Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand





télécharger 36.88 Kb.
titreCette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand
date de publication27.10.2017
taille36.88 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
« La confession d’un enfant du siècle »

dans son contexte historique
Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand.
Cependant, ce roman dépasse largement le simple témoignage autobiographique, puisque Musset situe son histoire dans une perspective plus générale, d’ordre historique :
Cette œuvre est l’un des plus subtils documents de l’époque sur
« la maladie du siècle » :
« Un sentiment de malaise inexprimable commença … à fermenter dans tous les cœurs jeunes », qui « se sentaient au fond de l’âme une misère insupportable ».1
 Et puis, il est doux de se croire malheureux, lorsqu’on n’est que vide et ennuyé ». ..
« Si j’étais seul malade, je ne dirais rien, mais, comme il y en a beaucoup d’autres qui souffrent du même mal, j’écris pour ceux-là ». 
Les mots du titre « enfant » et « siècle » résument bien le propos :
« Enfant »,

Parce qu’il s’agit de la jeune génération, née après les bouleversements révolutionnaires :

« Enfants pleins de force et d’audace », Ils sont les « fils de l’Empire et petits-fils de la Révolution » ; c’est une génération qui a environ vingt ans en 1830 et qui est le produit, le résultat de ces bouleversements : « une génération ardente, pâle, nerveuse » d’enfants « conçus entre deux batailles, élevés dans les collèges aux roulements de tambours ».
« Siècle »,

qui désigne ce tout nouveau XIXème siècle, passage entre un passé glorieux et un avenir incertain :

« Derrière eux un passé à jamais détruit, s’agitant encore sur ses ruines, devant eux l’aurore d’un immense horizon, les premières clartés de l’avenir ».

Musset analyse la difficulté de vivre entre ces deux mondes :

« Le siècle présent, qui sépare le passé de l’avenir, qui n’est ni l’un ni l’autre et qui ressemble à tous deux à la fois, et où l’on ne sait, à chaque pas qu’on fait, si l’on marche sur une semence ou sur un débris ».
Telle est la réalité de ce mal du siècle, si bien défini au début du roman, et dont voici quelques extraits, accompagnés de repères historiques…

Musset - La Confession d’un enfant du siècle - I

Chapitre premier

Pour écrire l’histoire de sa vie, il faut d’abord avoir vécu ; aussi n’est-ce pas la mienne que j’écris.

Ainsi, ayant été atteint, dans la première fleur de la jeunesse, d’une maladie morale abominable, je raconte ce qui m’est arrivé pendant trois ans. Si j’étais seul malade, je n’en dirais rien ; mais comme il y en a beaucoup d’autres que moi qui souffrent du même mal, j’écris pour ceux-là…
Chapitre II

Pendant les guerres de l’empire, tandis que les maris et les frères étaient en Allemagne, les mères inquiètes avaient mis au monde une génération ardente, pâle, nerveuse. Conçus entre deux batailles, élevés dans les collèges aux roulements de tambours, des milliers d’enfants se regardaient entre eux d’un œil sombre, en essayant leurs muscles chétifs. De temps en temps leurs pères ensanglantés apparaissaient, les soulevaient sur leurs poitrines chamarrées d’or, puis les posaient à terre et remontaient à cheval.

Un seul homme était en vie alors en Europe ; le reste des êtres tâchait de se remplir les poumons de l’air qu’il avait respiré. Chaque année, la France faisait présent à cet homme de trois cent mille jeunes gens ; et lui, prenant avec un sourire cette fibre nouvelle arrachée au cœur de l’humanité, il la tordait entre ses mains, et en faisait une corde neuve à son arc ; puis il posait sur cet arc une de ces flèches qui traversèrent le monde, et s’en furent tomber dans une petite vallée d’une île déserte, sous un saule pleureur.

Jamais il n’y eut tant de nuits sans sommeil que du temps de cet homme ; jamais on ne vit se pencher sur les remparts des villes un tel peuple de mères désolées ; jamais il n’y eut un tel silence autour de ceux qui parlaient de mort. Et pourtant jamais il n’y eut tant de joie, tant de vie, tant de fanfares guerrières dans tous les cœurs ; jamais il n’y eut de soleils si purs que ceux qui séchèrent tout ce sang. On disait que Dieu les faisait pour cet homme, et on les appelait ses soleils d’Austerlitz. Mais il les faisait bien lui-même avec ses canons toujours tonnants, et qui ne laissaient de nuages qu’aux lendemains de ses batailles.

C’était l’air de ce ciel sans tache, où brillait tant de gloire, où resplendissait tant d’acier, que les enfants respiraient alors. Ils savaient bien qu’ils étaient destinés aux hécatombes ; mais ils croyaient Murat invulnérable, et on avait vu passer l’empereur sur un pont où sifflaient tant de balles, qu’on ne savait s’il pouvait mourir. Et quand même on aurait dû mourir, qu’était-ce que cela ? La mort elle-même était si belle alors, si grande, si magnifique, dans sa pourpre fumante ! Elle ressemblait si bien à l’espérance, elle fauchait de si verts épis qu’elle en était comme devenue jeune, et qu’on ne croyait plus à la vieillesse. Tous les berceaux de France étaient des boucliers ; tous les cercueils en étaient aussi ; il n’y avait vraiment plus de vieillards ; il n’y avait que des cadavres ou des demi-dieux.

Cependant l’immortel empereur était un jour sur une colline à regarder sept peuples s’égorger ; comme il ne savait pas encore s’il serait le maître du monde ou seulement de la moitié, Azraël passa sur la route ; il l’effleura du bout de l’aile, et le poussa dans l’Océan. Au bruit de sa chute, les vieilles croyances moribondes se redressèrent sur leurs lits de douleur, et, avançant leurs pattes crochues, toutes les royales araignées découpèrent l’Europe, et de la pourpre de César se firent un habit d’Arlequin…

Ainsi la France, veuve de César, sentit tout à coup sa blessure. Elle tomba en défaillance, et s’endormit d’un si profond sommeil que ses vieux rois, la croyant morte, l’enveloppèrent d’un linceul blanc. ..
Alors s’assit sur un monde en ruines une jeunesse soucieuse. Tous ces enfants étaient des gouttes d’un sang brûlant qui avait inondé la terre ; ils étaient nés au sein de la guerre, pour la guerre. Ils avaient rêvé pendant quinze ans des neiges de Moscou et du soleil des Pyramides ; on les avait trempés dans le mépris de la vie comme de jeunes épées. Ils n’étaient pas sortis de leurs villes, mais on leur avait dit que par chaque barrière de ces villes on allait à une capitale d’Europe. Ils avaient dans la tête tout un monde ; ils regardaient la terre, le ciel, les rues et les chemins ; tout cela était vide, et les cloches de leurs paroisses résonnaient seules dans le lointain…
Le roi de France était sur son trône, regardant çà et là s’il ne voyait pas une abeille dans ses tapisseries. ..
Les enfants regardaient tout cela, pensant toujours que l’ombre de César allait débarquer à Cannes et souffler sur ces larves ; mais le silence continuait toujours, et l’on ne voyait flotter dans le ciel que la pâleur des lis...
Cependant, il monta à la tribune aux harangues un homme qui tenait à la main un contrat entre le roi et le peuple ; il commença à dire que la gloire était une belle chose, et l’ambition et la guerre aussi ; mais qu’il y en avait une plus belle, qui s’appelait la liberté.
Les enfants relevèrent la tête et se souvinrent de leurs grands-pères, qui en avaient aussi parlé. Ils se souvinrent d’avoir rencontré, dans les coins obscurs de la maison paternelle, des bustes mystérieux avec de longs cheveux de marbre et une inscription romaine ; ils se souvinrent d’avoir vu le soir, à la veillée, leurs aïeules branler la tête et parler d’un fleuve de sang bien plus terrible encore que celui de l’empereur. Il y avait pour eux dans ce mot de liberté quelque chose qui leur faisait battre le cœur à la fois comme un lointain et terrible souvenir et comme une chère espérance, plus lointaine encore.

Ils tressaillirent en l’entendant ; mais, en rentrant au logis, ils virent trois paniers qu’on portait à Clamart : c’étaient trois jeunes gens qui avaient prononcé trop haut ce mot de liberté…
Trois éléments partageaient donc la vie qui s’offrait alors aux jeunes gens : derrière eux un passé à jamais détruit, s’agitant encore sur ses ruines, avec tous les fossiles des siècles de l’absolutisme ; devant eux l’aurore d’un immense horizon, les premières clartés de l’avenir ; et entre ces deux mondes... quelque chose de semblable à l’Océan qui sépare le vieux continent de la jeune Amérique, je ne sais quoi de vague et de flottant, une mer houleuse et pleine de naufrages, traversée de temps en temps par quelque blanche voile lointaine ou par quelque navire soufflant une lourde vapeur ; le siècle présent, en un mot, qui sépare le passé de l’avenir, qui n’est ni l’un ni l’autre et qui ressemble à tous deux à la fois, et où l’on ne sait, à chaque pas qu’on fait, si l’on marche sur une semence ou sur un débris.

Voilà dans quel chaos il fallut choisir alors ; voilà ce qui se présentait à des enfants pleins de force et d’audace, fils de l’empire et petits-fils de la révolution.

Or, du passé, ils n’en voulaient plus, car la foi en rien ne se donne ; l’avenir, ils l’aimaient, mais quoi ? comme Pygmalion Galathée ; c’était pour eux comme une amante de marbre, et ils attendaient qu’elle s’animât, que le sang colorât ses veines.

Il leur restait donc le présent, l’esprit du siècle, ange du crépuscule, qui n’est ni la nuit ni le jour ; ils le trouvèrent assis sur un sac de chaux plein d’ossements, serré dans le manteau des égoïstes, et grelottant d’un froid terrible. L’angoisse de la mort leur entra dans l’âme à la vue de ce spectre moitié momie et moitié foetus …
Napoléon avait tout ébranlé en passant sur le monde ; les rois avaient senti vaciller leur couronne, et, portant leur main à leur tête, ils n’y avaient trouvé que leurs cheveux hérissés de terreur. Le pape avait fait trois cents lieues pour le bénir au nom de Dieu et lui poser son diadème ; mais il le lui avait pris des mains. Ainsi tout avait tremblé dans cette forêt lugubre des puissances de la vieille Europe ; puis le silence avait succédé…
Napoléon despote fut la dernière lueur de la lampe du despotisme ; il détruisit et parodia les rois, comme Voltaire les livres saints. Et après lui on entendit un grand bruit, c’était la pierre de Sainte-Hélène qui venait de tomber sur l’ancien monde. Aussitôt parut dans le ciel l’astre glacial de la raison ; et ses rayons, pareils à ceux de la froide déesse des nuits, versant de la lumière sans chaleur, enveloppèrent le monde d’un suaire livide…
Un sentiment de malaise inexprimable commença donc à fermenter dans tous les cœurs jeunes. Condamnés au repos par les souverains du monde, livrés aux cuistres de toute espèce, à l’oisiveté et à l’ennui, les jeunes gens voyaient se retirer d’eux les vagues écumantes contre lesquelles ils avaient préparé leur bras. Tous ces gladiateurs frottés d’huile se sentaient au fond de l’âme une misère insupportable. Les plus riches se firent libertins ; ceux d’une fortune médiocre prirent un état et se résignèrent soit à la robe, soit à l’épée ; les plus pauvres se jetèrent dans l’enthousiasme à froid, dans les grands mots, dans l’affreuse mer de l’action sans but. Comme la faiblesse humaine cherche l’association et que les hommes sont troupeaux de nature, la politique s’en mêla. On s’allait battre avec les gardes du corps sur les marches de la chambre législative, on courait à une pièce de théâtre où Talma portait une perruque qui le faisait ressembler à César, on se ruait à l’enterrement d’un député libéral. Mais des membres des deux partis opposés, il n’en était pas un qui, en rentrant chez lui, ne sentît amèrement le vide de son existence et la pauvreté de ses mains…
Et puis, il est doux de se croire malheureux, lorsqu’on n’est que vide et ennuyé. ..
Toute la maladie du siècle présent vient de deux causes ; le peuple qui a passé par 93 et par 1814 porte au cœur deux blessures. Tout ce qui était n’est plus ; tout ce qui sera n’est pas encore. Ne cherchez pas ailleurs le secret de nos maux.




Repères historiques :

Allusion aux guerres napoléoniennes.
Il s’agit de Napoléon Bonaparte.
Allusion à la levée de 300.000 hommes, puis à la Grande Armée.

Cf. Victoire d’Austerlitz

2 décembre 1805.


Cf. Bataille du Pont d’Arcole, (Campagne d’Italie, 15 nov. 1796).


Azrael :

Archange qui préside à la mort.
Allusion au Traité de Vienne

(1814-815) et au partage de l’empire napoléonien entre les Grandes Puissances

« Veuve » de Napoléon :

Allusion à la chute de l’Empire.

« Vieux rois » : allusion à l’époque de la Restauration.

Allusion aux conquêtes napoléoniennes.
Il s’agit de Louis XVIII, puis de Charles X, frères de Louis XVI, revenus sur le trône après la chute de l’Empire, entre 1815 et 1830.
L’Abeille est un symbole napoléonien.
La Fleur de Lis est le symbole de la Monarchie française.

Allusion à l’exécution, à Paris, en 1822 des sergents libéraux de La Rochelle.

Allusion au sacre de Napoléon Ier le 2 décembre 1804.

Allusion à la mort de Napoléon dans l’Ile de Sainte-Hélène en 1824.

Talma : Acteur de théâtre célèbre.
Il s’agit des obsèques du Général Foy, en 1825, Général d’Empire et élu député libéral à la chambre des Députés depuis 1819.

1793 : Epoque de la Terreur

1814 : Fin du premier Empire





1 Citations du roman « La confession d’un enfant du siècle »

similaire:

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconDe ‘’À la recherche du temps perdu’’
«principes» de sa grand-mère et ceux de sa mère, tandis que son père avait une conduite arbitraire. Sa grand-mère, qui avait ses...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconL'électronique à l'origine de la floraison des technopôles
«nouveaux espaces industriels» qui, à tous égards, aussi bien dans leur production que dans leur localisation, ou dans leur architecture,...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconLa séparation et dépendance du politique et du religieux
«liberté, égalité, fraternité» rejoint bien à certains égards le message évangélique…» En affirmant cela, IL disait ni plus ni moins...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconLes femmes dans la société française de la Belle Epoque à nos jours
Nous sommes disposés à accorder aux femmes tout ce que leur sexe a le droit de demander, mais en dehors de la politique ( ). Donner...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconRechercher, extraire, organiser des informations utiles
«La liaison avec les mathématiques est évidente et nécessaire, [ ] La relation peut être fructueuse avec bien d'autres disciplines...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconDe la France avec la Chine
«Gio Gherardini» écrivit de Canton au duc de Nevers, le 20 février 1699. L'ouvrage connut un certain succès et eut plusieurs éditions...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconPlusieurs années, et ne faisait donc aucune place à cette longue...
«cool» ou bien de s'éclater. Les guitares sont plus douées d'expression que les mots, qui sont vieux(ils ont une histoire), et dont...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconLittérature & illustrés xixe : 71 107
«Bible de Mons» dans la traduction de Le Maistre, de Sacy et Arnauld, dont la première édition chez Gaspard Migeot parut en 1667...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand icon2000-2005-2008-2013;… declin, puis renouveau, de l’education technologique en france ?
«compétences» avec une répartition locale de cette validation collège par collège, alors que le programme 1996-2005 de technologie...

Cette histoire rappelle à bien des égards l’aventure malheureuse que Musset connut avec George Sand iconProgrammes d’histoire du collège et du lycée
«L’argent, en avoir ou pas», cette question étant récurrente et de plus en plus problématique pour lui selon bien des observateurs...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com