Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002





télécharger 0.88 Mb.
titreClaude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002
page4/22
date de publication28.10.2017
taille0.88 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22

CHAPITRE II : L’HISTOIRE ECRITE QUI S’ECRIT ENCORE

1.Retour à la logique de mort


Entre les chapitres 4 à 6 que nous avons étudiés et cette heureuse fin du Livre (chapitres 19 à 22), la logique de mort s’est peu à peu inversée, elle arrive maintenant à son terme. Une nouvelle logique d’existence nous est révélée. La mort disparaît de nos vies comme l’annonçait la petite apocalypse d’Isaïe 25 : Le Seigneur préparera pour tous les peuples sur cette montagne, un festin de viandes grasses, un festin de bons vins… Il enlèvera sur cette montagne le voile de deuil qui voilait tous les peuples et le suaire qui ensevelissait toutes les nations, il fera pour toujours disparaître la mort…

Une histoire humaine sans mort, donc sans peurs, sans guerres, sans violence, où l’amour de Dieu reste actif en tous les cœurs, voilà la terre nouvelle et le ciel nouveau qui nous sont annoncés mais que nous avons du mal à imaginer, tant la mort, aujourd’hui, fait partie de nos vies.

2.La liturgie inaugurale


Tout commence, comme dans la précédente partie, par une magnifique liturgie céleste. Le ciel est en tête pour qu’il soit en nos têtes. L’image est extérieure mais la réalité est vécue de l’intérieur. Depuis la première liturgie le ciel a changé, une foule immense l’a rempli. Jean ne la voit pas tant elle est innombrable, elle est à perte de vue, il l’entend seulement. J’entendis au ciel comme un grand bruit de foule immense; elle clamait : Alléluia, salut et puissance à notre Dieu, car ses jugements sont vrais et justes… Alors les vingt-quatre vieillards, et les quatre Vivants se prosternèrent pour adorer Dieu qui siège sur le trône (Ap 19, 1-2). L’adoration se termine par le grand Amen qui clôt toute eucharistie, auquel s’ajoute un alléluia de joie, un alléluia pascal.

Puis une voix partit du trône : Louez notre Dieu, vous tous qui le servez, et vous qui le craignez les petits et les grands (Ap 19,5). Cette voix sans corps ressemble à l’Esprit-Saint qui souffle. Alors la multitude l’entend et lui répond en une étonnante harmonie.

Alors j’entendis comme le bruit d’une foule immense, comme le mugissement des grandes eaux, comme le grondement de violents orages. On clamait « Alléluia » (Ap 19,6).

La joie de la foule est à son comble. La raison nous en est donnée : Il a pris possession de son Royaume, le Seigneur, le Maître de tout. C’est sans doute encore l’Esprit qui fait comprendre l’événement, Il poursuit : Soyons dans l’allégresse et dans la joie, rendons gloire à Dieu, car voici les noces de l’Agneau, et son épouse s’est faite belle : on lui a donné de se revêtir d’un lin d’une blancheur éclatante (Ap 19, 7-8).

Il s’agit d’un mariage, du grand mariage de l’Agneau avec l’humanité intérieurement purifiée par les bonnes actions de la foi, toute entière revêtue d’amour. Les rapports humains se sont totalement transformés car l’Alliance du ciel et de la terre s’est réalisée en chaque être humain. Dieu l’a inscrite dans les cœurs comme l’avait annoncé le prophète Jérémie (31,31).

Comment cela a-t-il été possible ? Il a fallu une très longue histoire pleine de mouvement et de péripéties, mais nous la passons afin d’aller voir sans délais comment elle finit; nous y reviendrons après.

Oui, malgré de grands obstacles, Dieu a pu rejoindre l’homme, l’Esprit divin a pu se joindre à un esprit humain ouvert enfin à la transcendance. Grâce à la Résurrection de l’Agneau égorgé, « la chair et le sang » font désormais partie de Dieu, le corps divinisé de l’homme habite aujourd’hui en Dieu. Ainsi la logique de mort a-t-elle été contrée. La nouvelle humanité rénovée, re-créée, divinisée jusque dans son corps, n’est plus coupée de la source de vie, elle revit. Sa parole lumineuse apporte un éclairage céleste à de nouveaux comportements auxquels l’ancienne humanité ne pouvait que rêver, esclave qu’elle était de « l’en-bas » et de la pourriture. L’utopie biblique est devenue réalité. Voilà la bonne nouvelle ! Voilà enfin réalisé le mariage de l’Agneau et de ces foules innombrables qui, dans l’Evangile, suivent déjà Jésus-Christ55.

Le guide céleste de Jean lui ordonne ensuite de mettre par écrit la parole divine. En devenant « écriture », la chose révélée devient certaine : Ecris : « Heureux les invités au festin des noces de l’Agneau. Ces paroles de Dieu, ajouta-t-il, sont vraies » (Ap 19,9). Ce festin de viandes grasses et de vins succulents qu’annonçait Isaïe est à l’ordre du jour.

Le mariage est à nos portes, nous y sommes tous invités. Ouvrons grandes nos portes intérieures à Celui qui désire partager avec nous son repas de noces. Le Témoin fidèle avait déjà adressé son invitation à la septième Eglise, celle de Laodicée, mais en des termes intimes : Voici que je me tiens à la porte, et je frappe; si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, Moi près de lui et lui près de Moi » (Ap 3,20). Le Maître s’invite un jour chez le serviteur, il entre dans la « maison » humaine et se met à faire le service de table, il sert la Parole56. L’intimité du Créateur et de la créature est désormais publiée comme un ban de mariage. Cette expérience mystique est évangélique, eucharistique même, et c’est ce « Mystère » qui est devenu « écriture » : elle est sûre, la Parole de Dieu.

Alors je me prosternai à ses pieds pour l’adorer, mais lui me dit « non », je ne suis qu’un serviteur comme toi et comme tes frères qui possèdent le témoignage de Jésus. C’est Dieu que tu dois adorer. Le témoignage de Jésus, c’est l’esprit de prophétie (Ap 19,10).

Jean a été si bouleversé par l’événement qu’il se met à adorer la liturgie et cette parole intérieure qui s’est adressée à lui, en lui. Mais attention : aucune expérience psychologique, même forte et bouleversante, n’est le but de la vie spirituelle. N’est-ce pas le danger du mysticisme de s’arrêter à l’expérience religieuse, humaine trop humaine, alors que le but désiré est le mariage du Créateur avec sa créature de chair et de sang, l’Alliance. La visée n’est pas d’unir l’homme spirituel à sa spiritualité, ni le croyant à son psychisme religieux. Attention, plus l’expérience mystique est forte, plus le danger est grand de voir le repas raté, le mariage avorté, Dieu oublié. C’est pourtant l’Eternel, l’inaccessible, l’infiniment transcendant, que nous devons tous adorer et surtout pas notre propre prière si agréable et belle soit-elle. Comment adorer quelqu’un sans le voir, comment l’aimer sans le tenir, sans le saisir, sans l’embrasser ? Faudrait-il posséder l’autre pour l’aimer, faire de lui une propriété, un objet ? Dans le jardin de Pâques, le Seigneur ressuscité dit à Marie-Madeleine : Ne me saisis pas ! car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Va trouver mes frères et mes sœurs, et dis-leur que je monte vers mon Père… (Jn 20,17). Il monte, il part pour ne pas devenir un objet religieux, un fétiche sacré. L’Esprit prendra la relève, il est insaisissable : c’est un esprit.

En des termes différents, l’Apocalypse semble condamner le repli de soi sur l’objet de la foi : Le témoignage de Jésus, c’est l’esprit de prophétie. Comment comprendre cette phrase sibylline ? N’oublions pas qu’il vient d’être précisé que la révélation est destinée aux frères qui possèdent le témoignage de Jésus. Le témoignage de Jésus est un trésor inestimable donné par Dieu, c’est un grand cadeau et même plus qu’un cadeau, puisqu’il s’agit d’un don, d’une vertu, d’une capacité inouïe. Rien à voir avec une propriété privée qu’il faudrait conserver intacte puisqu’un don est donné pour être cultivé. Ce don s’appelle : l’esprit de prophétie. Il semble être offert à l’homme par Dieu pour que puisse se réaliser l’union intime du baptisé avec l’Agneau, le fameux « mariage » dont les bans sont publiés57.

Pour l’Eglise primitive, le mot « prophétie » est d’une extrême importance. Déjà Paul, dans plusieurs de ses lettres, parle de la prophétie58 ou du don de prophétie59. La prophétie est tirée de l’Ecriture qui s’accomplit en Jésus-Christ. Le don de prophétie est la parole de foi qui actualise la Bible dans les relations humaines. En fait, l’esprit de prophétie n’est autre que le don de catéchèse. Il s’agit de faire retentir dans « l’Eglise intérieure » l’écho de la Parole. Les épîtres de Pierre, elles aussi, font mention de cette expérience essentielle dont vivent les baptisés.60

Le témoignage de Jésus, c’est l’esprit de prophétie et surtout pas l’inverse, car ce don spirituel se réalise quand l’Esprit s’unit à l’esprit humain61. A la source de la parole prophétique, il y a Jésus-Christ. Le Seigneur est l’Origine de cet esprit biblique, de la parole catéchétique qui bouleverse les relations humaines. Et un tel témoignage n’est pas seulement verbal, il engage le corps, des comportements, toute notre humanité dans la flamme de la tendresse divine. Quiconque parle ainsi et vit ainsi en vérité, devient de l’intérieur, grâce à son corps62, un membre à part entière du Corps eucharistique du Christ.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22

similaire:

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconCommuniqué de presse paris, 16/12/2002 L’aepdm* récompense la «success story» HiTechPros
«place de marché verticale» au salon e-commerce b to B, qui s’est tenu les 27 et 28 novembre 2002 au cnit – Paris La Défense

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconRisques Majeurs et Environnement – le site Internet de l’Académie de Rouen
«Aléas et Enjeux» supplément gratuit de tdc (joint à l’abonnement de novembre 2002 à juillet 2003)

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconRencontres du cinéma italien à Toulouse 5ème Anniversaire 27 Novembre – 6 Décembre 2009
«Il compleanno» et de la productrice Agnès Trincal et suivie d’un débat animé par Jean-Claude Mirabella (*)

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconDiscours de Christine lagarde, Ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconAtelier de travail plu salle du Conseil 11 novembre, 11 h Commémorations...

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 icon2002 «Je te cherche dès l’aube» journal 2001-2002 Un document produit...

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconUne première culture littéraire
«comment utiliser les albums en classe» ? C. Poslaniec, C. Houyel et H. Lagarde

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconThèse de doctorat à Sciences-Po Paris : Programme "Sociologie Politique-Politiques...
«Circulation des savoirs et des pratiques culturelles : le triangle Amérique latine – Europe – Amérique du Nord»

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconHommage de Madame Jacqueline Sbalchiero jeudi 11 avril 2013
«Aujourd’hui maman est morte» écrivait Albert Camus au début de son roman L’Étranger

Claude et Jacqueline Lagarde Novembre 2002 iconCours : 12h. 00; Td : 12h00
«Musées de France» : La loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France. Pourquoi cette loi ? quels en sont les grands...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com