Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier





télécharger 140.76 Kb.
titreDistribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier
page5/5
date de publication01.11.2017
taille140.76 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5

O'PLUS EN EXPANSION

Le concept de Grande distribution O'Plus qui comprend deux sites en région parisienne et un à Colmar évolue. L'enseigne expose toujours 80 à 120 VO récents âgés d'environ quinze mois et veille à la préparation de ses modèles tant sur le point esthétique que mécanique. Pour l'heure, elle cherche de nouveaux outils marketing et mise sur la proximité via le développement de sites implantés localement. En juillet, un quatrième point de vente ouvrira dans le Sud-Ouest et deux sont programmés pour la fin de l'année. A moyen terme, le réseau devrait compter 20 sites. Une partie sera, par ailleurs, sous franchise. De plus, une standardisation est en marche (PLV, couleur, présentation des modèles, drapeaux,…). Seule limite à l'expansion : la capacité de la centrale d'achat du groupe Exlinea à fournir des véhicules d'occasion.
Eloïse Le Goff

Autos Infos , n° 1124 du 2 mars 2001.


O’Plus passe sous licence

Exlinea déploie O’plus, son enseigne d’occasions multimarques, sous licence de marque. 

Inspiré de l’exemple de supermarché américain Carmax, O’Plus, un concept de vente de véhicules d’occasion multimarque, semblait s’être figé après l’ouverture du site pilote de Guyancourt (78) en 1999. Exlinea (*), l’initiateur du concept, a relancé la machine l’an passé en décidant de déployer son enseigne sous forme de licence de marque. « Au départ, nous avons pensé développer un réseau succursaliste. Mais, outre la lourdeur financière de la formule, il nous est apparu plus efficace de mettre en place des partenariats avec des professionnels, maîtres chez eux et désirant s’appuyer sur une organisation forte pour développer leur business », explique Olivier Allehaut, directeur marketing d’Exlinea. Ainsi, les centres O’Plus de Guyancourt (78) et de Colmar (68) sont passés du statut de succursale à celui de site autonome. En juillet dernier, un nouveau site sous licence a ouvert ses portes à Vannes (56). Et d’ici la fin de l’année, un quatrième centre pourrait s’ouvrir. Le déploiement de la chaîne est donc bel et bien parti. « Notre objectif est qualitatif. Il s’agit pour nous de renforcer l’image de marque et de rester cohérent. Nous sommes donc très sélectif sur les candidatures ».

Quelles sont  les conditions pour devenir licencié O’Plus ? Etre un professionnel de l’automobile, disposer d’un local bien situé (cible les zones dont le potentiel s’établit entre 60 à 70 000 habitants), investir dans le respect du cahier des charges. « Nous n’avons pas défini de format idéal. En revanche, il nous semble qu’un site pouvant exposer 40 à 60 autos, permet de valoriser le concept en restant à taille humaine », précise-t-on chez Exlinea. Ensuite, le licencié devra envoyer son équipe une semaine en formation à Guyancourt (siège de la société) pour s’imprégner des méthodes de ventes particulièrement travaillées. Côté investissement, outre  la PLV (une moyenne de 40 000 € pour un potentiel de 40 à 60 autos), le licencié devra reverser  60 € de royalties par véhicule vendu. Pour cette somme, il aura droit à un outil de gestion VO (développé par Exlinea), à une page sur le site Internet, aux outils marketing et enfin à l’abonnement à Carsat (plateforme d’enchères BtoB dédié au VO), ainsi qu’à l’accès à la centrale d’achat maison. « Le sourcing est crucial dans notre métier. Nous laissons libre notre partenaire de s’approvisionner où il le désire. En revanche, c’est un vrai plus pour lui de s’adresser à notre plateforme d’approvisionnement, qui suit très précisément les évolutions du marché, et joue un important rôle de conseil et d’aide à la reprise », insiste O. Allehaut. Si pour l’heure, le pilote de la chaîne ne parle pas de maillage minimum, il a conscience que cette période de redéfinition des règles de la distribution automobile est particulièrement porteuse. 

L’offre O’Plus

Le concept O’Plus a été bâti sur le constat que le consommateur désire trouver du choix multimarque, et qu’il s’inscrit dans une logique de budget. Ainsi, les sites jouent l’effet d’assortiment avec en permanence une douzaine de marques  présentes pour une soixantaine d’autos exposées en trois zones de prix ( - de 10 000 €, de 10 000 à 15 000 €, et plus de 15 000 €). Les véhicules affichent entre zéro et cinq ans d’âge. Contrôlés (133 points vérifiés) et systématiquement préparés, ils sont garantis 12 mois. Des offres de financement et d’extension de garanties sont également disponibles. Concernant les promesses clients, on notera la possibilité d’échanger le véhicule dans les cinq jours suivant l’achat, et plus originale, l’engagement de l’enseigne de rembourser la différence de prix si dans les quinze jours qui suivent l’acquisition, le client trouve un modèle similaire moins cher dans un rayon de 100 km.

Enfin, l’enseigne des véhicules disponibles dans les centres sont présentées sur le site Internet. Le site permet également d’élargir la recherche à des véhicules non présents. 

Caroline Ridet 

(*) Créée dans le cadre du groupe Cica, Exlinea est sortie du groupe au moment de la fusion de Cica avec PGA. Aujourd’hui, ses actionnaires principaux sont Jardine’s Motor et l’investisseur Walter Butler.

Argus, 2 octobre 2003


Exlinea, toujours Plus « O »

La distribution automobile est structurée, depuis après-guerre, par le modèle des concessions monomarques. Mais aujourd’hui, en matière de VO, plusieurs investisseurs participent à bouleverser cette suprématie. En effet, parmi les différents concepts, sous des formes diverses (franchise, licence de marque...) la création de réseau à enseigne commune fédérant des marchands se développe. Sur le principe que l’union fait la force de vente et face à incertitude des effets du nouveau règlement européen sur la distribution, de nombreux indépendants se rallient à de nouvelles couleurs, de nouveaux logotypes - et bien décidés à tenir la dragée haute à des réseaux constructeurs - sous label VO. Version marchands, on travaille aussi à la création de réseaux. Citons - entre autres - Frédérique Martini de Mérignac Auto (cf JTA 390), Manuel Dasilva de Mondauto (JTA 388), Xavier Morvan de St Herblain Automobile (JTA 392). Citons aussi Exlinea qui, après une phase pilote de développement par croissance interne, a choisi la licence de marque pour développer O’Plus avec, en 2002, l’autonomie du site de Colmar et, en 2003, celui de Guyancourt. Un troisième centre vient d’ouvrir ses portes en juillet à Vannes (56), exploité par un investisseur breton (Bertrand P.), par ailleurs concessionnaire automobile et acteur de la location longue durée. « Pour un professionnel de l’automobile, ouvrir un centre VO, c’est éviter les aléas des fluctuations brutales du marché du VN et diversifier son risque en n’étant pas prisonnier d’une marque, tout en s’appuyant sur une vraie offre multimarque », commente Jean-Luc M., responsable du site de Vannes.. « On bénéficie des atouts d’un réseau, ce qui permet de cumuler les avantages d’une totale liberté de gestion : chacun reste maître chez soi tout en s’adossant à des structures existantes offrant des économies d’échelle ». Pour Bertrand P. : « O’Plus apporte des outils et des services intéressants pour l’identité visuelle, l’approvisionnement et la gestion, sans avoir à réinvestir dans un développement autonome coûteux ».

DES OUTILS ET DES HOMMES

Le principe d O’ Plus, c’est d’exposer une offre de 40 à 60 autos, diversifiée par zones de prix, de 9.000 à + de 15.000 €. Côté investissement, outre la PLV (Coût moyen de 40 000 € pour un potentiel de 40 à 60 autos), le titulaire reverse 60 de royalties par véhicule vendu. Pour cette somme, il utilise un outil de gestion VO (développé par Exlinea), expose ses voitures sur différents sites Internet, dont oplus.fr, et bénéficie d’un soutien marketing de l’ensemble des outils Carsat (liés au groupe Exlinea), notamment la participation aux enchères “live” sur ordinateur. Pour l’approvisionnement, le site O’Plus s’appuie sur la centrale d’achat Adis et sur Carsat. Ce dernier assure également un conseil personnalisé sur les achats ou les reprises directs des centres. « Il n’est pas aisé de se tenir en permanence au courant des évolutions d’un marché de l’occasion fluctuant et cela devient complexe dans un centre multi-marques », explique le chargé du développement O’Plus. Si chaque site O’Plus est « invité » à s’approvisionner auprès du Groupe, il n’y a pas d’obligation de minima. A Vannes, les parcs sont alimentés à 60 % par Adis et Carsat. 40 % des marchands, des reprises, des retours de location, des échanges garages... Pas d’obligation, non plus, en ce qui concerne les prix de vente. Et Jean-Luc M. de préciser que: « Nous ne sommes pas là pour casser le marché ! ». Ce à quoi Bertrand P. ajoute : « Cette approche du VO ne s’oppose pas au système existant elle est complémentaire du métier de distributeur de véhicules neufs ».

 « O » EN COULEUR

 Alors qu’à Guyancourt le cumul des ventes à particuliers et à pros a atteint 608 véhicules en 2002, et 403 en 2003, et qu’à Colmar on comptabilise 210 ventes uniquement à particuliers en 2002, et pour 2003 plus de 12 ventes, à Vannes, on compte réaliser des objectifs de vente fixés à 40 VO par mois auprès d’une clientèle quasiment constituée de particuliers, mais O’Plus, selon la formule consacrée : « reste ouverte à toutes propositions ». Elle pourrait notamment écouler des VO de plus de 5 ans vers les marchands. Ouvert depuis 3 mois dans un contexte difficile, le site enregistre environ une cinquantaine de ventes.

Pour soutenir les réussites, Olivier Alléhaut, Directeur Marketing Exlinea, souligne que : « Exlinea délivre des outils mais aussi une formation pour leur utilisation. Ainsi, pour l’achat, pour la gestion, pour l’acte de vente, un programme complet permet de maîtriser les méthodes et les outils développés par notre groupe ». Sur le chapitre de la formation, Exlinea envisage d’ouvrir cette prestation à des candidats « non O’Plus », et principalement à des responsables occasion souhaitant réactualiser leurs connaissances... Enfin, « O’Plus cherche à faire porter ses couleurs par de nouveaux partenaires, ayant déjà une bonne connaissance des métiers de distribution auto, et désireux de développer leur activité véhicules d’occasion pour Profiter de la croissance régulière de ce secteur beaucoup plus dynamique que le marché du véhicule neuf ».            PB•

JTA, n°405 du 27 octobre 2003 



O’Plus: la croissance tranquille

Cette enseigne de réseau de vente de VO au public en Licence de marque pose depuis quelques années des jalons prudents sur ce marché. Sans précipitation, cette filiale d’Exlinea vient d’ouvrir son troisième centre à Vannes capitalisant L’expérience acquise dans Le domaine de l’occasion par sa maison mère et ses autres filiales, Carsat et Adis en tête.

Le nouveau règlement européen devrait avec Le temps faire évoluer la distribution des véhicules neufs sur le territoire et ses conséquences pourraient également se faire ressentir dans ta distribution - structurée - des véhicules d’occasion. Les centres d’exposition de véhicules d’occasion se multiplient, certains dans leur coin, d’autres en réseau, comme c’est Le cas d’O’Plus. Avec cette marque, Le groupe Exlinea n’a pas attendu cette évolution réglementaire pour tenter l’expérience du VO grand public. Après une étude approfondie des méthodes de l’américain Carmax , adaptées à la France, un premier centre O’Plus avait été ouvert en 1998 à Guyancourt, en lieu et place d’une concession Fiat du groupe Cica, jugée sous-performante. Il s’agissait alors d’une succursale du groupe, laboratoire expérimental de ce nouveau concept. Petit à petit, le centre s’est développé, mais sans précipitation. La dernière ouverture en date, à Vannes, n’est que La troisième, mais marque un tournant dans L’histoire d’O’Plus dans La mesure où il s’agit du premier centre ouvert, dès le départ, en licence de marque. Les sites de Colmar et de Guyancourt ont en effet dans un premier temps appartenu à O’Plus avant que Leur autonomie ne leur soit rendue, respectivement en 2002 et 2003. Une bonne raison à cela : « Les investissements nécessaires à l’ouverture de plusieurs centres étaient trop lourds pour Exlinea », explique Olivier Allehaut, directeur marketing de cette société, et nous nous sommes rendus compte que dans ce métier, où la personnalité du directeur du site joue énormément, notre plus-value est plus dans la mise à disposition d’outils marketing et de sources d’approvisionnement que véritablement dans le commerce. » 

Des royalties de 60 euros par véhicule vendu sont reversées à O’PLus

Un cahier des charges, toutefois, pose des bornes à tous ceux qui veulent passer sous panneau O’Plus.  Ils doivent notamment investir dans la PLV, pour un montant de 40 000 euros. Ils ne doivent pas mettre en vente des véhicules agés de plus de 5 ans, tout en proposant en permanence 60 véhicules. En outre, les royalties reversées à O ‘Plus s’élèvent à 60 euros par véhicule vendu. Des objectifs sont également attribués aux sites, oscillant entre 20 et 40 voitures par mois selon les centres, et une marge brute allant de 1000 à 1200 euros par véhicule. « Vannes par exemple, démarre son activité avec un objectif de 25 véhicules mensuels et devrait ainsi parvenir à l’équilibre assez rapidement », poursuit Olivier Allehaut. Site mis à part, les structures de fonctionnement sont en effet assez Légères, avec en moyenne quatre salariés nécessaires. O’Plus ne s’occupe que de la commercialisation des VO, pas de leur entretien. A noter également qu’en matière d’offre de financement, les licenciés ont une Liberté totale, mais que tous les VO sont vendus avec une garantie de 12 mois, développée en partenariat avec Icare. 

Une recette simple et efficace

La recette paraît simple : des véhicules bien identifiés, exposés par gamme de prix (moins de 10 000 euros, de 10 à 15000 euros et plus de 15000 euros) et une palette de choix que l’on ne pourrait pas trouver chez un concessionnaire, qui dispose en général de peu de marge de manoeuvre en termes d’approvisionnement. Tout cela au bénéfice du client final : « Nous répondons à une attente multimarque par le VO », explique OLivier Allehaut, avant de préciser : « O’Plus met à disposition tout le merchandising nécessaire pour comparer différents véhicules dans une même gamme de prix et il arrive souvent que les clients repartent finalement avec un véhicule qu’ils n’envisageaient pas du tout avant de venir. » Avec en plus la “garantie du meilleur prix”. Gain pour le client. « Nous avons également développé Eurolinea, un outil informatique de gestion du VO, en remplacement de Proveo », explique Olivier Allehaut. Celui-ci vient aider le responsable de centre à gérer son stock, les reprises, la revente, en proposant notamment des fiches détaillées sur les véhicules et un suivi poussé des tendances du marché, en particulier sur tes prix de vente effectifs, Véritable pierre angulaire du business qui sera également proposée aux constructeurs et à leurs réseaux.

IL n’y a pas d’exclusivité en matière d’approvisionnement, mais les licenciés O’Plus bénéficient d’un accès à Carsat ainsi qu’à Adis, les deux filiales d’Exlinea « permettant de trouver des VO assez rares à bon prix ». Mais ils n’ont aucune obligation en matière d’approvisionnement et peuvent le faire où bon leur semble, via Carsat et Adis, ou sur le marché local, tant que les véhicules respectent le cahier des charges. Outre ces outils, un soutien marketing est également prévu : e-mailings à grande échelle, organisation de journées thématiques sur sites,,, Gain pour le professionnel.

Le développement de L’enseigne O’Plus est encore confidentiel, dans la mesure où le plan de marche ne prévoit que peu d’ouvertures dans les mois qui viennent. Une croissance contrôlée : « nous ne sommes pas dans une logique de couverture du territoire, nous faisons simplement attention à éviter un concurrence locale entre deux centres, et, en termes de recrutement, cela se traduira par l’ouverture de deux ou trois sites dans le courant de l’année prochaine » précise Olivier Allehaut. Et pourtant, les candidatures potentielles ne manquent pas : « de plus en plus de concessions de petites marques, difficilement rentables, se posent des questions et se tournent vers nous. » L’attrait de marges intéressantes, de coûts de structure moins élevés ... et surtout la possibilité de pouvoir choisir soi-même les véhicules à commercialiser jouent en faveur d’O’ Plus,

Philippe Armengaud

Journal de l'Automobile du 7 novembre 2003 





1   2   3   4   5

similaire:

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconL ’exposition européenne de vannerie en 2011, à l’initiative du défunt vannier Guy Barbier
«Nouvelle esquisse sur Le Pont-Chrétien-Chabenet», actualisé par Alain Gautier, membre de l’association, et édité à l’occasion du...

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconJean-Yves Mollier, Philippe Régnier et Alain Vaillant dir

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconFrench instrumentalists Cabaret Contemporain then made their American...

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconExposition / semaille et mitraille durant la grande
«L’affaire du XV ème corps» à partir de l’onglet théatique à compléter éventuellement par la lecture et l’analyse de la faute au...

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconDes choix scientifiques et technologiques
«La place des biotechnologies en France et en Europe» et par m bruno Sido, sénateur, et M. Jean-Yves Le Déaut sur «Les tests d’intoxication...

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconM. Jean-Yves Le Drian
«Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs, flotteront sur la cathédrale de Strasbourg»

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconQuestionnaire (cf annexe 1) : permet de voir si les élèves ont compris...

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconL’Histoire du badminton est souvent l’affaire de mythes et de légendes....

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconR etroki t 72103
«G2», la Compagnie Générale des Voitures «G3» et la Compagnie Française Automobile de place «G7»

Distribuer des voitures d’occasion enst mage de la part de : Jean-Yves barbier iconCholet Basket a hissé au plafond de la Meilleraie sa première bannière...
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com