Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé





télécharger 54.14 Kb.
titreRacisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé
date de publication28.10.2017
taille54.14 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

L’histoire vraie de Notre Dame de Paris

Janvier 2004



L’histoire vraie de Notre Dame de Paris en Janvier 2004


Racisme, homophobie, sexisme : la « jeunesse » parisienne se met au tiercé 2

Présence obligatoire : le dîner annuel du CRIF 2

Présence obligatoire - bis : la fête de l’Aid EL Kebis 2

Petite sauterie à l’Alpe d’Huez 2

Notre Dame de Paris, je vous aime (de façon décalée) 2

Un grand démocrate à la mairie 3

Homophobie : l’axe du mal 4

Faites la fête à Notre Dame 5

Petite sauterie contre le SIDA 5

Esprit sportif 6

Le maire de Paris rappelé aux règles de bonne conduite 6

http://www.rds.ca/jo/chroniques/JO3FFC4535.html 6

Petit nouvelles du conseil de Paris (lundi 2 et mardi 3 février 2004) 6

On prépare la teuf ! 6

Jack organise la promotion des tags, Bertrand veut les effacer 7

L’avenir de Paris 7

Porno : la filière parisienne     9

Racisme, homophobie, sexisme : la « jeunesse » parisienne se met au tiercé


Paris : Le Conseil de la Jeunesse veut lutter contre les discriminations


Par Judith Silberfeld le 04/02/04 (Action)

France - Début aujourd’hui, mercredi 4 février, de la campagne de sensibilisation sur la lutte contre les discriminations du Conseil parisien de la Jeunesse. Depuis avril 2003, une commission de travail planche en effet sur les questions liées au racisme, à l’homophobie, à la place des femmes dans la société et au handicap. Plusieurs projets ont été soumis à l'approbation du Conseil parisien de la Jeunesse : campagne d'affichage sur l'acceptation des différences, organisation de journées ou de soirées de conférence thématiques autour des discriminations (racisme, sexisme, homophobie, handicap), exposition itinérante sur ces thèmes et création d’un événement autour de la synthèse de ces différents moments. La campagne d’affichage qui débute aujourd’hui est donc le premier résultat concret des réflexions des jeunes parisiens. Trois affiches avec le slogan « L’homme inventa la discrimination » débarquent sur 600 panneaux et en cartcom et se concentrent sur le racisme, le regard sur le handicap et l’exclusion sociale (une quatrième affiche cons&crée au sexisme est prévue très bientôt).
Pour en savoir plus : http://www.paris.fr/fr/citoyennete/actualites/discrimination_cpj

Présence obligatoire : le dîner annuel du CRIF


SAMEDI 31 JANVIER

19h15 · Dîner annuel du CRIF. - Pavillon d'Armenonville - Allée de Longchamp. Participation de Bertrand Delanoë

Présence obligatoire - bis : la fête de l’Aid EL Kebis


A noter qu’à la différence de Noël, notre maire se déplace dans un lieu de culte …

Nous attendons bientôt son discours sur les racines musulmanes de l’Europe !

DIMANCHE 1ER FÉVRIER

9h45 · Fête de l'Aïd EL Kebir - Mosquée rue Myrha 75018

Petite sauterie à l’Alpe d’Huez


MERCREDI 4 FEVRIER

12h30 · Rencontre du ski club international des journalistes de l'Alpe d'Huez - L'Alpe d'Huez

Notre Dame de Paris, je vous aime (de façon décalée)


Communiqué du 29/1/2004

La Ville de Paris fête la Saint-Valentin : préparez vos mots doux !

La Mairie de Paris reconduit l’opération Saint-Valentin et propose aux parisiennes et aux parisiens, de diffuser gratuitement le 14 février leurs mots doux à l’élu (e) de leur cœur sur les panneaux lumineux de la Ville de Paris.

Du mercredi 4 février à 10h au mercredi 11 février minuit, les Parisiens peuvent faire parvenir leur message à la ville.

 

Pour ce faire, deux moyens s’offrent à eux :

 

- le site Internet de la Ville, www.paris.fr

- les personnes n’ayant pas d’accès à Internet peuvent dicter leur message par téléphone en contactant le centre d’appel de la Ville au 08 2000 75 75 (Paris Infos Mairie, 0,13€).

 

Les participants sont invités à choisir l’arrondissement dans lequel ils souhaiteraient voir passer leur texte. 3600 messages tirés au sort, devraient ainsi être diffusés sur les 170 panneaux lumineux de la capitale. Par ailleurs, la totalité des messages reçus seront également présentés sur le site internet de la ville.

 

L’ensemble des messages sera diffusé pendant tout le week-end. La Ville participe ainsi de manière originale et conviviale à cette tradition populaire, en utilisant de façon décalée un de ses supports d'information.

Pour connaître les modalités pratiques de l’opération, rendez-vous sur www.paris.fr


Un grand démocrate à la mairie


Le président chinois accueilli à la Mairie de Paris

http://www.french.xinhuanet.com/htm/01290841491.htm
PARIS, 28 janvier (XINHUA) -- Le président chinois Hu Jintao, actuellement en visite à Paris, a été acceilli mercredi à la Mairie de Paris lors d'une cérémonie présidée par la première adjointe au maire de Paris, Anne Hidalgo.

Environ 1 500 personnalités de divers milieux sociaux de la capitale française ont participé à la cérémonie d'accueil.

Dans son discours prononcé à cette occasion, le président Hu a déclaré: "Après l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, Paris devient une fenêtre des échanges amicaux entre les peuples des deux pays et après le jumelage de Beijing et Paris, les relations entre les deux villes ont connu un développement rapide."

Il a souhaité que les deux villes et les deux pays continuent à renforcer et approfondir leurs relations dans tous les domaines pour les porter à un niveau plus élevé. "Le développement des relations bilatérales est non seulement conforme aux intérêts fondamentaux des peuples des deux pays et à la tendance de développement de notre époque, mais profite également à la paix et au développement du monde", a ajouté M. Hu.

Dans son discours prononcé à la même occasion, Mme Anne Hidalgo a représenté le maire de Paris Bertrand Delanoë, actuellement en visite dans des villes américaines, et les Parisiens, pour accueillir le président Hu en visite à Paris et en France.

Elle a souhaité que les relations entre les deux capitales et les deux pays poursuivent leur cours de développement dans divers domaines.

Le président Hu est arrivé lundi après-midi à Paris pour une visite d'Etat de trois jours en France. Il doit quitter Paris jeudi matin pour continuer sa tournée qui le conduira encore en Egypte, au Gabon et en Algérie.

A propos du défilé sur les Champs (subventionné par la mairie à hauteur de 210.000 euros pour un coût total de 480.000 E)
Haut du formulaire

LES RADICAUX ITALIENS DEMANDENT A DELANOË DE S'EXCUSER AUPRES DU FALUN GONG


Suite à la décision des autorités parisiennes d'interdire la participation de l'Association Française du Falun Gong et d'autres dissidents au défilé du Nouvel An Chinois à Paris, les députés radicaux italiens au Parlement européen ont écrit à M. Bertrand Delanoë, maire de Paris, et ont déposé une question à la Commission européenne pour dénoncer la grave violation du droit d'expression et de manifestation perpétrée par les autorités parisiennes.

Texte de la lettre adressée au Maire de Paris par Marco Cappato, au nom des députés radicaux:

"Cher Monsieur Delanoë,
Paris ne devrait pas céder à Beijing!

J'ai été attristé d'apprendre que vous avez cédé à la pression des dictateurs de la Chine et annulé la participation des pratiquants Français du Falun Gong au défilé du Nouvel An Chinois à Paris.
(...)
L'image que les Chinois souhaitent présenter est un spectacle culturel magnifique, l'amitié entre les nations…mais cependant il y a aussi côté obscur caché attendu que beaucoup ont été exclus des festivités. Par exemple, l'Association Française du Falun Gong a demandé à prendre part au défilé proposant une Danse du Lion, des percussionnistes Chinois, des danses traditionnelles ainsi que des chars décorés. (...) Cependant, l'ambassade Chinoise a menacé d'annuler toutes les festivités si la Mairie de Paris autorisait la participation du Falun Gong. Moins d'une semaine avant la manifestation, la Mairie refusait la demande et, tout d'abord, a vaguement laissé entendre que la date d'enregistrement n'avait pas été respectée. La vérité est que les documents ont été envoyés à temps, fin octobre.
(...)
Cette interdiction à la participation qui frappe le Falun Gong est d'autant plus choquante qu'elle s'adresse à un groupe pacifique et respectueux des lois. Le Falun Gong est pratiqué dans plus de 60 pays, et son pacifisme a été exemplaire, lui permettant de recevoir des prix et des honneurs pour sa contribution positive à la société. En Chine, en dépit de la persécution et de la diffamation auxquelles ils font face, les pratiquants de Falun Gong sont restés déterminés et non violents.
(...)
J'espère que le Maire de Paris fera ses excuses aux pratiquants Français du Falun Gong pour la façon mesquine dont ils ont été traités."

Texte de la question adressé à la Commission européenne:

"La Commission est-elle au courant des faits qui se sont produits à Paris la semaine dernière?
(...)
La Commission pense-t-elle intervenir auprès du gouvernement français, de la Mairie de Paris et des ambassadeurs chinois de France et de l'union européenne, dans le but de leur rappeler que la liberté d'expression et de manifestation sont des droits humains élémentaires clairement protégés par art. 6 du TUE?"


Pour plus d'informations :
Marco Cappato
Tel. 0032 2 2847496
Fax. 0032 2 2849496
mcappato@europarl.eu.int

Bas du formulaire


Homophobie : l’axe du mal


Appel contre l’homophobie
Chaque jour en France, des hommes et des femmes se font injurier, harceler, agresser et discriminer uniquement en raison de leur homosexualité. L’épidémie de sida, puis le récent débat autour du Pacs a donné lieu à de multiples manifestations de rejet, de haine et de violence à l’égard des homosexuels/les. Les lesbiennes et les gays ont été caricaturés en une corporation menaçant la famille et mettant en danger l’équilibre de la société. Afin que cesse cette violation avérée des droits de l’homme, nous demandons :

  • La pénalisation de l’incitation à la haine homophobe (les injures, les appels à la violence ne doivent plus rester impunis),

  • La répression des discriminations perpétrées à l’encontre des homosexuels/les

  • La mise en place d’une véritable politique de prévention de l’homophobie

  • L’orientation sexuelle constitue une liberté fondamentale à part entière.


Parmi les premiers signataires : Ligue des droits de l’homme, Act-Up, Aides, Centre gay et lesbien, Prochoix, Sida Info Service, SOS Homophobie, Christian Baudelot, Daniel Borillo, Didier Eribon, Eric Fassin, Jeanne Favret-Saada, Yann Galut (député), Christophe Girard, Guy Hascoët (secrétaire d’Etat), Marcela Iacub, Christine Le Doaré, Danièle Lochak, Noël Mamère (député), Jean-Pierre Michel (député), Agnès Tricoire, Cy Yung, Fiammetta Venner, Paule Alliot, René-Paul Leraton, René Lalement, Philippe Lasnier, Marc Morel, Franck Ricaud, Philippe Hayat, Fayaza Omar, Juliette Boyer, Vincent Pelletier, Hervé Champagnac, Aline Baudu.


Faites la fête à Notre Dame


Paris choisit les trois commissaires de la prochaine "Nuit blanche"

http://www.french.xinhuanet.com/htm/01241550338.htm

 

PARIS, 23 janvier (XINHUA) -- La ville de Paris a choisi vendredi les trois commissaires de sa troisième "Nuit blanche", le 2 octobre : le Chinois Hou Hanru, qui a installé la dernière Biennale de Venise, le compositeur Nicolas Frize et Ami Barak, qui avait participé à la seconde édition.

"Ce trio est très complémentaire, et va pousser encore plus haut le niveau de création et d'exigence artistique", a déclaré Christophe Girard (Verts), adjoint au maire à la culture, cité par l'AFP.

Critique d'art et commissaire d'exposition, Hou Hanru, 40 ans, vit à Paris depuis 1990. Nicolas Frize, 47 ans, compositeur, chanteur, pianiste, élève de Pierre Schaeffer et assistant de John Cage, anime une association, "Les musiques de la boulangère", au service de la musique contemporaine.

Ami Barak, 50 ans, directeur du Fonds régional d'art contemporain du Languedoc de 1993 à 2002, est responsable du département "l'art dans la ville" à la direction des affaires culturelles de la mairie de Paris.

Plusieurs villes étrangères devraient cette année accueillir des "nuits blanches" : Rome, Bruxelles, Berlin, Prague, Ottawa, et sans doute Barcelone.


Petite sauterie contre le SIDA


Et en cadeau la citation du siècle : « On dépense des millions de dollars pour fabriquer des armes de destruction massives alors que la recherche exige toujours plus de moyens. N'est-ce pas ridicule ? »

http://www.e-llico.com/content.php?section=actu&id=2414
Le 10ème anniversaire de l'association "Ensemble contre le sida" a été célébré mercredi soir à l'occasion d'un grand dîner de bienfaisance organisé en présence de nombreux créateurs et personnalités du spectacle à l'appel de Pierre Bergé et de Line Renaud, président et vice-présidente de Ensemble contre le Sida, en partenariat avec la Fédération de la couture et du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode.

Le couturier Kenzo Takada, l'ancien mannequin et muse d'Hubert de Givenchy, Bettina Graziani, et l'acteur britannique Rupert Everett présidaient ce "dîner de la mode" qui, selon les premières estimations, a permis de recueillir près de 250.000 euros.

Karl Lagerfeld, Jean-Paul Gaultier, Christian Lacroix, Jean-Charles de Castelbajac, Inès de la Fressange, Sonia et Nathalie Rykiel, Azzedine Alaïa, Loulou de la Falaise ont notamment participé à cette soirée.

Le monde du spectacle s'était également mobilisé avec les actrices Liv Tyler, Catherine Deneuve, Emmanuelle Béart, Anouk Aimé, Charoltte Gainsbourg, Elsa Zylbertsein et Elodie Bouchez, la chanteuse Dani, les chanteurs Patrick Bruel et Alain Chamfort.

Le gouvernement était représenté par le secrétaire d'Etat aux PME, au commerce et à l'artisanat, Renaud Dutreil, et le maire de Paris, par Lyne Cohen-Solal, maire-adjoint chargé du Commerce et des Métiers d'art.

"On dépense des millions de dollars pour fabriquer des armes de destruction massives alors que la recherche exige toujours plus de moyens. N'est-ce pas ridicule ?", s'est interrogé au micro Rupert Everett, parrain de la soirée.

Mis en ligne le 22/01/04

Esprit sportif

Le maire de Paris rappelé aux règles de bonne conduite

http://www.rds.ca/jo/chroniques/JO3FFC4535.html



Mercredi 7 janvier 2004 - PARIS (AFP) - Le maire socialiste de Paris et président du comité de candidature de la capitale française à l'organisation des Jeux olympiques 2012 a été rappelé aux règles de bonne conduite entre villes candidates pour avoir établi une comparaison au détriment de la candidature de Londres.

Au Comité international olympique (CIO), on s'abstenait mercredi de commentaire officiel, mais on reconnaissait avoir entrepris de s'informer sur la teneur exacte des propos du maire de Paris, Bertrand Delanoë. Au groupement d'intérêt public (GIP) Paris 2012, l'organisme en charge du dossier parisien, on admettait avoir reçu un "officieux" rappel au règlement de la part du CIO.

Mardi, après que le chef de l'Etat français Jacques Chirac avait renouvelé son appui à la candidature parisienne, M. Delanoë s'était félicité du consensus politique existant en France. "J'ai fait remarquer que le consensus français, notamment entre la mairie de Paris et l'Etat représenté par le président de la République, était plus fort qu'entre le maire de Londres et le Premier ministre britannique", avait-il déclaré.

M. Delanoë a réitéré ce point de vue mercredi en présentant ses voeux aux élus de la capitale: "Finalement ça se passe moins bien pour la candidature de Londres entre le maire de Londres et le Premier ministre britannique, bien qu'ils viennent de la même famille politique", a-t-il affirmé.

L'Article 14 des "Règles de bonne conduite applicables à toutes les villes désireuses d'obtenir l'organisation des jeux Olympiques" édictées par le CIO stipule que "les villes devront s'abstenir de tout propos, écrit ou représentation, susceptible de ternir l'image d'une ville concurrente ou de lui porter préjudice".

"Dans un esprit de compétition loyale, toute comparaison entre villes est strictement interdite", ajoute le texte.

Cet incident survient alors que Paris doit présenter officiellement le 16 janvier son projet d'organisation des jeux Olympiques et Paralympiques 2012.

Outre Paris et Londres, Istanbul, La Havane, Leipzig (Allemagne), Madrid, Moscou, New York et Rio de Janeiro sont candidates à l'accueil de ces Jeux.


Petit nouvelles du conseil de Paris (lundi 2 et mardi 3 février 2004)

On prépare la teuf !


2004 DAC 70 Approbation des modalités de passation d'un marché public de services sans formalités préalables pour la production déléguée de la troisième édition de la manifestation culturelle "Nuit Blanche Paris" le samedi 2 octobre 2004.

M. Christophe GIRARD (9ème Commission), rapporteur.
2004 DMG 4 Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour des prestations de mise en place et replis des plages et aires en sable de l'opération "Paris Plage".


Jack organise la promotion des tags, Bertrand veut les effacer


Bienvenue chez les dingues !
2004 DPE 24 Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la fourniture de produits destinés à l'enlèvement des graffiti (2 lots).


L’avenir de Paris


http://www.leparisien.fr/home/maville/paris/article.htm?articleid=235895747
LES ASSOCIATIONS commencent à s'inquiéter de l'avenir du patrimoine de Paris. Trop de dossiers s'ouvrent en même temps. Et chacun soulève des questions.

La municipalité en place a bien donné la responsabilité du patrimoine à un maire adjoint. Sandrine Mazetier, qui en a la charge, annonce la rénovation des passages couverts et le doublement des protections : les grands monuments comme les petits sites. Mais cela n'est pas suffisant pour convaincre. La commission du vieux Paris sous la coupe du maire. Le 10 février, Bertrand Delanoë va en effet mettre en place « sa » nouvelle commission du vieux Paris. Cette institution indépendante, créée en 1817, avec des membres nommés à vie, longtemps dirigée par une personnalité forte - Michel Fleury - est totalement remise à plat. Ses statuts ont été modifiés « en douce ». Et aujourd'hui, c'est la moitié de ses 40 membres-experts qui sont renouvelés. « Ces membres avaient tendance à chercher la petite bête en étudiant tous les permis de construire ou de démolir de la Ville, assure Jean-François Legaret, maire UMP du I e r et membre de cette structure consultative en tant qu'élu. Maintenant, elle sera à la botte de Bertrand Delanoë. » « Pas plus qu'avant », assure Sandrine Mazetier, adjointe au maire de Paris chargée du patrimoine. « Les nouveaux membres sont désormais plus jeunes, plus actifs et complémentaires dans leurs spécialités », ajoute même François Loyer, nouveau secrétaire général de cette commission... Mais aussi directeur du département d'histoire de l'architecture et de l'archéologie de Paris, une des directions de la Ville. Deux casquettes que certains lui reprochent déjà. Les tours à l'assaut de Paris. « C'est une idée de Bertrand Delanoë », constatent les associatifs. « Il se croit tout permis », ajoute un de ses opposants. Et même ses amis verts se disent aujourd'hui contre. Depuis qu'un projet a été révélé sur Paris Nord-Est, après une première tentative sur Massena (XIII e ), la municipalité fait face à une véritable levée de boucliers. « Le projet de tour est toujours possible, s'il est bien ficelé et qu'il y a une concertation avec les riverains », précise M. Caffet, adjoint à l'urbanisme. Mais les Parisiens semblent être opposés à cette idée. « Il ne faut pas s'interdire de penser », répond Sandrine Mazetier. Même les architectes des Bâtiments de France sont favorables à l'architecture contemporaine. « Mais pas n'importe où », insistent les représentants des associations. Le plan de sauvegarde du Marais remis en cause. La Ville veut mettre fin au plan de sauvegarde et de mise en valeur du Marais (III e et IV e ). « Pour harmoniser ce quartier avec le reste de la capitale », explique-t-on à la mairie où l'on planche sur le futur plan local d'urbanisme (PLU). La Ville veut protéger le Marais immeuble par immeuble. « Nous, nous voulons préserver l'ensemble du secteur », répond Gérard Simonet, président d'une association du III e , attentive à la protection de son quartier. Ici, les exemples de réalisations de mauvais goût sont déjà trop nombreux. Inutile d'en rajouter. « Un projet d'élargissement de trottoir n'a jamais mis le patrimoine en danger », répond encore Sandrine Mazetier. Mais même le ministre de la Culture a décidé d'intervenir au sujet des travaux dans la rue des Rosiers (IV e ). Dans un courrier à Bertrand Delanoë, il « invite les services de la Ville à prendre attache avec les architectes des Bâtiments de France, pour élaborer, en concertation étroite, ce projet d'aménagement ». Après le début des travaux sur la rue du Trésor, dans le même quartier, et ceux de la rue du Roi-de-Sicile, Jean-Jacques Aillagon souhaiterait « disposer d'une vision d'ensemble des intentions municipales dans ce secteur »... Un souci partagé par tous les défenseurs du patrimoine.


Porno : la filière parisienne    


NB : Le chaud lapin est un proche collaborateur de marie pierre de la Gontrie (adjointe de BD pour la démocratie locale)

http://www.e-llico.com/content.php?section=actu&id=2433


(Photo : François Vauglin)

En s’amusant à révéler qu’un responsable associatif et politique gay, François Vauglin, avait jadis joué dans un porno, "Têtu" a pris le risque de mettre en péril sa carrière et son action en faveur des gays. On est en droit de ne pas trouver ça drôle…

Par Didier Roth-Bettoni


Certaines pratiques journalistiques n’honorent pas ceux qui s’y adonnent et, quitte à passer pour mauvais camarade, force est de reconnaître que la dernière livraison de "Têtu" en offre un déplorable exemple.

Car c’est peu dire que le coup bas que le journal qui se définit comme "Le magazine des gays et des lesbiennes" porté à un responsable associatif et politique gay est une bien triste première pour la presse homo : celle-ci n’avait jusqu’alors pas habitué ses lecteurs à de telles méthodes de dénonciation rigolarde, apanage de la presse d’extrême droite.

Car à défaut d’avoir eu le courage d’aller au bout de ses tentations de outing d’élus de droite anti-PaCS il y a quelques années, "Têtu" s’est trouvé un autre combat douteux : révéler (photo à l’appui) que le nouveau délégué chargé des questions gay et lesbiennes au PS, François Vauglin, avait tourné en 1996 dans un film porno ! Au risque de saboter immédiatement sa carrière et de décrédibiliser sa fonction !

Or, le moins que l’on puisse dire, c’est que le parcours de Vauglin ne mérite en rien une telle mauvaise manière puisque, à 34 ans, cet ancien président de l’association Homosexualités Et Socialisme, créateur du MAG-Jeunes gais, a toujours fait preuve d’une activité impeccable en faveur des droits des gays et des lesbiennes.

Quant à la défense du rédacteur en chef du magazine, Thomas Doustaly, dans "L’Express" — "On a trouvé ça drôle" —, elle frise (au choix) l’inconséquence, l’inconscience, la mauvaise foi, le mépris ou la bêtise. Tourner dans un film porno n’est évidemment pas illégal et n’a, bien entendu, rien de choquant en soi. Il n’empêche que la place des gays dans l’univers impitoyable de la politique est encore trop fragile et récent pour être ainsi mis en péril par de telles "révélations" dont on sait bien comment elles peuvent être exploitées par tous ceux (et ils sont nombreux) qui ne nous veulent pas du bien.

Que "Têtu" se soit ainsi amusé à jouer avec le feu, sans même prendre la peine de prévenir François Vauglin de cette publication ou même de lui poser une question sur cet épisode, n’en est que plus impardonnable. Et que Thomas Doustaly croit bon de préciser que, s’il n’avait pas "sorti l’info la presse gratuite homosexuelle s’en serait chargée", laisse d’autant plus pantois que ladite presse gratuite ("Illico" en l’occurrence) non seulement n’avait jamais imaginé publier une telle "information" pourtant en sa possession, mais avait même proposé récemment à ses lecteurs, sur son site internet, une interview de François Vauglin uniquement consacrée à son nouveau rôle au sein du Parti Socialiste. Les donneurs de leçon ont bon dos…

A LIRE AUSSI :
QU'EN PENSE LE PS ?

similaire:

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconSélection Racisme / Sexisme / Homophobie

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconLes mémoires du racisme
«racisme» au tableau et demander aux apprenants de définir ce terme puis de venir noter d'autres mots qui renvoient au racisme

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé icon11’30 contre le racisme – tumultes 06/02/07
«11’30 contre le racisme» n’incitent jamais à la violence. La seule violence présente dans ces paroles est bien celle qu’une société...

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconP. 7-8 Vacances d’ÉTÉ : activités Enfance Jeunesse
«Hors les murs» [Secteur Éducation Jeunesse] (lire p. 8) Piscine et dans Ramonville

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconPierre Parlebas Docteur d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines Président...
«Ce sont les passions qui utilisent la science pour soutenir leur cause. La science, écrit-il, ne conduit pas au racisme et à la...

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconSelon l’association «sos homophobie», les manifestations, actes et...
«sos homophobie», les manifestations, actes et agressions homophobes, lesbophobes ou transphobes déclarés ont augmenté, entre 2013...

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconAtelier jobs d’été pour les jeunes [Point information jeunesse] Place J. Jaurès (lire p. 11)
«La recette plus que parfaite» Service jeunesse et centre social Aquoiboniste (voir p. 10)

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconRésumé : L’étude présente le fonctionnement d’un comice de Maine...

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconBoris Bove, Caroline Bourlet, Noblesse indigène, noblesse de service...
«Noblesse indigène, noblesse de service et bourgeoisie anoblie : les mutations de l’aristocratie parisienne (XI e -XV e siècles)»,...

Racisme, homophobie, sexisme : la «jeunesse» parisienne se met au tiercé iconMobilisation pour la défense de l’égalité contre le racisme






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com