Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine»





télécharger 298.38 Kb.
titreRecherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine»
page5/7
date de publication22.10.2016
taille298.38 Kb.
typeRecherche
h.20-bal.com > loi > Recherche
1   2   3   4   5   6   7
amour. Et c'est une grande souffrance alors de quitter la vie sans avoir jamais su ce que pouvait être le baiser de la femme qu'on a le plus aimée. [GI 193]

 

65. J'avais appris qu'il n'était pas possible de la toucher, de l'embrasser, qu'on pouvait seulement causer avec elle, que pour moi elle n'était pas une femme plus que des raisins de jade, décoration incomestible des tables d'autrefois, ne sont des raisins. [GII 72]

 

66. L'expérience aurait dû m'apprendre - si elle apprenait jamais rien - qu'aimer est un mauvais sort comme ceux qu'il y a dans les contes, contre quoi on ne peut rien jusqu'à ce que l'enchantement ait cessé. [TR 26]

 

67. Gilberte était comme ces pays avec qui on n'ose pas faire d'alliance parce qu'ils changent trop souvent de gouvernement. [TR 9]

 

68. La vie nous déçoit tellement que nous finissons par croire que la littérature n'a aucun rapport avec elle et nous sommes stupéfaits de voir que les précieuses idées que les livres nous ont montrées s'étalent, sans peur de s'abîmer, gratuitement, naturellement, en pleine vie quotidienne. [TR 112]

 

69. C'est toujours l'attachement à l'objet qui amène la mort du possesseur. [TR 149]

 

70. Les relations avec une femme qu'on aime peuvent rester platoniques pour une autre raison que la vertu de la femme ou que la nature peu sensuelle de l'amour qu'elle inspire. Cette raison peut être que l'amoureux, trop impatient par l'excès même de son amour, ne sait pas attendre avec une feinte suffisante d'indifférence le moment où il obtiendra ce qu'il désire. Tout le temps il revient à la charge, il ne cesse d'écrire à celle qu'il aime, il cherche tout le temps à la voir, elle le lui refuse, il est désespéré. Dès lors elle a compris que si elle lui accorde sa compagnie, son amitié, ces biens paraîtront déjà tellement considérables à celui qui a cru en être privé, qu'elle peut se dispenser de donner davantage, et profiter d'un moment où il ne peut plus supporter de ne pas la voir, où il veut à tout prix terminer la guerre, en lui imposant une paix qui aura pour première condition le platonisme des relations. D'ailleurs, pendant tout le temps qui a précédé ce traité, l'amoureux tout le temps anxieux, sans cesse à l'affût d'une lettre, d'un regard, a cessé de penser à la possession physique dont le désir l'avait tourmenté d'abord, mais qui s'est usé dans l'attente et a fait place à des besoins d'un autre ordre, plus douloureux d'ailleurs s'ils ne sont pas satisfaits. Alors le plaisir qu'on avait le premier jour espéré des caresses, on le reçoit plus tard, tout dénaturé, sous la forme de paroles amicales, de promesses de présence qui, après les effets de l'incertitude, quelquefois simplement après un regard embrumé de tous les brouillards de la froideur et qui recule si loin la personne qu'on croit qu'on ne la reverra jamais, amènent de délicieuses détentes. [TR 163]

 

71. Il est faux de croire que l'échelle des craintes correspond à celle des dangers qui les inspirent. On peut avoir peur de ne pas dormir et nullement d'un duel sérieux, d'un rat et pas d'un lion. [TR 182]

 

72. L'obscurité qui baigne toute chose comme un élément nouveau a pour effet, irrésistiblement tentateur pour certaines personnes, de supprimer le premier stade du plaisir et de nous faire entrer de plain-pied dans un domaine de caresses où l'on accède d'habitude qu'après quelque temps. [TR 182]

 

73. Mais puisque je savais maintenant que je ne pouvais rien atteindre de plus que des plaisirs frivoles, à quoi bon me les refuser? [TR 221]

 

74. Les vrais paradis sont les paradis qu'on a perdus [TR 227]

 

75. Une œuvre où il y a des théories est comme un objet sur lequel on laisse la marque du prix. [TR 241]

 

76. Nous sommes obligés de revivre notre souffrance particulière avec le courage du médecin qui recommence sur lui-même la dangereuse piqûre. [TR 269]

 

77. Car le bonheur seul est salutaire pour le corps, mais c'est le chagrin qui développe les forces de l'esprit. [TR 270]

 

78. En amour, notre rival heureux, autant dire notre ennemi, est notre bienfaiteur. A un être qui n'excitait en nous qu'un insignifiant désir physique il ajoute aussitôt une valeur immense, étrangère, mais que nous confondons avec lui. Si nous n'avions pas de rivaux, le plaisir ne se transformerait pas en amour. [TR 270]

 

79. Quant au bonheur, il n'a presque qu'une seule utilité, rendre le malheur possible. [TR 272]

 

80. Les années heureuses sont les années perdues, on attend une souffrance pour travailler. [TR 274]

 

81. L'ouvrage de l'écrivain n'est qu'une espèce d'instrument d'optique qu'il offre au lecteur afin de lui permettre de discerner ce que, sans ce livre, il n'eût peut-être pas vu en soi-même. [TR 276]

 

82. Ce qui est dangereux et procréateur de souffrances dans l'amour, ce n'est pas la femme elle-même, c'est sa présence de tous les jours, la curiosité de ce qu'elle fait à tous moments; ce n'est pas la femme, c'est l'habitude. [TR 411]

 

83. C'est parce qu'ils contiennent ainsi les heures du passé que les corps humains peuvent faire tant de mal à ceux qui les aiment. [TR 441]

 

84. Peut-être chaque soir acceptons-nous le risque de vivre, en dormant, des souffrances que nous considérons comme nulles et non avenues parce qu'elle seront ressenties au cours d'un sommeil que nous croyons sans conscience. [SG 430]

 

85. Il vaut mieux ne pas savoir, penser le moins possible, ne pas fournir à la jalousie le moindre détail concret. [P 26]

 

86. Bien souvent, un amour n'est que l'association d'une image de jeune fille - qui sans cela nous eût été vite insupportable - avec les battements de coeur inséparables d'une attente interminable. [P 76]

 

87. Son sommeil réalisait, dans une certaine mesure, la possibilité de l'amour; seul, je pouvais penser à elle, mais elle me manquait, je ne la possédais pas; présente, je lui parlais, mais étais trop absent de moi-même pour pouvoir penser. Quand elle dormait, je n'avais plus à parler, je savais que je n'étais plus regardé par elle, je n'avais plus besoin de vivre à la surface de moi-même. [P 80]

 

88. Il semble que dans la vie mondaine, reflet insignifiant de ce qui se passe en amour, la meilleure manière qu'on vous recherche, c'est de se refuser. [P 445]

 

89. On ne comprend rien à un cours d'algèbre. [P 193]

 

90. A nos pieds, nos ombres parallèles, puis rapprochées et jointes, faisaient un dessin ravissant. […] Et je trouvais un charme plus immatériel sans doute, mais non moins intime qu'au rapprochement, à la fusion de nos corps, à celle de nos ombres. [P 208]

 

91. Une des jeunes filles que je connaissais se mit au piano, et Andrée demanda à Albertine de valser avec elle. Heureux, dans ce petit casino, de penser que j'allais rester avec ces jeunes filles, je fis remarquer à Cottard comme elles dansaient bien. Mais lui, du point de vue spécial du médecin, et avec une mauvaise éducation qui ne tenait pas compte de ce que je connaissais ces jeunes filles, à qui il avait pourtant dû me voir dire bonjour, me répondit :"Oui, mais les parents sont bien imprudents qui laissent leurs filles prendre de pareilles habitudes. Je ne permettrais certainement pas aux miennes de venir ici. Sont-elles jolies au moins? Je ne distingue pas leurs traits. Tenez, regardez, ajouta-t-il en me montrant Albertine et Andrée qui valsaient lentement, serrées l'une contre l'autre, j'ai oublié mon lorgnon et je ne vois pas bien, mais elles sont certainement au comble de la jouissance. On ne sait pas assez que c'est surtout par les seins que les femmes l'éprouvent. Et, voyez, les leurs se touchent complètement." [SG 224]

 

92. Même au milieu d'un chagrin encore vif, le désir physique renaît. [SG 210]

 

93. L'être que je serai après la mort n'a pas plus de raisons de se souvenir de l'homme que je suis depuis ma naissance que ce dernier ne se souvient de ce que j'ai été avant elle. [SG 436]

 

94. Les plaisirs qu'on a dans le sommeil, on ne les fait pas figurer dans le compte des plaisirs éprouvés au cours de l'existence. Pour ne faire allusion qu'au plus vulgairement sensuel de tous, qui de nous, au réveil, n'a ressenti quelque agacement d'avoir éprouvé, en dormant, un plaisir que, si l'on ne veut pas trop se fatiguer, on ne peut plus, une fois réveillé, renouveler indéfiniment ce jour-là? [SG 433]

 

95. Il est vrai que ces sons étaient si violents que, s'ils n'avaient pas été toujours repris une octave plus haut par une plainte parallèle, j'aurais pu croire qu'une personne en égorgeait une autre à côté de moi et qu'ensuite le meurtrier et sa victime ressuscitée prenaient un bain pour effacer les traces du crime. J'en conclus plus tard qu'il y a une chose aussi bruyante que la souffrance, c'est le plaisir. [SG 16]

 

96. Toute action de l'esprit est aisée si elle n'est pas soumise au réel. [SG 62]

 

97. … à cause de cet anachronisme qui empêche si souvent le calendrier des faits de coïncider avec celui des sentiments. [SG 180]

 

98. C'est sans doute l'existence de notre corps, semblable pour nous à un vase où notre spiritualité serait enclose, qui nous induit à supposer que tous nos biens intérieurs, nos joies passées, toutes nos douleurs sont perpétuellement en notre possession. [SG 180]

 

99. L'amour le plus exclusif pour une personne est toujours l'amour d'autre chose. [JF 489]

 

100. On ne reçoit pas la sagesse, il faut la découvrir soi-même après un trajet que personne ne peut faire pour nous, ne peut nous épargner, car elle est un point de vue sur les choses. Les vies que vous admirez, les attitudes que vous trouvez nobles n'ont pas été disposées par le père de famille, ou par le précepteur, elles ont été précédées de débuts bien différents, ayant été influencées par ce qui régnait autour d'elles de mal ou de banalité. [JF 526]
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconHistoire la Première Guerre Mondiale Des origines à l’armistice…
«taxis de la Marne» qui amènent des renforts sur ce fleuve. Joffre attaque le 5 septembre et, non seulement contient l’ennemi, mais...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconRecherche se concrétise au fur et à mesure grâce aux inspirations de cette poétique de
«les lauriers». C’est aussi dans une lettre à Montesquiou de mars 1905 que Proust cite pour la première fois une œuvre de Nerval,...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconA publié un premier article sur le sujet (1) et en novembre 1993,...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconInterview par Sadek Assaït
À 17 ans j’avais des projets de voyage planétaire et seul. Quarante ans plus tard j’ai traversé la banlieue

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconLa France et l’Europe en 1815
«guerre sainte» contre l’occupant, après que les Français aient chassé la famille royale espagnole

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconL’Ordre National des Infirmiers Jean-Jacques scharff, Président de...
«Groupe Sainte Anne» lui a été donné par le médias et repris par le Ministère en raison du lieu des premières réunions l’Hôpital...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconI les enrôlés volontaires
«Les soldats manquent, dites-vous ? Offrons à Paris une occasion de sauver la France, demandons-lui trente mille hommes, envoyons-les...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» icon2 La famille futterer philibert – mallet madeleine
«pour bons et loyaux services». Bâtiment qu’il restaurera plus tard pour son usage personnel. IL décède à Pleigne le 28 mai 1805

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconS aint-Louis-Eisenthür (Sainte-Marie-aux-Mines, France de l'Est)...

Recherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45 ans plus tard; ce Contre Sainte-Beuve, disparate mais irremplaçable, contient la première version de l’«expérience de la madeleine» iconEst à la fois un roman de Pascal Quignard et un film d’Alain Corneau....
«Au printemps de 1650, Madame de Sainte Colombe mourut.» p On peut en déduire que l’auteur a voulu rendre hommage à un peintre obscur,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com