Etats Généraux du Travail Social – 2014





télécharger 0.85 Mb.
titreEtats Généraux du Travail Social – 2014
page12/20
date de publication30.10.2017
taille0.85 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   20




Territoire (s) concerné(s)

L’ensemble du Département 92

Type et nom de l'établissement


Cap santé, direction PMI/PE en collaboration avec les chargés de prévention de l'ASE

La formation–action est une mise en œuvre des préconisations des 2 groupes de travail du schéma PMI , constitués d'une quarantaine de professionnels du Conseil général et de partenaires, sur la question : « Comment renforcer la coopération entre les tous les acteurs de la prévention et de la protection de l’enfance ? »

Public(s) cible(s)


Tous les professionnels et intervenants du domaine de l’enfance sur un territoire

Description du projet

LA FORMATION-ACTION
Objectifs :

- se connaître et échanger avec les autres acteurs en dehors du traitement des situations individuelles.

- développer une culture commune, portant sur la connaissance des droits fondamentaux de l’enfant.
- imaginer ensemble des actions locales de prévention basées sur le respect des droits de l'enfant pour un meilleur accompagnement de son développement physique, intellectuel, affectif et social.

Durée

La formation-action se déroule sur 2 jours. Elle est destinée à l’ensemble des professionnels œuvrant dans le champ de l’enfance, ASE, PMI, service social départemental, Education nationale, associations habilitées, PJJ, villes, mais également aux acteurs associatifs locaux qui soutiennent bénévolement les enfants et leurs familles (soutien scolaire, aide au départ en vacances...)
Pédagogie

Elle est ouverte à tous quelque soit son métier, sa fonction, son service, son engagement. Elle ne demande aucune connaissance préalable. Elle est basée sur une pédagogie participative qui ouvre la curiosité et laisse d'abord place au plaisir de l'interactivité en petits groupes pour dérouler ensuite le fil de la connaissance: un parcours découverte des droits fondamentaux en 4 parties. Plus qu'une compilation de savoirs, c'est l'architecture des droits, comment ils se forment, se complètent, se renforcent... qu'il est important de transmettre.

Du fait de leur diversité d'appartenance, les stagiaires enrichissent la formation, en apportant des informations complémentaires, en faisant part de leurs expériences.

La méthode et le contenu permette la convivialité et la dynamique positive.

Contenu

La première partie s'intéresse à l'histoire des droits de l'homme, de l'origine aux mécanismes actuels de mise en application et de contrôle, en passant par l'universalisation et l'adoption de conventions spécifiques comme la CEDH et bien sûr, la Convention internationale des droits de l'enfant, le texte des droits de l'homme le plus ratifié au monde.

La deuxième partie raconte l'histoire de la construction des droits de l'enfant en France, de la création des tours d'abandon sous l'ancien régime à nos lois les plus actuelles, en passant par le travail des enfants, les colonies pénitentiaires, le placement massif des enfants de l'Assistante publique dans des régions pauvres comme le Morvan, appelé « laitière de la France », les ordonnances de 1945 et 1958…Elle est illustrée par des documents originaux comme une médaille d’immatriculation ou un procès verbal de rupture de collier …

La troisième partie invite à découvrir la Convention internationale des droits de l'enfant, de ses origines à ses mécanismes actuels de mise en œuvre et de contrôle ainsi que son bilan, à l'international et en France notamment à travers l'évolution du droit de la famille et de l'enfant : droit à l'identité et à l'accès à ses origines, droit à vivre en famille et à être élevé par ses 2 parents, droit au maintien des liens d'attachement, droit à l'audition...

La quatrième partie permet la découverte d’actions de prévention basées sur le respect des droits fondamentaux afin d'en inspirer d’autres. Des actions à l’efficacité surprenante mais encore méconnue.

Celle de l’association Tostan,, éclosion en wolof, qui montre à travers son film « L’appel de Diégoune » sur l'abandon de l'excision, récompensé par les Nations Unis pour les 20 ans de la CIDE, à quel point l'éducation aux droits humains est un puissant moteur pour accompagner en douceur et en respect, les populations au changement.

Celle des associations de parrainage de proximité qui illustre cette solidarité citoyenne qui permet à un enfant de nouer une relation affective durable avec un adulte qui n’appartient pas ni à sa famille, ni à ses proches, mais qui va l’aider à grandir.

Celles des étudiants de l'AFEV qui dans les quartiers en difficulté vont accompagner à son domicile, un enfant dans sa scolarité afin de préserver son droit à l'égalité des chances.

Elle permet de mettre en valeur des actions menées par les services de proximité du Conseil général, comme un atelier parents-enfants dans un quartier populaire, animé par la PMI, et intitulé « Les histoire du mercredi » qui soutient le développement du langage et la découverte des livres pour favoriser la réussite scolaire.

Elle permet également de proposer aux participants d'intégrer le groupe départemental de « promotion des droits de l’enfant » pour animer des actions en direction des publics.
L’approche de la prévention, n’est alors plus basée sur les comportements à adopter ou à éviter, mais sur l’appropriation des droits fondamentaux de l’enfant et de leur respect pour accompagner son développement global.

Cette démarche fondée sur les droits permet d’être universelle, non stigmatisante, respectueuse de la culture et des opinions de chacun, fédératrice et positive.

Moyens humains

Une chargée de projet en prévention santé, titulaire d'une formation universitaire en Droit de l’homme et Droit humanitaire, animatrice de la formation

Un groupe de 8 co-animateurs, ,professionnels de l’enfance, principalement des chargés de prévention de l'Aide sociale à l'enfance, mais également deux éducatrices de l'association ESSOR, spécialisée en protection de l’enfance, un éducateur de prévention spécialisée et un directeur d'un centre de loisirs d'éducation populaire.

Conditions de réussite du projet

La réussite du projet est très liée au dynamisme partenarial. Le chargé de prévention de l’ASE par la connaissance du partenariat local peut être très moteur. Dans certaines villes, les services de l’enfance ou de l’éducation ont très fortement relayé l’information auprès de leurs agents et des associations locales. Les territoires où ils existent déjà des réseaux (éducation prioritaire, réussite éducative, santé ville, périnatal…) sont plus réactifs.

Difficultés rencontrées

Nous avons du annuler 2 formations, faute de participants, alors que sur d’autres territoires, nous n’avons pu répondre à la demande.

La communication autour du projet et son installation (recherche de salle) prennent parfois beaucoup de temps.

En interne, au sein du Conseil général, la question des droits de l’enfant est encore trop souvent confondue avec la protection de l’enfance. Les professionnels de l’ASE ont donc moins participé, mais ceux qui sont venus ont été parmi les plus enthousiastes.

Si les professionnels de tous horizons de l’enfance ont largement participé au projet, les intervenants (bénévoles d’association de solidarité, de parents d’élèves…) ont été peu nombreux.

Acteurs impliqués

Les associations THALIE, TOSTAN, AFEV, ESSOR, UNAPP

Les villes pour le prêt de locaux et de matériel

Résultats/Impact sur les publics


LA FORMATION-ACTION

29 formations pour un total de 549 participants.

Répartition:

Conseil général: 53%, (PMI, EDASS, ASE )
Partenaires 47%

- Villes (45%) : Centres de loisirs, crèches collectives, familiales, RAM- RAP

Maisons de soutien à la parentalité, Réussite éducative, BIJ

-Etat (33%) : Education nationale professeurs des écoles, services sociaux scolaires, CMP enfant, Commissariat, Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ)

-Associations (17%) : Prévention spécialisée, Associations de protection de l'enfance (AED, AEMO), CIDF , ADAVIP, Centres maternels, service de TISF…

- Autres (5%) : CAF, MDPH
LES ACTIONS DE SUITE
La construction d'outils pédagogiques:

- une exposition interactive «  Des droits de l'homme aux droits de l'enfant » en 14 tableaux

- un visuel illustrant les droits et les principes de la convention

- un jeu de cartes
Les animations réalisées

- 560 collégiens et lycéens

- 10 animateurs de centre de loisirs

- 20 professionnels d'un territoire avec trois animateurs de l'ASE
Les projets 2014

  • animation de rencontre parents-professionnels en structure enfance,

  • formation de lycéens professionnels à l’animation de l’expo en vue d’interventions au collège…

  • formation des membres d’une commission droits de l’enfant municipale en vue d’une semaine annuelle de mobilisation sur la ville

  • Animations de temps pédagogiques…

Critères d'évaluation/Indicateurs de résultat

La formation a été un succès du fait du grand nombre de participants, mais plus encore du fait des retours d'évaluation très positifs des stagiaires (en témoigne, une petite vidéo de 15 mn, tournée lors d’une formation).

La mixité des participants :

La formation a accueilli des professionnels de tous services et institutions du domaine de l’enfance ainsi que de tous métiers : assistantes sociales, éducateurs, pédiatres, pédopsychiatres, puéricultrices, auxiliaires, éducatrice de jeunes enfants, médiatrices culturelles, agents d’accueil, professeurs des écoles, responsables de service éducation…

Les retours d'évaluation:

Les stagiaires ont plébiscité la formation : 80% l'ont jugée très intéressante et 20% intéressante. Aucun participant ne l'a trouvé moyennement ou pas intéressante. Dans toutes les stages, l'histoire des enfants est la partie qui remporte le plus de succès, même si elle ne devance les autres parties que d'une courte tête.
Les appréciations les plus fréquentes portent sur
Les échanges:

« C'est la première fois que j'ai la chance de venir en formation avec mes collègues, médecin et puéricultrice. C'est elles qui m'ont entrainée. Je craignais que ce soit trop juridique. Finalement, j'ai appris beaucoup de choses et j'ai défendu mon opinion en petit groupe », une auxiliaire de puériculture.

« la liberté des échanges entre tous, venant de services et de métiers différents, a permis de s'enrichir des connaissances et expériences de chacun »
Le contenu

« Il serait bien que tous les professionnels de l'ASE, de la PMI, de l' EDAS puisent en bénéficier avant leur intégration dans nos services, pour éviter les visions cloisonnées», une responsable d'EDAS (Service social départemental)

« Les droits de l'homme et de l'enfant sont une aventure passionnante qui nous dynamise », un directeur de centre de loisirs.
« La prise en compte de tout ce que nous avons appris pendant ce stage peut nous permettre une meilleure assise professionnelle », une assistante sociale de l'ASE.
La diffusion aux parents, aux enfants, aux autres professionnels :

« Il est important de transmettre aux enfants, aux parents, aux animateurs toutes ces valeurs universelles d'égalité, de respect, de dignité, d'éducation, contenues dans les textes », un directeur de centre de loisirs.

« Ces droits recouvrent tous les aspects de vie de nos élèves. Nous pouvons imaginer une animation à partir de chaque thématique», une assistante sociale scolaire

« Je pense qu'organiser une communication autour de ces droits auprès des mamans résidentes pourraient faire changer leurs regards », une directrice de Centre maternel.



Accord pour diffusion publique

Oui

Point de Contact
Nom

Prénom

Adresse mail

Téléphone

Fonction/organisation

Duquesne

Colette

cduquesne@cg92.fr

0141206805 ou 0664405810

Chargée de projet prévention santé

Cap Santé

Direction PMI/PE

Pôle Solidarités

Conseil Général 92

Commentaires 







Entre 1995 et 2000, ATD Quart Monde a initié deux programmes expérimentaux de recherche action et de formation. Le but était de démontrer la validité et la pertinence du principe du croisement des savoirs et des pratiques. Ces deux programmes ont fait l’objet d’un partenariat entre ATD Quart Monde, des institutions universitaires et professionnelles, dont le CNFPT. L’ensemble des travaux et leur évaluation ont été publiés.
À la suite de ces programmes s’est constitué un Réseau ’Participation et croisement des savoirs’ qui est animé par ATD Quart Monde. Le Réseau réunit des universitaires, des professionnels et des responsables associatifs, qui soutiennent la promotion et le développement de la démarche collectivement et dans leurs propres milieux.
Depuis 2002, et à l’appui des acquis des programmes expérimentaux, plusieurs recherches-action et études ont été conduites, en France, en Belgique, au Québec.
Une soixante de co-formations ont été réalisées à la demande d’institutions très diverses. Plus de 700 professionnels ont suivi ces formations, des professionnels du secteur social, médical, de l’enseignement, de la magistrature.

Les co-formations réunissent des professionnels (15) et des personnes ayant l’expérience de la pauvreté et militantes d’ATD Quart Monde (5).

L’objectif est de chercher et de formaliser les conditions d’une amélioration des pratiques pour agir en partenariat contre la pauvreté et les exclusions.

Elles sont animées par deux animateurs, un professionnel référent du groupe des professionnels, et un membre d’ATD Quart Monde référent du groupe des personnes militantes.

Les participants travaillent leurs représentations mutuelles, ils analysent des interactions vécues, et co-construisent des conditions permettant d’agir ensemble contre la pauvreté, personnes et professionnels.
L’an dernier, les membres du Réseau « Participation et Croisement des Savoirs » ont démarré 3 ateliers pour consolider le développement de la démarche :
• la réalisation d’un séminaire épistémologique sur le croisement des savoirs, en partenariat avec des universitaires, pour gagner une plus grande reconnaissance de la démarche dans le milieu universitaire

• des cycles de formation à l’animation du croisement des savoirs pour des professionnels et responsables associatifs

• la formation à la démarche du croisement des savoirs dès la formation initiale des professionnels.
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   20

similaire:

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconRésumé Cet article s’intéresse au développement historique du travail...
«La construction sociale du travail intérimaire : de ses origines aux États-Unis à son institutionnalisation en France», Socio-Économie...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconLa Révolution commence en 1789 avec la réunion des États généraux...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconAspects legislatifs generaux
Art. R. 241-50. Le médecin du travail exerce une surveillance médicale renforcée pour

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconLes definitions du travail social dans le monde anglo-saxon
«approches» faits d’emprunts privilégiés à des disciplines : thérapies, psycho, psychosocio, socio, juridique etc…ou encore des procédures...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconMinistère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconII/ Les États généraux et l'Assemblée constituante
«de salut public» : levée en masse, mise en place de la Terreur, loi contre les suspects, loi du maximum des prix et des salaires,...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconPremière année de master de Droit social Année universitaire 2013 2014

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconHistoire du Travail Social
«Colonies correctionnelles» maison de correction  nécessité de former les personnels  éducateurs

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconComment la droite est-elle devenue libérale ?
«les fondamentaux républicains du pays» : la laïcité, l'indépendance de la France vis-à-vis des Etats-Unis, le progrès social Bref,...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 icon8. les lois laiques. Interpretation
«L'instruction populaire est contraire à la division du travail, disait-il, en l'introduisant, on proscrirait tout notre système...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com