Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6





télécharger 187.96 Kb.
titreNote de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6
page8/9
date de publication02.11.2017
taille187.96 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > loi > Note
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Le Monde, édition du 11.12.2002


L'évacuation du bidonville de Vaulx-en-Velin a commencé

Par Sophie Landrin

80 Roms ont accepté de partir, lundi 9 décembre, vers des centres d'hébergement

Les familles avaient été prévenues dimanche 8 décembre, sans toutefois connaître leur destination. Elles ont eu juste le temps de rassembler leurs maigres richesses - radiateurs, télévisions, frigos, réchauds ou matelas -, que les pères ont entassées dans leur voiture. Vers 8 h 30, lundi 9 décembre, quatre cars les attendaient, garés aux abords du camp. Les femmes et les enfants sont montés à bord des bus, orientés par des représentants de l'association Forum Réfugiés, mandatée par la préfecture du Rhône. Les hommes ont suivi dans leur véhicule personnel.

La première opération d'évacuation du bidonville de Vaulx-en-Velin, aux portes de Lyon, a pris moins de deux heures : 80 Roms d'ex-Yougoslavie, composant une dizaine de familles, tous demandeurs d'asile, ont accepté d'être emmenés vers des foyers ou des structures d'hébergement à Oyonnax (Ain), Vichy (Allier), Digoin (Saône-et-Loire), Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), et Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle).

Juste après leur départ, les quelque 300 Roms roumains ou croates encore présents sur le terrain se sont précipités dans les cabanes ou les carcasses de caravanes abandonnées pour récupérer ce qu'ils pouvaient, notamment du bois pour se chauffer. Mais ces familles, en majorité composées de demandeurs d'asile et de quelques gens du voyage, devraient, selon la préfecture du Rhône, se voir proposer, à partir du mercredi 11 décembre, un hébergement dans le cadre du dispositif d'hiver. La préfecture espère ainsi libérer ce bidonville d'ici à la fin de la semaine « sur la base du volontariat », insiste-t-elle.

Ces 400 Roms avaient échoué en mai sur cette friche de 50 000 mètres carrés située en face de l'hippodrome de Vaulx-en-Velin, propriété du groupe Pathéciné et de la Communauté urbaine de Lyon. Ils ont vécu dans un dénuement extrême, sans eau ni sanitaires, dans des misérables cabanes de bois et de tôle, plantées au milieu de la boue. Le 28 novembre, le tribunal de grande instance de Lyon, saisi par les propriétaires, avait ordonné l'expulsion du bidonville en laissant aux occupants un délai de deux mois. « L'évacuation de ce lieu insalubre est une bonne chose », a commenté avec un peu d'amertume André Gachet, l'un des responsables de l'Alpil, l'Association lyonnaise pour l'insertion par le logement. « Le problème des bidonvilles lyonnais n'est pas pour autant réglé, souligne M. Gachet. Il en existe d'autres. Il ne faut pas se contenter de cette opération d'urgence, mais inventer un dispositif capable d'absorber les mouvements de population sur Lyon. »

Dans la matinée, bulldozers et pelleteuses ont fait leur apparition aux abords du bidonville. La préfecture, la Communauté urbaine et la mairie de Vaulx-en-Velin semblent déterminées à fermer la friche afin d'empêcher toute nouvelle installation. « Il convient de ne pas pérenniser ce camp et d'éviter que ce site se recharge à mesure qu'on le vide », a déclaré le maire (div.g.) Maurice Charrier. Les deux collectivités locales se sont engagées à nettoyer la partie du camp encore occupée et à installer un point d'eau. Deux initiatives qu'elles avaient jusque-là refusé d'organiser, laissant les Roms vivre sept mois au milieu des ordures, avec pour tout point d'eau une borne d'incendie, et, pour tout sanitaire, un trou dans la terre.

Le Monde, édition du 25.12.2002


Vingt-deux Roms en partance pour Sangatte découverts dans un wagon plombé

Par Monique Raux

« Avec les collègues, on vaquait à nos occupations. En passant sur le quai, près du wagon, on a entendu des coups sur la ferraille et puis des cris. Il y avait des gens là-dedans ! » C'est dans ce conteneur, un wagon plombé arrivant de Modane, en Italie, et se dirigeant vers Feignies, dans le Nord, que, dans la soirée de samedi à dimanche, des agents de la SNCF de Conflans-Jarny, au nord de la Meurthe-et-Moselle, ont découvert 22 ressortissants roumains. Un autre wagon éventré avait laissé échapper, on ne sait où, d'autres clandestins. « Ceux-là étaient enfermés depuis des heures, probablement depuis quarante-huit heures. Ils ne savaient plus où ils étaient, ils pensaient qu'ils étaient arrivés près de Sangatte », reprend l'agent. Le temps d'appeler la police et le trou que les clandestins avaient entrepris de percer dans la tôle du wagon avec des burins et des marteaux faisait déjà 60 centimètres de diamètre. Pour ces Roms, trois hommes, six femmes et treize enfants, dont un bébé de 18 mois, le voyage vers un eldorado appelé Angleterre s'est terminé là, dans une gare de triage du Pays Haut. « Pour payer leur droit de passage, ils ont vendu tout ce qu'ils possédaient », dit Jacky Zanardo, le maire communiste de Jarny, qui fulmine contre « ces négriers qui exploitent la crédulité et la misère humaine. C'est sûr, il fallait une filière bien organisée pour les faire monter dans ces wagons fermés de l'extérieur et dont ils ne pouvaient sortir qu'une fois arrivés à destination ». Dans le wagon rempli de caisses de vin, ils s'étaient fait « une sorte de niche en cassant les caisses ».

« Ce que les Italiens vont en faire ». Quand ils sont sortis de cette boîte métallique hermétiquement close, ils étaient au bord de l'asphyxie. Certains avaient des maux de tête, les enfants envie de vomir. Seule une minuscule ouverture avait été ménagée dans la paroi où l'air passait quand le train roulait. Les clandestins ignoraient que ce train allait s'arrêter cinq heures pour des raisons techniques en gare de Conflans-Jarny. Immédiatement pris en charge et réconfortés par les gardiens de la paix du commissariat, les cheminots et les élus qui ont apporté des couvertures, des vêtements, du café, des gâteaux, les Roms, épuisés, ont passé une première nuit dans un gymnase. Lundi, ils se sont installés au foyer Guy-Môcquet de Jarny. « Ils ont même eu l'autorisation d'aller vadrouiller un peu dans la ville et de boire un café au Café de France », dit Jean-Paul Olivier, adjoint au maire et cheminot. C'était juste avant que la préfecture de Meurthe-et-Moselle, qui avait statué sur leur sort, ne leur transmette un document dont ils ont saisi le sens à défaut d'en comprendre les termes.

Les autorités italiennes, contactées dès dimanche, avaient répondu lundi matin qu'en vertu de l'accord bilatéral de réadmission signé avec la France, elles acceptaient de recevoir les Roumains. « Je ne sais pas ce que les Italiens vont en faire, a confié un membre du cabinet du préfet. C'est à leur diligence. » Les Roms, qui ont dépensé 2 000 euros par personne pour ce voyage improbable vers l'Angleterre, ont été embarqués, résignés, lundi à 21 h 30, dans des bus sous étroite surveillance policière. A la gare de Conflans-Jarny, on sait bien que sur le nombre de conteneurs scellés qui passent chaque jour, « il y a des gars cachés ». Ceux-là ne savaient pas que Sangatte n'existe plus.
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconRésumé : L’objet de cette communication porte sur les expériences...
«Zingari» que de «Roms et Sintis», notamment pour souligner une situation plus complexe depuis la fin du xxè siècle. De plus, différents...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconUne rencontre bouleversante
«D’où viennent les migrants ?» Je clique sur un lien et j’apprends que les migrants viennent de plusieurs pays

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconNote de synthèse

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconLa note globale regroupe des appréciations concernant
«pour» (la thèse), un «contre» (l’antithèse) et doit aboutir à une réponse nuancée (la synthèse, le «oui –ou non, mais»)

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconLes Roms de Moravie hors caméra
«blanc». Loin du scénario et de ses acteurs, loin de ceux auxquels, au bout du compte le réalisateur, Petr Vaclav, 47 ans, rend hommage...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconTd n° 2 la question de synthese
«in vitro» nous allons travailler sur le thème de la bioéthique, chaque groupe se penchera sur une question particulière qui devra...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconAccueil des eleves nouvellement arrives en france de 6 a 11 ans bo...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconNote de synthèse du 10e rapport
«hébergement d’urgence» tandis qu’on réservait «hébergement d’insertion» aux chrs. Aujourd’hui, les capacités d’hébergement non conventionné...

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconNote sur l’architecture des formations préparant aux métiers de l’enseignement...
«Philosophie et philosophie du langage» r- cohabilitée avec Lyon 3 et l’ens de lyon

Note de synthèse sur l’accueil des Roms migrants en France (au 30/08/02) 6 iconRoms/Tsiganes Bibliographie indicative
«Idées reçues», éd. Le cavalier bleu. Un petit livre introductif récent qui, sans donner beaucoup d’informations, revient efficacement...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com