Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy





télécharger 136.64 Kb.
titrePensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy
page1/5
date de publication02.11.2017
taille136.64 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5

Pensée de l’homme – Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy

14/10/10
Qu’est qui différencie le monde animal du monde humain ? La station debout, la capacité crânienne… cependant si tout cela n’est pas faux, ce n’est pas exactement vrai non plus. Pas des critères absolus. Le seul critère qui fait la différence c’est le fait que les êtres humains ensevelissent leurs morts. Le corps n’est pas abandonné, parce que l’homme sent, comme l’animal, qu’il va mourir, mais il le sait aussi (vers âge de 7 ans). Autre idée de la mort donc, puisqu’on l’envisage, on la prévoit : l’homme ne supporte pas psychologiquement que sa déréliction est la même qu’une feuille morte ou un crocodile. L’homme finit ainsi par se persuader de sa survie non pas physique mais spirituelle. On voit déjà que l’homme a une croyance dans un au delà. Il prend conscience de sa finitude mais de ce qui participe aussi à un moment d’éternité.

La première conscience du temps se fait à travers le jour, la nuit et les saisons – phénomène cyclique infini – vision du temps cyclique aussi, qui revient sans cesse. CF vision asiatique. Si l’on adhère à cette idée que tout revient, en même temps que l’homme avance vers la mort, alors double vision, à la fois cyclique et linéaire. Le monde occidental, héritier de cette perception des choses, est un monde qui se fonde sur cette double vision du temps ; toute la pensée occidentale repose sur cette dualité antinomique et appelle à la notion de progression. Chez certains, l’aspect cyclique du temps l’emportent, chez d’autres c’est l’aspect linéaire : ce sont les deux fondements du temps de la pensée occidentale.
C’est dans ce contexte que l’homme invente une notion irréelle : le temps. Création humaine totale, il permet de mesurer la vie, l’histoire de l’humanité, du cosmos. La seule chose qui existe et que nous sommes incapables de comprendre c’est la notion d’éternité : le cerveau humain ne peut l’imaginer, ne peut le concevoir ; si bien qu’on a crée le temps, soit la façon dont le cerveau humain aborde l’infini en créant la finitude. Dans ce monde où l’homme prend conscience du temps, il prend aussi conscience de sa propre finitude, en temps qu’atome du monde vivant. Au départ, l’homme est dominé par la nature et il est soumis à ses lois : il n’est qu’un animal parmi les autres, certes plus intelligent, mais toujours objet de la nature. Comment expliquer l’existence d’une telle vie, d’une telle nature ? Par l’animisme (du latin animus, l’esprit, qui donnera par sa féminisation anima, l’âme) qui pose que chaque objet naturel est doté d’un esprit. Le mot esprit signifie fermentation, énergie : ce qui fait vivre. L’esprit du rocher, c’est ce qui fait que le rocher existe dans son intégralité ; aujourd’hui on parle d’attraction moléculaire ( ce qui fait que des atomes, des molécules, réunis, crée un rocher).

Toutes ces énergies appartiennent à une plus grande, cosmique, le grand Tout. Du grec pan : le dieu Pan. Ensemble des esprits qui constituent le cosmos, qui lui, à son tour, institue les choses, et impose ses règles. L’homme est soumis aux violences de ces esprits. C’est le drame de l’homme moderne, confronté parfois à la violence de ces esprits : exemple des catastrophes naturelles, ou le fait que l’hiver est toujours l’hiver. Pourquoi s’étonner que la nature reste la nature, qu’on ne puisse pas la contrôler ? Mégalomanie humaine. L’homme est finalement terrorisé par ces aléas, c’est la panique face à ce que Pan peut infliger. Comment se rendre favorables ces esprits ? Par le chamanisme (sorciers and co). Des gens prétendent entrer en contact avec ces esprits, naturellement ou avec des aides (champignons…)Il y a donc l’apparition d’individus qui vont se spécialiser et qui vont détenir alors le pouvoir d’entrer en contact avec les esprits : première distinction sociale avec cette apparition du clergé, constitués par ces êtres à part capables d’entrer au contact avec la divinité. Seulement, comment peut on croire que l’individu entre en contact avec la divinité ? Grace à l’empirisme. On commence alors par guérir les gens. Exemple de la coqueluche : Ellicine (?), du latin elix, l’escargot, donc au départ on utilise la bave de limace… artichauts pour la congestion du foie. Ainsi, certains se sont rendus compte que certains produits marchaient : ils sont alors détenteurs d’une forme de science médicale. Une seconde catégorie distinctive apparaît donc, pour se fondre avec la première : ceux qui savent, les savants. Le clergé est aussi celui qui sait.

Possédant la faculté de soigner et de parler avec les divinités, la tendance naturelle fait que ces personnes cherchent à prendre le pouvoir. Apparition du pouvoir politique, fondé sur la science et sur la religion. Toute l’histoire du monde politique c’est celle de la laïcisation du pouvoir politique, qui va peu à peu se défaire du pouvoir religieux et du pouvoir savant. Le dernier chef d’état français à la fois chef, prêtre et thaumaturge était Charles X, 1830. La chose a donc duré plusieurs centaines de milliers d’années, et même plus puisqu’on a toujours les mêmes croyances, on attend toujours du gouvernement que celui ci se montre thaumaturge : gérer la neige, les inondations…
Première révolution, dite paléolithique. Du grec, l’âge ancien de la pierre. S’arrête vers 10 000 avant JC. L’homme réussit alors à maitriser le feu. Il conserve au départ une partie de ce feu, crée accidentellement, le transporte et le défend. Puis il apprend à en faire lui même : c’est la première grande révolution humaine, l’homme entre alors dans ce que l’on appelle la Civilisation. Désormais, les civilisés vont manger cuit, et les sauvages vont manger cru. Exemple de barbares asiatiques qui débarquent, les Huns de Mongolie : ils mettaient le steak sous la selle  steak tartare. Exemple aussi des hongrois  ogre.

Révolution doublée d’une sexualisation de la société. Au départ, omis mettre bas, toutes les fonctions sont partagées par l’ensemble de l’humanité ; l’homme va défendre le foyer et la femme va l’entretenir. Mais on est toujours en période préhistorique, pas d’écrits donc, alors comment savoir ce qui s’est passé ? Grâce à l’histoire des langues. La paléolinguistique permet de retrouver les mots initiaux. Le feu vient d’une racine, PRY ou PYR – prytane, du grec, le soldat formé pour défendre le foyer. Le foyer vient de la racine WST. La déesse du foyer grec est Hestia, ou Westia, ce qui en latin donnera les Vestales. Le mot français dérivé de la racine WST est l’âtre/en anglais, hearth. Différence donc entre les hommes qui défendent le feu et els femmes qui l’entretiennent.

Le feu est aussi à l’origine du groupement humain, il organise les hommes en tribu. Lorsque l’on se marie, on se préparer à construire son foyer. Le feu est donc à l’origine de la première organisation sociale. Morcellement de la communauté humaine. Conséquences ? La différenciation des idiomes, ou la tour de Babel.
Seconde révolution, dite néolithique. Le nouvel âge de la pierre, dans le triangle fertile (Mésopotamie et Syro Palestine, climat alors très différent) vers 15 000 - 10 000 avant JC. Civilisation de l’agro pastoralisme, l’homme cesse d’être un chasseur cueilleur pour devenir un pastro agriculteur. Changement total dans l’humanité avec la sédentarisation : plus besoin de courir, de suivre les zones vertes. Apparition de l’habitat permanent : huttes rondes, regroupées, autour de la cellule familiale. Puis construction de la hutte rectangulaire, qui permet la division en pièces. Apparition de la maison. Premier village connu : en Turquie, Catal Höyük, 7000 ans avant JC / Acikli, 10 000 ans avant JC (découvert l’an dernier).

Cette organisation en village entraine le commerce et les échanges. Du latin, échanges de marchandises ; au moyen âge, mercerie. Cela permet la création de centres commerciaux ; apparition des marchés ; concentration : apparition de la ville. On vit autrement que pour cultiver et élever. Première ville connue : Jéricho, entre 5000 et 3000 avant JC. La religion va pâtir de cette transformation : les dieux sont à l’image des besoins de ceux qui croient. L’important alors, c’est la fertilité, des animaux, des terres : nouvelle religion de la fertilité donc, symbolisée par la femme. Celle ci est représentée souvent sans tête, avec une très forte poitrine, des hanches très larges, stéatopyge (les hanches et la source) et avec un triangle pubien très incisé – caractères féminins dominants.

La Gê meter, la déesse mère  Déméter. On garde cependant les caractères de la religion précédente – une religion ne disparaît pas comme ça, elle est intégrée dans la religion suivante ou reste au niveau légendaire. Ici, subsistance de l’esprit à travers un animal, celui qui connaît les secrets de la Terre, (de la science aussi, cf symbole des médecins) le serpent. Ce serpent explique qu’il faut enterrer  la pourriture entraine la germination  la mort entraine la vie. Le serpent devient dieu (du grec, théos au départ) de la putréfaction : de la racine PYT, on parle alors du dieu Python. La déesse Déméter se voit dotée d’une fille, Perséphone, qui plut beaucoup à Pluton (la richesse) qui vit dans son sous sol. Déméter est alors folle de rage  plus rien ne pousse. Compromis : Perséphone reviendra du sous sol tous les 6 mois : création des saisons, le printemps et l’été, alors que Déméter est heureuse d’avoir sa fille. Ici on a affaire à une religion qui explique aux agriculteurs ce dont ils ont besoin, soit un calendrier des saisons : la religion est alors agraire. Lorsqu’elle s’attriste de voir partir sa fille c’est l’automne.
Ecriture : les premiers textes qui apparaissent sont des livres de comptes, sur des tablettes d’argile (toujours en Syro Palestine). Ecriture cunéiforme, en forme de coins, avec un roseau biseauté. Cette écriture transcrit des syllabes : ce n’est pas une écriture alphabétique. Dans le même temps, plus au sud, on voit apparaître des hiéroglyphes (en arabe, symbole de la chouette   M )

Loi : apparition du premier code de loi d’Amou Rabi – mais il ne définit que des sanctions selon la jurisprudence. Pas exactement un code de loi donc, plutôt un code de jurisprudence (c’est ce qui différencie le droit latin du droit anglo-saxon). Dangers de ce dernier ? C’est le pouvoir des juges. De même, monde latin : le droit émane de la loi, tandis qu’ici, le droit émane des failles de la jurisprudence.  Dans le droit romain, le juge se contente d’appliquer la loi, il ne fait pas la loi. Aujourd’hui, on peut parler d’anglo- saxonisation du monde… mondialisation intellectuelle. Il montre donc rapidement ses limites : intervention du juge dans u domaine politique, pouvoir excessif du juge, personnalisation de la justice avec toutes ses dérives.

On a alors l’idée de la loi, d’un règlement préalable à l’acte, on définit les règles de vie en commun. Le premier légiste connu est un grec, Dracon. C’est l’obligation juridique de l’acte qui va être fait. La loi s’impose à tous et une fois votée, elle est intangible ; une autre loi seulement peut la défaire. Cette loi, au bout d’un certain temps, se voit organisée pour la vie en communauté, pour la vie de la cité ; plus seulement à caractère individuel. Du grec la cité, polis, on crée la loi polythéïaconstitution. A Athènes, elle est mise en place par Solon. Il invente donc la constitution. La loi en grec, nomos. Au 11ème siècle, cela signifie pâturage, puis au 10ème siècle, propriété. L’enclosure entraine des conflits : au 8ème siècle, il signifie alors loi. La règle qui organise la communauté, pour éviter les conflits.

On va alors s’arranger pour que certains groupes sociaux fassent la loi (lobbying), à travers le vote. Oligarchie avec les riches au pouvoir. Tyrannie avec les pauvres au pouvoir, qui se choisissent un chef, celui qui parle au nom de la masse (tyrannie au sens premier du terme, soit le chef, vision populaire voire populiste). Si trop de désordre, le peuple, vulnérable, vote pour un homme fort qui remet justement de l’ordre. Un homme a alors l’idée de changer les choses : Clisthène, disciple de Pythagore.

Pythagore a apporté une pensée philosophique d’un dieu nouveau, Apollon, venant de l’Orient, dieu de la beauté et de l’harmonie. Les hommes ont une raison : c’est l’outil qui les fait différents des autres. La raison permet de voir les distinctions, les contraires, et non pas à opposer ces derniers, mais à trouver le moyen de les unir pour obtenir l’harmonie. L’anti rationalité, c’est le désordre. L’harmonie, c’est utiliser la raison selon des normes simples, visant à réduire les écarts. La musique utilise ces écarts, harmonise les contraires pour produire des sons supérieurs : Apollon est représenté avec une cithare ou une lyre pour montrer que la raison, le logos, tend vers l’harmonie, le Beau. Rien ne peut être Bon s’il n’est Beau. Triomphe de la raison sur les forces brutes de la nature : Apollon va tuer le vieux dieu de la nature Python. Les hommes doivent alors s’organiser harmoniquement, évitant la violence : les grecs subissent alors le joug des crétois, du taureau de Minos. Légende du Minotaure et de Thésée. Les pythagoriciens expliquent ainsi le triomphe de la raison sur la tyrannie.

En 1937 a lieu la dernière exposition universelle à Paris. Le Front Populaire fait raser le palais du Trocadéro et construit le palais de Chaillot. Pont de Iéna : pavillon de l’URSS, sur un tour, avec des kolkhoziens, et en face, pavillon de l’Allemagne de IIIe Reich, avec sur cette tour, l’aigle allemand tenant une croix gammée et du laurier. La République Française va ériger face à ces deux pavillons, deux statues toujours présentes : Thésée tuant le Minotaure, et Apollon tuant Python. Face à la peste rouge et à la peste brune, la République a voulu rappeler que l’homme avait une résistance au désordre qui le conduisait à rédiger des lois et à respecter l’harmonie.

De là va naitre l’idée de la communauté humaine : pas une agrégation de minorités juxtaposées les uns aux autres. Chaque citoyen a droit au même respect, qu’il appartienne, ou non, à une communauté. Harmonisation des différences, ne pas donner une chance à une différence plutôt qu’à une autre.

Ce pythagoricien qui se rend compte qu’Athènes frise le désordre est Clisthène. Il a alors l’idée géniale de diviser l’Attique (la région d’Athènes) en trois régions : la ville d’Athènes, la campagne d’Athènes, et les côtes de l’Attique. ; chacune est divisée en un nombre égales de circonscriptions, des dèmes. Nantis d’un numéro, ils comprennent le même nombre égal de citoyens. Puis, le dème n°1 de chaque région va élire un seul député : aucun député ne sera pas particulièrement représentatif des marins, des agriculteurs ou des commerçants ; les citoyens abdiquent leur différence au profit de la communauté. C’est le gouvernement des dèmes  la démocratie, le gouvernement des citoyens, qui font abstraction de leurs différences pour travailler au bien commun.

Cf. Isonomia et iségoria.
Entre le 30ème et le 18ème siècle avant JC, on a un ébranlement important de la population avec l’arrivée des populations des steppes, qui envahissent l’Anatolie, les Balkans et la Syro Palestine. Ces gens maitrisent deux choses : le cheval, animal totalement inconnu alors dans cette région, et le métal. Ils débarquent à cheval donc : c’est effrayant pour les populations néolithiques, qui inventent leur première terreur, le centaure. Domination alors d’une population guerrière, appartenant au groupe indo européen (trois migrations, vers l’Inde, l’Anatolie et les Balkans, et l’Iran). Organisation tripartite de la société : caste des cavaliers, des rois - prêtres, et des agriculteurs. Cette vision sociale est imposée dans tous les endroits où ils s’installent : Inde, Iran, Monde occidental. Pour combien de temps ? Jusqu’en 1789.

Si le groupe dominant est alors celui de cavaliers en armes, la déesse mère n’intéresse plus. La religion va changer ; elle s’adapte à l’ordre social. La religion explique alors la création du monde, du temps, et l’organisation social, essentiellement avec des hommes : Ouranos, Cronos… Athéna certes, mais pas un symbole de féminité. Les divinités deviennent donc masculines. La déesse mère est réutilisée, mais au niveau secondaire : Héra. La religion devient guerrière, nouvelle forme de pouvoir avec pouvoir de la force. Contre ce pouvoir de la force s’organise celui de la loi : il faut s’opposer au désordre de la violence, de la force. Apollon transforme donc le monde grec barbare en monde civilisé.
Première composante de la pensée occidentale, issue de la lente émergence de l’être humain par rapport à la nature. Devenant maitre du feu et de la nature, l’homme devient supérieur au reste du monde vivant. Ce faisant, il crée lui même une organisation sociale, comme les animaux sociaux. Ce qui le différencie, c’est l’établissement de règles de vie : ce ne sont pas seulement des règles de conduite, de vie en commun (les fourmis et les abeilles ont des règles telles) mais des règles de « penser en commun ». Idée de créer une harmonie, un Tout. Ce qui fait de nous des hommes c’est cette idée de « projet commun », qui dépasse la simple existence temporelle d’un homme : nous préparons la voie pour l’avenir. C’est ce qui différencie l’être humain de l’être social, animal, qui vit en colonie.

20/10/10
La deuxième composante occidentale est une vision sémitique. Eruption de San Torin qui va provoquer une fissure, un tsunami, raz de marrées, le Déluge. En -10 000. Noé est le seul survivant (il va récolter des espèces animales). Il va procréer ensuite avec sa femme. Trois enfants : Sem (va donner naissance aux peuples de Proche Orient : le peuple sémite ), Cham (Afrique : le peuple chamique), Japhet (Monde occidental). Le royaume de Saba est un grand peuple sémite. C'est le Yemen. En 3000 av JC, un grand barrage va se détruire et le royaume de Saba va se dépeupler. Les Sabéens vont migrer passe par Oman et vont vers l'Iran et vont s'installer en Mésopotamie. Ils vont devenir un peuple sumériens et Akkadiens ( = les araméens (syriens actuels), cananéens (libanais...). En Sumer, sur l'Euphrate, la ville principale était Ur. Grande ville et aux alentours de - 3000, un homme, Abraham va avoir une révélation (ce que raconte la Bible) : l'existence d'un Dieu unique. Pour la première fois, on va voir une tendance chez les hommes à penser à un Dieu unique. On passe du polythéisme au monothéisme, dans de nombreux endroits et sans rapports entre eux. Sorte de crise religieuse.
Abraham va prêcher le monothéisme. Beaucoup de populations vont suivre son mouvement. Elles sont très diverses, on pensait que c'était des sémites, mais on n'est pas surs. Ces gens vont se regrouper autour de cette prédication. Et selon leurs origines, ça va former des tribus : les 12 tribus d'Israël. L'un des premiers interdits de cette religion, c'est d'avoir des relations sexuelles avec des non-monothéiste. Cet agrégat d'individus fini par former un groupe ethnique : le groupe Hébreux. Il n'y pas de peuple juif. Le monde juif se fonde sur le monothéisme et le rejet de l'exogamie (même chose pour les Sics). Il n'y a pas d'origine. C'est un peuple qui s'est constitué par le refus de l'autre, ceux qui ne croyaient pas à l'unicité de Dieu. Donc ici il n'y a pas de race. On ne peut parler alors de racisme. Et quand on dit antisémite on ne parle pas que de la haine juive mais aussi la haine des syriens, des libanais, de tout le peuple sémite. On trouve dans le temple de Jérusalem on trouve l'arche de l'Alliance. C'est l'alliance entre Abraham et Dieu. Dieu fait la promesse à Abraham, d'une terre où coulera le lait et le miel. Le peuple d'Abraham va donc chercher cette Terre Promise. Ils vont donc migrer vers la terre des Philistins (les libanais), l'Israël d'aujourd'hui. Ils vont la leur prendre.
"le bifteck devient le pot au feu" (Blondy parlant du mariage)
Nous sommes désormais dans une vision du temps linéaire. On avance, au jour le jour, vers la Terre Promise. On appelle cela le progrès. Nous voyons donc que la prédication monothéisme propose une Terre Promise, un endroit où tout sera parfait. On ira forcément dans un monde meilleur. la progression devient donc méliorative, le progrès (on appellera cela plus tard, le libéralisme). "Nouveau" = meilleur or "nouveau" = "différent". Idée qu'il y a un avenir, par un futur. On passe de la progression au progrès et du futur à l'avenir. Demain sera nécessairement mieux. Idée de la Terre promise, du paradis éternel (ça marche). Il n'y a que 800 000 juifs à l'époque, c'est très peu. Situation assez catastrophique. Au premier siècle, cette crise du judaïsme se constitue autour de la vision judaïque. Face à la disparition du sacré judaïque, l'avancée du paganisme puis les romains débarquent. Ils profanent la place du temple. Le monde juif est hellénisé. => crise identitaire et religieuse. Pour vaincre cette crise, il y a d'abord le retour du respect de la loi de Moïse. On observe la loi. Cette exaspération fondamentaliste se retrouve surtout dans les classes moyennes juives (les bazaries , les marchands, les commerçants).

Ce ne sont pas les idées qui changent le monde, elles ne justifient que les changements. Il n'y a que deux lois qui ont été élaboré par des idées : la loi pour l'IVG et la loi contre la peine de mort. Dans les deux cas, l'opinion aurait voter contre dans les 85%.

Richelieu : gouverner c'est déplaire. Or aujourd'hui personne veut déplaire.

Staline : il faut que le peuple reste pauvre pour qu'il garde sont idéologie révolutionnaire.

Les classes moyennes veulent revenir à un respect scrupuleux de la règle. Il faut respecter les fêtes... Ce sont les pharisiens
Certains musulmans en France ne respectent pas tellement les règles religieuses (la prière) mais ne louperaient pas le Ramadan. Ici on est plus dans un rituel identitaire que dans un rituel religieux.

Ici le monde juif doit d'adapter au monde moderne : le groupe de modernistes : les sédukimes, les saduméens contre les pharisiens.

Face à ces deux groupes, qui sont les maitres du jeu religieux, on a un groupe humain qui se trouve dans une perspective du temps totalement linéaire, voient dans la perte de vitesse du judaïsme le signe de la fin des temps. Les hommes sont impurs. Vision apocalyptique. Dans ce cas là, il faut se retirer du monde et veiller à arrêter le monde (on ne se marie plus, on se reproduit plus). On devient ermites. Courant ermistique. On vit dans des monastères. Jean Batiste ou Yaya son corps se trouve dans la Mosquée de Damas.
Mais arrive un nouvel homme, Jésus. Jésus n'est pas venu pour créer une nouvelle religion, il vient pour transformer le judaïsme. Il propose l'opposer des Pharisiens. Il propose l'esprit, la foi. Ce qui a de l'intérêt c'est le regard que l'on porte sur son prochain, l'amour de l'autre (la charité). Regarder son voisin avec la même acuité que l'on regarde la carte d'un restaurant. En quelques phrases bien senties, Jesus propose non pas une religion d'adhésion, mais une religion de transformation. Il veut que les gens adhèrent pour devenir meilleur. Il assume lui-même la rédemption en affirmant que sa mort sera la rédemption de tous les hommes. Sa mort sur la croix est un rappel du rituel du Bouc émissaire (le tragos : tragédie) dans l'Antiquité grecque. Jésus se propose d'être le bouc-émissaire pour sauver l'humanité.

"Au bien heureuse faute qui nous a valu la rédemption".
On passe de la notion de Terre promise à la notion de paradis et de la notion de progrès à la notion de morale. Cette prédication de Jésus aurait pu se cantonner au peuple juif, les circoncis. Or, ce qui va changer c'est que tout d'un coup, après la mort de Judas, les Apôtres sont 11. Ils vont en ajouter un autre Paul, c'est un juif hellénisé, il parle grec avant de parler hébreux. Il va trahir le monde pharisien pour passer dans le monde de jésus. Il va donc réussir à unifier la religion juive avec la prédication de Jésus. Ce faisant il édulcore la prédication de Jesus, il la dénature en lui imposant le formalisme juif (il va introduire des règles sexuelles que Jesus n'avait pas créer, 14 pages sur la sexualité). Espèce de morale judéo-chrétienne.
St Paul mal accueilli dans les synagogues, il va annoncer que la prédication de Jesus serait annoncer au nom de Jésus. Elle cesse d'être prédite seulement au monde juif mais bien aux autres peuples. Création d'une nouvelle religion. La religion juive est largement antérieure à la domination de l'empire romain. La première religion monothéiste est bien la religion juive.
Les Etats n'avaient pas à l'époque de frontières, donc il y avait beaucoup de nomades. Histoire d'une migration. Les hommes n'évoluent pas, c'est leur environnement qui changent. L'histoire se répète.
La viande de porc se conserve très mal. Si les gens n'obéissent pas à la loi qui interdit de manger du porc à cette époque. Les interdits religieux sont là pour valider les interdits hygiéniques. Le discours religieux est le seul discours impératif. Or, si les gens meurent, le groupe ethnique est menacé. Donc on interdit de manger du porc dans la religion juive. (même chose pour la sodomie et la masturbation qui vont être interdits car ce sont à l'époque les seuls moyens de contraception). Le drame de l'Islam aujourd'hui c'est que les précepteurs de l'Islam n'accepte pas l'intégration du discours moderne dans le discours religieux. Tout est écrit dans le Coran et on doit obéir à tout or le Coran a été créé il y a très longtemps (Xème siècle), beaucoup d'incohérences avec aujourd'hui. L'Islam n'est pas anti-moderne ce sont les musulmans qui sont anti-modernistes. Au Xème siècle un Iman a décidé de dire que le Coran est un texte pas écrit par la main de l'homme, mais par Dieu lui-même. Donc il ne faut pas le faire évoluer.

Réaction désespérée d'une société machiste et masculine. Ce n'est pas une société religieuse mais c'est une société machiste. Ce sont des pauvres types qui sont encore à se dire qu'ils ont une femme qui leur appartient. L'habitude des femmes voilées vient de l'Arabie, c'est une habitude iranienne. Ce n'était pas religieux. La seule chose dite par le prophète, les femmes doivent avoir une attitude respectueuse envers les hommes et elles devaient se cacher les cheveux. Mais le visage jamais.
70% des arabes ne savent pas parler l'arabe classique, donc ils ne lisent pas la Coran. Et les imams c'est la même chose et donc de mauvaises idées circulent comme battre sa femme. La burqa n'existait pas avant les années 1970.
Ce qui tue les religions c'est l'augmentation du niveau de vie. L'islam aujourd'hui est devenue l'idéologie des pauvres. Les pauvres ne peuvent plus s'opposer à l'américanisme et au consumérisme, ce n'est que le discours religieux qui peut s'opposer au libéralisme. Ce n'est plus la politique. Aujourd'hui l'islam a remplacé le communisme. Refus d'une société où les valeurs traditionnelles, patriarcales sont remises en cause. Il y a une féodalité sociale et familiale dans les pays en voie de développement. Confrontation entre une vision féodale et une vision moderniste, égalitaire. Le phénomène islamique est typique d'un mouvement révolutionnaire pour un retour de la religion pour empêcher les évolutions sociales. L'Islam est aujourd'hui un moyen de figer une société, ici féodale et patriarcale.
En 60 ap JC, nouvelle religion : toutes les créatures de Dieu sont égales entre elles. C'est le message qui a le plus percuté l'opinion. Le nouveau christianisme est opposée à toutes les autres religions, car ici Dieu sacrifie son fils à tous les hommes et non l'inverse. Dieu n'est plus un justicier mais un père. Ca va avoir un impact sur les intellectuels surtout sur les stoïciens (Cenèque), mais aussi sur les esclaves (vous êtes des humains, Dieu vous a sauver aussi) et sur les émigrés intégrés, les soldats qui ne sont pas romains. Ils se battent pour Rome mais ne sont pas considérés. Ils vont alors voir dans le christianisme une voie pour l'identité. Le christianisme va se répandre très rapidement. en l'espace de 2 siècles, il devient une des religion principales.
Pour les responsables chrétiens, il faut crédibiliser le discours de Jésus, comme le BON discours. On va le crédibiliser par rapport aux discours antiques. Orphée est descendue aux enfers, il va chercher Euridis mais il se retourne et ne peut partir avec Euridis. Jésus va descendre dans les enfers pour aller chercher Adam et Eve. Ici on veut montrer que la nouvelle religion qui s'inspire de l'ancienne est la bonne. Jésus contrairement à Orphée, a réussi.
Au 4ème siècle, Constantin proclame la liberté des cultes et au début du 5ème siècle Théodos fait du christianisme LA religion officielle. Il prend la place de la vieille religion romaine. L'Evêque de Rome va donc prendre la place Flamine Mageure (prêtre supérieur de la religion païenne, il décidait à quel endroit il fallait faire les ponts, il était pontifex Maximus, habillé de blanc, élue par le sénateurs habillés en rouge). Or, l'évêque de Rome est habillé en blanc et désigné par des hommes en rouge.

La religion païenne avait beaucoup de déesses et dieux. Les pagamis (les paysans) sont favorables à une religion qui parle de la terre. La religion chrétienne va devoir se transformer pour ne pas perdre ces personnes. Ici, elle devient une religion non plus de transformation mais d'adhésion. Marie va prendre la place d'Era, la déesse de la Terre.

Il y a déperdition du christianisme car on va créer des saints pour ne pas trop changer les habitudes du monde antique, du monde païen, du monde agraire. On change la nature même du christianisme. Le calendrier chrétien va se claquer sur le calendrier agraire. Le calendrier liturgique se claque sur le calendrier des fêtes agraires.

L'Eglise se replace dans le temps cyclique. La pensée occidentale se forme alors. Une pensée de progression cyclique et une pensée du temps linéaire. Cette dialectique est la source de la pensée occidentale et de la modernité.

La marche à pied est en réalité une chute évitée (on avance le pied pour ne pas tomber et rétablir son axe de gravité). Dès que la progression cyclique l'emporte, le progrès linéaire fait donc une résistance : deux opposés qui forment un équilibre. La solidité et la modernité de la pensée occidentale viennent de là. Chaque fois qu'une thèse est avancée, une antithèse s'y oppose. Thèse-antithèse- synthèse. Le problème de l'Islam est que toute antithèse est perçu comme hérésie. Il ne peut donc pas y a voir de progrès.

Le christianisme en devenir la religion officielle, le christianisme est devenu l'idéologie officielle. Il a alors fourni tous les penseurs de l'Occident. Mais entre le 4ème et le 6ème siècle, c'est l'effondrement de monde romain par l'invasion des barbares (pas très nombreux à chaque fois, 200 environs). Ils vont siéger et surtout couper l'arrivée d'eaux.

Aujourd'hui, si on veut prendre le siège de l'Europe on coupe la centrale de Breda (une seule ville) où toutes les communications d'Europe y passent.
Il y a un marché qui va se faire entre les barbares et les évêques (seuls représentants du peuple) : Baptême de Clovis. Association alors entre l'Eglise et la politique. les barbares ont le pouvoir, ils se convertissent, l'Eglise garde son emprise : voila le marché.

On va mettre très longtemps à se défaire de l'association entre Etat et politique. MA = cléricalisation du discours humain en général. Pouvoir légitimé par l'Eglise, rois sacrés, enseignement délivré par l'Eglise. La Bible devient texte initial. Les pères de l'Eglise deviennent les normes de la pensée. L'intelligence se fait science elle cesse d'être réflexion.
L'important : 1790 14 juillet Tallèrent : "Et surtout pendant la messe ne me faites pas rire". Personne ne croit en vous, seul vous même.
Les villes vont se vider. Ceux qui étaient riches vont aller dans les campagnes, ils vont fortifier leurs villas : apparition des châteaux forts. A la campagne, il y a de l'eau. Les pauvres des villes vont aller se mettre près des châteaux forts pour se protéger des barbares. Apparition des villages. Apparition des MA : régression.

500 ans après, cela ne va pas satisfaire les intellectuels. Ils vont se révolter et pour cela ils vont avoir un discours cléricales. L'Eglise est corrompue, les nobles aussi. Il faut réformer l'Eglise. Apparition des monastères, qui vont ameuter des foules. On va commencer à raser les forêts qui couvraient t plus de 70% du territoire. Le paysage agricole que l'on a aujourd'hui existe que depuis 1000. Avant il n'y avait que de la forêt. Pour nourrir tout le monde des monastères, on va commencer à produire du blé. Mieux nourrie, la population occidentale va exploser. Ces jeunes populations nombreuses vont vouloir reconquérir les terres promises. Ce sont les croisades.

Or quand ces barbares normands vont arriver dans l'Orient ils vont voir que ce monde est très développé, les femmes sont élégantes, il y a beaucoup de produits raffinés. Ils vont alors ramener des produits en Occident. Il va y avoir l'apparition du commerce. Le grand commerce renait. Ces membres des républiques, ce différencie des nobles d'Occident dont leur fortune n'est plus lié à la possession de la terre mais de l'argent. Pour faire de l'argent, on n'a plus besoin de vivre à la campagne. On va donc aller vivre en ville. On va donc reconstruire des routes. Les génois vont décider de changer les monnaies, et pour éviter de transporter de l'argent, ils vont faire des billets, ils travaillaient sur de petites tables (banquies). Ca va devenir des banques.
Une autre nouvelle apparition arrive : le luxe. On fait venir des choses dont les gens n'ont pas besoin. L'individu consomme. C'est le début du consumérisme. Des nouveaux arrivants arrivent : les ottomans. Les grecs sont donc chassés et arrivent en Italie. On redécouvre alors l'Antiquité et ses savoirs. On arrive alors à la plus grande des révolutions de l'humanité : la Renaissance. L'homme arrive à réfléchir par lui-même. De plus des grecs sont allés en Chine et ont rapporté des savoirs essentiels (écriture sur du bois : l'imprimerie, les feux d'artifices : l'artillerie, le tissu pourri : le papier). L'imprimerie va alors transformer les idées. Si je peux lire je peux réfléchir par moi-même. La liberté de penser arrive. On en arrive à la réforme du christianisme. On remet en cause alors les textes et les dires des évêques.

10/11/10
  1   2   3   4   5

similaire:

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconLa propagande dans le monde occidental jusqu’au 15ème siècle
...

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconIl est venu le temps des cathédrales Le monde est entré Dans un nouveau...

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconUne première version de cet article est paru dans la revue
«Un homme qui ne connaît pas les idées de ceux qui ont pensé avant lui est certain d’attribuer une valeur excessive à ses propres...

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconL’Assemblée vote la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen
«philosophes des Lumières» qui passe dans les faits. Les idées révolutionnaristes gagnent l’Europe entière

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconCe document a été réalisé à partir de différentes sources documentaires
«l’histoire du ballet occidental». Cette approche correspond davantage aux pratiques de danse majoritairement enseignées dans le...

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconNom et Prénom : maillard alain Adresse professionnelle
«Temps libre», dans Dictionnaire des inégalités, sous la dir d’Alain Bihr et Roland Pfefferkorn, Paris, éd. Armand Colin, 2014

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconRésumé Dans le monde de la corrida en France, Alain Montcouquiol...

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconUniversité de Poitiers/Premier semestre de l’année universitaire 2011-2012
La pierre est sas monde (weltlos), l’animal pauvre en monde (weltarm), l’homme configurateur de monde (welbildend)

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconNos sources (liste non exhaustive) : Pour la France et la Turquie
«La laïcité à l’épreuve des droits de l’homme» et «Brève histoire de la laïcité en France», in Jean Baubérot (dir), La laïcité à...

Pensée de l’homme Histoire des idées dans le monde occidental Alain Blondy iconComment les idées des Lumières développées par les philosophes, vont-elles...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com