Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr).





télécharger 112.76 Kb.
titreRésumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr).
page1/5
date de publication02.11.2017
taille112.76 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > loi > Résumé
  1   2   3   4   5
LE NAOUR, Gwenola (2005). Sciences sociales et santé. Vol. 23 N° 1. « Lutte contre le sida : la reconfiguration d’une politique de réduction des risques liés à l’usage de drogues à Marseille ». P. 43-68.

Lutte contre le SIDA : la reconfiguration d’une politique de « réduction des risques liés à l’usage de drogues » à Marseille.


Gwenola Le Naour

Title :
Fight against AIDS : the reshaping of a policy of "reduction of harm linked to drug using" in Marseilles.

Summary:
The writer focuses on the changes in Marseilles's healthcare policy for drug-addicts during the 1990's. Doing so, she evaluates the influence of the nationwide adoption of so-called policies of reduction of harms linked to drug-using (hence, harm reduction policy).

The arrival of AIDS and the decision to carry out health and social harm reduction policies linked to drug addiction thus bring to light people whose conceptions of the issue of drugs, of drug addiction, and of treatments to implement are in competition with those of "traditional" contributors to the issue of drug addiction. The emergence of these agents does not lead to the victory of one group over another but to juxtapositions and hybridisations of the various plans of action and public policies.
Key words: AIDS, drug addiction, public policy


Résumé :
L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (RDR). L’intrusion du SIDA et la décision de mettre en œuvre une politique de RDR sanitaires et sociaux liés à la toxicomanie font ainsi émerger des acteurs dont les représentations du problème de la drogue, de la toxicomanie, et des traitements à mettre en œuvre apparaissent concurrentes de celles des intervenants « classiques » en toxicomanie. Les positionnements de ces acteurs n’aboutissent pas à la victoire d’un groupe sur un autre mais à des juxtapositions et des hybridations des dispositifs et des différentes politiques publiques.
Mots clés : SIDA, Toxicomanie, Action publique
Introduction
Les usagers de drogues par voie intraveineuse constituent un « groupe à risques », c’est-à-dire particulièrement exposé au virus du SIDA. Cette exposition est connue à partir du milieu des années 1980, mais ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que des mesures de prévention de grande ampleur en direction des usagers de drogues sont prises dans le cadre de ce que les pouvoirs publics nommeront une « politique de réduction des risques liés à l’usage de drogues ». Plusieurs recherches (Setbon, 1993 ; Coppel, 1996 ; Bergeron, 1999 ; Steffen, 2000) ont centré leurs interrogations sur les raisons de « l’exception française » en matière de lutte contre le SIDA, cherchant à comprendre les causes de la forte propagation par rapport aux autres pays européens et l’adoption plus tardive de mesures préventives. En dépit des inadaptations et résistances du système de soins français, des politiques de lutte contre le SIDA ont vu le jour (Borraz, Loncle-Moriceau, 2000). Ce sont les modalités de développement d’une de ces politiques, dans les années 1990, à Marseille1 qui sera l’objet de cet article.
Comment un nouveau cadre d’action publique parvient-t-il à s’imposer localement et comment s’articule-t-il aux politiques pré-existantes et aux dispositifs plus anciens ? Comment une politique de réduction des risques a-t-elle été mise en place dans l’agglomération marseillaise ? La prise en compte de l’épidémie de SIDA a-t-elle entraîné des modifications substantielles dans les dispositifs sanitaires prenant en charge des usagers de drogues, tels que le dispositif traditionnel de soins aux toxicomanes, la médecine libérale et l’hôpital public ?
L’hypothèse ici défendue sera que l’organisation de nouveaux modes d’action et de nouveaux principes conduit à la mobilisation d’un plus grand nombre d’acteurs qui vont émettre des avis concurrents sur l’action publique, ce qui n’empêchera pas sa création, mais n’aboutira ni à un consensus autour de celle-ci, ni à une harmonisation des différents dispositifs qui sont, dans la plupart des cas, simplement juxtaposés.
Pour tenter d’appréhender la rencontre entre des acteurs aux idées concurrentes et les transformations de dispositifs concrets que cette rencontre suscite ou ne suscite pas, la posture ethnographique2 et la mise en récit de l’action publique nous ont semblé opérantes afin de décrire et analyser les conflits, compromis, juxtapositions et hybridations qui traversent les dispositifs d’action publique lorsqu’ils font l’objet de modifications. Nos questionnements rejoignent ceux des travaux pionniers en analyse des politiques publiques et notamment les travaux de Jeffrey L. Pressman et Aaron Wildasky sur l’action conjointe complexe. (Pressman, Wildavsky, 1984, p. 102). Analysant la mise en œuvre d’un programme fédéral destiné à développer les emplois en faveur des minorités ethniques dans la ville d’Oakland en Californie, Pressman et Wildavsky examinent l’ensemble des processus qui mènent ce programme à l’échec. Le grand nombre d’acteurs censés participer à la mise en œuvre et les objectifs contradictoires qu’ils poursuivent, ne permet pas au programme de reposer sur une action conjointe. A leur instar, ce qui nous préoccupe, c’est finalement cette question classique des conditions dans lesquelles l’action conjointe complexe est rendue possible. Si, dans leur monographie, les différents acteurs engagés, aux intérêts multiples, ne parviennent pas à mener une action conjointe, notre étude de cas prouve qu’une politique engageant un grand nombre d’acteurs aux intérêts divergents parvient à se développer et aboutit à des formes différenciées d’« action conjointe » entre ces acteurs allant de la juxtaposition à l’action commune.
A partir d’une expérience locale, il s’agira de montrer par quel processus un groupe d’acteurs hétéroclites parvient à redéfinir un problème public, ici l’usage de drogues, pour permettre et justifier le développement d’une action en partie contestée par d’autres acteurs érigés en spécialistes de ce même problème. Il faudra, ensuite, examiner les mécanismes et arrangements par lesquels ces acteurs, aux pratiques et représentations différentes, se trouvent finalement impliqués dans une même action publique locale ; et montrer, si, et comment, les acteurs et les dispositifs produits par cette action publique interagissent les uns avec les autres et avec les dispositifs et institutions plus anciennes.

  1   2   3   4   5

similaire:

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). iconRésumé : la présente contribution discute les théories de la crise...
«rigidités» de l’Etat social, mais aux effets pervers des politiques néo-libérales dont l’impact sur les formes de contrôle de l’investissement...

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). icon14 H. 15 | II. Rapport moral présenté par le président du Cégom quant...
«Synthèse des propositions de l’outre-mer dans l’Hexagone», réf. 20090831-85, sur proposition du bureau national & sur la base de...

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). icon«2016, année de La Marseillaise»
«2016, année de La Marseillaise» est une manifestation nationale de rassemblement, destinée à faire explorer l'hymne national par...

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). iconI la société de consommation naît au cours des années 60, l’émancipation...

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). iconA – Concept de Réduction des Risques et des Dommages 6

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). iconCours du 24/01/2012
«grand papa». Elle avait beaucoup changé sous l’influence de Max Weber. Elle intègre les autres domaines de l’histoire, la psychologie,...

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). iconRésumé : L’usage des techniques de diagnostic et de dépistage prénatals...

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). iconInscription des événements à la manifestation nationale “ Fête de la Gastronomie ”
«Royat-Chamalières fête la gastronomie» redémarre ! Labellisée au niveau national, du 25 au 27 septembre, la nouveauté de la fête...

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). icon4. 2 Quelles sont les formes institutionnelles de l'ordre politique ?
«élus» (et répartition des différents niveaux de pouvoir : niveau local et national à mettre en évidence) et les citoyens

Résumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise de soins aux toxicomanes au cours des années 1990. Elle mesure l’influence locale de l’adoption au niveau national de mesures dites de réduction des risques liés à l’usage de drogues (rdr). iconI de la puissance coloniale, au porte-parole des peuples opprimés ? II
«politique de grandeur» destinée à redonner confiance aux Français et affirmer de nouveau la puissance de la France. Depuis le début...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com