La dynastie franque ou la conception royale





télécharger 13.12 Kb.
titreLa dynastie franque ou la conception royale
date de publication27.10.2017
taille13.12 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

LA DYNASTIE FRANQUE OU LA CONCEPTION ROYALE


Raphaël Florès, groupe A4

Il est d’usage d’affirmer que l’histoire de France est entamée par Clovis : tant d’un point de vue historique avec le contrôle par un seul chef d’un territoire au cœur de l’Hexagone (Paris en étant la capitale), que d’un point de vue politique et juridique avec l’institutionnalisation de la royauté militaire.

Mais l’œuvre de Clovis s’assoupit à cause des héritages barbares et du manque de force de ses descendants, et ce n’est qu’au sacre de Charlemagne que l’on peut parler du triomphe d’une idée franque de la royauté : un pouvoir central puissant, incarné par un chef à l’assise légitimée par Dieu et les hommes.

Il est certes vrai que la dynastie franque verra se succéder des personnages aussi variés que les territoires qui formeront peu à peu le « regnum francorum ». Du légendaire Mérovée à l’obscur Childéric III (les Mérovingiens), puis du flamboyant Charles Martel à Louis V le Fainéant (les Carolingiens), la dynastie franque traverse les siècles. Toutefois, il y a toujours cette volonté, tantôt tarie puis soudain ranimée, de construire une enclave pérenne dans laquelle le droit s’affirme à travers une administration unique.

Pour autant, cette croissance d’une puissance centrale ne se fait car les obstacles sont nombreux face à la royauté, car les circonstances tempèrent grandement les ambitions. Les francs, terme proche de « hardis » ou « hommes libres », ne concèdent qu’avec réticence à respecter un pouvoir parfois trop lointain pour les protéger correctement. C’est donc en faisant disparaître avec parcimonie les héritages barbares, en s’inspirant notamment de la défunte législation romaine et de la récente chrétienté, que la dynastie franque met en place une organisation royale souveraine pour tous et en tous lieux.

Il semble pertinent de considérer deux idées fondatrices de la monarchie française du V° au X° siècles : en premier lieu, la persistance d’une personnalisation du droit sous les mérovingiens (I), puis dans une seconde période l’avènement d’une territorialisation du droit sous les carolingiens (II).

  1. La royauté mérovingienne, un droit qui demeure personnalisé

L’érection du royaume franc repose fortement sur une relation d’interdépendance militaire au service de Clovis (A), tandis qu’il se pare des symboles de Rome, puissance passée mais à la mystique bien présente (B).

  1. Le pouvoir guerrier, une hiérarchie solidaire

En effet, c’est grâce aux conquêtes de son armée qu’il a pu parvenir à la tête d’un tel royaume, allant du Nord de la Gaulle jusqu’à la Somme. Ses chefs militaires sont tous dépendants à son égard puisqu’ils lui ont reconnu sa supériorité via l’élection (« elego », littéralement « élevé ») et car il n’oublie pas de leur offrir la part du butin qui leur revient après chaque campagne.

Alors, ses hommes et lui se voient unis par divers liens très personnels : ses guerriers sont ainsi unis à leur commandant par un serment, ils deviennent des « leudes » c’est-à-dire de véritables vassaux. Du reste, c’est la société toute entière qui est lui est liée aussi bien par le « mundium », qui est la protection personnelle du roi accordée à des individus ou des groupes (voire même à certains lieux), que par le « bannum », soit la capacité qu’il a d’exclure de la communauté un de ses membres s’il refuse de se plier à ses volontés.

  1. La redécouverte des vestiges de l’Empire romain

Toutefois, Clovis entreprend en parallèle de consolider sa fonction en ranimant un ensemble de normes issues de la Rome impériale : d’un côté, il récupère le titre de consul (ses successeurs prenant à leur tour le titre de « princeps » utilisé par Auguste), et d’un autre côté il tente de codifier les lois barbares en s’inspirant de la législation romaine, en témoigne sa rédaction en latin de la loi salique.

De plus, naît alors la première dynastie d’origine barbare qui reçoit l’appui de l’Eglise de Rome. Les mérovingiens espèrent en effet consolider leur royaume sur la durée en recevant l’appui des représentants du pouvoir spirituel dominant encore les ruines de l’Empire romain. Une volonté qui s’exprime dès le célèbre épisode de Soisson lorsqu’en 486 Clovis prend le parti d’un évêque au détriment d’un de ses guerriers. Son apogée est sans nul doute le baptême de Clovis en 496 : il se pose alors en défenseur officiel de la chrétienté.

En vérité, Clovis et ses successeurs sauront être les garants de l’harmonie au sein du peuple franc, qui apprécie que son chef soit protecteur de la tribu dans son ensemble, tandis que lui-même s’emploie à conforter le statut de chef grâce à l’héritage chrétien et romain.

  1. Le renouveau par Charlemagne, un droit qui tend à se territorialisé

L’entreprise glorieuse de Charlemagne réactualise la notion d’Etat en tant que suzerain absolu du royaume (A), bien que l’incapacité des autres titulaires de la fonction royale à protéger ses vassaux conduit peu après la royauté carolingienne à la décrépitude (B).

  1. La restauration de l’État comme communauté politique

Malgré la faiblesse des successeurs de Clovis, qualifiés de « rois fainéants », leurs intendants nommés « maires du palais » ont su perpétuer le système royal en les relayant. C’est pourquoi Pépin le Bref, fils de Charles Martel, le repousseur des Arabes à Poitiers en 735, reçoit l'appui du pape pour devenir roi en 751. Le soutien de l’Eglise va de fait au véritable détenteur du pouvoir, et son fils Charlemagne institutionnalise son statut de roi par le sacre en 800. En profitant de l’affaiblissement de Constantinople, il devient l’institution suffisamment stable pour garantir la justice et la concorde. Or l’Etat s’accorde là avec les principes chrétiens, et c’est à travers les « capitulaires », actes législatifs suppléants l’ordre oral dit « verbum regis », que l’autorité royale tente de s’enraciner au sein d’un vaste empire.

Il y a donc une profonde modification de la société franque, au départ éparpillée en tributs, et qui se rassemble progressivement en une communauté politique qui reflète par le prisme franc le défunt empire romain. Ses caractéristiques suscitent en effet l’intérêt chez Charlemagne et son fils Louis le Pieux qui sont partisans de cette « res publica » garantissant la stabilité au sein du royaume : l’acte de succession de celui-ci brise en effet le traditionnel héritage germain au profit de la primogéniture masculine.

  1. L’apparition de la féodalité, fossoyeur de l’Empire carolingien

De fait, c’est l’assurance d’une protection pour tous qui légitime l’emprise royale, aussi n’y a-t-il guère de surprises à remarquer l’effritement du pouvoir central en cas de faiblesse du pouvoir central à s’étendre à toutes les régions du royaume.

En conséquence, le manque sensible d’autorité des carolingiens, affaiblissant cruellement l’empire d’Aix-la-Chapelle, comme l’illustre le triste traité de Verdun qui le divise définitivement en 843. En l’absence d’un pouvoir unitaire, à cause du partage en autant de royaumes que de fils du roi, les vassaux s’émancipent de leur suzerain suprême et dirigent désormais de véritables royaumes au sein du royaume franc.

L’insécurité est en effet omniprésente : tandis qu’aux invasions arabes se succèdent les hongrois et les vikings, les populations se réfèrent désormais à leurs seuls responsables régionaux : comtes et ducs exercent ainsi de plus en plus des prérogatives de puissance publique à leur unique avantage, comme la justice et en corollaire les impôts. Alors, le droit se territorialise : ce n’est plus tant le statut social qui fait la différence aux yeux de la loi, mais bien la localité du justiciable.

similaire:

La dynastie franque ou la conception royale iconBois-de-Boulogne 2 Langage (Individuelles)
«Le règne de Louis XIV est l’époque la plus brillante de la dynastie des Bourbon», accordez et épelez «Bourbon»

La dynastie franque ou la conception royale iconL’art sous la dynastie des Yuan 1271-1368
«Livre des merveilles du monde» est à l'origine de la fascination que la Chine exerce sur les Européens

La dynastie franque ou la conception royale iconLes rois et la Maison Royale du Cambodge

La dynastie franque ou la conception royale iconGrandeur, ambiance solennelle, marche royale

La dynastie franque ou la conception royale iconDe l’Académie royale de musique (1749-1790)

La dynastie franque ou la conception royale iconLa tribulation des archives de l’Académie royale de musique

La dynastie franque ou la conception royale iconUne nouvelle conception du pouvoir politique (1789-1791)

La dynastie franque ou la conception royale iconLa France et l’Europe en 1815
«guerre sainte» contre l’occupant, après que les Français aient chassé la famille royale espagnole

La dynastie franque ou la conception royale icon1 La Première Maison de Neuchâtel
«résidence très royale» et on peut supposer qu’il y avait là un château occupé par des gens du roi

La dynastie franque ou la conception royale iconOrt. En 987; Hugues Capet est désigné comme roi de France. Ses descendants...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com