Psychanalyse et psychologie: le signifiant





télécharger 67.47 Kb.
titrePsychanalyse et psychologie: le signifiant
page1/6
date de publication03.11.2017
taille67.47 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6


De Peirce et Freud à Lacan
Michel Balat
S-Revue européenne de sémiotique, 25 pages, 1989.
Nous voudrions, au cours de ces quelques pages, présenter et développer quelques éléments de notre thèse1 portant sur les rapports entre Sémiotique et Psychanalyse.

Psychanalyse et psychologie: le signifiant



Si le socle théorique de la psychanalyse est solidement constitué par l'oeuvre de Freud et de son école, il n'en est pas moins vrai que les développements actuels qui en ont jailli ne sont pas nécessairement dans le droit fil de la pensée freudienne, du moins si l'on en juge par les appréciations que portent les uns sur les autres les différents courants se réclamant de l'oeuvre du maître2.

Il nous semble indéniable que le grand apport a la psychanalyse post-freudienne, tant sur le plan de la théorie que de la pratique analytique, a été le fait de Jacques Lacan. Non que nous tenions pour négligeables les élaborations d'auteurs comme M. Klein, D. Winnicott, par exemple, dont les oeuvres sont riches et stimulantes. Mais Lacan a pour lui d'avoir repris dans son articulation d'ensemble le propos freudien, essayant à la fois d'intégrer à celui-ci des éléments significatifs des sciences modernes et de le prolonger en tenant compte des progrès de la clinique (que l'on songe ici, par exemple, à la "transmutation" en "objet petit a" qu'il va faire subir à l'"objet transitionnel" de Winnicott). Nous ne pourrons négliger le fait que ce programme lacanien s'est développé en réaction à la transformation de la psychanalyse en orthopédie du "moi".

Quel fut alors le point d'attaque primordial de ce que nous pourrions appeler l'"insurrection lacanienne"? Partant de la définition du signe saussurien comme d'une entité à deux faces, signifiant et signifié, il va d'emblée mettre l'accent sur la distinction de ces deux termes en insistant sur la barre qui sépare signifiant et signifié dans l'"algorithme" S/s. Dès lors, il va en quelque sorte "autonomiser" le signifiant pour en faire ce par quoi le sujet - comme sujet de l'inconscient - va se soutenir, c'est-à-dire à la fois se faire représenter et accéder, dira-t-il, à l'ek-sistence, sur "une autre scène".3

C'est en quoi Lacan nous plonge directement dans la sémiotique, ou tout au moins dans la linguistique, faisant de l'étude du signifiant et de ses avatars, une des clés de la théorie.

Freud avait constitué la psychanalyse comme une branche de la psychologie, dès lors que celle-ci accepterait de cesser d'identifier psychique et conscient. On sait même qu'il rédigea, aux premier temps de son élaboration, un essai de psychologie scientifique4. Cette tentative n'eut guère de suite et, à côte de l'enrichissement de la clinique psychanalytique, Freud se consacra par la suite à la constitution d'une "métapsychologie". Or les développements de la psychologie ont rendu le point de vue freudien problématique: en tout état de cause les rapports psychanalyse/psychologie ne sauraient être analysés en termes d'inclusions.5

Lacan va apporter des éléments de solution concernant la place de la psychanalyse. Pour lui (tout au moins dans un premier temps), c'est le pur jeu du signifiant qui fonde l'inconscient et le sujet. Le signifiant étant un des éléments-clé de la linguistique, c'est donc à celle-ci comme science que la psychanalyse fait appel pour se constituer. Il ne relèvera pas le fait que, pour Saussure, la linguistique, comme branche spéciale d'une Sémiologie qui l'englobe, est partie intégrante de la Psychologie, et que dès lors il y a sans doute quelque petitio principii dans le fait de s'appuyer sur le signifiant pour fonder le "sujet" de la psychologie.

Ceci montre que Lacan avait dès l'origine l'intention de garder les mains libres vis-à-vis de cette linguistique ou de cette sémiologie. Il l'a largement prouvé par la suite. Parvenu à la maturité de son élaboration, Lacan reconnaîtra que cette théorie ne lui a pas permis d'aller aussi loin qu'il l'aurait désiré, réduisant dès lors l'ensemble des emprunts qu'il lui avait fait a ce qu'il appellera une "linguisterie".

A notre sens il y a un quiproquo au point de départ de la théorie lacanienne du signifiant: il s'agit de la confusion entre le signifiant conçu, défini, comme un des sujets de la dyade signifiant/signifié - dans laquelle le signe paraît trouver son unité -. et le signifiant comme un des sujets de la triade signifiant/sujet (de l'Ics)/autre signifiant. Certes Lacan tentera d'établir la barre qui sépare S et s comme un tiers terme dans la définition du signe, mais on ne transforme pas ainsi la logique interne dyadique de la théorie tirée des leçons de Saussure en une logique triadique, qui est celle dans laquelle à l'évidence il se trouvait. Nous pouvons même ajouter qu'il reçoit cette logique de Freud, pour qui, si l'on peut dire, les bonnes bases d'une théorie vont toujours par trois: Ics, Pcs, Cs, ou Moi, Ça, Surmoi, ou même Inhibition, Symptôme, Angoisse.

On pourrait comprendre alors que nous nous soyons tourné vers le penseur de la logique triadique et père de la sémiotique moderne, Peirce6, afin de voir s'il n'était pas possible de reconsidérer la tentative lacanienne à l'aide des développements de la sémiotique. Nous nous sommes dès lors peu préoccupé de ce qu'on appelle la Sémiologie qui se donne comme la généralisation à l'étude des signes des outils de la linguistique dyadique saussurienne.

  1   2   3   4   5   6

similaire:

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconRapport du Congrès de Rome
«Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse» parut dans La psychanalyse, n° 1, 1956, Sur la parole et le langage,...

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconCours : Introduction à la psychologie clinique
«Psychologie clinique» évoque autant une méthode qu'un domaine qui se confond pour une part avec celui de la psychopathologie (=...

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconCréation et essor de l’Institut Havrais de Sociologie économique...
...

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconPierre Janet et la «psychologie industrielle»
«psychologie industrielle» et du management en France. Nous tenterons d’expliquer aussi quel en fut le contexte et les raisons. Dans...

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconLa Vienne impériale, Freud et la naissance de la psychanalyse

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconBulletin de
«sur la fonction et le champ de la parole et du langage en psychanalyse», pour un congrès à Rome

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconUfr psychologie – sciences de l’education

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconMot italien signifiant «renaissance» ou «résurrection» est la période...
«Giovine Italia» et rencontre Mazzini. C’est un rapport de subordination et de confiance qui lie le nouveau conspirateur au chef...

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconAdresse personnelle
«Psychanalyse et sciences humaines dans les années 1950. Débats ouverts, débats clos» in Cahier de L’Herne «Freud» p320-26

Psychanalyse et psychologie: le signifiant iconLa psychanalyse au bûcher De nouvelles sorcieres pour de nouveaux inquisiteurs
«Connais-toi toi-même» et pour aller jusqu´au processus d´individuation selon Jung






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com