Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale





télécharger 185.33 Kb.
titreLes organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale
page3/6
date de publication01.11.2017
taille185.33 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6

3. Le soutien de l’État colonial au caoutchouc indochinois pendant la Crise, une victoire des planteurs sous condition

Dans une brochure consacrée à la situation des plantations dans la péninsule extrême-orientale, le Comité de l’Indochine exposa la gravité des conséquences de la chute des cours de la gomme.

A. Les difficultés des planteurs indochinois



Celle-ci fut sensible dès l’arrêt du plan de restriction britannique en 1928 et s’accentua avec le ralentissement de l’activité industrielle, notamment dans l’automobile américaine durant la Crise75. Le groupement colonial estima que « les exploitations puissantes [étaient] exposées à un arrêt extrêmement dur, les moyennes et petites exploitations […] vouées à une déconfiture prochaine »76. Les plus importantes sociétés hévéicoles de la péninsule essuyèrent effectivement des pertes considérables, entre 1930 et 1933 surtout. Les affaires cotées en Bourse, qui réalisaient plus de la moitié des exportations de gomme de l’Union indochinoise, connurent en conséquence une nette diminution de leur fonds de roulement77. Quant aux petites exploitations, leur situation semblait encore plus compromise, du fait qu’elles ne disposaient pas des ressources financières des grands groupes. L’ancienneté de création des entreprises ne constituait pas un élément protecteur suffisant. La trésorerie des plantations déjà entrées dans la période de production se trouvait en effet durement affectée par la baisse des cours du caoutchouc, d’autant que pour éviter de vendre à perte certaines faisaient le choix d’immobiliser leurs stocks. La situation s’avérait également délicate pour les plantations plus récentes, ouvertes durant le boum du caoutchouc. Espérant une reprise des cours du caoutchouc, elles retardaient, partiellement voire complètement, leur entrée dans la phase productive et souffraient donc de l’insuffisance ou de l’absence de recettes78.
Or la résolution des difficultés de la branche hévéicole ne paraissait guère susceptible de provenir de l’apport de capitaux métropolitains, l’effondrement des cours du caoutchouc ayant eu pour effet « de rendre tout financement nouveau de France impossible pour les nouvelles plantations presque toutes à court de moyens »79. L’insuffisance des moyens financiers résultait non seulement de la faible attractivité des jeunes affaires de caoutchouc dans la période de crise, mais aussi de la conduite suivie par les plantations plus anciennes durant les années fastes. Ces dernières s’étaient en effet lancées, pendant les années 1920, dans une politique d’extension parfois imprudente. Elles s’étaient montrées peu soucieuses d’économie, en termes de recrutement de cadres comme de techniques d’exploitation80 et n’avaient pas, à l’instar de leurs concurrentes néerlandaises, pris soin de mettre « leurs plantations en bon ordre de marche » et de constituer « d’importantes réserves »81. Privées pour beaucoup de la possibilité d’obtenir des fonds métropolitains et étrangers, ou de puiser dans leurs propres ressources, les plantations de caoutchouc ne pouvaient pas non plus attendre une solution des établissements financiers présents dans la colonie. Le caractère particulièrement aigu pris par la crise en Indochine, dont les signes les plus manifestes étaient l’effondrement du commerce extérieur82 et le recul des valeurs mobilières indochinoises83, entraîna une raréfaction du crédit disponible. Les investissements privés reculaient84, malgré le maintien de la parité de la monnaie indochinoise à un niveau élevé85, et les finances de l’Union pâtissaient de la situation économique générale. Pourtant, malgré les limites d’un budget davantage sollicité alors que les recettes menaçaient de se tarir, l’administration coloniale se montra très tôt préoccupée par les risques pesant sur les petites comme sur les grandes exploitations hévéicoles86 et décida de soutenir en priorité les planteurs d’hévéas.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconCours La Fontaine, 2009 2010 «Le bilan de la Seconde Guerre mondiale (1945 1947)»
«Grande alliance» de 1941. La Seconde Guerre mondiale est bien finie : la «Guerre froide» commence

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconMéthodologie de la dissertation en histoire
«La première et la seconde guerre mondiale au xxe siècle», IL serait maladroit de traiter chaque conflit séparément : IL faut trouver...

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconLes historiens et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France
«résistancialiste» est dominante. Puis dans un second temps, du début des années 1970 jusqu’à 1995, un travail historique mène à...

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconSommaire Communiqué de presse p. 3
...

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconRapport des sociétés à leur passé Etude de cas – L’historien et les...
«Paris»; 3 fois «libéré»; 6 fois «France». Toute la France a été résistante et unie dans la Seconde Guerre Mondiale, à l’entendre...

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconCalendrier des séances de cinémas p9 Les tsiganes pendant la seconde...
«Une mémoire française : les tsiganes pendant la seconde guerre mondiale, 1939-1946»

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconBilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france
«devoir de mémoire» cristallisé dans des revendications catégorielles ou communautaristes, mais bien un devoir d'histoire, un devoir...

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconDe la Guerre de Trente Ans à la Veille de la 2ème Guerre Mondiale

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconLes grandes phases d’une guerre totale : la seconde guerre mondiale

Les organisations de planteurs de caoutchouc indochinois et l’Etat du début du xxe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale iconProgramme : Histoire : Le monde au xxe siècle et au début du xxie siècle






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com