Etats Généraux du Travail Social – 2014





télécharger 0.85 Mb.
titreEtats Généraux du Travail Social – 2014
page5/20
date de publication30.10.2017
taille0.85 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20
Partenariat avec l’université sur différentes thématiques : contractualisation, inter génération avec une ouverture sur les pratiques européennes.

Loiret
Association Les Clos du Loiret

L’association gère trois établissements. Une dynamique s’est installée sous la forme d’un groupement de coopération (MAS, maison de retraite, foyer de vie). C’est un regroupement de professionnels pour trouver des réponses institutionnelles et proposer des réponses qualitatives aux besoins des résidents. Dans le cadre de cette démarche, il est apparu que certains besoins entre les différentes institutions étaient proches : notamment les besoins médicaux. Ce groupement a abouti à une maison de santé à travers la mutualisation des professionnels.

Un travail de coopération et de mutualisation au service des populations, à partir des besoins repérés parait nécessaire pour apporter des réponses pertinentes, en associant les acteurs institutionnels (ex : la communauté de communes). Le fait de se rencontrer a permis de faire émerger les besoins à un autre niveau et d’apporter des réponses à un autre niveau.
PARADS (pôle d’accueil en réseau pour l’accès aux droits sociaux)

Ce dispositif qui fonctionne depuis 2005 est animé par la DDCS 45 et réunit : CAF, CPAM, CCAS, Conseil général, Ville d’Orléans, associations caritatives, associations locales, CARSAT, etc.

Parmi les objectifs : s’adresser à un public éloigné des institutions en organisant entre 2 et 4 actions par an où les institutions se déplacent sur les territoires.www.infodroitssociaux45.fr
Les actions sont menées en lien avec :

- 2 GEM (groupe d’entraide mutuelle) du département pour la mise en ligne du site par exemple.

- La commission des représentants des usagers du département.
« CLICOSS » (comité de liaison, d’information et de coordination des organismes sanitaires et sociaux) : créé par décret en 1959, ce dispositif constituait un lieu d’échanges permettant aux acteurs intervenant dans des secteurs très différents de se connaître, d’échanger sur leurs pratiques et de bénéficier de formations transversales et communes. Un décret de 2007 a mis fin à cette institution.








Ministère des Affaires Sociales et de la Santé

Direction Générale de la Cohésion Sociale





Assises territoriales du travail social - A.T.T.S.

de l’Inter région Ile-de-France / Centre

Métiers et complémentarités - Hébergement Logement
Groupe de travail 3 – Région Centre

" L’évolution du travail social à travers la thématique hébergement/logement"

Animé par la FNARS et le CCRPA du Centre

Cette production a été établie à partir d'un travail en atelier réuni le 4 avril 2014. Chaque atelier devait échanger sur une question et faire des préconisations en vue de l'amélioration de l'accompagnement social en direction des personnes accompagnées dans le cadre des politiques publiques de l'hébergement et du logement.

Un questionnaire établi par les services de la DRJSCS du Centre, repris par les membres du CCRPA du Centre a été utilisé pour mener les travaux en atelier.

1. Représentation de l'accompagnement social dans les services, dispositifs et structures chargés de répondre aux demandes des personnes sans abri ou en logement précaire
Il est difficile de parler de l'accompagnement social sans aborder les dispositifs qui le structurent. En effet, comment parler de parcours quand on n'arrive pas avoir de place par le 115 et qu'on ne connaît pas les autres possibilités, s'il y en a ?

Le manque d'écoute et d’explication lors des refus 115 est particulièrement cité comme un moment d'abandon et d'incompréhension, laissant libre cours à tous les fantasmes sur le pourquoi du refus.
Dans l'ensemble, le premier accueil est repéré comme étant le point de départ du lien entre les personnes accueillies et les travailleurs sociaux. De ce fait, ce moment doit faire l'objet d'une attention particulière des équipes.

« Une personne dans la difficulté a besoin d'être rassurée dans ce moment de fragilité », il est donc nécessaire que le travailleur social lui consacre le temps nécessaire et soit, du moins dans un premier temps, son interlocuteur exclusif lui permettant d'avoir un référent identifié et rassurant, lui permettant de faire ses premiers pas dans la structure et dans son parcours d’hébergement.
La connaissance des dispositifs et de l'environnement partenarial par les travailleurs sociaux est unanimement repérée comme étant une donnée importante dans un accompagnement social efficace. Il est remarqué que certains travailleurs sociaux semblent ne pas connaître cet environnement. Certains témoignages font état de solutions trouvées lors du changement de travailleur social, alors que la possibilité existait préalablement.
Les personnes accueillies ne connaissent pas toujours le dispositif qui leur serait le plus adapté. Elles n'ont pas le sentiment qu'on leur explique clairement ou alors, la complexité qu'elles ont dans la compréhension de ces derniers, ne leur permet pas toujours de comprendre et d'envisager la suite de leur parcours.

Le CHRS et la pension de famille sont les dispositifs les mieux identifiés par les personnes accueillies avec, pour ceux qui en ont bénéficié, un vrai plus repéré quant à l'accueil et la prise en charge de l'accompagnement social dans les CHRS, grâce à une plus grande disponibilité des travailleurs sociaux et les actions collectives.

2. Qui sont les personnes sollicitant ces services et structures (situation personnelles, besoins, statuts) ?

Les personnes qui font appel aux services d’hébergement ont fortement évolué. Les grands exclus sont malheureusement toujours présents mais, tous ont senti une évolution notable du nombre de familles nécessitant ce type d'accompagnement. Dans ce cadre, les enfants sont très présents dans les structures, ce qui implique de modifier les prises en charge et demande aux travailleurs sociaux de s'adapter à ces nouvelles réalités.
De manière générale, les publics qui font appel à ces services et structures peuvent se décliner. Bien sûr cette énumération ne se veut pas exhaustive mais reflète les impressions des membres de l'atelier :

- Demandeurs d'asile et personnes d'origine étrangère

- Jeunes de moins de 25 ans

- Travailleurs pauvres

- Personnes souffrant de poly-addictions

- Bénéficiaires des minima sociaux

- Personnes souffrant de problématiques psychologiques voire psychiatriques

- Personnes ayant eu des parcours « aide sociale à l'enfance »
Un grand nombre des personnes qui sollicitent ces services aujourd'hui ne faisaient pas partie du public représenté il y a une dizaine d'années dans les structures.

L’accès direct au logement qui, pour certains, pourraient s'envisager n'est bien souvent pas possible pour des raisons plus administratives que sociales.

3. Les services, dispositifs et structures d'accueil, d'hébergement et d'accès au logement sont-ils adaptés aux personnes qui les sollicitent et pourquoi ?
Même si on peut reconnaître que les services, dispositifs et structures d'accueil, d'hébergement et d'accès au logement sont théoriquement adaptés aux personnes qui les sollicitent, il est question pour certains d'être orienté vers le bon dispositif.
Les personnes ne connaissent pas les différents dispositifs et ne peuvent, de ce fait, faire valoir leur choix. De plus, il peut également y avoir des lacunes dans la connaissance de l'environnement partenarial par les travailleurs sociaux ce qui, selon certains témoignages, peut ralentir significativement les parcours d'hébergement et retarder, de fait, l'entrée en logement autonome.
Il est noté un manque de formation des travailleurs sociaux vis-à-vis notamment des personnes souffrant de troubles psychiques, une impression de manque de coordination des travailleurs sociaux entre eux.
Le respect de la vie privée des personnes n'est pas toujours respecté. Certains témoignages font état de travailleurs sociaux trop intrusifs « qui se prennent pour des psychologues ».
Il est également rappelé la difficulté d'entamer un parcours quand, tous les matins, les personnes sont remises à la rue et qu'elles ne savent que faire, si ce n'est attendre pour rappeler afin de savoir si elles pourront avoir une place le soir.
Les horaires très stricts, dans certaines structures, sont également cités comme étant des contraintes ne facilitant pas l'autonomie des personnes.

4. Les services, dispositifs et structures d'accueil, d'hébergement et d'accès au logement favorisent-ils le parcours des personnes vers le logement ?
L'accompagnement vers le logement peut paraître trop long. Certains parlent d'un manque de continuité dans l'accompagnement et d'un manque de disponibilité des travailleurs sociaux.

Les bailleurs ne jouent pas toujours le jeu et prennent très peu de risques.

Les personnes déboutées du droit d'asile n’ont pas la possibilité d'accéder à un logement autonome.

Certaines personnes, en pension de famille, considèrent qu'elles ne sont pas assez accompagnées vers un logement totalement autonome, même quand elles en font la demande. Il est cité un manque de réactivité des différents services et institutions ainsi qu'un déficit d'information sur les dispositifs existant sur le territoire.

Les personnes considèrent que seuls les CHRS leur offrent la possibilité d'être accompagnées dans la proximité avec des professionnels disponibles et accessibles. Toutefois, elles considèrent que, selon le travailleur social, le parcours et les possibilités seront plus ou moins rapides.

La bonne connaissance des dispositifs et de l'environnement social territorial sont des données qui semblent améliorer les résultats en matière d'accès à un logement autonome. Il faut laisser aux travailleurs sociaux le temps nécessaire pour se former et approfondir sa connaissance de l'environnement et de ses potentialités.
Quelles actions pourraient-être envisagées pour répondre aux besoins actuels ?
• Proposer des réunions d’information pour expliquer les dispositifs d’accès au logement, les démarches à effectuer. Présence de représentants des usagers lors de ces réunions

• Organiser des manifestations sur le logement (forums)

• Favoriser la mise en place de dispositifs ayant fait preuve de leur efficacité sur d’autres territoires

• Ouvrir les CHRS sur l’extérieur

• Faciliter les mises en relation avec les partenaires extérieurs (bailleurs sociaux, bailleurs privés, FSL)

• Établir des partenariats avec les bailleurs privés pour faciliter l’accès au logement autonome

• Permettre la réquisition de logements vacants

• Favoriser les partenariats avec les structures de soins (ex : addictions) et organiser des permanences au sein des structures d’hébergement

• Apporter davantage d’explications sur les refus liés au 115 (améliorer la formation des écoutants 115)

• Faire une meilleure expertise des besoins réels par un entretien physique au sein du SIAO

• Travailler les règles de la structure en CVS (travailleurs sociaux et résidents)

• Rendre les CVS obligatoires

• Mieux informer les résidents de leurs droits et devoirs

• Avoir un référent unique, permettre le suivi de résidents par un seul référent

• Instaurer la cosignature de tous les documents concernant la personne accompagnée (travailleur social et personne accueillie) pour éviter les problèmes grâce à un engagement réciproque

• Faciliter le relais d’informations entre travailleurs sociaux, le temps de transmission entre travailleurs sociaux pour obtenir continuité et cohérence

• Former davantage les travailleurs sociaux aux cas particuliers (ex : troubles psychiques)

• Adapter les structures aux personnes qui ont des animaux de compagnie

• Faciliter le stockage d’affaires personnelles de résidents

• Favoriser les transports pour les structures excentrées du fait des difficultés des résidents en matière de démarches (administratif, emploi)

• Favoriser l’accès à la culture, au sport, aux soins

• Permettre les achats en gros et le stockage de denrées pour faciliter les achats des personnes ayant des difficultés à se déplacer (personnes âgées)








Ministère des Affaires Sociales et de la Santé

Direction Générale de la Cohésion Sociale





Assises territoriales du travail social - A.T.T.S.

de l’Inter région Ile-de-France / Centre

Métiers et complémentarités - Hébergement Logement
Groupe de travail 5 – Région Centre

Contribution d’un collectif d’étudiants de l’Institut régional de formation sanitaire et sociale IRFSS de la région Centre – Tours
« La communication professionnelle dans les métiers du travail social, à partir du thème de la communication sur le métier d’assistant(e) de service social

Contribution
Présentation par des étudiants en service social, en première année de formation, d’une démarche de communication professionnelle.

Diffusion d’un film d’une durée de 10/15mn réalisé à partir de supports diversifiés (affiches, émission de radio, vidéos …) créés par plus de 200 étudiants au cours de la période 2010/2014 dans le cadre de leur formation au domaine de compétences 3 « Communication professionnelle en travail social ».
Présentation lors des Assises

Cette contribution sera présentée par les étudiants en fin de matinée de 12h55 à 13h, avant la pause méridienne. Le film produit sera diffusé dans la salle des Assises, pendant le temps de repas pris, de 13h/14h, dans les locaux accueillant les participants à cette journée. Ce montage audio visuel sera placé et projeté à partir d’une clé USB (ou transmis au préalable, via « le cloud » à la DRJSCS Ile-de-France).
Préparation et intérêt de la contribution

Préparation :

- collecte de l’accord des étudiants ayant réalisé les supports utilisés dans le montage audio visuel.

- pendant le mois de mai 2014, les étudiants impliqués dans le projet se réunissent chaque semaine pour finaliser le montage : face à la diversité des supports, une sélection est réalisée afin de répondre aux objectifs des Assises.
Contexte et intérêt de la contribution dans le cadre des Assises territoriales du travail social

Les Assises interrégionales Ile-de-France Centre ont pour thème la complémentarité des métiers dans la mise en œuvre des politiques de l’accueil, de l’hébergement et du logement.

Après l’ouverture de la journée, deux tables rondes s’organiseront autour des thèmes suivants :

- « L’articulation des professionnels du travail social et des intervenants sociaux dans le territoire »

- « La complémentarité des métiers dans la construction des parcours en matière d’hébergement et d’accès au logement et les travaux du groupe CCRPA, conseil consultatif des personnes accueillies, accompagnées de la région Centre »
Lors de ces restitutions seront évoqués :

- une multiplicité, un certain cloisonnement des dispositifs, la création de réseaux professionnels et institutionnels, des actions partenariales ;

- des propositions formulées par les représentants des personnes accueillies : « proposer des réunions d’informations pour expliquer les dispositifs d’accès au logement », « faciliter le relais d’informations, le temps de transmission entre travailleurs sociaux » ;

- les pratiques et les enjeux des écrits professionnels.
Ces thèmes de réflexion et de débat sont en lien avec la communication professionnelle en travail social, domaine de compétence transversal dont les attendus portent sur :

- l’établissement d’une relation professionnelle : savoir accueillir, présenter son service, favoriser l’expression, adapter ses modes de communication ;

- l’élaboration et la transmission d’informations : savoir informer sur l’accès aux droits, construire une analyse, argumenter des propositions.
La contribution présentée par un collectif d’étudiants de l’IRFSS de la région Centre s’inscrit dans les questionnements portés par les Assises territoriales tant par son contexte que ses objectifs :
« Pourquoi, où et comment communiquer sur le métier d’Assistant de Service Social ? »

« Comme bien d’autres métiers du travail social, cette question nous préoccupe. Pour être plus accessible, mieux repéré, davantage complémentaire…il faut être en mesure d’adapter notre communication.

C’est pour préparer les professionnels de demain que ce projet pédagogique de « communication en travail social » - transversal à l’ensemble des domaines de compétences - est né il y a 4 ans.

Fort de cette expérience - transposable à tout métier du travail social - il est proposé un extrait des productions réalisées par 4 promotions d’étudiants.

Un regard neuf, de la créativité, de l’humour et parfois de la caricature pour faire évoluer les représentations, tels sont les ingrédients des supports présentés…

AS SOULET, Formatrice Domaine de compétence 3 « Communication professionnelle en travail social ».
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

similaire:

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconRésumé Cet article s’intéresse au développement historique du travail...
«La construction sociale du travail intérimaire : de ses origines aux États-Unis à son institutionnalisation en France», Socio-Économie...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconLa Révolution commence en 1789 avec la réunion des États généraux...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconAspects legislatifs generaux
Art. R. 241-50. Le médecin du travail exerce une surveillance médicale renforcée pour

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconLes definitions du travail social dans le monde anglo-saxon
«approches» faits d’emprunts privilégiés à des disciplines : thérapies, psycho, psychosocio, socio, juridique etc…ou encore des procédures...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconMinistère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconII/ Les États généraux et l'Assemblée constituante
«de salut public» : levée en masse, mise en place de la Terreur, loi contre les suspects, loi du maximum des prix et des salaires,...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconPremière année de master de Droit social Année universitaire 2013 2014

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconHistoire du Travail Social
«Colonies correctionnelles» maison de correction  nécessité de former les personnels  éducateurs

Etats Généraux du Travail Social – 2014 iconComment la droite est-elle devenue libérale ?
«les fondamentaux républicains du pays» : la laïcité, l'indépendance de la France vis-à-vis des Etats-Unis, le progrès social Bref,...

Etats Généraux du Travail Social – 2014 icon8. les lois laiques. Interpretation
«L'instruction populaire est contraire à la division du travail, disait-il, en l'introduisant, on proscrirait tout notre système...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com