La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme





télécharger 13.07 Kb.
titreLa France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme
date de publication26.10.2017
taille13.07 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme

Introduction
Jusqu’en 1848, les régimes politiques en France sont de nature censitaire. Il existe 2 cens : un pour se présenter et un pour voter.

1815 1830 : Restauration, avec Louis XVIII de 1815 à 1824 puis Charles X de 1824 à 1830

1830 : Révolution de Juillet

1830 1848 : Monarchie de Juillet de Louis Philippe

I) La Restauration 1815 1830
La Restauration débute en 1815, avec Waterloo et le retour définitif de Louis XVIII.

Le régime de la Restauration est gouverné par la Charte de 1814, qui préserve certains acquis de la Révolution : liberté de pensée, pluralité des pouvoirs, caractère électif d’une des deux chambres.

Toutefois, le régime ne peut être qualifié de parlementaire : les ministres et l’initiative des lois dépendent du Roi seul. La chambre élue n’a que très peu de pouvoirs.

Les conditions du cens sont durs : ils n’y a que 100 000 votants et 14 000 éligibles.

A la chambre basse, la noblesse ultra est majoritaire même si certains nobles libéraux se font élire (Lafayette, Constant).

1820 : choc de l’assassinat du duc de Berry, durcissement de la Restauration

1824 : Mort de Louis XVIII, sacre de Charles X.

Charles X instaure un régime réactionnaire (il indemnise les émigrés) et clérical.

L’opposition externe (les démocrates et les bonapartistes) et interne (les libéraux, comme Chateaubriand) se développe.

1829 : Nomination de Polignac, ministre ultra.

1830 : Charles X dissout la chambre et publie une ordonnance sur la presse liberticide. "Révolution des journalistes", puis instauration de la monarchie constitutionnelle soutenue par Thiers, et non de la République.
II) La monarchie de Juillet 1830 1848
Louis Philippe d’Orléans doit son avènement aux libéraux hostiles à la République.

1830 : nouvelle charte constitutionnelle.

Louis Philippe est « roi des Français ». Le drapeau redevient tricolore.

Eléments de la nouvelle Charte :

  • les chambres ont l’initiative des lois

  • le cens est abaissé, les électeurs sont multipliés par 2


L’arrivée de Louis Philippe, descendant du régicide, soulève l’hostilité des légitimistes (Chateaubriand) majoritaires à la chambre des Pairs.

Peu à peu, Louis Philippe arrive à étendre le champ de son pouvoir et à « dépolitiser » les assemblées.

Guizot et le duc de Broglie sont les représentants du « parti de la résistance » proche du pouvoir.
La monarchie de Juillet est marquée par quelques tentatives de révoltes, notamment à Lyon (Les Canuts en 1831 et 1834), et par la tentative légitimiste vendéenne de 1832.

1835 : Tentative d'assassinat contre Louis Philippe. En réaction, durcissement des lois contre la presse
1847 1848 : l’agitation républicaine se développe, via les « banquets », moyens d’éviter les lois contre les rassemblements politiques.

La révolution de février fait d’ailleurs suite à l’interdiction d’un de ces banquets.

III) Bilan politique de la monarchie censitaire 1815 1848 :
Enracinement du parlementarisme, surtout après 1830

Après 1830, les assemblées votent le budget et ont l’initiative des lois. Le gouvernement est responsable devant la chambre.

Un embryon d’opinion publique se développe, notamment grâce à la presse d’opposition : Le Journal des Débats sous la Restauration, puis La Réforme sous la Monarchie de Juillet.

1836 : création de la Presse par Girardin, premier industriel de presse français ayant massivement recours à la publicité et démocratisant un peu la presse.
Apparition des deux grandes familles de la droite française :


  • légitimisme contre révolutionnaire et monarchiste, ayant une vision organique de la société.

  • Orléanisme : libéral. « L’orléanisme, ce n’est pas un parti, c’est un état d’esprit » dit Thibaudet. L’orléanisme et plus individualiste, attiré par la philosophie des lumières, anticlérical voire protestant (Guizot), mais non démocrate.


Réémergence de deux utopies : l’idée républicaine et le socialisme


  • républicanisme : il se développe dans l’ombre, avec ses « martyrs » comme Blanqui. Il promeut l’égalité et la justice, la citoyenneté, et prend une dimension de plus en plus sociale face à la condition de la classe prolétarienne en création (épidémie de choléra de 1830). Il est soutenu par le journal La Réforme et par la Société des amis du peuple. Ces grandes figures sont Michelet, Lamartine, Dumas, Eugène Sue.

  • Socialisme : développement en France à partir des théories de Saint Simone, qui pense l’homme en tant qu’utilité sociale, et croit à l’amélioration par la réflexion et le progrès technique. Réalisation des premiers projets communautaires type phalanstère de Fourier. Le communisme reste très minoritaire. Développement des thèses mutualistes (Proudhon, « qu’est-ce que la propriété », 1840)


Présence de l’Eglise.
1801 : Concordat (reste en place jusqu’en 1905) : la religion catholique est reconnue comme « la religion de la grande majorité des Français. Le gouvernement désigne les évêques, ensuite investis par le Pape. Les ecclésiastiques sont rétribués par l’Etat.

Déjà, une frange libérale du clergé se développe (Lamennais) et demande la séparation entre l’Etat monarchique et l’Eglise.

similaire:

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme iconDate importante dans l’histoire allemande 1848
Mars 1848) période qui va de 1815 (Congrès de Vienne) à 1848 (printemps des peuple), période à la fois de censure (décidée dans l’ensemble...

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme iconChapitre 1 : 1815-1848 : La France des derniers rois
«L’Age d’Or du genre humain n’est point derrière nous, IL est devant nous ! IL est dans la perfection de l’ordre social.»

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme iconFrance / Césaire / Panthéon
«les nègres libres» avant 1848 c’est le cas de Césaire et de sa famille; et puis ceux qui ont été libérés en 1848

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme iconChapitre 1 : L’Europe verrouillée (1815 – 1848)
«Napoléon souffla sur la Prusse et la Prusse cessa d’exister») contre la mainmise française sur l’Allemagne (Confédération du Rhin,...

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme icon1. Les grandes phases de la période révolutionnaire en France, de 1789 à 1815

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme iconLa France et l’Europe en 1815
«guerre sainte» contre l’occupant, après que les Français aient chassé la famille royale espagnole

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme iconPolitique et société en France de 1848 à 1958

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme icon1848 : une révolution démocratique en France

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme iconSujets et types de plans en histoire
«La France de 1848 à 1914» on met en valeur les périodes d’une évolution. Le plan est naturellement chronologique

La France de 1815 à 1848 : les débuts du parlementarisme iconCours La Fontaine, 2009 2010 «L’année 1848 en France.»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com