A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily





télécharger 302.74 Kb.
titreA messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily
page24/29
date de publication22.10.2016
taille302.74 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   21   22   23   24   25   26   27   28   29

La guerre seule ne peut pas « faire la décision »



L’esprit occidental, caractérisé par le prix qu’il apporte à l’objectivité, et au fait qu’un des signes distinctifs qu’il porte est une volonté de vérité, à qui il doit les avancées scientifiques et techniques sans précédent qui le placent dans le peloton de tête de l’histoire, l’esprit occidental, l’Occident, est tenu d’examiner ses principales faiblesses. Je pense qu’il est de taille à les neutraliser, du moins quant au conflit en cours.

Le processus qui est imposé à l’Occident et qui remplace depuis 1945 les guerres mondiales de la première moitié du siècle, maintient la finalité de la guerre, qui est d’imposer à l’ennemi sa volonté, mais considère que le moyen par excellence des époques antérieures, la guerre au sens qu’elle a encore chez Clausewitz, n’est plus, étant donné l’évolution des technologies et des psychologies, le moyen principal de la victoire. Le paradoxe de notre temps, c’est que si l’on s’en remettait uniquement à ce grand moyen du passé, on parviendrait à la « destruction mutuelle assurée » (je traduis l’expression américaine). L’ampleur des moyens du « camp adverse » vide la notion de victoire de toute signification, et cela est vrai des deux « camps ». Certes le monde n’est pas, ne sera pas, dans un avenir proche, en paix, mais les guerres au sens que le mot a eu jusqu’à présent, ne peuvent avoir qu’une fonction d’auxiliaire et d’adjuvant. Il est possible qu’un ensemble d’opérations militaires conclue un conflit mondial, mais il est désormais exclu qu’il fasse à lui seul la décision.

Nous traiterons donc non de guerre mais de moyens de conquête. Ce mot même d’ailleurs change de sens, et se subtilise. Il ne s’agit pas, du moins d’abord, de conquêtes de terres, de villes, d’océans etc…

Il n’y a pas d’histoire, par exemple pas de résistance efficace, ni d’esprit d’initiative conquérant, sans qu’il y ait des actes qui s’enchaînent et qui nous semblent le produit de facteurs psychologiques, lesquels ne sont révélés réellement que par les résultats constatés. Mais l’acte n’est que l’aboutissement d’un processus psychologique. Lorsque nous remontons en sens inverse, à partir de l’acte, un tel processus psychologique, la zone que nous atteignons, et sur laquelle nous ne pouvons avoir que des informations indirectes, nous l’appelons zone des motivations. Les actes humains se forment là comme les pluies se forment à partir des nuages. Eh bien ! ce que l’ennemi entend contrôler et diriger, c’est cette zone des motivations, cette partie du processus psychologique, dont l’acte n’est que la phase terminale. Cette mainmise sur les motivations est le seul moyen de contrôler l’acte à coup sûr. Certes, tous les grands manieurs d’hommes, les mystiques et les politiques, les fondateurs d’empire ou de religion, ont ainsi opéré. Mais ils l’ont fait en vertu d’un charisme dont ils étaient porteurs, non en vertu d’un système appris, comme les spécialistes des organisations communistes, et des organisations qui imitent les communistes.

Ne vous y trompez pas, je ne critique pas les moyens et les systèmes de défense de l’Occident, qui sont formidables, mais l’esprit qui est, ou plutôt qui n’est pas, ou qui n’est pas assez, derrière eux, et sans lequel ces moyens pourraient devenir inopérants.

La diffamation des mobiles



Si nous examinons avec une complète objectivité, comme nous savons le faire dans nos laboratoires, ce processus dans lequel nous sommes engagés, en privilégiant la perspective stratégique, nous percevons que la finalité, le but de la culpabilisation, lorsqu’elle se révèle à l’analyse comme un effet cherché, c’est la paralysie des moyens de victoire, c’est-à-dire de survie de l’Occident.. Car l’infériorité économique, pour ne parler que d’elle, du totalitarisme de l’Est, lui fait craindre, à juste titre selon moi, de ne pas pouvoir résister à une longue confrontation pacifique. C’est pourquoi ses dirigeants font de très forts investissements de matière grise et de moyens matériels dans la destruction psychologique, morale et si possible sociologique, de l’Occident, par tous les moyens – ici sans aucun esprit de système – qui peuvent contribuer à une telle fin. Ce qui signifie qu’aujourd’hui pour vaincre, l’Entreprise communiste use d’une grande variété de moyens parmi lesquels les partis communistes, loin d’être les plus efficaces, font de plus en plus figure d’épouvantails de diversion.

Tout le monde connaît, du moins dans l’abstrait, la « désinformation », « l’intoxication », le jeu des « agents d’influence », et l’ingérence permanente « hyperhabile » qui exploite les « zizanies », les accroît et travaille à la discorde chez l’ennemi à l’âge électronique, bref, « la déstabilisation ». Mais l’arme principale de la panoplie psychologique reste encore une méthode dont la culpabilisation ne constitue qu’un cas particulier et qu’il faut appeler la diffamation des mobiles. J’entends diffamation au sens fort. C’est l’opération par laquelle un individu ou une classe (au sens taxinomique du terme ) une classe d’hommes, doivent être convaincus que les mobiles qui faisaient agir leurs pères étaient des mobiles bas, déshonorants, et tels qu’ils ont eux, les fils, une immensité de torts à réparer. Tout se passe comme s’il s’agissait d’injecter aux Occidentaux non communistes une forte dose de péché originel supplémentaire. Des résultats remarquables ont déjà été obtenus chez les chrétiens. Le succès, même s’il est loin d’être total, d’une telle opération, pose à long ou moyen terme à l’Occident un problème de survie. D’autant plus que l’Islam en révolution semble immunisé contre ce genre de contagion.

Pour être mieux compris, nous nous plaçons ici du point de vue des fauteurs de guerre. Il s’agit pour eux d’agir sur des dispositions psychologiques qui existent, mais qui, si elles ne sont pas aidées, ne peuvent d’elles-mêmes obtenir le résultat historique cherché, résultat extrêmement ambitieux, qui est de paralyser les défenses immunitaires de l’Occident, d’obtenir comme dans certains arts martiaux, que l’ennemi qui serait plus fort que vous s’il utilisait sa force contre vous, utilise cette force contre lui-même. Ceux qui commandent et pratiquent une telle action psychologique savent qu’eux ne pourraient pas venir à bout de l’Occident, mais que l’Occident seul peut venir à bout de lui-même.

On peut dire qu’une première tentative a échoué : c’était de convertir au communisme des groupes déterminants des « pays avancés ». La civilisation occidentale n’allait pas assez mal pour qu’une telle opération réussisse. Il semble que la première génération de révolutionnaires professionnels bolcheviks ait cru la chose possible. Toutes les techniques psychologiques mises en œuvre l’ont été consciemment au début, en vue de cette conversion au communisme. La dogmatique communiste, ou les versions exportables de cette dogmatique, n’a trouvé de terrain favorable que dans ce qu’on appelle le tiers monde. Dans les pays « avancés » elles n’ont pu s’implanter que dans la mesure où les difficultés ou maladresses dans l’institutionnalisation du changement historique, semblaient réaliser la théorie de Marx des hommes qui étaient dans la société, mais non de la société. Cependant l’intégration du « secteur secondaire », et la venue d’un « secteur tertiaire » grandissant vite et fort dans nos sociétés, démodaient lentement ce marxisme et tendaient à faire des vrais « religionnaires marxistes » une espèce de schizophrènes historiques.

1   ...   21   22   23   24   25   26   27   28   29

similaire:

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconVidal sarah (procuration à bezombes martine), labadens lucie (procuration...
«circulation, stationnement, accessibilité sécurité» dont Monsieur Bruno berardi était membre

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconBibliographie de Michel Henry 14

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconPÉdagogie et didactique : de l'art a la manière jean-Michel delaplace...

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconL’association «Chorale marc-antoine-charpentier» a été constituée le 3 juin
«Société des Concerts du Conservatoire» devenue depuis «Orchestre de Paris» et des mélodies (par Jean Martin et Simone Hemmerdinger)....

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconRencontre avec Lewis carroll et Christophe leroy
...

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconApproches historiques des sexualités, xixe-xxe siècles
«Gustave Courbet : L’Ori-gyne du monde, image ob-scène ?» et Jean-Michel Devésa, «Exaltation de la sexualité, des femmes, et de l'érotisme...

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconMesdames, mesdemoiselles et Messieurs

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconBonjour Mesdames & Messieurs de la presse

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconSaint Michel à Castres (27 septembre 2012)
«Voici vraiment un homme sans détours, un homme qui ne sait pas mentir.» (Evangile de la messe de saint Michel)

A messieurs Henry de Lesquen Michel Leroy Jean-Antoine Giansily iconValentine Zuber
«La laïcité est la possibilité de l’expression responsable de nos libertés», in Jean-Michel Ducomte et Pierre Tournemire (ed.), La...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com