Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français





télécharger 1.61 Mb.
titreApplication de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français
page1/18
date de publication21.10.2016
taille1.61 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

APPLICATION DE LA LOUPE ODFLN A L’ETUDE DU CAS DE MADAGASCAR


Gil Dany RANDRIAMASITIANA

Université d’Antananarivo

I. LE STATUT DU FRANÇAIS


I.1 DANS LA CONSTITUTION

Etant jusqu’alors en vigueur, la Loi Constitutionnelle numéro 98-001 portant révision de la constitution stipule en son article 4 que “ le malagasy est la langue nationale ”

(République de Madagascar, Présidence de la République, 2000, Loi constitutionnelle numéro 98-001, Imprimerie Nationale, Antananarivo, p. 42)

1.1.1. Langues officielles

1.1.1.1. La langue officielle est la langue des ancêtres (tenin – drazana) c’est-à-dire le malgache standard et / ou dialectal. Mais la langue française, de par son poids historique (voir grille) demeure depuis plusieurs décennies une langue additionnelle ayant un statut quasi officiel.

1.1.1.2. L e tableau synoptique ci – dessous met en relief les dates marquantes du statut des langues partenaires à Madagascar.

Documents de référence

Statut des langues partenaires


Décret royal du 25 mars 1823

Langue merina = langue officielle

Circulaire du 5 octobre 1896

Le français : langue officielle et langue d’enseignement

Constitution du 29 avril 1959, article 2, paragraphe 7

Le malgache et le français : langues officielles de la République.

Charte de la Révolution socialiste (1975 )

Bilinguisme de circonstance

Constitution de 1992, article 4

Le malagasy est la langue nationale ; bilinguisme institutionnel

Constitution de 1998 susmentionné

Idem

Tableau 1

1.1.2. L’actuelle Constitution reste muette et implicite en ce que concerne les autres langues ( le français, L2 – l’anglais, L3…)

1.1.2.1. sur les 152 articles , la question linguistique n’est abordée que dans l’article 4 susmentionné et l’article 26. Dans ce second article, il est dit :

“ L’Etat assure la promotion et la protection du patrimoine culturel national ainsi que de la production scientifique, littéraire et artistique. ”

1.2. DANS LES DISPOSITIONS INTERNATIONALES

Les renseignements recueillis auprès du ministère malgache des affaires étrangères peuvent être résumés de la manière suivante : au niveau des relations multilatérales ( France – Afrique, Francophonie, Pays Non Alignés, Organisation des Nations Unies, COMESA, NEPAD …) la principale langue de travail des diplomates ou des délégations malgaches reste le français, la traduction multilingue simultanée étant utilisée ; au niveau des relations bilatérales, Madagascar continue de mettre en œuvre la politique tous azimuts, néanmoins la principale langue de travail demeure le français. L’accréditation des ambassadeurs non francophones auprès du Chef d’Etat s’effectue en langues étrangères autres que le français, les interprètes des deux camps utilisent soit une des langues de travail de l’ONU soit leurs langues maternelles respectives. L’usage du malgache standard par le feu et polyglotte Rabenoro Césaire, ancien ministre des affaires étrangères, lors de l’accréditation des diplomates étrangers, est une pratique langagière célèbre et peu fréquente dans les annales de la diplomatie malgache.

1.3. DANS LES DISPOSITIONS DE LOI

1.3.1. La politique linguistique nationale n’est pas également explicite sur l’usage des langues dans l’administration. A mesure qu’en s’achemine vers l’administration centrale (ministères, haute cour constitutionnelle…), la principale langue de travail est le français ; par contre, à mesure qu’on se rapproche de l’administration locale, des collectivités locales décentralisées, l’usage du malgache standard et/ ou dialectal est inévitable :

- il en est de même pour la correspondance écrite avec les citoyens à prépondérance analphabète ou potentiellement désalphabétisée (voir notre Grille ODFLN ) ;

- les communications verbales informelles ou formelles se déroulent de la même manière, sauf qu’on y remarque également des mélanges/alternances de codes ;

- les publications officielles sont rarement rédigées en malgache standard.

- les rapports de mission des agents de l’Etat ou ceux du secteur privé ou semi – privé , les enquêtes démographiques et sociales réalisées par l’Institut National de la Statistique, les comptes – rendus des conférences – débats, les règles de la correspondance administrative (voir par exemple Note circulaire numéro 005122/97-MINESEB/SG/Lég. Du 5.6.1997…), etc. sont rédigés en français ; 

- excepté les affiches et les prospectus de sensibilisation ou d’information médicale ( sur les vaccins, les règles d’hygiène élémentaire, la prophylaxie sur la tuberculose, la lèpre, etc. ) en malgache standard, les pratiques communicationnelles au sein du ministère malgache de la santé et de ses services régionaux restent tributaires des modes de fonctionnement linguistique sus- évoqués ;

- quant aux autres domaines liés aux services gouvernementaux tels que les journaux officiels, les services postaux, les services des impôts, etc. sont d’une manière générale bilingues, c’est-à-dire en malgache et en français. Nonobstant, tout ce qui touche au tourisme, au contact avec les étrangers (aéroport, guichet des tickets d’avion, sites web des agences de voyage et des hôtels, etc. ), est généralement en deux ou trois langues ( le malgache, L1, le français, L2 l’anglais, L3)

1.3.2. L’imprécision ou l’absence de disposition juridique catégorique concernant les langues en présence. ( L1, L2, L3…) se retrouve également dans les communications écrites et verbales au sein de l’Assemblée Nationale (organe judiciaire et concepteur de lois) ou du Sénat ( organe consultatif sur les questions économiques, sociales et l’organisation territoriale, cf Constitution de 1998, op . cit . p. 54 ). Les documents de travail (décrets, arrêtés, projets de loi…) sont dans la plupart des cas en français et rarement en malgache standard. Mais les prises de parole en sessions extraordinaire, plénière se réalisent soit en malgache standard et/ou dialectal soit en mélangeant/alternant le français et le malgache standard et/ou dialectal. Il y a en quelque sorte une triglossie .

1.3.3. Le bilinguisme judiciaire est toutefois récurrent dans la mesure où tous les textes officiels publiés dans les journaux officiels sont rédigés en français et en malgache standard (Voir Grille).

1.3.4. Comme il a été dit précédemment (cf I.1.2), la principale langue de travail reste le français, langue de l’élite européenne au dix huitième siècle. (Judge, A, 1996 : 21) et langue (co)officielle à Madagascar, dans les rencontres ou les interactions onusiennes (OMC, UNESCO …).

1.3.4. Le tableau récapitulatif ci-dessous retrace les texte majeurs relatifs au choix de langue(s) d’enseignement, au statut des langues en présence.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

similaire:

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconMÉthodologie d’Étude des composantes francophones des identités des...

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconLa poliomyelite
«poliovirus dérivé» d’une souche vaccinale (pvdvc) : Guinée, Laos, Madagascar, Myanmar, Nigéria et Ukraine. En 2016, 3 cas

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconColloque
«Quelques réflexions sur le statut ontologique des images à la lumière du cas assyrien»

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconLes arbres de Madagascar pour le reboisement (à Madagascar)
«Pour promouvoir les plantations des arbres», Fiches techniques, Blaise Cook, Christian Burren, Michel J. Rakotoniaina, usaid, Madagascar,...

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconUne étude de cas emblématique

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconÉtude de cas ‒ La Réunion, une région

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconRéunion, mathelin-ognard, 2011 etude de cas

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconEtude de cas Le séisme au Japon du 11 mars 2011

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconPrésentation du contexte du trafic de bois de rose et d’ébène à Madagascar...
«Madagascar Conservation & Development» et d’enquêtes de l’Environmental Investigation Agency, réalisées par Alexander Von Bismarck,...

Application de la loupe odfln a l’etude du cas de madagascar gil Dany randriamasitiana université d’Antananarivo I. Le statut du français iconProposition Etude de cas : Le Creusot, une ville industrielle






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com