Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine»





télécharger 298.38 Kb.
titreRecherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine»
page4/7
date de publication22.10.2016
taille298.38 Kb.
typeRecherche
h.20-bal.com > loi > Recherche
1   2   3   4   5   6   7

 

36. Pour tous les éléments qui dans la vie et ses situations contrastées se rapportent à l'amour, le mieux est de ne pas essayer de comprendre, puisque, dans ce qu'ils ont d'inexorable comme d'inespéré, ils semblent régis par des lois plutôt magiques que rationnelles. [JF 92]

 

37. La détermination dans notre imagination des traits d'un bonheur tient plutôt à l'identité des désirs qu'il nous inspire qu'à la précision des renseignements que nous avons sur lui. [JF 269]

 

38. Je ressentis devant elle ce désir de vivre qui renaît en nous chaque fois que nous prenons de nouveau conscience de la beauté et du bonheur. [JF 279]

 

39. Or les souvenirs d'amour ne font pas exception aux lois générales de la mémoire, elles-mêmes régies par les lois plus générales de l'habitude. Comme celle-ci affaiblit tout, ce qui nous rappelle le mieux un être, c'est justement ce que nous avons oublié (parce que c'était insignifiant, et que nous lui avons ainsi laissé toute sa force). C'est pourquoi la meilleure part de notre mémoire est hors de nous, dans un souffle pluvieux, dans l'odeur de renfermé d'une chambre ou dans l'odeur d'une première flambée, partout où nous retrouvons de nous--mêmes ce que notre intelligence, n'en ayant pas l'emploi, avait dédaigné, la dernière réserve du passé, la meilleure, celle qui, quand toutes nos larmes semblent taries, sait nous faire pleurer encore. [JF 264]

 

40. Il n'y a rien comme le désir pour empêcher les choses qu'on dit d'avoir aucune ressemblance avec ce qu'on a dans la pensée. Le temps presse, et pourtant il semble qu'on veuille gagner du temps en parlant de sujets absolument étrangers à celui qui nous préoccupe. On cause alors que la phrase qu'on voudrait prononcer serait déjà accompagnée d'un geste, à supposer même que, (pour se donner le plaisir de l'immédiat et assouvir la curiosité qu'on éprouve à l'égard des réactions qu'il amènera) sans mot dire, sans demander aucune permission, on n'ait pas fait ce geste. [GII 62]

 

41. Chaque être est détruit quand nous cessons de le voir; puis son apparition suivante est une création nouvelle, différente de celle qui l'a immédiatement précédée, sinon de toutes. [JF 588]

 

42. On peut avoir du goût pour une personne. Mais pour déchaîner cette tristesse, ce sentiment de l'irréparable, ces angoisses qui préparent l'amour, il faut - et il est peut-être ainsi, plutôt que ne l'est une personne, l'objet même que cherche anxieusement à étreindre la passion - le risque d'une impossibilité. [JF 488]

 

43. L'amour devient immense, nous ne songeons pas combien la femme réelle y tient peu de place. [JF 519]

 

44. Ce qu'on prend en présence de l'être aimé n'est qu'un cliché négatif, on le développe plus tard, une fois chez soi, quand on a retrouvé à sa disposition cette chambre noire intérieure dont l'entrée est condamnée tant qu'on voit du monde. [JF 535]

 

45. Comme l'avenir est ce qui n'existe encore que dans notre pensée, il nous semble encore modifiable par l'intervention in extremis de notre volonté. [AD 9]

 

46. 243. La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité qu'est l'ivresse. [AD 142]

 

47. Et c'était bien en effet toutes les inquiétudes éprouvées depuis mon enfance qui, à l'appel de l'angoisse nouvelle, avaient accouru la renforcer, s'amalgamer à elle en une masse homogène qui m'étouffait. Certes, ce coup physique au cœur que donne une telle séparation et qui, par cette terrible puissance d'enregistrement qu'a le corps, fait de la douleur quelque chose de contemporain à toutes les époques de notre vie où nous avons souffert, - certes, ce coup au cœur sur lequel spécule peut-être un peu (tant on se soucie peu de la douleur des autres) celle qui désire donner au regret son maximum d'intensité, soit que la femme n'esquissant qu'un faux départ veuille seulement demander des conditions meilleures, soit que, partant pour toujours - pour toujours! - elle désire frapper, ou pour se venger, ou pour continuer d'être aimée, ou (dans l'intérêt de la qualité du souvenir qu'elle laissera) pour briser violemment ce réseau de lassitudes, d'indifférences, qu'elle avait senti se tisser, - certes, ce coup au cœur, on s'était bien promis de l'éviter, on s'était dit qu'on se quitterait bien. Mais il est infiniment rare qu'on se quitte bien, car si on était bien on ne se quitterait pas. [AD 15]

 

48. Quand on se voit au bord de l'abîme et qu'il semble que Dieu vous ait abandonné, on n'hésite plus à attendre de lui un miracle. [AD 28]

 

49. Il y a des moments de la vie où une sorte de beauté naît de la multiplicité des ennuis qui nous assaillent. [AD 40]

 

50. Je sentais que la recherche du bonheur dans la satisfaction du désir moral était aussi naïve que l'entreprise d'atteindre l'horizon en marchant devant soi. Plus le désir avance, plus la possession véritable s'éloigne. De sorte que si le bonheur, ou du moins l'absence de souffrances, peut être trouvé, ce n'est pas la satisfaction, mais la réduction progressive, l'extinction finale du désir qu'il faut chercher. On cherche à voir ce qu'on aime, on devrait chercher à ne pas le voir, l'oubli seul finit par amener l'extinction du désir. [AD 49]

 

51. Les liens entre un être et nous n'existent que dans notre pensée. La mémoire en s'affaiblissant les relâche, et, malgré l'illusion dont nous voudrions être dupes et dont, par amour, par amitié, par politesse, par respect humain, par devoir, nous dupons les autres, nous existons seuls. L'homme est l'être qui ne peut sortir de soi, qui ne connaît les autres qu'en soi, et, en disant le contraire, ment. [AD 50]

 

52. Il était bien, me disais-je, qu'en me demandant sans cesse ce qu'elle pouvait faire, penser, vouloir à chaque instant, si elle comptait, si elle allait revenir, je tinsse ouverte cette porte de communication que l'amour avait pratiquée en moi, et sentisse la vie d'une autre submerger, par des écluses ouvertes, le réservoir qui n'aurait pas voulu redevenir stagnant. [AD 50]

 

53. Je savais qu'on ne peut lire un roman sans donner à l'héroïne les traits de celle qu'on aime. Mais la fin du livre a beau être heureuse, notre amour n'a pas fait un pas de plus et, quand nous l'avons fermé, celle que nous aimons et qui est enfin venue à nous dans le roman, ne nous aime pas davantage dans la vie. [AD 52]

 

54. Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination. [AD 35]

 

55. La force qui fait le plus de fois le tour de la terre en une seconde, ce n'est pas l'électricité, c'est la douleur. [AD 79]

 

56. Ces mots avaient marqué dans mon cœur comme sur une carte la place où il fallait enfin souffrir. [AD 79]

 

57. Une femme est d'une plus grande utilité pour notre vie si elle y est, au lieu d'un élément de bonheur, un instrument de chagrin. [AD 112]

 

58. Le mensonge ne recommence à nous causer l'indignation, et la bonté la reconnaissance qu'ils devraient toujours exciter en nous, que s'ils viennent d'une femme que nous aimons, et le désir physique a ce merveilleux pouvoir de rendre son prix à l'intelligence et des bases solides à la vie morale. [AD 113]

 

59. Le regret est un amplificateur du désir. [AD 123]

 

60. Car bien souvent, pour que nous découvrions que nous sommes amoureux, peut-être même pour que nous le devenions, il faut qu'arrive le jour de la séparation. [AD 126]

 

61. A quoi bon ces malheurs inutiles? Mais je voyais maintenant que nous ne sommes pas libres de ne pas nous les forger, et que nous avons beau connaître notre volonté, les autres êtres ne lui obéissent pas. [AD 127]

 

62. Mais alors je songeais : je tenais à Albertine plus qu'à moi-même; je ne tiens plus à elle maintenant parce que pendant un certain temps j'ai cessé de la voir. Mon désir de ne pas être séparé de moi-même par la mort, de ressusciter après la mort, ce désir-là n'était pas comme le désir de ne jamais être séparé d'Albertine, il durait toujours. Mais cela tenait-il à ce que je me croyais plus précieux qu'elle, à ce que, quand je l'aimais, je m'aimais davantage? Non, cela tenait à ce que, cessant de la voir, j'avais cessé de l'aimer, et que je n'avais pas cessé de m'aimer parce que mes liens avec moi-même n'avaient pas été rompus comme l'avaient été ceux avec Albertine. Mais si ceux avec mon corps, avec moi-même, l'étaient aussi… ? Certes il en serait de même. Notre amour de la vie n'est qu'une vieille liaison dont nous ne savons pas nous débarrasser. Sa force est dans sa permanence. Mais la mort qui la rompt nous guérira du désir de l'immortalité. [AD 315]

 

63. Car l'optimisme est la philosophie du passé. Les événements qui ont eu lieu étant, entre tous ceux qui étaient possibles, les seuls que nous connaissions, le mal qu'ils nous ont causé nous semble inévitable, et le peu de bien qu'ils n'ont pas pu ne pas amener avec eux, c'est à eux que nous en faisons honneur, et nous nous imaginons que sans eux il ne se fût pas produit. [AD 336]

 

64. Si cette femme a affaire, même sans s'en apercevoir, à un sentimental, mais surtout si elle s'en aperçoit, un jeu terrible commence. Incapable de surmonter sa déception, de se passer de cette femme, il la relance, elle le fuit, si bien qu'un sourire qu'il n'osait plus espérer est payé mille fois ce qu'eussent dû l'être les dernières faveurs. Il arrive même parfois dans ce cas, quand on a eu, par un mélange de naïveté dans le jugement et de lâcheté devant la souffrance, la folie de faire d'une fille une inaccessible idole, que ces dernières faveurs, ou même le premier baiser, on ne l'obtiendra jamais, on n'ose même plus le demander pour ne pas démentir des assurances de platonique
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconHistoire la Première Guerre Mondiale Des origines à l’armistice…
«taxis de la Marne» qui amènent des renforts sur ce fleuve. Joffre attaque le 5 septembre et, non seulement contient l’ennemi, mais...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconRecherche se concrétise au fur et à mesure grâce aux inspirations de cette poétique de
«les lauriers». C’est aussi dans une lettre à Montesquiou de mars 1905 que Proust cite pour la première fois une œuvre de Nerval,...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconA publié un premier article sur le sujet (1) et en novembre 1993,...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconInterview par Sadek Assaït
À 17 ans j’avais des projets de voyage planétaire et seul. Quarante ans plus tard j’ai traversé la banlieue

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconLa France et l’Europe en 1815
«guerre sainte» contre l’occupant, après que les Français aient chassé la famille royale espagnole

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconL’Ordre National des Infirmiers Jean-Jacques scharff, Président de...
«Groupe Sainte Anne» lui a été donné par le médias et repris par le Ministère en raison du lieu des premières réunions l’Hôpital...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconI les enrôlés volontaires
«Les soldats manquent, dites-vous ? Offrons à Paris une occasion de sauver la France, demandons-lui trente mille hommes, envoyons-les...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» icon2 La famille futterer philibert – mallet madeleine
«pour bons et loyaux services». Bâtiment qu’il restaurera plus tard pour son usage personnel. IL décède à Pleigne le 28 mai 1805

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconS aint-Louis-Eisenthür (Sainte-Marie-aux-Mines, France de l'Est)...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconEst à la fois un roman de Pascal Quignard et un film d’Alain Corneau....
«Au printemps de 1650, Madame de Sainte Colombe mourut.» p On peut en déduire que l’auteur a voulu rendre hommage à un peintre obscur,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com