L'imaginaire de la ville dans les romans





télécharger 72.4 Kb.
titreL'imaginaire de la ville dans les romans
page2/2
date de publication21.10.2016
taille72.4 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2

La Curée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, rechercher

La Curée

illustration de la curée




Auteur

Émile Zola

Genre

Roman naturaliste

Pays d'origine

France

Date de parution

1872

Série

Les Rougon-Macquart







Chronologie

La Fortune des Rougon

la fortune des rougon

La Fortune des Rougon




Le Ventre de Paris

Le Ventre de Paris

le ventre de paris




La Curée est un roman d'Émile Zola paru en 1872, deuxième volume de la série Les Rougon-Macquart.

Sommaire

[masquer]

  • 1 Personnages

  • 2 Trame de l'œuvre

  • 3 Voir aussi

  • 4 Notes et références

  • 5 Bibliographie

  • 6 Liens externes

Personnages [modifier]

  • Aristide Rougon/Saccard : Fils de Pierre et Félicité Rougon, il est le frère cadet de Eugène Rougon, qu'il admire. Déjà apparu dans La Fortune des Rougon, il y joue dans le premier roman de la série des Rougon-Macquart le rôle du journaliste républicain de province. Opportuniste, il change de camp au moment du coup d'Etat et soutient le parti de ses parents, assistant sans intervenir au meurtre par un gendarme de son cousin, jeune insurgé politique idéaliste. Aristide Rougon change de nom pour Saccard à son arrivée à Paris, en partie pour ne pas compromettre son frère en cas de découverte de ses malversations et, en partie car "il y a de l'argent dans ce nom là; on dirait que l'on compte les pièces de cent sous"[1]. Profondément cupide et fin stratège, son frère lui trouve une place à l'Hôtel de ville, ce qui lui permet de prendre part à la Curée, via des spéculations relatives à la vente d'immeubles et de terrains parisiens à l'occasion de la réalisation des projets d'aménagement du baron Haussmann. De son premier mariage avec Angèle Sicardot, il a deux enfants, Clotilde et Maxime. Après la mort, bienvenue, de son épouse, il se remarie par l'entremise de sa soeur, Mme Sidonie, avec Renée Béraud du Châtel, riche héritière à qui il volera discrètement son argent et ses biens. Devenu une grande fortune de Paris, malgré des risques sérieux de banqueroute, il survit à sa seconde épouse à la fin du roman, plus complice de son fils et du régime que jamais. Il réapparait par la suite dans L'Argent.

  • Renée Saccard : Née Béraud du Châtel, fille d'un ancien magistrat mis à l'écart après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Alors qu'elle sortait d'un couvent, elle se fait violer par un homme d'une cinquantaine d'années et tombe enceinte. Elle révéla à son père sa grossesse, mais non son viol, avec la complicité de sa tante. A la recherche d'un homme acceptant de se faire passer pour le père de l'enfant, elle trouve, via Mme Sidonie, pour jouer ce rôle et l'épouser Aristide Saccard. L'enfant ne voit pas le jour, Renée fait une fausse couche, permettant à Aristide de cumuler les avantages dans le monde que constituent une belle épouse, un grand nom, une grande fortune et de belles propriétés sans avoir l'inconvénient de les partager avec un héritier. Personne amorale, ponctuellement dévorée de remords liés à son éducation de grande bourgeoise classique, elle mène une vie de luxe insolent et de succès mondains, cherchant à satisfaire son désir de vices et de plaisirs. A l'arrivée au foyer familial de Maxime, elle le traite comme son enfant, rapidement comme son ami avant de former le projet de le séduire et d'en faire, avec succès, son amant. Lorsque Maxime la quitte pour se marier à Louise et que son mari lui vole ses biens, elle sombre dans le chagrin, le jeu, et finit par mourir d'une méningite.

  • Maxime Rougon/Saccard : Fils de Aristide et Angèle Saccard, il passe les quinze premières années de sa vie à Plassans élevé par sa grand-mère, Félicité Rougon (La Fortune des Rougon). Arrivé à Paris après la mort de sa mère, son physique androgyne et sa malice lui ouvrent les faveurs des hautes bourgeoises parisiennes. Archétype de l'homme-femme, symbole de la décadence de la haute société impériale, il représente également le "petit crevé", fils de parvenu parisien du second Empire vivant des rentes de ses parents.

  • Angèle Rougon/Saccard : Née Sicardot, calme et douce, folle de nourriture et de maquillage, elle est la première femme d'Aristide Rougon. Elle découvre le secret de la Curée lorsque son mari, ivre, lui révèle les plans secrets du baron Haussmann. A sa mort, des suites d'une maladie foudroyante, elle comprend les plans de remariage de son mari, mais semble dans son dernier regard lui pardonner cette cruauté.

  • Clotilde Rougon/Saccard : Fille de Aristide et Angèle Rougon/Saccard, après la mort de sa mère elle part vivre chez son oncle Pascal à Plassans. Elle réapparait dans Le Docteur Pascal.

  • Louise De Mareuil : Fille de bourgeois, très riche héritière, elle est une des premières à découvrir l'inceste entre Maxime et Renée. Fiancée de Maxime elle reste placide cependant et l'épouse. Atteinte d'une grave maladie, bossue et pleine d'esprit, elle finit sa vie en Italie avec son jeune mari dans la première année de son mariage.

Trame de l'œuvre [modifier]

Le personnage principal est Aristide Rougon, dit Saccard, qui va faire une rapide fortune en spéculant sur les futurs terrains à bâtir à l'époque des grands travaux menés à Paris par le baron Haussmann.

L'action se déroule à paris. Eugène Rougon a fait carrière en politique grâce à son soutien à Napoléon III: il est ministre. Son frère Aristide commence en bas de l'échelle par un modeste emploi. Sa femme s'appelle Angèle. Ils ont une fille ( Clotilde ) et un garçon (Maxime), ce dernier vivant encore à Plassans chez ses grand-parents.Ils vivent dans un modeste appartement deux pièces. Eugène aide son frère à obtenir un emploi à la mairie de Paris, ce qui permet à ce dernier d'avoir accès à tous les plans des travaux d'Haussmann. Sa femme meurt. Il envoie sa fille chez Pascal, un de ses frères et se marie à une jeune fille nommée Renée Béraud du Châtel, par intérêt. Ayant pris le nom d'Aristide Saccard, il peut participer à la curée, le dépeçage de Paris par les spéculateurs, tâche dont il s'acquitte à merveille. Il accumule rapidement une grande fortune en achetant à bas prix des immeubles entiers dont il sait qu'ils seront bientot rachetés a prix d'or par la ville, qui souhaite les détruire afin de construire les futurs grands boulevards de la capitale. Pourtant, Aristide a un train de vie faramineux et il ne refuse aucune dépense à ses proches. Ayant besoin de toujours plus d'argent, et alors qu'il accumule les échecs spéculatifs, il escroque sa propre femme Renée, qui possède un important capital immobilier, sans aucun scrupule.

Le roman comporte également une intrigue amoureuse. Devenu veuf, Saccard a épousé Renée Béraud du Châtel, dont la fortune lui avait permis de se lancer dans la spéculation. Le couple est libre, chacun des deux époux ayant de nombreux amants sans que cela gêne l'autre le moins du monde. Jusqu'au jour où Renée, nouvelle Phèdre, tombe amoureuse de Maxime, fils que Saccard a eu de son premier mariage. La relation semi-incestueuse entre Renée et Maxime est finalement connue de Saccard, sans que celui-ci en soit vraiment affecté. Le roman se clôt sur une Renée abandonnée par Maxime, dépossédée de sa fortune par Aristide, et qui sombre dans la folie avant de mourir d'une méningite.

Le Ventre de Paris




Auteur

Émile Zola

Genre

Roman naturaliste

Pays d'origine

France

Date de parution

1873

Série

Les Rougon-Macquart
















Le Ventre de Paris est un roman d’Émile Zola publié en 1873, le troisième de la série Les Rougon-Macquart.

L’action se passe pour l’essentiel aux Halles centrales de Paris, construites par Victor Baltard entre 1854 et 1870, énorme bâtiment à structure métallique dans lequel les murs sont remplacés par des vitres, la plus grande innovation architecturale du Second Empire. Fasciné par les Halles, Zola en fait dans son roman une sorte de monstre, comme le seront plus tard le grand magasin dans Au Bonheur des Dames, l’alambic dans l'Assommoir ou la locomotive dans la Bête humaine.

Les membres de la famille des Rougon-Macquart ne jouent pas un rôle essentiel dans le roman : Lisa Macquart, la sœur de Gervaise (voir l'Assommoir), mariée à un nommé Quenu, y est une charcutière; on voit aussi apparaître sa fille, Pauline Quenu, qui sera l’héroïne de La Joie de vivre, et surtout Claude Lantier, son neveu , jeune peintre, futur héros du roman l'Œuvre.



L’histoire

Le personnage principal se nomme Florent, demi-frère de Quenu. Arrêté par erreur à la suite du coup d'État du 2 décembre 1851, il a été déporté au bagne de Cayenne en Guyane, dont il a réussi à s’évader. Il arrive à Paris en 1858, et obtient une place d’inspecteur au pavillon de la marée, à l’intérieur des Halles. Mal à l’aise au milieu des disputes des harengères, Florent rêve d’un monde meilleur, et anime une petite société secrète. "Dénoncé" par Lisa, sous la pression de Mademoiselle Saget, il sera arrêté et renvoyé au bagne pour la plus grande joie du quartier où les gras, symbolisés par les Quenu, supportaient mal l’intrusion et les critiques des maigres, représentés par Florent et Claude Lantier.

Explication du titre [modifier]

Le Ventre de Paris est une métaphore faisant référence aux Halles centrales de Paris par son abondance de nourriture, les Halles y sont dépeintes comme un monde fleurissant où rien n'existe à part la nourriture, la beauté, la richesse et la prospérité riment avec la nourriture, ainsi même les plus belles femmes, comme Lisa Quenu, sont bien en chair, elles sont bien "grasses" comme la viande de la charcutière.

Le Ventre traduit également une absence totale de coeur, où les bourgeois pensent que le physique peut dépeindre à la fois le passé et l'âme; ainsi, pour eux, un homme gras est un homme honnête qui a prospéré, tandis qu'un maigre est un crève-la faim qui a commis des actions condamnables. Cela se remarque particulièrement avec Florent, les "gras" lui en veulent d'être si maigre et Lisa, bien qu'au courant qu'il a été envoyé au bagne, pense que, comme tout bagnard, cela est de sa faute. Il y a ici, une absence totale d'empathie, il n'y a nulle pitié ou compassion pour les plus faibles, les bourgeois pensent même que personne ne vit si pauvrement qu'il ne peut pas manger durant plusieurs jours et la majorité des commerçants aime l'Empire et Napoléon III car leurs affaires prospèrent sous lui. Tout cela nous montre la classe bourgeoise que les ouvriers méprisent, d'ailleurs lorsque Lisa nie la possibilité de vivre plusieurs jours sans manger, on ne peut que penser au passage de souffrance lorsque les mineurs de Germinal sont en grève et qu'ils n'ont rien à manger.
1   2

similaire:

L\Manettes
«théâtre» et deux «romans». Romans divers cartonnage dos cuir rouge (décolorés) + trois vols dont «l’Artiste» deux tomes de 1864...

L\Issu de l’imaginaire de Pascal Mathelon, Les Percussions Galactiques...

L\Collège : Merouani Abed – Oued Sly Année scolaire
«Dhakirat Al jassad» qui est classé parmi les cents meilleurs romans arabes. Elle écrit d’autres romans tels que «Aber Sarir» «El...

L\Lettre ouverte aux honorables membres du comite de l’aern
«ou l’on verra qu’il n’en etait rien !», comme on l’écrivait jadis en tête de chapitre dans les romans pour enfants…

L\Etude de documents : dimensions et objectifs de la politique de la ville à l’égard des zus
«contrat de ville» et des objectifs de la politique de la ville. (Source : ministère de la ville)

L\Communication au Groupe Hugo, 14 mars 2015
«monde secondaire», dont les lois propres ne sont pas les mêmes que celles qui ont cours dans le monde rée Dès lors, comment comprendre...

L\Dans la littérature naturaliste (Goncourt, Huysmans, Maupassant, Zola)
«les romans sont des simulations, c’est-à-dire des expérimentations fictives sur un modèle3» – cette notion de simulation apparaît...

L\Pendant que l’élite poursuit son voyage vers une destination imaginaire,...
«la mondialisation» n’est rien d’autre au fond que la prédation progressive de l’économique sur toute autre considération

L\Bibliographie pour les 5èmes romans historiques

L\2/ Dès 8 ans : les romans illustrés (nouvelle tendance)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com