Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1





télécharger 29.25 Kb.
titreSéance 5 : La «Révolution des journalistes»1
date de publication21.10.2016
taille29.25 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Séance 5 : La « Révolution des journalistes »1

Objectif : Etudier les rôles de la presse et des journalistes dans la Révolution française.

Ce qu’on y apprend : La Gazette de Théophraste Renaudot pendant l’Ancien Régime. L’influence anglo-saxonne sur la liberté de la presse et la « Révolution des journalistes » débutée en 1789. Les acteurs célèbres de la Révolution française qui furent des journalistes, et leurs périodiques. Les missions des journalistes selon Camille Desmoulins. Les incitations de certains journaux à la violence révolutionnaire.

I) Lecture explicative du document de synthèse : « De l’Ancien Régime à la Révolution française, une chronologie sur l’histoire de la presse, de sa liberté et de son rôle politique »

II) L’apparition de la presse en France

1) Quelle est l’étymologie du mot presse ?

2) Quel est le nom du premier journal apparu en France, et de son auteur ?

III) L’influence anglo-saxonne sur la « Révolution des journalistes » débutée en 1789

3) En quoi la « Révolution des journalistes » s’inspire t-elle du monde anglo-saxon ? (Royaume-Uni et colonies américaines anglaises devenant les Etats-Unis).

Utilisez le document de synthèse : « De l’Ancien Régime à la Révolution française, une chronologie sur l’histoire de la presse, de sa liberté et de son rôle politique ». Vous pouvez le compléter.

IV) Les acteurs célèbres de la Révolution française qui furent des journalistes, et leurs brochures et périodiques. Travail d’analyse de documents historiques.

A) le Cte de Mirabeau : Sur la liberté de la presse imité de l’anglois Milton (4 décembre 1788)

4) Définissez le sens de l’expression « liberté de la presse » qui se trouve dans le titre du livre du comte de Mirabeau Sur la liberté de la presse imité de l’anglois Milton.

5) Qui était John Milton, l’auteur d’Aréopagitique : Discours de M. John Milton pour la liberté de la presse non autorisée au Parlement d’Angleterre, le livre duquel Mirabeau a fait la traduction ? A quel siècle vécut-il ? Quelle était sa religion ? Quel fut son engagement politique (p.8) ?

6) Le texte original de Milton que reprend Mirabeau est celui-ci : « Tuer un homme, c'est détruire une créature raisonnable, l'image divine ; mais étouffer un bon livre c'est tuer la raison elle-même, c'est tuer l'image de Dieu, pour ainsi dire dans son regard. » (John Milton, Ecrits politiques, traduction Marie-Madeleine Martinet, Belin, 1993, p.71). Comparez le texte original de Milton à la citation de Mirabeau qui le modifie. Qu’a-t-il retranché ? Pourquoi ? En quoi cette démarche d’ôter une partie de sa citation est-elle paradoxale puisque son écrit revendique de défendre la liberté de la presse ?

7) Quel est le contexte politique français de la rédaction de l’écrit de Mirabeau Sur la liberté de la presse imité de l’anglois Milton, évoqué par l’auteur lui-même (p. 3) ?

8) Quelle est, selon Mirabeau, la contradiction entre ce « moment » évoqué par lui avec insistance, qui indique le contexte politique en France de la rédaction de cet écrit, et les atteintes qui sont effectuées contre la liberté de la presse (p. 3, 4 et 5) ?

9) Qui sont, selon Mirabeau, les responsables des atteintes à la liberté de la presse (p. 4, 5 et 6) ? Donnez quatre réponses.

10) Quels sont, dans ce passage (p.6), les arguments donnés par Mirabeau contre la censure et ceux qui l’utilisent ?

11) Selon Mirabeau, à quels adversaires de la liberté de la presse faut-il, au contraire, s’adresser (p. 7 et 8) ?

12) Pourquoi, selon l’argumentation de Mirabeau, l’écrivain anglais du XVIIe s. Milton, bien qu’il se soit « dans quelques-uns de ses écrits » « montré républicain violent », apparaît comme un bon exemple, pour défendre la liberté de la presse, dans le contexte de son époque, le XVIIIe s. ? (p.8) ?

13) Quelle est la raison de la « prospérité », de la « richesse, de la « puissance » de l’Angleterre, selon Mirabeau (p.60, 61) ?

14) Pourquoi rend-il explicitement hommage au corps judiciaire du parlement de Paris (p. 64, 65) ?

15) En quoi une revendication d’une « déclaration de droits » est-elle inspirée de l’Angleterre de 1689 (p. 64) ?

16) Quelles sont les mesures du programme de « déclaration de droits » du parlement de Paris qui vont être réalisées en 1789 et en 1791 (p. 65) ?

(NB : Le parlement était, sous l’Ancien Régime, non pas une assemblée législative, mais une « institution judiciaire, administrative et politique » indique Le Petit Larousse, qui avait notamment pour rôle d’enregistrer les lois décidées par le Roi. Il pouvait s’opposer à lui, en refusant de la faire, ce qui s’appeler le droit de remontrance.)

B) Camille Desmoulins, un avocat journaliste très engagé dans la Révolution

B 1) Camille Desmoulins. Le Discours de la Lanterne aux Parisiens, 15 septembre 1789.

17) A quelle lanterne réelle et précise renvoie ce Discours de la « Lanterne » aux Parisiens ?

18) Recherchez qui étaient « Foulon » et « Berthier » (p. 10) ? Quels sorts connurent-ils le 22 juillet 1789 sur la place de Grève, face à l’Hôtel de Ville de Paris ?

19) Que symbolise « la lanterne » par la référence précise qui est faite à cette journée du 22 juillet 1789 ?

20) En quoi la lanterne peut-elle constituer, autrement, une métaphore « philosophique » ?

21) Pourquoi Le Discours de la lanterne aux Parisiens est-il une longue prosopopée ?

22) Comment Camille Desmoulins est-il représenté dans le frontispice ? Regarder le document présenté sur le site Histoire par l'image :

Luce-Marie ALBIGÈS, « A la lanterne ! », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 18 May 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/lanterne

23) Pour quelle nuit révolutionnaire Desmoulins s’enthousiasme t-il (p. 4 à 10) ?

24) Relevez les nombreux passages qui montrent que Desmoulins attribue, avec cette nuit révolutionnaire, aux Français, un rôle messianique (p. 4 à 10) ?

25) Expliquez, et résumez la thèse de Desmoulins sur la « conspiration plus épouvantable contre Paris » (p. 11 à 14) ? Quel jour et dans quel lieu l’avait-il déjà évoqué oralement ?

26) La lettre datée du 5 juillet 1789 du « Maréchal de Broglie », « le général en chef de toutes les armées rassemblées autour de Paris et de Versailles donnant ses instructions à Besenval chargé des armées stationnées sur le Champ de Mars » confirme t-elle ce qu’écrit Desmoulins qu’il y eut une « conspiration plus épouvantable encore contre Paris » ?

Franck Ferrand. Emission « L'ombre d'un doute » de FR3 du 11 07 2012 « Que fête-t-on le 14 juillet ? ».
URL : https://www.youtube.com/watch?v=y9fzF6tq00k

Ecoutez à 1 h 39 mn 30 sec.

27) Quelle est l’idée principale développée dans ces trois pages par la lanterne elle-même (p. 27, 28,

28) Luce-Marie ALBIGÈS écrit : « Le cri lugubre « À la lanterne ! » date de ces exécutions sommaires. ». Recherchez et expliquez cette expression « À la lanterne ! » qui fut utilisée pendant la révolution. Contre qui fut-elle employée ?


Luce-Marie ALBIGÈS, « A la lanterne ! », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 18 May 2016. URL : http://www.histoire-image.org/etudes/lanterne

Voir aussi en complément :

https://www.histoire-image.org/etudes/pamphlet-contre-aristocratie

B2) « Éloge de M. Loustalot, prononcé devant la société des Amis de la Constitution » par Camille Desmoulins, dans lequel celui-ci définit sa vision d’une haute mission du journaliste engagé politiquement.

Cet éloge funèbre, après avoir été prononcé devant la société des Amis de la Constitution, est paru dans le périodique de Camille Desmoulins : Révolutions de France et de Brabant, n° 45, du 4 octobre 1790

29) Quel était l’autre nom, de substitution, mais célèbre, donné à ce club révolutionnaire « la société des Amis de la Constitution « ? Résumez en quelques lignes son histoire. Les citations avec leurs sources sont acceptées.

30) Quelle sont les diverses fonctions du journaliste dans « l’ancienne signification » du mot, pour lequel Desmoulins exprime son mépris (p. 13 ou 261) ?

31) Camille Desmoulins écrit, p. 13 ou 261 :

« Le journaliste tel que Loustalot, s’en formait et en remplissait l’idée, exerçait une véritable magistrature, et les fonctions, les plus importantes comme les plus difficiles. »

Recherchez les étymologies et les significations des mots « magistrature » / « magistrat ». Selon vous, cette conception du rôle  du journaliste de Loustalot / Desmoulins place t-elle l’écrivain périodique sur un plan d’égalité avec le peuple, ou au-dessus de lui, en lui attribuant la fonction de le guider ?

32) Expliquez l’intérêt en soi de « cette maxime d’un écrivain Anglais » (Milton ?) évoquée par Camille Desmoulins dans son éloge funèbre de Loustalot (p. 13 ou 261) :

« Si la liberté de la presse pouvait exister dans un pays où le despotisme le plus absolu réunit dans une seule main tous les pouvoirs, elle suffirait seule pour faire contrepoids. »

33) Recherchez qui était M. Clootz (l’autre orthographe de son nom est Cloots, parce qu’à l’époque, les façons d’écrire des noms de famille n’étaient pas toujours bien fixées. Cf le gouverneur de la Bastille pouvant être « de Launey » ou « de Launay ») ) (p. 14 ou 262) ? Quelle était la nationalité de M. Clootz / Cloots ? Quels livres écrivit-il ? Quel rôle exerça t-il à la société des Amis de la Constitution ?

34) Expliquez, », en recherchant ce qu’étaient les « censeurs » et l’album à « Rome , ce passage (p. 14 ou 262) qui fait l’éloge des bons journalistes comme étant : « les censeurs par intérim qui biffaient les noms des citoyens sur l’album national .

35) Les journalistes sont les « Stentor de l’opinion » (p. 14 ou 262). Recherchez qui était Stentor dans la littérature grecque, puis expliquez le sens de cette expression.

36) Relevez les expressions du texte de Desmoulins qui montrent que, dans sa conception, le journaliste est amené à exercer dans la société le pouvoir législatif et même judiciaire (ce qui est d’ailleurs dans la continuité de l’idée de son rôle de « procureur à la lanterne »).

37) Relevez les mots qui relèvent du champ lexical du combat et qui expriment ainsi la conception d’un journalisme extrêmement engagé politiquement qui est celle de Camille Desmoulins (p. 13 ou 261 et p. 14 ou 262).

38) En quoi le journaliste, selon M. Loustalot, dont Camille Desmoulins fait l’éloge, exerce t-il ainsi une fonction messianique (p. 15 ou 263) ? Nommez les deux « conducteurs » vers la « terre promise » les plus connus qui sont des patriarches de la Bible auxquels se réfère implicitement Camille Desmoulins.

C) Le journaliste Jean-Paul Marat et son périodique « L'ami du peuple »

  • 19 août 1792 : le numéro 680 de L'ami du peuple, journal de Jean-Paul Marat, fait l’injonction au « peuple » de massacrer les prisonniers :

« Mais quel est le devoir du peuple ? Il n'a que deux partis à prendre. Le premier, est de presser le jugement des traîtres détenus à l'Abbaye, d'envelopper les tribunaux criminels, et l'assemblee, et si les traîtres sont blanchis, de les massacrer sans balancer avec le nouveau tribunal et les scelérats faiseurs du perfide décret. Le dernier parti, qui est le plus sûr et le plus sage, est de se porter en armes à l'Abbaye, d'en arracher les traîtres, particulierement les officiers suisses et leurs complices, et de les passer au fil de l'épée. Quelle folie de vouloir faire leur procès! Il est tout fait : vous les avez pris les armes à la main contre la patrie, vous avez massacrés les soldats, pourquoi épargneriez-vous leurs officiers, incomparablement plus coupables? La sotise a été d'avoir écouté les endormeurs qui ont conseillé d'en faire des prisonniers de guerre. Ce sont des traîtres qu'il fallit immoler sur le champ, car ils ne pouvoient jamais être considérés sous un autre point de vue. »

39) Expliquez le contexte : Le numéro 680 de L'ami du peuple paraît le 19 août 1792. Que s’est-il passé le  10 août 1792 ?

40) Recherchez et racontez en quelques lignes ce que fut le sort des soldats suisses, le  10 août 1792.

41) En prétendant indiquer quel est « le devoir du peuple », dans quelle position Jean-Paul Marat se place t-il par rapport à lui ? Justifiez votre réponse.

42) Recherchez et expliquez ce que furent les « Massacres de Septembre » (1792).

43) Quels furent les différents types de personnes qui furent les victimes des Massacres de Septembre ?

D) Le journaliste Jacques René Hébert et son périodique Le Père Duchesne

44) De quel(s) club(s) révolutionnaire(s) Hébert était-il membre ? Répondez à cette question en citant vos sources.

45) Quel nouveau journal fonda Desmoulins pour marquer son opposition à ce club révolutionnaire dont Hébert était un membre influent, et dans lequel il devint prépondérant de la fin de 1792 à sa mort le 24 mars 1794 ?

46) Quelle influence son périodique Le Père Duchesne eut-il sur les sans-culottes ?

Exemplaire 070 de 1792 du périodique Le Père Duchesne intitulé plus précisément Je suis le véritable pere Duchesne, foutre

47) Expliquez le sens de l’utilisation de l’adjectif épithète « véritable » dans le titre du périodique «  Je suis le véritable pere Duchesne, foutre ».

48) Le premier titre à la une est celui-ci : « De voir qu’il pleut de l’Or et des Assignats, pour empêcher la Convention de faire raccourcir le COCHON du Temple ».

Qui est ainsi désigné comme « le COCHON du Temple ». Expliquez quelle est la situation à la fin de l’année 1792 ? Quel sera le sort de celui qui est désigné sous l’appellation animalière de « COCHON du Temple » le 21 janvier 1793 ? 

49) Expliquez les mots suivants de la période révolutionnaire : « Assignats », « Convention ».

50) Quel est le « procès » qu’évoque Hébert en p. 2 ?

51) Qui sont « brissotin » et « Roland » auxquels il s’en prend ?

52) Quelles accusations porte Hébert contre celui qu’il nomme « brissotin » en p. 2 et 3 du journal ? Quel sera le sort de celui-ci, le 31 octobre 1793 ?

) L’historien Jean Tulard écrit : « Hébert devient substitut du procureur de la Commune de Paris après le renversement des autorités légales, tout en conservant son activité de journaliste. ». Recherchez et expliquez ce que fut la « Commune de Paris » et la fonction judiciaire de « substitut du procureur » qui y fut celle d’Hébert.

Source de la citation de Jean Tulard :

Jean TULARD, « HÉBERT JACQUES RENÉ - (1757-1794) ». In Universalis éducation [en ligne]. Encyclopædia Universalis, consulté le 8 mai 2016. Disponible sur http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/jacques-rene-hebert/

53) Quel sera le sort du journaliste Hébert, auteur du Père Duchesne, le 24 mars 1794 ?

1 L’expression de « Révolution des journalistes » est proposée par M. Hudault. Elle n’a pas été utilisée par des historiens de profession.


similaire:

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconSéance 5 : La «Révolution des journalistes»1
«Révolution des journalistes» débutée en 1789. Les acteurs célèbres de la Révolution française qui furent des journalistes, et leurs...

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconLes gauches européennes : révolution, contre-révolution, anti-révolution...
«Histoire universitaire de la Révolution», in F. Furet, M. Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris,...

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconCours de mme tenenbaum
«bis». IL n’y aura pas de résumé ou topo du cours présenté par le(a) chargé(e) de td au début de chaque séance. Le cours doit donc...

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconDésignation du secrétaire de séance M. le Président. S’agissant du...

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconEdouard Molinaro, Le Souper, 1992. Eve Suzanne, «Révolution informationnelle...
«Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique» : d’une définition à l’autre

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconRévolution française ou Révolution atlantique ?
«noblessisation» des administrations. → dès lors, IL y a conflit avec la Chambre. La chambre est dissoute

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconIntroduction : Un regard multiple sur la Révolution française
«sape» des philosophes. Et ce n’est pas une vraie Révolution, c’est d’abord et avant tout du sang ! C’est une position partagée par...

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconI – le role, la participation des femmes dans la revolution francaise
«Essai sur l’admission des femmes au droit de cité», juillet 1790, extrait de Bosc, Les Voix de la Révolution, Documentation française,...

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconÉquipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication
«citoyenne» bascule des journalistes vers les lecteurs, d’où le développement des current event blogs

Séance 5 : La «Révolution des journalistes»1 iconProgramme de seconde le programme
«évolution heurtée», par à-coups, en fonction des progrès des systèmes de production (ex révolution néolithique entre 10000 et 5000...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com