Etats Généraux du Travail Social – 2014





télécharger 0.85 Mb.
titreEtats Généraux du Travail Social – 2014
page11/20
date de publication30.10.2017
taille0.85 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   20

Penser la formation des intervenants sociaux afin de prendre en compte la dimension multiculturelle de la société française qui est une réalité.

L’accompagnement social est un facteur primordial pour favoriser l’accès aux droits et aux services. Sa valorisation, incontournable pour favoriser d’une part le développement du nombre d’emplois de travailleurs sociaux et, d’autre part, la reconnaissance de professions jusqu’ici perçues comme des fonctions précaires voire provisoires (médiateurs sociaux, agents de développement, écrivains publics, ...), suppose de développer la formation et la professionnalisation des métiers de l’intervention sociale.

L’accent doit être mis sur la nécessité d’un environnement social apaisé, passant par le changement du regard porté sur les personnes étrangères (souvent victimes de suspicions d’abus ou d’inéligibilité) avec tout ce que cela implique notamment en termes de pratiques des administrations et de l'ensemble des intervenants (travailleurs sociaux, personnels de prévention, de soin et de santé). À cette fin, il est nécessaire de revoir l’organisation du travail social, en particulier en insistant sur l’importance des fonctions d’encadrement et de management pour améliorer la coordination et l’efficacité des interventions.

Le développement de la formation initiale et continue des intervenants, outre ceux de l’encadrement, en matière d’accueil et d’accompagnement doit permettre de prendre en compte les spécificités des publics fragilisés (insécurité matérielle et linguistique, difficulté de compréhension de l’univers juridique et administratif, références culturelles différentes, mauvais état de santé, parcours migratoires sensibles, ...) pour s’adapter à leurs besoins et leur permettre d’accéder aux dispositifs de droit commun comme tout un chacun. En effet, le manque de culture partagée concernant les déterminants des inégalités sociales et territoriales de santé engendre des difficultés d’accès ou des retards à la prévention et aux soins.

La médiation sociale, dont la médiation sociale et culturelle, apparaît comme un élément essentiel de cet accompagnement en permettant la création de liens entre les institutions, les administrations et les publics. Le travail pour la reconnaissance de la médiation sociale comme métier à part entière a récemment connu des avancées qu’il convient de consolider.

Parmi les recommandations

Mettre en place un accueil et un accompagnement adaptés aux besoins (interprétariat professionnel, médiation sociale, professionnalisation et formation des intervenants ...)

1. Reconnaître la médiation sociale et l’interprétariat professionnel et leur fonction de tiers social de façon pleine et entière afin de sortir de la précarité actuelle des emplois aidés et sécuriser leur parcours et leur professionnalisation ;

2. Développer une politique de formation à l’accueil et à l’accompagnement, en s’appuyant notamment sur le CNFPT et les OPCA des organismes et associations ;

3. Développer ces pratiques au travers des engagements déclinés dans les conventions d’objectifs et de gestion (COG) conclues entre les organismes sociaux et l’État.

4. Créer la fonction de tiers social au titre de référent unique pour les personnes en situation de vulnérabilité afin de favoriser l’accès et le maintien des droits, en particulier dans le domaine de la périnatalité et de la santé mentale.

Recommandations en termes de formation

Restructurer la formation professionnelle des intervenants sociaux en renforçant la formation continue et l’encadrement et en l’ouvrant notamment sur les métiers de médiateur social et d’interprète professionnel.

1. Reconnaître la médiation sociale et l’interprétariat professionnel et leur fonction de tiers social de façon pleine et entière, afin de sortir de la précarité actuelle des emplois aidés et sécuriser leur parcours et leur professionnalisation, par le développement de la formation.

2. Développer un programme de formation croisée des professionnels de l’intervention sociale avec des bénéficiaires des services. Pour cela, mobiliser les OPCA concernés et le CNFPT pour le montage technique et financier de ces formations et le secteur associatif pour favoriser la participation des publics concernés.

3. Encourager la diversification du recrutement des intervenants sociaux, en particulier de niveau V, en multipliant les voies d’accès au concours et les ouvrant à de nouveaux publics, notamment en s’appuyant sur les dispositifs d’accueil des jeunes (service civique ou emplois d’avenir, par exemple).

4. Créer un diplôme de niveau II nécessaire pour l’exercice des fonctions d’encadrement et de management.

Assises Territoriales du travail social

Pratiques Inspirantes 3 en Ile-de-France / Centre – Février 2014


Nom du projet

Dépistage précoce de la tuberculose

Département


Seine-Saint-Denis


La bonne pratique que vous souhaitez décrire concerne :

POLITIQUE PUBLIQUE

THEMATIQUE TRANSVERSE

Exclusion / lutte contre la pauvreté / accès aux droits / insertion professionnelle




La place des usagers




Hébergement / Logement




La complémentarité des métiers du travail social et de l’intervention sociale

X

Protection de l’enfance et services aux familles




L’organisation du travail, management et parcours professionnels




Autonomie(PA-PH)




L’organisation et la coordination interinstitutionnelle entre acteurs




Egalité hommes/femmes




La formation initiale et continue




Autre : prévention santé

X

Le développement social et travail social collectif




Autre :








Territoire (s) concerné(s)


Le Grand ensemble de Clichy-sous-Bois

Type et nom de l'établissement





Public(s) cible(s)


La population locale

Description du projet

Le territoire de Clichy-Montfermeil représente une des zones du département de Seine-Saint-Denis qui compte le plus de personnes en difficulté sociale et le score Épices (indicateur de précarité mis en œuvre par les Centres d’examens de santé de la CPAM) y est supérieur à 40 dans plus de 80 % des cas, sachant qu’un score Épices supérieur à 30 est considéré comme le seuil à partir duquel on peut parler de vulnérabilité sociale.

Par ailleurs, un nombre anormal de cas de tuberculose a pu être recensé. De janvier 2010 à juin 2011, 18 cas ont été répertoriés sur 8 adresses au départ, puis 6 adresses par la suite. De fait, tous les déterminants socio sanitaires qui marquent les inégalités de santé sont présents. La question de l’immigration explique le turnover important avec la présence de marchands de sommeil. Certaines personnes sont amenées à changer de logement tous les 3 à 6 mois au sein du même quartier.

L’Arifa, association de médiation sociale et culturelle, a été interpelée initialement par un des responsables de centre de dépistage (CDDPS) de la tuberculose du Conseil général puis le travail a été consolidé par la suite avec un médecin du Conseil général qui connaissait déjà bien l’action des médiatrices par Profession Banlieue. Adaptation de l’approche en direction des populations difficilement atteignables : appel aux médiatrices pour leur facilité à entrer en contact avec la population, à aller à la rencontre des habitants, leur approche fondée sur l'information, la sensibilisation et l’incitation au dépistage. Hormis, les problèmes linguistiques, il faut savoir entendre, derrière certains mots employés par les professionnels de la santé, les représentations autour de la maladie, des craintes et croyances.

Conditions de réussite du projet

  • La démarche de médiation culturelle en elle-même (en termes de compréhension, mise en confiance, réassurance, etc.

  • La capacité des médiatrices à aller vers et entrer en contact

  • L'antériorité des médiatrices sur le territoire qui avait déjà assis leur reconnaissance par la population et les partenaires institutionnels

  • L'appartenance à une association de médiation sociale généraliste

L'ensemble de ces atouts non exhaustifs permet d’accepter la démarche de soins par la population.

Difficultés rencontrées

  • Mobiliser une population sur une maladie qui a une image très négative de maladie indigne avec des personnes qui ont, par ailleurs, des représentations différentes autour de la maladie.

  • Condition de travail précaire des médiatrices sociales et culturelles (contrat adultes relais, bas salaires)

  • Manque de reconnaissance des médiatrices par certains partenaires etc.

Acteurs impliqués

  • Conseil général 

  • ARS

  • villes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, en particulier le coordonnateur ASV de Clichy-sous-Bois

  • État

  • Associations locales 




Résultats/Impact sur les publics





Critères d'évaluation/Indicateurs de résultat




Accord pour diffusion publique

Oui/Non

Point de Contact



Nom

Madelin

Prénom

Bénédicte

Adresse mail

Benedicte.madelin@gmail.com

Téléphone

06 60 43 58 74

Fonction/organisation

Présidente de la Fédération des associations de médiation sociale et culturelle d’Île-de-France

Commentaires 








Assises Territoriales du travail social

Pratiques Inspirantes 4 en Ile-de-France / Centre – Février 2014


Nom du projet

RALLYE-EMPLOI

Département

SEINE ET MARNE

La bonne pratique que vous souhaitez décrire concerne :

POLITIQUE PUBLIQUE

THEMATIQUE TRANSVERSE

Exclusion / lutte contre la pauvreté / accès aux droits / insertion professionnelle

X

La place des usagers




Hébergement / Logement




La complémentarité des métiers du travail social et de l’intervention sociale

X

Protection de l’enfance et services aux familles




L’organisation du travail, management et parcours professionnels




Autonomie(PA-PH)




L’organisation et la coordination interinstitutionnelle entre acteurs

X

Egalité hommes/femmes




La formation initiale et continue




Autre :




Le développement social et travail social collectif




Autre :




Territoire (s) concerné(s)


Territoire de la Maison Départementale des Solidarités de Provins (canton de Provins, de Bray sur Seine, Nangis, Donnemarie-Dontilly et Villiers Saint Georges)

Type et nom de l'établissement


Conseil Général de Seine et Marne- Maison Départementale des Solidarités de provins

Public(s) cible(s)

Allocataires du RSA

Description du projet

Travail social de groupe avec les allocataires du RSA en démarche d’insertion professionnelle. Groupe de 8 à 9 personnes (l’objectif est de tendre à avoir un groupe de 12 personnes). L’action repose sur des actions quotidiennes avec les participants et les différents animateurs et intervenants du champ professionnel et social. L’action se déroule sur plusieurs semaines (3 semaines pour le Rallye 1, 5 semaines pour le Rallye 2 et 3 semaines pour le Rallye 3) tous les jours de la semaine à temps complet. Les animations visent à instaurer une dynamique de recherche d’emploi, un retour à la confiance en soi dans le cadre de démarches d’insertion professionnelle et une reprise d’un rythme de vie régulier. Les personnes vont prospecter dans les entreprises et organisent un petit déjeuner avec des employeurs. Est adossée à ces démarches, un travail de groupe permettant aux personnes de se valoriser à travers le regard des autres afin de devenir « acteur »  de leur propre évolution :coaching par l’utilisation des techniques théâtrales afin de préparer la prospection en entreprise et les entretiens d’embauche durant une semaine et intervention d’une psychologue coach professionnel sur les représentations face au « travail » et sur la gestion du stress. L’ensemble doit permettre de reprendre un rythme social et professionnel, de créer du lien social et s’inscrire ainsi dans un parcours d’insertion socio-professionnel.

Conditions de réussite du projet

La réussite repose sur des objectifs clairs pour l’ensemble des animateurs et des participants. Elle suppose une forte mobilisation des partenaires et une coordination quotidienne entre les animateurs et un retour d’informations au jour le jour. Cela implique également d’avoir de la souplesse pour réadapter les journées en fonction de la vie du groupe et d’être attentif aux besoins et difficultés des personnes.

Le Rallye-Emploi se réadapte en permanence en fonction des retours d’expérience des participants, des animateurs et des prestataires (durée du Rallye, type de prestations demandées, etc…)

Difficultés rencontrées

  • Cette action suppose d’avoir un réseau de partenaires fortement investi et suppose donc une disponibilité des animateurs qui ne sont par ailleurs pas dégagés de leur tâches de travail courantes au moment de l’action. Certaines structures peuvent être plus ou moins disponibles au moment de l’action et cela suppose donc de la solidarité entre partenaires (à la différence des prestataires qui sont là pour répondre à une commande).

  • Un bassin d’emploi très peu dynamique.

Acteurs impliqués

Conseil Général( DIHCS, MDS Provins), Pôle Emploi, Domicile-Services (association d’accompagnement vers l’emploi), Mission Locale, Initiatives 77 (opérateur du CG 77), Mission Locale, prestataires (coach du travail et Coach par l’utilisation de techniques théâtrales)

Résultats/Impact sur les publics


Reprise d’activité en CUI, CDD et CDI pour certains. Reprise de confiance en soi et reprises d’une vie sociale. Pour d’autres, continuité des recherches d’emploi dans le cadre de réunions mensuelles avec des animateurs du Rallye. Ces réunions ont été mises en place à la demande des personnes qui souhaitent créer un Club de chercheurs d’emploi (projet en cours de structuration).

Critères d'évaluation/Indicateurs de résultat

Nombre d’allocataires positionnés sur l’action

Nombre d’allocataires inscrits et ensuite présents sur les temps d’animation

Nombre d’entreprises visitées

Nombre d’entreprises prospectées

Nombre d’offres d’emploi cachés récoltés lors de la prospection

Nombre de démarches engagées par les participants dans les 6 mois, 12 mois et 18 mois.

Retour des allocataires sur leur sentiment lié à leur investissement et à leur progression

Constat des animateurs sur la vie du groupe et sur les évolutions individuels

Accord pour diffusion publique

Oui

Point de Contact



Nom

BERLAND

Prénom

Nelly

Adresse mail

Nelly.berland@cg77.fr

Téléphone

01.60.52.51.27

Fonction/organisation

Conseillère locale d’insertion- Maison Départementale des Solidarités de Provins- conseil général 77

Commentaires 



- La dernière demi-journée est consacrée aux bilans individuels et à la préparation du prochain Rallye-Emploi à partir des remarques et commentaires des participants ; L’objectif est également de solliciter la participation de l’un d’entre eux sur un ou des temps du Rallye à venir.

- Le Rallye-Emploi permet un gain de temps dans la connaissance des situations individuelles.

- Les participants se mettent en action rapidement avec des résultats visibles pour tout le monde.

Assises Territoriales du travail social

Pratiques Inspirantes 5 en Ile-de-France / Centre – Février 2014


Nom du projet

« DES DROITS DE L'HOMME AUX DROITS DE L'ENFANT »
Une action de formation-action du schéma départemental PMI, inscrite au plan de formation du Pôle Solidarités du conseil général 92, année 2012-2013
Se former ensemble aux droits fondamentaux pour renforcer la coopération entre les acteurs de la prévention et protection de l'enfance

Département

92

La bonne pratique que vous souhaitez décrire concerne :

POLITIQUE PUBLIQUE

THEMATIQUE TRANSVERSE

Exclusion / lutte contre la pauvreté / accès aux droits / insertion professionnelle




La place des usagers




Hébergement / Logement




La complémentarité des métiers du travail social et de l’intervention sociale




Protection de l’enfance et services aux familles

X

L’organisation du travail, management et parcours professionnels




Autonomie(PA-PH)




L’organisation et la coordination interinstitutionnelle entre acteurs




Egalité hommes/femmes




La formation initiale et continue

X

Autre :




Le développement social et travail social collectif

X

Autre :



1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   20

similaire:

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconRésumé Cet article s’intéresse au développement historique du travail...
«La construction sociale du travail intérimaire : de ses origines aux États-Unis à son institutionnalisation en France», Socio-Économie...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconLa Révolution commence en 1789 avec la réunion des États généraux...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconAspects legislatifs generaux
Art. R. 241-50. Le médecin du travail exerce une surveillance médicale renforcée pour

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconLes definitions du travail social dans le monde anglo-saxon
«approches» faits d’emprunts privilégiés à des disciplines : thérapies, psycho, psychosocio, socio, juridique etc…ou encore des procédures...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconMinistère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconII/ Les États généraux et l'Assemblée constituante
«de salut public» : levée en masse, mise en place de la Terreur, loi contre les suspects, loi du maximum des prix et des salaires,...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconPremière année de master de Droit social Année universitaire 2013 2014

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconHistoire du Travail Social
«Colonies correctionnelles» maison de correction  nécessité de former les personnels  éducateurs

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconComment la droite est-elle devenue libérale ?
«les fondamentaux républicains du pays» : la laïcité, l'indépendance de la France vis-à-vis des Etats-Unis, le progrès social Bref,...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 icon8. les lois laiques. Interpretation
«L'instruction populaire est contraire à la division du travail, disait-il, en l'introduisant, on proscrirait tout notre système...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com