L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime





télécharger 70.1 Kb.
titreL’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime
page1/4
date de publication01.11.2017
taille70.1 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4
Monopole de l’art, art du monopole ?

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime




par Solveig Serre

Chercheure associée à l’Institut de recherche sur le patrimoine musical en France (CNRS) et à l’École nationale des chartes

Sous l'Ancien Régime, l'Opéra de Paris jouit par privilège royal de l'exclusivité des représentations de musique et de danse sur l'ensemble du territoire national. Bien loin de constituer une entrave au développement d'une vie théâtrale, ce monopole va être allègrement transgressé par les autres théâtres parisiens et la concurrence va jouer à plein, avec d'importantes conséquences artistiques et administratives.

Sous l’Ancien Régime, l’Opéra de Paris est à tout point de vue le premier des théâtres français. « Machine immense et très compliquée » – l’expression est couramment utilisée sous la plume des contemporains, elle joue un rôle moteur dans la vie culturelle française, met en jeu des sommes considérables, emploie un personnel très nombreux et bénéficie de l’immense ferveur du public parisien. En outre, cette académie de musique, dont la naissance remonte au privilège octroyé en 1669 par Louis XIV au poète musicien Pierre Perrin, et qui devient royale trois années plus tard, lorsque le compositeur courtisan Jean-Baptiste Lully en prend la direction, a pour particularité de bénéficier de l’exclusivité, sur l’ensemble du territoire national, des spectacles de musique et de danse en français ou dans une autre langue. Alors que cet état de fait aurait pu constituer une entrave très forte au développement de la vie théâtrale, il n’en est rien : trop castrateur pour pouvoir s’appliquer, le monopole de l’Opéra va être transgressé par les autres théâtres. Paradoxalement, la concurrence va s’exercer tout au long de la période moderne avec un acharnement et une violence aux conséquences déterminantes, aussi bien d’un point de vue administratif qu’artistique.

S’agissant des moyens d’information, les documents d’archives dont on dispose pour étudier la question sont rares. A la différence d’une institution comme la Comédie-Française, où une gestion continue a permis la conservation remarquable de la quasi-intégralité des documents relatifs au théâtre depuis sa création, au xviiie siècle, l’Opéra de Paris a fort mal conservé ses archives. La faute peut en être imputée en grande partie à l’histoire mouvementée de l’institution, les nombreuses directions qui se sont succédées à la tête de l’Opéra de Paris s’étant accompagnées d’une dispersion, voire d’une liquidation pure et simple des documents d’archives considérés comme la propriété des directeurs, qui avaient tout loisir de les emporter en se retirant. En outre, les deux incendies en 1763 et en 1781 des salles du Palais-Royal abritant les représentations de l’Opéra, ainsi que les déménagements multiples qui s’ensuivirent, n’ont pas joué en la faveur d’une bonne conservation des documents d’archives, pas plus d’ailleurs que la période révolutionnaire. A toutes ces raisons viennent enfin s’ajouter la primauté accordée alors aux seules partitions de musique, au détriment des documents administratifs à proprement parler, ainsi que l’absence d’institution en charge de la gestion et de la conservation des archives de l’Académie royale de musique. La bibliographie sur le sujet, quant à elle, est parfaitement représentative des travaux historiques consacrés plus largement à l’Opéra de Paris à l’époque moderne : « soit entièrement atomisés, soit résolument limités à un aspect de sa vie sans référence aux autres »1. Elle est abondante, variée, mais décevante, notamment en raison de l’absence de communication entre les études administratives, les analyses proprement dites du répertoire et les réflexions sur les grandes querelles musicales du xviiie siècle. En outre, l’état de la recherche sur l’administration des théâtres en France à l’époque moderne n’en est encore qu’à ses débuts. Il est donc extrêmement difficile d’avoir une vue d’ensemble de la question, faute d’un corpus de sources bien identifiable et d’ouvrages de synthèse. Quelques ouvrages cependant se sont avérés extrêmement précieux. L’excellente synthèse de Martine de Rougemont2 sur la vie théâtrale et le statut des théâtres parisiens au xviiie siècle en fait partie. L’ouvrage d’Andrea Fabiano consacré à l’opéra italien en France à l’époque moderne3 et celui d’Alessandro di Profio, dédié à l’histoire du théâtre de Monsieur entre 1789 et 17924, ont également été d’un grand intérêt.

  1   2   3   4

similaire:

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconChapitre Préliminaire : La fin de l’Ancien Régime
«l’Ancien Régime» et pour comprendre ce qui s’est produit en 1789 IL est indispensable de connaître l’Ancien Régime et pourquoi IL...

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconLes nobles en France sous l’Ancien Régime
«prince de sang» (parents du roi, les Conti, les Bourbons, les Orléans), la noblesse d’Epée, de Robe, de Cour, provinciale

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconSociété d’Ancien Régime Documents pour les élèves Consigne

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconLes pouvoirs urbains à Tunis à la fin de l’époque ottomane : la persistance de l’Ancien régime

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconOpera national de paris saison ’15 – ‘16

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconOpera national de paris – saison ’15 – ‘16

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconLa fin de l'ancien régime, introduction
«non plus divisible que le point en géométrie.» Parallèlement les mêmes auteurs ont posées une autre doctrine

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconLa France en révolution (1789 – 1799). I° Comment s’écroule l’Ancien Régime en 1789 ?

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconPériode de l’Ancien Régime (AR) : Période de la monarchie (17ème-18ème s : Henri IV à Louis XVI)

L’OpÉra de Paris sous l’Ancien RÉgime iconChronopera et le repertoire de l’Opéra de Paris (1749-1790)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com