Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002





télécharger 0.88 Mb.
titreClaude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002
page22/22
date de publication28.10.2017
taille0.88 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   22
à travers les rues de la ville. »

363 Lagarde, La Bible parole d’amour, ibid. p. 135-177.

364 Même scène en Ap 19,10.

365 Constitution Dei Verbum, 6, 25.

366 Saint Augustin, Sermon 179, 1.

367 En Hébreu, Jésus, c’est-à-dire « Dieu sauve », consonne avec salut. Cette consonance, cette résonance, se retrouve par exemple en Lc 19,9 : Le salut est venu dans cette « maison » qui n’est autre ici que Zachée (l’intègre). Avant que l’écriture grecque ne vienne recouvrir le monde de l’oralité, on devait entendre le jeu de mots : Jésus-salut. Pour les jeux de mots en araméen ou en hébreu, car les deux se trouvent dans les évangiles, se reporter à Matthew Black, Aramaic approach to the gospels and acts. Oxford at the Clarendon Press, 1957. L’exégèse savante travaille essentiellement sur l’écriture grecque en faisant un travail critique sérieux et rigoureux, fondé sur les textes du Nouveau Testament. Du coup, Jésus s’éloigne des commencements, il se retrouve à l’extrémité de la rédaction évangélique qui dura jusqu’au milieu du second siècle. Qu’y avait-il avant les années 70 qui virent la mise par écrit de la catéchèse des Apôtres ? Une tradition biblique orale dont la langue était principalement l’araméen, mais l’hébreu liturgique était aussi utilisé. Son vecteur était la narration de l’histoire de Jésus de Nazareth (des colliers d’histoires) ; son lieu était le temps de l’Eglise, le cycle liturgique ; la participation active des personnes était requise grâce à un échange de paroles et de prières. Les travaux de Marcel Jousse sont les plus connus.

368 Pour nos Pères, l’humanité tombée dans le péché, égarée dans la nuit du monde. Leur lecture n’est pas moralisante.

369 Césaire, ibid. p.154.

370 En grec « tupos », le type, la figure, le symbole. Paul emploie ce mot en 1 Cor 10,5 pour désigner les images bibliques qui préfigurent Jésus.

371 La rupture semble s’est amorcée avec Abélard.

372 Il faut bien sûr nuancer ce qui est ici esquissé à gros traits. Les monastères conservèrent évidemment l’écoute biblique mais les cloîtres n’étaient plus, semble-t-il, cette ruche bourdonnante dont témoigne encore Hugues de Saint-Victor à la fin du XII° siècle. La lectio et la me-ditatio auraient-elles changé de nature dans le monde rationaliste et cérébral des XVII° et XVIII° siècles : Le silence aurait-il partout remplacé le travail bruyant de la parole ? Paradoxalement, la Bible gardait une place importante dans la culture profane, dans la peinture et la sculpture, dans la musique et la littérature. Mais cette Bible avait perdu sa profondeur sacramentelle, sa résonance mystique, elle était devenue l’Histoire Sainte, la préparation toute extérieure, historique, quasi-génétique, du Christ dans le peuple d’Israël.

373 La classe entière apprenait encore à lire dans les écoles catholiques de la fin du XIX° siècle, en lisant collectivement et à voix haute le texte des prières, écrit en gros caractères. Les syllabes étaient séparées par un trait d’union pour faciliter la saisie des phonèmes. La lecture n’était donc pas un acte purement individuel et cérébral. On lisait et on relisait, on disait et on redisait : dans les apprentissages, la meditatio succédait à la lectio.

374 C. Lagarde, Pour raconter l’évangile dans l’homélie et la catéchèse, Centurion 1991.

375 Rappelons-nous que pour l’antiquité chrétienne, la Bible s’appelle « Prophétie » car elle fait résonner le Christ dans le cœur du croyant.

376 “La métaphore vive” (Seuil).

377 Contre les hérésies. Dénonciation de la gnose au nom menteur. Cerf, 1984.

378 Entre autres auteurs : David Banon, La lecture infinie, Seuil, 1987.

379 Dans la tradition biblique de prière, le silence ne vient qu’au moment où la parole suspend son souffle. Ce silence profond que vit parfois l’homme intérieur, n’est pas cet autre silence que l’homme extérieur s’impose pour éviter les bruits du monde et mieux entendre la lecture. Ces deux silences ne sont pas à confondre, d’autant qu’ils ne se croisent jamais.

380 Cf. au chapitre précédent, la fin du paragraphe « le livre doit rester ouvert ».

381 L’image loue du miroir antique est associée par Paul en 2 Cor 3, 13-18 à celle du voile, un miroir devenu totalement obscur. Quand le voile disparaît, c’est le baptisé qui devient lui-même miroir en reflétant par sa vie la gloire du Seigneur. Quelques lignes plus loin, l’Apôtre évoque de nouveau l’image du mauvais miroir en usage à l’époque avec sa célèbre formule : Nous cheminons dans la foi et non dans la claire vision (2 Cor 4,7). La foi a ses obscurités comme le miroir antique. Si nous insistons, c’est que l’expérience de la glace lumineuse en verre au fond argenté que nous faisons aujourd’hui, risque de nous faire passer à côté de ce que la métaphore paulinienne évoque : une Ecriture claire-obscure.

382 Le judaïsme rabbinique développe une spéculation sur les deux premières lettres de l’alphabet hébraïque, le alef (a)et le bet (b). La Bible commence avec un bet, lettre ouverte vers l’avenir, ouverte à l’histoire. Le alef est apparemment absent parce qu’il symbolise la transcendance de Dieu. Il reste des traces, notamment chez Origène (III°s), de cette spéculation sur le commencement absolu de la Création. L’oméga, dernière lettre de l’alphabet grec, traduit le tav (t) dernière lettre de l’alphabet hébreu. Pour les judéo-chrétiens hellénophones le tav hébreu devait évoquer la Croix, fin anticipée de l’histoire du monde infiltrée par l’amour. Pourquoi la Croix ? Sans doute par contamination avec la lettre grecque (t). Notons que cette lettre a souvent été rapproché du « signe » fait avec le sang de l’agneau, mis sur les maisons avant le passage de l’ange exterminateur (Ex 12,13). Jeux de mots, jeux de lettres sont monnaie courante de la culture orale.

383 Le mot “parabole” est grec, il ne traduit pas exactement le mot hébreu « machal » car il y ajoute une dimension pédagogique très éclairante. « Para-bole » signifie en effet « lancer à côté ». « Bole » veut dire lancer : on lance une balle. « Para » évoque une sorte de ratage, un frein, une tension, un conflit. Une parabole est donc une histoire « lancée à côté » parce qu’elle est apparemment hors sujet, mais elle vise cependant à toucher l’homme en plein cœur… après méditation.

384 Par exemple, les deux premières sessions de ce que nous appelons aujourd’hui « le concile de Trente », semblent avoir été dominées par des laïcs, représentants du pouvoir politique.

385 De nombreux exemples sont donnés dans Lagarde, Animer une équipe en catéchèse, enfance, Centurion-Privat, 1981. Plusieurs rééditions et traductions étrangères.

386 A la profession de foi des jeunes adolescents, voire à la Confirmation des grands adolescents, nous avons toujours demandé aux jeunes d’écrire leur histoire en termes bibliques pour qu’elle soit éclairée de l’intérieur par la Parole de Dieu. La Bible devient bien ainsi la langue vivante de la foi chrétienne. Cf. C. et J. Lagarde. L’adolescent et la foi de l’Eglise, Centurion-Privat, 1990.

387 Il existe aujourd’hui une manière plus subtile de priver la foi de Bible, c’est de la remplacer par l’histoire d’Israël. On le voit aisément dans certains cours de culture religieuse qui tirent les Ecritures dans l’impasse du savoir historique. Ainsi l’homme extérieur se durcit-il au détriment de l’homme intérieur.

1   ...   14   15   16   17   18   19   20   21   22

similaire:

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconCommuniqué de presse paris, 16/12/2002 L’aepdm* récompense la «success story» HiTechPros
«place de marché verticale» au salon e-commerce b to B, qui s’est tenu les 27 et 28 novembre 2002 au cnit – Paris La Défense

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconRisques Majeurs et Environnement – le site Internet de l’Académie de Rouen
«Aléas et Enjeux» supplément gratuit de tdc (joint à l’abonnement de novembre 2002 à juillet 2003)

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconRencontres du cinéma italien à Toulouse 5ème Anniversaire 27 Novembre – 6 Décembre 2009
«Il compleanno» et de la productrice Agnès Trincal et suivie d’un débat animé par Jean-Claude Mirabella (*)

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconDiscours de Christine lagarde, Ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconAtelier de travail plu salle du Conseil 11 novembre, 11 h Commémorations...

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 icon2002 «Je te cherche dès l’aube» journal 2001-2002 Un document produit...

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconUne première culture littéraire
«comment utiliser les albums en classe» ? C. Poslaniec, C. Houyel et H. Lagarde

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconThèse de doctorat à Sciences-Po Paris : Programme "Sociologie Politique-Politiques...
«Circulation des savoirs et des pratiques culturelles : le triangle Amérique latine – Europe – Amérique du Nord»

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconHommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013
«Aujourd’hui maman est morte» écrivait Albert Camus au début de son roman L’Étranger

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconCours : 12h. 00; Td : 12h00
«Musées de France» : La loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France. Pourquoi cette loi ? quels en sont les grands...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com