Un palais à la mesure de son pouvoir absolu





télécharger 42.28 Kb.
titreUn palais à la mesure de son pouvoir absolu
date de publication28.10.2017
taille42.28 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

  • Activité autour du château de Versailles




  • Texte introductif: Versailles, miroir de la monarchie absolue



Impressionné par la Fronde, Louis XIV décide de s'éloigner de Paris et de créer un palais à la mesure de son pouvoir absolu. En 1661, il choisit de transformer un pavillon de chasse de son père situé à Versailles et supervise des travaux gigantesques qui durent plus de vingt ans. Il s'y installe avec son gouvernement et la cour en 1682.
Il fait appel aux plus grands: les architectes Le Vau et Hardouin-Mansart, le peintre et décorateur Le Brun et le jardinier Le Nôtre. L'organisation de l'espace a un sens: le roi choisit de construire le château au point de jonction du parc et de la ville pour montrer qu'il maîtrise la nature tout en régnant sur les hommes. Le parc, complété par une orangerie et une ménagerie, est un véritable musée dédié à la mythologie et à la gloire du roi, tandis que la ville, qui représente symboliquement le royaume, regroupe près de 45000 habitants en 1713. Les successeurs de Louis XIV demeurent à Versailles jusqu'en 1789.
Le roi règne à Versailles comme il règne sur le royaume: la vie du château devient le cadre du cérémonial monarchique. Louis XIV s'entoure de sa famille et de ses courtisans, membres de la haute noblesse et grands personnages du royaume, soit environ 15000 personnes, dont beaucoup résident en ville.
La vie de cour est réglée par une étiquette minutieuse, c'est à dire par des règles précises (gestes et paroles) fixées par le roi, et que l'on doit respecter en sa présence. Les courtisans assistent au lever, au coucher et aux repas du roi qui sont de véritables représentation théâtrales. Ils participent aux nombreux divertissements offerts par le roi ou par eux-mêmes (concerts, bals, pièces de théâtre, chasses). Ils doivent parler avec finesse, se vêtir avec goût et se déplacer avec élégance. Ils se pressent pour approcher le roi et solliciter honneurs et pensions. Mais le roi n'accorde ses faveurs qu'aux nobles les plus soumis. Plus les nobles dépensent, plus ils dépendent du roi pour leur survie. La noblesse est ainsi domestiquée.


  • Document 1: Louis XIV parmi ses courtisans devant le bassin d'Apollon( P-D Martin, 1713)





  • Document 2: Le plan du château de Versailles en 1746 d'après l'abbé Delagrive






  • Document 3: Versailles, un « microcosme » du monde


« A l'ouest, l'espace des jardins: le monde de la mythologie, de la fable et de l'histoire antique y est contenu tout entier. A l'est, du côté de la ville, voici les ailes des ministres, le cœur administratif de l'État […]. Les trois rectilignes et larges avenues (une innovation pour l'époque) symbolisent le pouvoir rayonnant et unifiant du souverain sur son royaume et sur ses sujets. Au centre du palais, à partir de 1701, le lit de la chambre du roi est tourné vers la ville. La chambre, qui communique avec la salle du conseil, se situe exactement dans le prolongement d'apollon: dans le parc, le Roi-Apollon surgit de l'eau pour domestiquer la nature; dans le château, en son centre exact, le Roi-Homme ordonne symboliquement la société. Versailles est bien un microcosme (image réduite du monde) du monde, à l'image de la course quotidienne du soleil, qui semble parcourir l'espace, de la chambre du roi (à son lever) au char d'Apollon (à son coucher). »
D'après Joël Cornette, TDC n°687, 1995.


  • Document 4: La journée du roi


Témoignage d'un chroniqueur italien qui a fréquenté la cour en 1673.
«  Dans les actes de sa vie, le Roi est très réglé; il se lève toujours à huit heures, reste au conseil de dix heures à midi et demie, moment où il va à la messe toujours en famille avec la reine. […] A une heure de l'après-midi, il visite les favorites jusqu'à deux heures, heure à laquelle il déjeune toujours avec la Reine et en public. Dans la suite de la journée, il va à la chasse ou à la promenade; le plus souvent il tient encore un conseil. Depuis la tombée de la nuit jusqu'à dix heures, il converse avec les dames, ou joue, ou va à la comédie ou aux bals. A onze heures, après le souper, il descend de nouveau dans l'appartement des favorites. Il couche toujours avec la Reine. Il a réparti les heures du jour et de la nuit entre ses affaires, ses plaisirs, ses dévotions et ses devoirs, de telle sorte que l'on sait par les courtisans à quoi il est occupé et où on peut lui faire la cour.

Jean Baptiste Primi Visconti, Mémoires sur la Cour de Louis XIV, XVIIème siècle


  • Questions sur l'activité autour du château de Versailles (toutes les réponses doivent être rédigées!)




      1. A quelle époque le château a-t-il été construit? Pour quelle raison principale?




      1. Quels sont les architectes de Versailles?




      1. D'après le document 2, quelles sont les trois grandes parties qui composent Versailles? Justifie ta réponse en t'aidant du document 3.




      1. Où se trouve la chambre du roi (par rapport au château, aux jardins et à la ville, à la salle du Conseil)? Justifie ta réponse




      1. D'après le document 2, quelle est la forme des bâtiments et des jardins? De quel style s'agit-il (souviens toi du dernier chapitre sur la Présentation de l'époque moderne)?




      1. A quel Dieu de l'antiquité le roi s'identifie-t-il en particulier sur la fontaine que tu peux voir sur le document 1? Justifie ta réponse en t'aidant du document 3.




      1. Qui sont les personnes qui accompagnent le roi sur le document 1? Que font-ils?




      1. D'après le document 4, quels sont les loisirs du roi? Quelles sont ses heures de travail? Quel est l'intérêt d'un emploi du temps aussi précis?




      1. D'après le document 4, quels sont les loisirs des courtisans? Pourquoi le roi pousse-t-il certains à dépenser?




      1. Qu'appelle-t-on l'étiquette qui est mentionnée dans le texte introductif?




  • Questions sur l'activité autour du château de Versailles (toutes les réponses doivent être rédigées!)




      1. A quelle époque le château a-t-il été construit? Pour quelle raison principale?




      1. Quels sont les architectes de Versailles?




      1. D'après le document 2, quelles sont les trois grandes parties qui composent Versailles? Justifie ta réponse en t'aidant du document 3.




      1. Où se trouve la chambre du roi (par rapport au château, aux jardins et à la ville, à la salle du Conseil)? Justifie ta réponse




      1. D'après le document 2, quelle est la forme des bâtiments et des jardins? De quel style s'agit-il (souviens toi du dernier chapitre sur la Présentation de l'époque moderne)?




      1. A quel Dieu de l'antiquité le roi s'identifie-t-il en particulier sur la fontaine que tu peux voir sur le document 1? Justifie ta réponse en t'aidant du document 3.




      1. Qui sont les personnes qui accompagnent le roi sur le document 1? Que font-ils?




      1. D'après le document 4, quels sont les loisirs du roi? Quelles sont ses heures de travail? Quel est l'intérêt d'un emploi du temps aussi précis?




      1. D'après le document 4, quels sont les loisirs des courtisans? Pourquoi le roi pousse-t-il certains à dépenser?




      1. Qu'appelle-t-on l'étiquette qui est mentionnée dans le texte introductif?



CORRECTION PROFESSEUR
1) La construction du château de Versailles a été entreprise dès le début du règne de Louis XIV, en 1661. Il s'agit pour le roi de quitter Paris dont il se méfie des habitants depuis la Fronde.
Le château de Versailles compte 700 pièces, 2 513 fenêtres, 352 cheminées (1 252 sous l’ancien régime), 67 escaliers, 483 miroirs (répartis dans la Grande galerie, le salon de la Guerre et le salon de la Paix) et 13 hectares de toitures. La superficie totale est de 67 121 m² dont 50 000 sont ouverts au public. Le château compte aussi 51 210 m² de planchers.

Le parc couvre 800 hectares, dont 300 ha de forêt, et deux jardins à la française : le Petit Parc (80 ha) et le Trianon (50 ha). Il compte 20 km de murs de clôture et 42 km d’allées, ainsi que 372 statues.

Parmi les 55 bassins, les plus grands sont le Grand Canal (23 ha et 500 000 m³), et la pièce d’eau des Suisses (180 000 m³). On compte 600 jets d’eau et 35 km de canalisations.

Sa construction au temps de Louis XIV nécessita des milliers d'ouvriers (un maximum de 36 000 sur une année). Il coûta un peu moins de 100 millions de livres. Cette dépense, très importante, est à mettre en perspective avec le coût d'une campagne militaire de l'époque, beaucoup plus onéreuse.

Au début de son règne, Louis XIV ne trouva aucune maison royale qui le satisfasse pleinement. Il habita Paris : le Palais-Royal, le Louvre, les Tuileries, il essaya de se fixer à Vincennes, et à Saint-Germain-en-Laye (au Château-Neuf et enfin au Château-Vieux), puis séjourna à Fontainebleau. Le roi compara les avantages et les inconvénients de ses châteaux, et pour pallier leurs incommodités, y entreprit d’importants travaux, mais dans aucun ne se sentit à l’aise.

En 1651, le Roi effectua sa première visite à Versailles. C’est alors que se produisit le coup de foudre. Le château de Versailles est né d’une méfiance de la part du jeune Louis XIV envers la capitale et sa population jugée difficilement contrôlable depuis l’épisode de la Fronde.

2) Les architectes du château de Versailles sont Le Vau et Hardouin-Mansart, le peintre et décorateur Le Brun et le jardinier Le Nôtre. Rappeler que derrière chaque décision, se trouve le roi!

Architecte né en 1612, décédé en 1670; après divers travaux d'architecture à Paris et au Louvre, il réalisa les premières transformations de Versailles. A sa mort, il était premier architecte du roi, intendant et ordonnateur des Bâtiments royaux.

  • Jules Mansart (Hardouin-Mansart dit)

Architecte né en 16456 et décédé en 1708. Il succéda à Le Vau comme architecte du Roi et surintendant des bâtiments. On lui doit notamment la Galerie de Glaces et la Grand Trianon.

  • André Le Nôtre (1613-1700)

Dessinateur de jardins et architecte, il avait dessiné le parc du château de Vaux-le-Vicomte et des Tuileries quand Louis XIV lui confia la création du parc de Versailles. Ses dessins sont fondés sur des données scientifiques. Il est l'inventeur des "jardins à la française", toujours rigoureux mais jamais monotones.

  • Charles Le Brun (1619-1690)

Peintre et décorateur qui étudia à Rome. Premier peintre du roi, directeur de la Manufacture royale des Gobelins, il dirigea les travaux de Versailles avant d'être supplanté par Mignard et disgracié. Ses tableaux sont très construits mais peu sensibles. On lui doit notamment les décors de la Galerie des Glaces, de Salons de la Guerre et de la Paix.

3) Les trois grandes parties du château de Versailles sont le château, les jardins, et les bâtiments donnant sur la ville. Les Bâtiments donnant sur la ville accueillent l'administration du roi, notamment l'aile des ministres. C'est le symbole du roi qui rayonne et assure l'unité du royaume et de ses sujets. Au centre, le château, qui abrite les appartements royaux, est le symbole du roi qui est le cœur du système monarchique et qui ordonne symboliquement la société. Le jardin constitue le monde de la mythologie accueillant les statues des dieux faisant du roi l'égal des Dieux, un apollon terrestre. De même, la chambre du roi se situe au centre de l'autre grand axe nord-sud, à de multiples significations: au nord, appartement du roi, guerre, froid, chaos, désordre, mer et tempêtes signifiés par les bassins de Neptune et du dragon...; au sud, appartements de la reine, paix, chaleur, fécondité, ordre, orangerie, jardin des fruits du soleil et potager du roi. Il faut savoir aussi que le 25 août, jour de la fête de saint Louis, fête royale par excellence, le soleil se couche exactement face aux miroirs de la Galerie des glaces (elle devait s'appeler galerie Apollon) qui semble ainsi « capturer » le soleil.

4) Au centre, le château, qui abrite les appartements royaux notamment la chambre du roi, est le symbole de l'absolutisme de Louis XIV qui est au cœur du système monarchique et qui ordonne symboliquement la société.

5) La forme des jardins et des bâtiments est rectiligne et symétrique. Il s'agit de l'art classique. Il prend modèle sur l'antiquité et repose sur la clarté et la rigueur, la symétrie. On trouve son inspiration dans la mythologie gréco-romaine (cf. l'image du roi en Apollon). Louis XIV choisit ce style pour Versailles. Néanmoins, l'art baroque n'est pas absent de Versailles (Cf. Galerie des Glaces où Le Brun peint 30 compositions mettant en scène le roi Louis XIV ). Art baroque: foisonnement des couleurs, le mouvement, l'excès des sentiments.

6) Le roi s'identifie à Apollon. Apollon, image idéalisée du Roi, est omniprésent dans le parc de Versailles. On le voit enfant, aux côtés de sa sœur Diane et protégé par sa mère Latone, dans l'axe central du parc. Les trois groupes des Bains d'Apollon, autrefois placés dans la Grotte de Thétis, sont maintenant dans l'ancien Bosquet de la Renommée (ou Bosquet des Dômes). Enfin, le dieu paraît dans un bassin de son nom, situé devant le grand canal.

Apollon (en grec ancien Ἀπόλλων / Apóllôn, en latin Apollo) est le dieu grec du chant, de la musique et de la poésie. Il est également dieu des purifications et de la guérison, mais peut apporter la peste avec son arc ; enfin, c'est un des principaux dieux capables de divination, consulté, entre autres, à Delphes, où il rendait ses oracles par la Pythie. Il a aussi été honoré par les Romains, qui l'ont adopté très rapidement sans changer son nom.

7) Les personnes qui accompagnent le roi sont des courtisans c'est à dire des personnes qui demeurent à la cour du souverain. Ils flattent le roi, restent prêt de lui afin d'être vu et reconnu.

Étiquette:

Dans ses Mémoires Louis XIV révèle sa conception de l'étiquette : « Les peuples sur qui nous régnons, ne pouvant pénétrer le fond des choses, règlent d'ordinaire leur jugement sur ce qu'ils voient au dehors, et c'est le plus souvent sur les préséances et les rangs qu'ils mesurent leur respect et leur obéissance ». Les différentes étapes de la journée royale sont codifiées par l'étiquette.

Pour le petit couvert, le roi est servi dans sa chambre. Pour le grand couvert, la famille royale est installée dans l'antichambre de la reine. Les princesses et les duchesses y assistent, assises sur des ployants ou des formes ; les autres dames restent debout.

Quand l'ordre de mettre le couvert est donné, l'huissier de salle se rend chez les gardes du corps du roi, en mobilise un et se rend au service du « gobelet ». Ainsi escorté, le chef du gobelet apporte la nef (pièce d'orfèvrerie refermant des serviettes et des coussins de senteurs), tandis que d'autres officiers du gobelet en font de même avec le reste du couvert. Toute personne passant devant la nef doit la saluer. Puis l'huissier retourne chez les gardes du corps et avec une nouvelle escorte se rend à la « bouche ». Les plats de viande sont alors transportés vers la salle du repas. L'huissier de salle marche en premier, suivi par le maître d'hôtel, puis par le gentilhomme servant pour le premier plat et d'autres officiers pour les autres plats. Chaque plat est escorté par trois gardes carabine à l'épaule. Arrivés dans la salle les plats sont reçus par le gentilhomme dit de prêts. Le gentilhomme porteur du premier plat, le goûte avant de le poser sur la table dite de prêts qui est entourée de trois gardes. Il en est de même pour les autres plats. Ensuite les gentilshommes servants les portent sur la table du roi, qui alors se sert.

Quand il y a le grand cérémonial, la nef est déposée à droite sur la table du roi ; c'est l'aumônier de service qui en ôte le couvercle lorsqu'un gentilhomme servant vient y puiser une serviette pour le roi. Il y 14 gardes autour de la table, dont un en permanence près de la nef, un autre accompagne le gentilhomme servant lorsqu'il apporte à boire au roi. Le roi est entouré par deux officiers de la bouche en grand uniforme et en arme, le capitaine des gardes du corps se tient derrière le fauteuil du roi.

Le grand coucher : après que l'aumônier a dit la prière du soir, en présence d'une assistance nombreuse le roi est déshabillé par le maître de la garde-robe et les valets de chambre. Un des honneurs les plus recherchés de la cour est de tenir le bougeoir du roi. Ensuite vient le petit coucher : seuls les familiers y assistent ; le roi termine sa toilette pour la nuit et donne ses ordres pour le lendemain (heure du lever, costume à lui préparer...). Puis tous se retirent, hormis le premier valet de chambre qui va passer la nuit sur un lit de veille au pied du lit royal.

Sous Louis XV et Louis XVI, au XVIIIe siècle, la charge de grand maître des cérémonies est tenue par une même famille, celle des marquis de Dreux-Brézé.

Sous leurs règnes, l'étiquette de la cour ne garda pas la rigueur qu'elle avait sous celui de roi-soleil. Par exemple, les souverains ne dormaient plus dans la Chambre du roi qui devint alors une chambre d'apparat, préférant se réfugier dans leurs appartements privés ou dans les résidences royales des environs, et obligeant ces derniers à se déplacer pour se plier à ce cérémonial du « Grand lever » (ainsi que celui du « Grand coucher ») qui se fit ainsi plus rare.

8) Les loisirs du roi sont de visiter les favorites, il va à la chasse ou en promenade, il converse avec les dames, ou joue, va à la comédie ou aux bals. Il travaille de 10h à 12h30 ainsi qu'un conseil dans l'après-midi. Avoir un emploi du temps aussi précis permet de savoir où le roi est afin que les courtisans sachent, à quels moments et à quels endroits précis, où le trouver.

9) Cf. Voir question 7

10) Cf. Voir question 7


similaire:

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconFondation lenval-nice
«faire le dos rond») (fig. 2). C’est le temps essentiel pour la recherche de la gibbosité, qui signe la scoliose. On note son siège,...

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconMusées de Paris Vue du Petit Palais et Grand Palais Petit Palais et Grand Palais

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconDès son retour au pouvoir en 1958, le général De Gaulle veut redonner...

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconLe laboratoire de la liberté (B)
...

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconChambord manifeste avec éclat l'aspiration de François Ier au pouvoir absolu
«fièvre de gagner et de jouir» (Claude de Seyssel), qui toucha les contemporains de Louis XII et de François Ier. Le goût de bâtir...

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconComment émergent les grandes orientations stratégiques ?
«environnement évolutif» et analysez son l’influence sur la stratégie de l’entreprise (montrez en particulier dans quelle mesure...

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconC’est un refrain bien établi. Vous critiquez Israël et le sionisme...
«vivre son judaïsme» ? On l’invite à faire son «alyah» et à apporter sa pierre à la colonisation de la Palestine

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconMcallister «Dissections anatomiques de mes petits livres rouges»
L’anatomie marcusienne présente un appendice remarquable : son estomac onirique, sous la forme d’un carnet toujours présent à son...

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconB/Une mesure universelle : le mètre
«unité qui dans sa détermination ne renfermait rien ni d’arbitraire ni de particulier à la situation d’aucun peuple sur le globe»....

Un palais à la mesure de son pouvoir absolu iconLeçon ou moralité. IL s’agit donc de séduire un public par le pouvoir...
«sérieuse». Dans «Le Pouvoir des Fables», La Fontaine montre un orateur qui échoue à capter l’attention du peuple auquel IL s’adresse....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com