ukraine…), chancelier d’Autriche le Prince de Metternich. Schubert compose la symphonie tragique, Beethoven les sonates…

Mais deux idées fortes :

-c’est l’Europe des rois qui a vaincu la France révolutionnaire. On reconstitue les empires au mépris des aspirations nationales, au principe de la légitimité des souverains. On retrouve les principes des traités de Westphalie 1648 : un Etat un souverain + principes du Congrès de Vienne : les puissances s’équilibrent. 1792- 1815 la France de Napoléon a empêché tt le monde de dormir (cf Le retour de l’Empereur Victor Hugo). Napoléon « accoucheur des peuples », « Robespierre à cheval » = impose en UE la modernité de l’égalité devant la loi, avec son code civil, qui fait voler en éclat la féodalité. Plus d’injustice en fonction de l’ordre social. Napoléon contrôle un territoire de 750.000km2, 150 départements. Mais a voulu aller trop loin : un préfet à Rome, Amsterdam (…). A voulu faire de l’Europe un jardin français : fait de la Prusse et de l’empire d’Autriche des Etats vassaux. Mais il laisse l’idée d’une unité allemande = supprime les frontières entre les principautés allemandes, il se fait protecteur de la confédération du Rhin en 1806. Le 1er titre qu’il prend après celui d’empereur de France en 1802 : en Italie à Milan, il se proclame Roi d’Italie. Son fils sera Roi de Rome.

La France, exsangue en 1815, a joué contre elle avec la notion de nationalité. Mais certains pays st restés francophiles : la Pologne (Nap crée le Gd Duché de Varsovie, sous protectorat fr), qui restera fidèle jusqu’au bout ; les provinces illyriennes (Slovénie) ; à Milan ; en catalogne (Barcelone) ; la Saxe (Royaume créé par Nap) ; les bavarois…

Mais en dehors les peuples supportent de moins en moins les lourds impôts imposés par la France pour continuer la lutte contre la GB. Espagne, Autriche, Prusse, empire Russe se réaffirment. Nap voulait contrôler toutes les côtes pour asphyxier le commerce GB = se met à dos tt les empires d’Europe (mm la Suède, avec Bernabott, roi d’origine fr !).

Sur le plan politique, la France paye très cher, mais sur le plan de la légende Napoléon reste importante. 1814 Louis XVIII compte de Provence est restauré, les Bourbons reviennent et avec eux l’AR => on se rend compte que Napoléon c’était mieux = 2mars 1815 quand Nap revient (100jrs) on l’accueille à bras ouverts. Il avait donné un régime démocratique, une C…

Mais 18juin 1815 Waterloo = chute de la grande armée de l’Empire.

18juin 1862 « l’Europe des rois triomphait de l’Europe des peuples » Hugo dans la préface des Misérables.


  1. La France au ban des nations




  1. Un pays exsangue


58départements occupés = 1M de soldats étrangers, surtout des prussiens qui se vengent de leur défaite de 1806. Lourde indemnité de guerre : 700M de franc-or. Louis XVIII rétablit, mm si affaiblit par les 100jrs.


  1. Des frontières amputées


Il y a eu 2 traités :

-le 1er du 30mai 1814 à Paris. Le député Charles Maurice de Talleyrand de Périgord « je me vends mais on ne m’achète pas » s’invite à Vienne grâce à son immense fortune, mm si la France n’est pas invitée au congrès. Accompagné d’Augustin Carème son cuisinier, il invite les personnalités dans son hôtel « quel diplomate après un tel repas ne pourrait infléchir sa politique » = diplomatie gastronomique. Lui permet d’obtenir le principe de la liberté des peuples à disposer d’eux-mm, principe n°1 du droit international. Ecrit Du droit en Europe : ses principes, mini-traité. Essaye d’obtenir l’autonomie de la Pologne, mais tsar de Russie refuse (+ou-).

Obtient Avignon : territoire pontifical donné à la France volontairement. 1798 la Fr reçoit la république de Mulhouse Montbéliard qui par un vote avait demandé son rattachement. Pas remis en Q. Partie de la Savoie (Chambéry) reste fr ; mais pas Nice.

= correspond aux frontières de 1792.
MAIS 100jrs. Napoléon rentre, Louis XVIII prend la fuite. Talleyrand s’en va. => sanction des alliés est terrible. 2ème traité signé à Paris occupée par les Alliés = dictat. La Savoie, la Sarre, Nice, Genève et sa gd banlieue. Font sauter la ligne de fortification du maréchal de Vauban, qui protégeait les frontières Nord- Est.

L’art 120 (sur 125) du traité : « les traités seront désormais écrits en fr ET dans la langue du pays, dont l’anglais » = anglais devient la 1ère langue véhiculaire dans le monde petit à petit = coup porté au rayonnement culturel fr.

L’humiliation va plus loin : les souverains signent la quadruple alliance entre les grands vainqueurs (Prusse, Autriche, Russie, GB) contre « la fille sanglante de la révolution ».
=> la France est mise au ban des nations, montrée du doigt. Il va lui falloir très longtemps pr revenir en pleine lumière.


  1. La loi des vainqueurs




  1. La thalassocratie britannique


Bilan des vainqueurs : GB un des plus discrets, mais bénéfices nets. « Thalassocratie » = victoire de la mer. Marseille avant, maintenant que les EU = peut protéger son pays & son commerce par une armée navale.

DG « La GB est une île et le restera ». Se pensent différents du reste de l’Europe. Frédéric II, Russie « les gb n’ont pas de système, ils n’ont que des principes ». Traumatisme de 1066 Hasting = invasion française (franco-normande) avec Guillaume (dit Le Batard). Il faut qu’ils soient toujours protégés des invasions = flotte + trouver des soldats sur le continent pour lutter contre l’ennemis = lutter contre toute puissance continentale qui tend à l’hégémonie en Europe = contre toute concurrence commerciale. Ne vit que de la mer, car n’a rien sur son territoire, donc joue sur les transactions par la mer. « Anvers est un pistolet braqué sur le cœur de Londres » = toute puissance qui tient Anvers est donc un ennemi de la GB = l’Espagne, puis la Fr de Louis XIV, puis All puis URSS. 1811 Crack boursier.
Après 22ans de guerre. La dynastie qui reste à Londres, Saxe-faubourg, rattache une partie du territoire All. Mais la GB se pense en puissance mondiale militaire et commerciale = se paye sur les colonies fr : 1810 défaite navale face à la France dans l’océan indien, donc vengeance, reprend l’île de fr (île Maurice) ; les Antilles, l’île de St Lucie, de Dominique... En Méditerranée annexe l’île de Malte, avant indépendante avec l’ordre de Malte, survivance de la chevalerie, position centrale. Contrôle l’île de Corfou ; le Koweït et surtout les indes.

= ouverture de la route des indes, au cœur de la puissance GB. Mais s’établit aussi sur un ancien rival, thalassocratie continentale : les pays bas (neederland) pour faire des relais à leur flotte en Afrique : le Cap, l’île de Ceylan (Sri lanka maintenant, royaume du thé) et Singapour (accès à la Chine& au japon).
Besoin d’isoler la France, au mépris complet des nationalités = GB retouchent la carte européenne. Ils créent donc le Royaume des Pays-Bas (plus de République des provinces unies, annexée par la fr). L’objectif est d’avoir sur la frontière Nord de la fr, une puissance qui la tiendrait en respect. Guillaume Ier est roi des PB, on lui donne mm un territoire pour sa possession personnelle : le Luxembourg.

Dans le Sud, les GB confirment la Confédération Helvétique, principe que Napoléon avait commencé dans les actes. La Suisse sera neutre = tous les signataires de Vienne garantissent sa neutralité. Si quelqu’un l’attaque tous doivent la défendre.

1815 au 2nd traité, gb aide à l’agrandissement du Royaume de Piémont, dont la capitale est Turin, pour contrer la fr dans le Sud. On lui donne la République de Gènes (ville qui se considère tjr comme une entité culturelle), le Royaume de Sardaigne, Nice & la Savoie…

Vont aussi éviter que la Russie ne soit trop puissante : renforcent la Prusse. Pr équilibrer les puissances, on se méfie de cet immense empire.

1808 Napoléon avait eu la préscience que l’empire Ottoman allait un jour éclater, 1804 turcs matent la révolution serbe. Gb occupe donc les îles ioniennes pour y surveiller les révolutions.

On veut également supprimer la piraterie. On s’engage à lutter contre les pirates dans le traité de Vienne, sur toutes les mers du monde = 1868 il n’y en a plus.

Les gb décident également qu’il n’y aurait plus de trafic d’esclaves (mm si esclavage toléré dans les colonies esp, port) = chasse aux négriers.

Permet à la GB de réclamer les anciennes possessions esp en Afrique (Somalie, Seychelles…).

=> GB grand vainqueur du traité de Vienne

  1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Histoire des relations internationales iconHistoire culturelle des relations internationales
«Relations internationales» du point de vue des politistes (voir aussi les textes mis en ligne)

Histoire des relations internationales iconHistoire des relations internationales

Histoire des relations internationales iconHistoire : les relations internationales de 1850 à nos jours

Histoire des relations internationales iconHistoire : les relations internationales de 1850 à nos jours

Histoire des relations internationales iconHistoire : les relations internationales de 1850 à nos jours

Histoire des relations internationales iconDer Traum in der Frühen Neuzeit. Ansätze zu einer kulturellen Wissenschaftsgeschichte
«Nouvelle histoire des relations internationales», Paris, Le Seuil, 2003 (Points histoire)

Histoire des relations internationales iconHistoire des relations internationales
...

Histoire des relations internationales iconLes relations internationales en nouvelle europe depuis 1815

Histoire des relations internationales iconParcours Niveau
«Diplomatie et transferts culturels au xxe siècle, 1 + 2», N° spéciaux de la revue Relations internationales, N° 115 et N° 116, automne...

Histoire des relations internationales iconSynthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation...
«Relations internationales et monde contemporain», mission patrimoniale de conservation, mise à disposition rapide des collections...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com