Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ?





télécharger 84.08 Kb.
titreThème 3 Quel avenir pour la philatélie ?
page1/3
date de publication22.10.2016
taille84.08 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
ETATS GENERAUX DE LA PHILATELIE
http://www.etatsgenerauxphilatelie.fr
Voici un extrait des messages postés sur le thème 3 :
Thème 3 - Quel avenir pour la philatélie ?

Demain la poste ne sera pas l’intervenant unique. Compte tenu de ces évolutions réglementaires, sociologiques et technologiques, quelle est votre vision de la philatélie de demain ?
Trop chère collection !

Je collectionne les timbres français depuis plus de 20 ans et je déplore cette fuite en avant concernant les émissions de timbres et le coût chaque année toujours plus important pour pouvoir continuer cette passion et ce à plusieurs niveaux :

- 1er niveau : La Poste ne cesse d'augmenter le nombre de timbres, de blocs et de carnets : 1975 : 45 timbres et 1 bloc, 1985 : 56 timbres et 1 carnet, 1995 : 48 timbres, 2 blocs et 3 carnets, 2005 : 67 timbres, 11 blocs, 7 carnets, sans compter les souvenirs philatéliques, les carnets de Marianne autocollants, etc… On parlera au passage de la qualité de certaines émissions parfois très discutable et de la taille des blocs aux dimensions de plus en plus envahissantes (bloc jardin de France).

- 2ème niveau : Cette frénésie de la Poste fait le plus grand bonheur des fabricants d'albums : Plus il y a de timbres, plus il y a de feuillets et plus il y a de feuillets, plus il y a d'albums ! Pour ma collection de timbres neufs France, j'utilise les albums LINDNER et les feuillets pré-imprimés de chaque année. Le bilan est là aussi édifiant : A titre de comparaison, le même classeur qui pouvait contenir 10 années (1972 à 1981) n'en contient plus que 3 pour les années 2004 à 2006, sans oublier l'aspect onéreux de ce type de matériel. La petite touche supplémentaire avec LINDNER, c'est qu'il décide de manière complètement arbitraire d'ajouter dans leurs feuillets pré-imprimés des souvenirs philatéliques, des timbres personnalisés, parfois il faut 2 carnets (1 entier et 1 découpé), etc... Et si on ne veut pas avoir une collection gruyère, on va à la…

- 3ème niveau : … philatélie, troisième et dernier niveau de la chaîne qui bénéficie des largesses des deux précédents acteurs et qui vous revend les fameux manquants à un tarif loin d'être indolore pour le budget. Je garde encore un très bon souvenir du souvenir philatélique avec le rouge gorge (150€) et le trophée Gordon Bennett (80€) : Merci LINDNER !!!
Il y a quelques années, je cherchais à avoir une collection complète. Aujourd'hui, j'en suis à recentrer ma collection parce qu'il y en a trop et parce que cela coûte trop cher. J'ai commencé par abandonner les feuillets pré-imprimés LINDNER, ce qui m'a permis de m'affranchir de leurs orientations arbitraires. J'envisage maintenant d'abandonner les souvenirs philatéliques et je me pose régulièrement la question depuis trois ans d'arrêter complètement cette coûteuse passion. En résumé, les philatélistes sont des collectionneurs en sursis que la Poste est en train de faire disparaître petit à petit.
Parlons d'argent...

Pour constituer et enrichir ma collection, j'achète des timbres.

L'argent que j'investis dans la philatélie, je souhaiterais qu'il conserve sa valeur. Je ne vendrai pas ma collection de mon vivant, mais je la transmettrai à ma famille.
C'est pourquoi, j'aimerais qu'elle conserve de sa valeur, voire qu'elle en prenne, au fil du temps.

Or l'inflation des émissions et des tirages, la relativisation de la dernière innovation de présentation par des innovations plus récentes risque de faire stagner longtemps la valeur de ce que j'ai accumulé. Les blocs feuillets étaient de bonnes valeurs jusqu'aux années 60. Aujourd'hui, ils sont nombreux et ne valent plus rien...et probablement ne vaudront jamais rien.

Idem pour les entiers postaux (PAP) et même pour les trop nombreuses présentations de timbres courants.
Voilà pourquoi je n'investis plus dans les nouveautés: je ne voudrais pas qu'après moi, ma famille soit obligée de les vendre en dessous de leur valeur faciale, comme cela se passe pour les timbres des années 60 et 70.
Généralités

La philatélie ne doit pas mourir. La Poste doit réfléchir et s'en tenir chaque année au programme de timbres dit "philatéliques" avec 3 ou 4 hors programme. Et ne plus penser fric, fric... Le reste "mon timbre à moi", les "personnalisés ", les feuillets avec personnalisés etc. doivent être appelés PARAPHILATELIE. La Poste doit privilégier les beaux timbres éducatifs et historiques avec gravure en taille douce.
Savoir aussi vendre des vignettes LISA illustrées comme cela est proposé dans les salons d'automne, Exposition nationale etc.. et cela sous un package de 5 valeurs 000€ et les 4 valeurs des affranchissements les plus usités.

Mettre à disponibilité un Point de vente Philatélique dans chaque grande Poste, avec des agents formés. Cela existait pourquoi l'avoir supprimé rentabilité....
De plus, La Poste doit pouvoir fournir correctement tous ses clients: le collectionneur isolé, les associations, ses abonnés, les négociants etc.. Pour cela il faut que son service clientèle de Périgueux soit performant: pas un N° de téléphone qui reste muet après une longue attente, des courriers sans réponses etc.... Sinon mettre un service Internet capable de vendre tous les timbres et non certains (ex TAAF, Polynésie etc..).
Mais avant tout il faut que le collectionneur soit raisonnable, il doit apprendre à collectionner et non boucher bêtement des cases de pages complémentaires de ses albums. Si il le faut il faut qu'il se rende dans les associations qui sont avant tout des lieux de convivialité avec des membres heureux de faire partager les passions et les compétences
Une association n'a jamais été un fournisseur de nouveautés, elle est la pour éduquer, former, conseiller, prêter de la littérature philatélique, faciliter les échanges; mais faut-il encore que les collectionneurs égoïstes, cachottiers, peureux prennent leur courage et leur volonté pour se rendre dans les associations de bénévoles.

Stop pour aujourd'hui
La Philatélie c'est sain et instructif

Quelle que soit la collection, c'est un passe temps inoffensif et sain.

L'avantage de la philatélie, c'est qu'elle est basée sur un domaine structuré qui lui confère tout son attrait :

- service d'achat pour les timbres nouveaux (La Poste),

- négociants, annonces, ventes sur offre, Internet... etc. pour les timbres manquants,

- référencement de toutes les pièces à collectionner .... pour s'y retrouver et échanger..... (Catalogues),

- moyens de classement et rangement importants : plusieurs éditeurs d'albums (stockage, pages pré imprimées, pages neutres pour rangement personnalisé),
- accessoires et outils de manipulation spécifiques,

- logiciels de gestion de collections,
Tout ceci fait qu'un philatéliste a le moyen de savoir où il va.

Certes, ce n'est pas gratuit, cela peut même être de plus en plus onéreux si on veut être exhaustif, et si on suit le programme d'émission de La Poste. Entre les achats de pièces à collectionner et les achats de fournitures de classement, le budget est devenu exorbitant. Et ceci a déjà provoqué nombre d'arrêts de collections...
Mais il faut que la philatélie perdure, et La Poste en est un des moteurs essentiels. Qu'il y ait des timbres dits "de collection" et d'autres (t. à message) n'est pas très important pour moi. Chacun doit savoir se gérer. Quand j'en ai eu marre de collectionner les "Merci" et autres "Meilleurs Voeux" qui ne présentent il est vrai guère d'autre intérêt que de boucher des cases (et à quel prix...!), j'ai arrêté le systématique pour me centrer sur ce qui est beau (taille douce, certains offset) et instructif.... et évidemment sur ce que je considère comme le fondement de la philatélie : les Mariannes.
L'aspect "instructif" du timbre me paraît, à moi, capital. C'est toujours un plaisir de découvrir quelqu'un, un objet culturel, voire des sites et édifices qui vous invitent à aller les voir de prés. Ainsi récemment, j'ai appris l'existence des Globes de Coronelli par un timbre ma foi fort bien réalisé, ce qui m'a doublement intéressé !
La Poste doit continuer à peser de tout son poids sur cet aspect instructif qu'apporte un timbre, mais aussi sur la qualité de sa réalisation : c'est très important pour "l'envie de collectionner". Ainsi, moi qui suis pourtant féru du tourisme en France, je ne suis pas attiré par la collection des timbres des feuillets "France à voir..." J'ai l'impression de voir ces images qu'on trouvait autrefois dans les tablettes de chocolat...
Donc, pour moi, collectionner des timbres doit être un passe-temps "zen", qui apporte quelque chose à sa culture et au plaisir des yeux, plutôt que lucratif à tout prix....
La philatélie a-t-elle besoin d'être sauvée ?

La philatélie est née il y a plus de 150 ans, elle a connu depuis de profondes mutations.
Au début mondiale, puis dans des domaines de plus en plus réduits (pays, thème, émission, voire un seul timbre), pas toujours sur les timbres mais aussi sur les documents postaux.

Ainsi, après la fin de collection mondiale, on se dirige lentement vers la fin de la collection d'un pays.
Bien sûr, cette évolution est à mettre sur le compte de la politique d'émission inflationniste de La Poste. Mais est-ce vraiment un mal ? Je suis un collectionneur bien plus satisfait depuis que je me suis spécialisé !
La Poste, malgré tout, émet bon nombre de timbres pratiques, culturels, amusants ou évènementiels qui sont largement disponibles et qui servent sur le courrier : malgré la baisse du nombre d'envois, je suis persuadé qu'on trouve plus de timbres hors Marianne maintenant !
En résumé : que La Poste fasse comme bon lui semble, c'est l'occasion pour les collectionneurs de remettre en question leur collection. Il y a tant de sujets, de façon de collectionner, avec des budgets faibles ou importants !

Cette remise en cause se traduit souvent par l'arrêt de la collection de timbre, et pas seulement de l'abonnement aux nouveautés.
A mon avis, c'est dans la résolution de ce problème précis que devraient se pencher les acteurs de la philatélie : donner envie de faire de la philatélie autrement, en montrant ses possibilités variées, selon les intérêts de chacun.
Veillée mortuaire de la philatélie

On parle d'attirer les jeunes et de nouveaux collectionneurs vers la philatélie. Encore faudrait-il communiquer !
Journée du timbre à Caen:

J'essaie de connaître les heures d'ouverture de cette journée organisée dans les locaux de l'hôtel de Ville. Rien sur le site Internet de la Poste.

Rien non plus sur le site de la ville et de la mairie. Les manifestations culturelles, loisirs et sorties y sont indiquées dans un agenda, mais pas la journée du timbre.

Il m'a fallu téléphoner à la mairie pour connaître les horaires. Il faut donc être très motivé et aimer les jeux de piste pour venir à la philatélie!
Un jeune ou un touriste de passage utilise généralement Internet pour préparer ses loisirs ou ses sorties. Là, rien sur Internet. La journée du timbre est réservée aux initiés !
Je vais sur place. Il n'y a que le public habituel et habitué. Les postiers sont sympathiques et serviables, mais aussi désolés: tous les timbres (c'est vrai qu'ils sont nombreux) de cette journée ne sont pas en vente sur place. Il n'y a rien d'autre que les timbres eux-mêmes - et encore pas tous - pour illustrer le thème de la journée. Pas une seule BD sur le thème! On aurait pu associer à la journée le libraire de la ville spécialisé dans la BD. Eh bien non. Cela aurait pu attirer des jeunes. A-t-on vraiment voulu les attirer ? J'en doute.
Ce n'était pas une journée du timbre: simplement une veillée mortuaire de la philatélie
La philatélie n'est pas morte

La philatélie à condition de savoir se renouveler et de savoir attirer les jeunes a encore un bel avenir.

Arrêtons de nous chamailler sur les modes d'impression, avant c'était mieux, il n'y a que les Classiques d'intéressant, seuls les émissions Modernes valent le coup,.....

Regardons ce qui plait aux jeunes et faisons tout pour nous adapter et rendre la philatélie attrayante. Faisons des tests auprès de nos enfants ou petits-enfants, nous serons surpris des réponses.
La philatélie est entre les mains de ceux qui la font vivre actuellement. En cas de disparition, nous pourrons nous en prendre qu'à nous même, les acteurs. Nous ne pourrons pas dire, je ne savais pas.
Trop de timbres tue le timbre !!

Quel bonheur de pouvoir s'exprimer enfin !! Encore faut-il que ces contributions soient lues ou analysées ??
Je collectionne les timbres de France depuis 1984 et c'est peu dire que cette collection a évolué...on est passé d'une quarantaine de timbres essentiellement gravés par an à...des dizaines de Bloc feuillets souvent peu réussis, dont certains ne rentrent même pas dans nos albums (jardins de France...). Je passe sur la série insipide de vignettes panini, France à voir et France à vivre, les blocs sur les capitales européennes que même le Liberia ou Antigua nous envient !!
Je crois qu'il est temps de revenir à un nombre raisonnable d'émissions annuelles. Je ne suis pas un défenseur à tout prix de la taille-douce, des thèmes se prêtent fort bien à l'offset ou l'héliogravure !

Par exemple, pour comparer ce qui est comparable, la politique d'émission de l'Italie est exemplaire : un nombre raisonnable de timbres émis, 2 à 3 blocs feuillets et une répartition judicieuse entre timbres gravés et non gravés...

Mais heureusement qu'il n'y a pas que les timbres de France à collectionner :-) j'ai découvert les superbes timbres de Suisse, Namibie, Liechtenstein, Islande, Malaisie...
Vous pouvez en voir un petit aperçu via les nombreuses lettres que je reçois de l'étranger et que je publie sur mon blog philatélique : http://timbredujura.blogspot.com
Voir ce qui se passe autour de nous peut parfois nous réconcilier avec la philatélie !

Une nouvelle politique d'émission de La Poste ne devrait pas changer grand chose même avec une intervention présidentielle sur le constat de désintéressement actuel. Avons nous envie de faire notre propre autocritique? Que faisons nous pour que la philatélie continue?

Savons nous la rendre attrayante?

Allons-nous au devant des futurs philatélistes? Ne sommes nous pas trop "élitiste" avec les expositions?

Ne faut-il pas aller dans les écoles comme le font les professeurs de musique? Les émissions actuelles et les nouvelles techniques d'émission laissent de larges champs à explorer. A nous de les mettre en avant.

Ne fermons pas les portes de ces futures études uniquement parce que ceux sont des thèmes que nous n'étudions pas.
L'avenir : le timbre oblitéré

Il est essentiel que La Poste comprenne que pour attirer des jeunes vers la Philatélie, il faut que ceux-ci puissent s'approvisionner en timbres poste pour un coût dérisoire.

Et le plus simple pour commencer une collection est de récupérer des timbres postes sur le courrier.
Tout collectionneur a commencé sa collection par les timbres oblitérés.

Quel plaisir de recevoir des lettres avec de beaux timbres et de belles oblitérations !

Or, on constate depuis quelques années que beaucoup d'oblitérations gâchent la plupart des timbres.

Cela ne s'arrange pas avec les nouvelles oblitérations où l'on ne connaît pas le lieu d'expédition du courrier.

Le collectionneur de timbres oblitérés est dans la plupart des cas un futur collectionneur de timbres neufs.

La Poste a tout à y gagner.
Fin du monopole de la poste pour l'émission des timbres ?

De nouvelles entreprises vont apparaître pour l'acheminement du courrier de moins de 50g.

Ces entreprises ne devront pas se priver d'émettre leurs propres timbres. Comme pour la poste, l'émission de timbres de collection sera une source de revenu pour ces opérateurs. Ils rivaliseront alors pour que nous, les collectionneurs, achetions leurs timbres. Hormis Périgueux, il y a encore en Europe des graveurs et des ateliers (Autriche, Suède, Belgique...) qui connaissent la gravure, la belle composition. Nous pouvons espérer q'une concurrence bienfaisante poussera la qualité vers le haut et incitera la poste française à revoir sa politique d'émission.
  1   2   3

similaire:

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconQuel avenir pour la relation entre communes et intercommunalites ?
«l’avenir de nos communes, qui, progressivement et en silence deviennent des coquilles vides La revue «Pouvoirs locaux» a pris pour...

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconQuel avenir pour la ruralité ?

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconRapporter des propos
«Retrouvez tous les dossiers» puis taper le mot «CO2» dans la zone de recherche. Sélectionner l’émission «CO2 : quel bilan ? Quelle...

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconLe site internet Ricochet, la juge, le liquidateur et l’avenir de la culture pour nos enfants

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconLe regain de la stratégie ultramarine de Cfao
«Retour aux sources : l’avenir»2, titre le journal interne Contact en 1992 : «Nous ne tournons pas le dos à l’Afrique […]. Recommençons...

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? icon1. Quel jour le général Bonaparte a-t-il fait un coup d’Etat pour prendre le pouvoir ?

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconS d f une situation à l’avenir assuré
«Faire passer tous les générateurs et profiteurs de misère pour des sauveurs potentiels»

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconCM2 Histoire Quel jour le général Bonaparte a-t-il fait un coup d’Etat pour prendre le pouvoir ?

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconProgramme Thème
«Une association, une organisation publique, une entreprise peuvent-elles être gérées de façon identique ?» (thème «Gestion et création...

Thème 3 Quel avenir pour la philatélie ? iconPrésidente de la Région Ile-de-France
«Innover pour Réussir» et pour la grande qualité des interventions de la journée. Paris-Ile-de-France-Capitale-Economique apporte...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com