Île de la Cité, vue du





télécharger 105.15 Kb.
titreÎle de la Cité, vue du
page1/4
date de publication02.11.2017
taille105.15 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4

Île de la Cité


Île de la Cité





Île de la Cité, vue du
pont de la Tournelle




Géographie




Pays

 France




Localisation

Seine




Coordonnées

48° 51′ 17″ N 2° 20′ 45″ E   




Superficie

0,225 km2




Géologie

Île fluviale




Administration




 France




Région

Île-de-France




Commune

Paris




Arrondissements

1er et 4e




Démographie




Population

1 168 hab. (2007)




Densité

5 191,11 hab./km2




Autres informations




Fuseau horaire

UTC+1




























L’île de la Cité, est une île située sur la Seine, en plein cœur de Paris. Elle est considérée comme l'antique berceau de la ville de Paris, autrefois Lutèce. Elle appartient aux 1er et 4e arrondissements. Gui de Bazoches l'évoquait en 1190 comme étant « la tête, le cœur et la moelle de Paris ». Sa superficie est d'environ 22,5 ha. Au 1er janvier 2007, la population de l'île de la Cité est de 1 168 habitants.

 Ce site est desservi par les stations de métro Cité et Saint-Michel.



Histoire

Peut-être le berceau de Paris

Une petite tribu gauloise nommée les Parisii vivait dans les environs depuis 250 av. J.-C.. La région était riche en poisson et en gibier et l'accès d'une rive à l'autre de la Seine était facilité par la relative étroitesse du fleuve. Deux passerelles de bois prolongeaient la route naturelle nord-sud qui descendait du col de La Chapelle pour se diriger vers la montagne Sainte-Geneviève, évitant ainsi les nombreux marais alentour. Une enceinte pourrait avoir été édifiée afin de protéger des assauts ennemis les quelques huttes rondes en paille qui abritaient la population.

Aujourd’hui, en raison de l'absence d'éléments archéologiques probants, aucun vestige gaulois, ni même une quelconque trace d'occupation antérieure à la conquête romaine n'ayant été découverts sur l'île, des historiens et archéologues s'accordent sur l'hypothèse que les Parisii se soient en réalité installés plus loin que l'île de la Cité, soit à l’embouchure de la Bièvre, soit sur une autre île aujourd’hui disparue, soit à proximité de Nanterre. Une agglomération gauloise y fut en effet découverte en 2003, mais son existence ne semble pas incompatible avec celle d'un peuplement de l'île de la Cité.

Celle-ci s'étendait sur 9 ha, alors qu'aujourd'hui la superficie totale est de 17 ha. La rive était en retrait d'une cinquantaine de mètres par rapport aux berges actuelles, en raison de l'irrégularité du fleuve et de l'instabilité des rivages. En outre, plusieurs petits îlots n'ont été adjoints à l'île que plus tard.

En 52 av. J.-C., après la victoire de Jules César sur Vercingétorix, on assista à la naissance de Lutèce. Les Gaulois s'installèrent sur l'île et continuaient de vivre du fleuve, par la pêche et la batellerie, tandis que la ville gallo-romaine se construisait sur la rive gauche.

La naissance de Lutèce


Plan de l'île de la Cité au IXe siècle

Au début de l’ère chrétienne, il existait sur l’île un temple païen, vraisemblablement édifié par les
nautes, une riche corporation de navigateurs, à la gloire de Jupiter. En aval de l'île fut aussi édifié un Palais où résidait le représentant de Rome. Les rives furent stabilisées et certains bancs furent réunis à l'île3 afin de permettre un meilleur tracé des rues de trois mètres de large, bordées par des maisons à la romaine, d'un étage, en pans de bois et torchis, avec un toit de tuiles ou de chaume. Le cardo maximus traversait l'île à l'emplacement de l'actuelle rue de la Cité, reprenant ainsi l'ancien chemin gaulois, mais avec un véritable empierrement, formé de cailloux et d'argile et recouvert de dalles en grès. Sur cet axe, les passerelles laissèrent place à deux ponts de bois sur pilotis. On estime la population à environ 1 500. Le quai du port de Lutèce, établi au sud-est de l'île, fut construit lors du règne de Tibère, au début du Ier siècle.

Après le faste de la période du Haut-Empire, les premières invasions des Barbares, dès 276, obligèrent les habitants de Lutèce à se réfugier régulièrement sur l’île de la Cité, plus facile à défendre, pendant que les hordes ennemies ravageaient la Haute-Lutèce. Lors d'une vague de Huns emmenée par Attila, la population de la rive gauche, galvanisée par sainte Geneviève, reflua sur l'île et on édifia, au milieu du IVe siècle, une enceinte d'une largeur de deux mètres à une distance d'une trentaine de mètres des rivages de la Seine. Dans l'axe du cardo furent percées deux grandes portes de dix mètres de largeur constituées de deux battants de bois. Sur la partie occidentale, le Palais devint en 357 la résidence militaire du césar Julien qui avait pris ses quartiers à Lutèce. En face s'élevait une grande basilique civile de 70 mètres de long par 35 de large, à l'emplacement de l'actuel marché aux fleurs.

En 508, Clovis, roi des Francs, fit de Paris la capitale de son royaume et s'installa dans le Palais de l'ancien gouvernement romain. Avec la christianisation, les églises se multiplièrent sur l'île. L'ancien temple gallo-romain fut remplacé entre 511 et 558 par une grande basilique chrétienne dédiée à saint Étienne, la Cathédrale Saint-Étienne de Paris, à l'emplacement de l’actuelle cathédrale Notre-Dame de Paris, l’un des chef-d’œuvre de l’architecture gothique. L'enceinte gallo-romaine fut arasée à cet endroit afin de procéder à sa construction, selon les plans des basiliques constantiniennes, dressant ses colonnes de marbre et ses chapiteaux sans doute récupérés sur l'ancien temple des Nautes. On éleva aussi le baptistère Saint-Jean-le-Rond et la basilique Saint-Germain-le-Vieux. Deux monastères féminins sont édifiés, Saint-Christophe et Saint-Martial, de même qu'un oratoire en bois dédié à saint Martin. Un violent incendie, en 586, dévasta tout le quartier commerçant qui s'étendait du palais jusqu'aux églises de la partie sud-est. Même la prison proche du Petit-Pont fut détruite, laissant s'échapper les prisonniers.

Le siège du pouvoir royal et épiscopal


Le palais de la Cité au XVe siècle

Durant la
période carolingienne, de 752 à 987, la vie de la capitale se concentra sur l’île. Mais à partir de Charlemagne, la Cité perdit son statut de capitale, la cour se déplaçant de ville en ville. Pillée, incendiée et dévastée par les Normands par trois fois, en 845, 856 et 861, elle fut affaiblie. Charles le Chauve, en 877, ordonna la restauration et le renforcement de l'enceinte gallo-romaine. On édifia aussi deux grandes tours, le Petit et le Grand Châtelet, afin de protéger l'accès aux ponts, dont on resserra les piles afin de mieux contrôler le passage des bateaux. Les abbayes des deux rives avaient bâti des chapelles sur l'île, afin d'y mettre à l'abri leur trésor : c'est ainsi que furent érigées Saint-Germain-le-Vieux, Sainte-Geneviève-la-Petite, Saint-Landry-des-Arcis et, au siècle suivant, Saint-Barthélemy.

Lorsque sept cents drakkars et quatre mille Vikings, emmenés par Sigfried, se présentèrent sur la rive occidentale de l'île de la Cité, Gozlin, évêque de Paris, leur refusa le passage. S'ensuivit un long siège qui aboutit au départ des envahisseurs contre le paiement d'un tribut. En dehors de la Cité qui souffrit de ces longs mois de siège, tout fut anéanti et dévasté sur les deux rives. Le comte de Paris, Eudes Ier de France bénéficia de cette relative victoire des Parisiens et fut élu roi de Francie occidentale, en remplacement de Charles le Gros, accusé d'avoir tardé à protéger la ville.


Plan dit de Bâle de l'île de la Cité en 1550.

Alors que les derniers
Carolingiens se tenaient surtout dans les vallée de l'Oise ou de l'Aisne, les Robertiens, établis dans la vallée de la Loire, se rapprochèrent de Paris. L'île de la Cité devint le siège du pouvoir : à l'ouest, le palais comtal devint résidence royale, même si Hugues Capet l'occupa rarement. Ses successeurs, quant à eux, y firent d'importantes modifications. La partie orientale fut dédiée au pouvoir épiscopal. Entre les deux, le quartier commerçant, autour du marché Palu, fournissait le roi et l'évêque en produits précieux, mais la population se répandait surtout sur la rive droite, qu'on nommait « outre Grand-Pont ».

La Cité n'était au XIe siècle qu'un vaste chantier de construction, mais en 1112, le roi Louis VI le Gros s'installa dans le palais de la Cité, avec sa cour et le Parlement, la Curia Regis. Sur les piles du Grand-Pont fut construit le Pont-aux-Meuniers, consistant en une rangée de moulins, qui fut doublé en 1142 par le Pont-aux-Changeurs, lequel prit alors à son tour le nom de Grand-Pont. Au sud, le Petit-Pont était lui aussi bordé de maisons et de commerces. L'ancienne vulnérabilité de l'île fut fortement amoindrie lorsque Philippe Auguste, né et marié dans le Palais de la Cité, fit édifier, au tournant du XIIIe siècle, sur les deux rives de la Seine, une enceinte qui enclava totalement la Cité. En 1163, l'évêque Maurice de Sully avait lancé la construction de la cathédrale Notre-Dame en même temps qu'il réformait l'organisation des paroisses autour de douze chapelles qui se dressaient sur l'île, afin d'y asseoir l'autorité épiscopale.
  1   2   3   4

similaire:

Île de la Cité, vue du iconSynopsis : Reportage sur la région de l’île de Vancouver. L’île de...
«Ça bouge au Canada… La région de La région de l’île de Vancouver», allez sur le site

Île de la Cité, vue du iconLorsque les marins aperçoivent la tour à feu de l’île de Pharos,...
«Philadelphe», met sur pied un sanctuaire en l’honneur des Muses ou Mouseîon (Museum en latin), où IL regroupe les chercheurs, mais...

Île de la Cité, vue du iconL’île Maurice : L’histoire
«Mauritius» pour l’honneur de leurs prince d’Orange. Les hollandais conquièrent vraiment l’île 40 ans après leurs arrivé

Île de la Cité, vue du icon1. Le régime de croisière suivi depuis 1965
«Le marché du logement en Ile-de-France» organisé par le Conseil Régional d’Ile-de-France et la Chambre Interdépartementale des Notaires...

Île de la Cité, vue du iconTable des matières
«île aux fleurs» (Madinina) ou «île aux iguanes» (Jouanacaera) par les autochtones amérindiens, est bien plus qu’un paysage de carte...

Île de la Cité, vue du iconGod bless you, la res publica. Satan go to hell yes at “khan festival”...
«La cyber revolution» du palais bourbon à l’île bourbon,pour faire fleurir 8 beaux hôtels à cheval sur trois bassins et saint paul...

Île de la Cité, vue du iconL’île de la Réunion, située à 800 km de Madagascar et à 200km de...

Île de la Cité, vue du iconCité des Tricasses au iie siècle avant Jésus Christ, devenue Augustobona...

Île de la Cité, vue du iconPrésidente de la Région Ile-de-France
«Innover pour Réussir» et pour la grande qualité des interventions de la journée. Paris-Ile-de-France-Capitale-Economique apporte...

Île de la Cité, vue du iconPrésidente de la Région Ile-de-France
«Innover pour Réussir» et pour la grande qualité des interventions de la journée. Paris-Ile-de-France-Capitale-Economique apporte...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com