Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6





télécharger 187.96 Kb.
titreNote de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6
page5/9
date de publication02.11.2017
taille187.96 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > loi > Note
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Le Monde, édition du 24.10.2002


Gérard Collomb (PS) diffère l'expulsion des 400 Roms de Vaulx-en-Velin

par Sophie Landrin

Les associations jugent qu'en maintenant sa requête, le président de la communauté urbaine de Lyon se ferait « le complice d'un assassinat social »

Les 400 Roms de Roumanie et de l'ex-Yougoslavie qui vivent depuis le mois de mai dans un bidonville insalubre à Vaulx-en-Velin, en banlieue lyonnaise, ne seront pas expulsés. Au moins temporairement. Gérard Collomb, maire socialiste de Lyon et président de la communauté urbaine - propriétaire du terrain avec la société Pathéciné -, avait assigné les 227 adultes du camp en référé d'heure à heure, mardi 22 octobre, devant le tribunal de grande instance de Lyon pour demander leur expulsion. Il a finalement suspendu sa requête à la dernière minute. L'audience a été renvoyée au 21 novembre. Ce revirement tardif est intervenu dans la plus grande confusion, laissant l'avocat de la communauté urbaine sans voix. M. Collomb a fait expliquer qu'il souhaitait obtenir un délai d'un mois afin de trouver des solutions de relogement.

Jusqu'à présent, le maire de Lyon s'était contenté de demander l'expulsion sans offrir de lieu d'accueil à ces familles. Poussé par le maire de Vaulx-en-Velin, Maurice Charrier (dvg), M. Collomb espérait ainsi libérer ce terrain sur lequel le groupe Pathé prévoit de construire un multiplexe cinématographique. Tout juste le maire de Lyon avait-il écrit au premier ministre, puis au préfet du Rhône, pour leur demander de trouver des solutions d'hébergement.

Soucieux de se défaire de son image de shérif, M. Collomb a finalement reculé sous la pression des associations et du Syndicat de la magistrature (gauche). Son vice-président, Albert Lévy, l'avait prévenu : en exigeant l'expulsion, il se ferait le « complice d'un assassinat social » et que la formulation retenue dans la requête de la Communauté urbaine était « inacceptable ». Les requérants expliquaient, en effet, que « les terrains, bien que clôturés par des panneaux de ciment, ont subi des invasions par des occupants sans droit ni titre ». L'avocat de la communauté urbaine et le groupe Pathé espéraient obtenir l'expulsion immédiate du bidonville. « Attitude responsable »

En réponse à ses accusations, l'avocate des Roms, Marie-Noëlle Fréry, et l'Association lyonnaise pour l'insertion par le logement (Alpil) ont expliqué que « la palissade entourant le terrain était endommagée depuis des années. Bien avant l'arrivée des Roms, cette friche était utilisée par des gens du voyage. Chacun sait, par ailleurs, que chaque jour des entreprises du bâtiment font passer leurs camions qui viennent déverser leurs gravats ».

L'Alpil s'est réjoui de la décision de M. Collomb. « Le maire de Lyon adopte la seule attitude responsable possible. Il faut mettre fin aux expulsions successives des squats et bidonvilles qui ont alimenté au fil des semaines le bidonville de Vaulx-en-Velin. Depuis avril 2002, sept procédures d'expulsion ont été menées. Il faut sortir de cette absurdité et mettre en place des solutions durables d'hébergement », a réclamé André Gachet, le responsable de l'Alpil, en rappelant que Lyon compte 1 500 sans-abri.

L'association espère, dans un premier temps, obtenir l'installation d'abris provisoires de type Algéco et de sanitaires, ainsi que l'enlèvement des ordures qui jonchent le campement dans lequel vivent 165 enfants dans des conditions d'hygiène déplorables. Médecins du monde a détecté récemment plusieurs cas de gale et suspecté un cas de tuberculose.

Le Parisien, édition du 26.10.2002



Le Courrier de Mantes, édition du 30 octobre 2002.


Encore un hiver dehors pour les Roms d’Achères ? Un collectif d’élus franciliens réagit

par Delphine Noyon,

À Achères, 150 Roms roumains s’apprêtent à passer un deuxième hiver dans des caravanes bringuebalantes. Le maire d’Achères avec quatre autres élus franciliens crée un collectif pour faire pression sur le gouvernement et avec la volonté de répondre à l’urgence sanitaire et humanitaire.

Des maisons de fortune. La pluie s’y infiltre, le froid y est aussi fort qu’à l’extérieur. Sans chauffage et sans électricité, les familles appréhendent déjà les souffrances à venir dans leurs caravanes délabrées. Cent cinquante Roms, installés sur le chemin municipal entre forêt et carrière de sable, cohabitent à nouveau avec les rats qui ont trouvé refuge dans les tas d’ordures ménagères non ramassées. Depuis un an et demi qu’il existe, le bidonville n’a pas disparu des portes de la ville.

Le nombre des Tsiganes était tombé à 90 cet été mais il est remonté ces dernières semaines à un niveau proche de celui de l’hiver 2001. «On dort tout habillé parce qu’il n’y a pas de chauffage pour tout le monde. Il y en a même qui dorment dans des camions», lance un réfugié qui vit dans le camp d’Achères depuis avril 2001. «On n’a pas toujours des vêtements pour habiller nos enfants, il y a beaucoup de misère ici», poursuit une mère de trois enfants.

Les élus créent un collectif. Pour les élus franciliens, concernés par la présence de Roms sur leur territoire, et pour le maire communiste d’Achères, Alain Outreman, c’en est trop. Ils l’ont affirmé vendredi 25 octobre en créant un collectif. «Nous avons eu d’abord une écoute attentive de la préfecture, sans pour autant trouver de vraies solutions. Aujourd’hui, l’attitude de l’État se durcit, on nous dit qu’il faut qu’ils repartent chez eux ! Ce n’est pas la solution. L’État doit prendre ses responsabilités.» La municipalité d’Achères, comme celles de Bezons (95), L’Île-Saint-Denis (93), Éragny (95) et Nanterre (92), refuse de demander l’expulsion de ces personnes du territoire communal. Pour elle, cela ne réglera rien puisque les populations errent de ville en ville ensuite. Les Roms qui étaient à Sartrouville l’année dernière par exemple, sont pour une partie, ceux du campement de L’Île-Saint-Denis aujourd’hui. Et même ceux qui rentrent en Roumanie ne tardent pas à revenir en France, quelques mois plus tard, d’après les associations humanitaires. En tout, deux mille Roms seraient actuellement en Ile-de-France, installés dans dix-sept villes.

«On a décidé de prendre des initiatives communes pour nous faire entendre.» Les maires réclament des mesures urgentes pour les conditions d’hygiène et de santé dans ces camps, et le traitement des dossiers de demandes d’asile des Roms. «L’expérience montre qu’avec des papiers, ils travaillent et qu’il n’y a pas de problèmes. Et je ne crois pas que leur intégration déséquilibrerait le pays», affirme Alain Outreman.

L’urgence de la température. Les maires vont également demander une audience au ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy. Maire adjoint à Nanterre, Laurent El Ghozi veut croire à l’impact de ce nouveau collectif : «S’il n’est pas possible de régler la question du séjour tout de suite, il faudra au moins le minimum humanitaire : l’eau l’électricité, le chauffage et l’accès aux écoles pour les enfants.»

Parmi les urgences prioritaires aujourd’hui : les risques liés à la chute de température. «Il fait froid physiquement et dans les cœurs», lance Michel Bourgain, maire de L’Île-Saint-Denis. «Nous espérons la solidarité des instances de l’État, mais si rien ne bouge, nous ferons appel à la solidarité citoyenne. Ces gens ont le droit d’exister, sinon, il faut fermer l’Europe, barricader les villes… Aujourd’hui ils sont là, avec des enfants en bas âge, mais n’ont pas de bouteilles de gaz pour le chauffage. » Les saisons n’ont que faire du tourment des hommes… (http://www.courrierdemantes.com/)
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconRésumé : L’objet de cette communication porte sur les expériences...
«Zingari» que de «Roms et Sintis», notamment pour souligner une situation plus complexe depuis la fin du xxè siècle. De plus, différents...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconUne rencontre bouleversante
«D’où viennent les migrants ?» Je clique sur un lien et j’apprends que les migrants viennent de plusieurs pays

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconNote de synthèse

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconLa note globale regroupe des appréciations concernant
«pour» (la thèse), un «contre» (l’antithèse) et doit aboutir à une réponse nuancée (la synthèse, le «oui –ou non, mais»)

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconLes Roms de Moravie hors caméra
«blanc». Loin du scénario et de ses acteurs, loin de ceux auxquels, au bout du compte le réalisateur, Petr Vaclav, 47 ans, rend hommage...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconTd n° 2 la question de synthese
«in vitro» nous allons travailler sur le thème de la bioéthique, chaque groupe se penchera sur une question particulière qui devra...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconAccueil des eleves nouvellement arrives en france de 6 a 11 ans bo...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconNote de synthèse du 10e rapport
«hébergement d’urgence» tandis qu’on réservait «hébergement d’insertion» aux chrs. Aujourd’hui, les capacités d’hébergement non conventionné...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconNote sur l’architecture des formations préparant aux métiers de l’enseignement...
«Philosophie et philosophie du langage» r- cohabilitée avec Lyon 3 et l’ens de lyon

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconRoms/Tsiganes Bibliographie indicative
«Idées reçues», éd. Le cavalier bleu. Un petit livre introductif récent qui, sans donner beaucoup d’informations, revient efficacement...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com