Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources





télécharger 62.62 Kb.
titreIl manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources
date de publication03.11.2017
taille62.62 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. Il manque les sources.
13/20


1 - Le risque sismique



Définitions :

Un séisme ou tremblement de terre se traduit en surface par des vibrations du sol.
Il vient de la fracturation des roches en profondeur ; celle-ci est due à l'accumulation d'une grande énergie qui se libère, créant des failles, au moment où le seuil de rupture mécanique des roches est atteint.
Les dégâts observés en surface dépandent de l'amplitude, la fréquence et la durée des vibrations.

On distingue les séismes :
1 - d'origine tectonique, les plus dévastateurs (secousses, raz-de-marée...)
2 - d'origine volcanique
3 - d'origine humaine (remplissage de retenues de barrages, exploitation des sous-sols, explosions dans les carrières...).

Le risque sismique


Le risque sismique existe partout à la surface du globe,
son intensité est différente d'une région à une autre.


Qu'est ce qu'un séisme ?
Les séismes sont, avec le volcanisme, l'une des manifestations de la tectonique des plaques.
L'activité sismique est concentrée le long de failles, en général à proximité des frontières entre ces plaques.
Lorsque les frottements au niveau d'une de ces failles sont importants, le mouvement entre les deux plaques est bloqué. De l'énergie est alors stockée le long de la faille. La libération brutale de cette énergie permet de rattraper le retard du mouvement des plaques.
Le déplacement instantané qui en résulte est la cause des séismes. Après la secousse principale, il y a des répliques, parfois meurtrières.
L'importance d'un séisme se caractérise par deux paramètres : sa magnitude et son intensité.



La magnitude traduit l'énergie libérée par le séisme. Elle est généralement mesurée sur l'échelle ouverte de Richter.

L'intensité mesure les effets et dommages du séisme en un lieu donné. Ce n'est pas une mesure objective, mais une appréciation de la manière dont le séisme se traduit en surface et dont il est perçu. On utilise habituellement l'échelle MSK, qui comporte douze degrés. Le premier degré correspond à un séisme non perceptible, le douzième à un changement total du paysage.

Un séisme peut se traduire à la surface terrestre par la dégradation ou la ruine des bâtiments, des décalages de la surface du sol de part et d'autre des failles, mais peut également provoquer des phénomènes annexes tels que des glissements de terrain, des chutes de blocs, des avalanches ou des raz-de-marée.

Le foyer (ou hypocentre) d'un séisme est la région de la faille où se produit la rupture et d'où partent les ondes sismiques. Il est généralement situé dans les cent premiers kilomètres de la lithosphère.

L'épicentre est le point situé à la surface terrestre à la verticale du foyer, où l'intensité du séisme est la plus importante.

Les ondes sismiques émises lors d'un séisme se propagent à travers les roches du sol jusqu'à atteindre la surface terrestre.

Le risque sismique dans le monde et en France

Chaque année, il y a plus de cent cinquante séismes de magnitude supérieure ou égale à 6 sur l'échelle de Richter (c'est-à-dire de séismes potentiellement destructeurs) à la surface du globe.

En France, c'est à la Guadeloupe et à la Martinique que le risque sismique est le plus élevé. Car ces deux îles sont situées à la frontière de deux plaques lithosphériques.

La France métropolitaine est considérée comme ayant risque sismique moyen en comparaison de celui d'autres pays du pourtour méditerranéen.
Le seul séisme d'une magnitude supérieure à 6 enregistré au XXe siècle est celui dit de Lambesc, au sud du Lubéron, le 11 juin 1909, qui fit une quarantaine de victimes.

11 juin 1909 - Séisme de Lambesc (Bouches-du-Rhône),

Les Alpes, la Provence et un peu moins, les Pyrénées, sont considérées comme les régions où le risque est le plus fort. Dans ces régions montagneuses, en dehors des effets mêmes d'un séisme, les très nombreux glissements de terrain potentiels répertoriés peuvent avoir des conséquences catastrophiques. Les autres régions où la sismicité n'est pas négligeable sont d'anciens massifs (Massif armoricain, ouest du Massif central, Vosges) et des rifts (Limagne et fossé du Rhin où eut lieu, en 1356, le séisme de Bâle qui fit plusieurs centaines de morts).



Quelques dates de séismes dans le monde :

Date

Localisation

Magnitude (Richter)

Dégâts et victimes

28 décembre 1908

Italie (Messine)

7,5

86 000 victimes

16 septembre 1920

Chine

8,5

180 000 victimes

1er septembre 1923

Japon

8,2

143 000 victimes, grand incendie dans Tokyo

31 mai 1970

Pérou

7,8

67 000 victimes, 530 millions de dollars de dégâts

27-28 juillet 1976

Chine

7,6

290 000 victimes, peut-être 780 000 blessés

7 décembre 1988

Arménie

6,9

50 000 victimes, trois grandes villes détruites

17 janvier 1995

Japon (Kobe)

7,2

6 300 victimes, 12 000 bâtiments détruits

17 août 1999

Turquie (Izmit)

6,7

17 000 victimes, dues essentiellement au non-respect des normes de construction parasismique

26 janvier 2001

Inde (Gujarat)

7,9

Plusieurs dizaines de milliers de victimes

31 octobre 2002

Italie (Molise)

5,4

Une école s'effondre, tuant de nombreux enfants

26 décembre 2003

Bam (Iran)

6,3

26 000 morts ; ville détruite à 80 %















Lors du séisme de San-Francisco en avril 1906 (magnitude de 8,24), la rupture de canalisations de gaz entraîna un gigantesque incendie qui ravagea 28 000 immeubles.

Les enjeux

Les séismes peuvent avoir des conséquences sur la vie humaine, l'économie et l'environnement.

- Les enjeux humains : le séisme est le risque naturel majeur le plus meurtrier, tant par ses effets directs (chutes d'objets, effondrements de bâtiments) que par les phénomènes qu'il peut engendrer (mouvements de terrain, raz-de-marée, etc.). De plus, outre les victimes possibles, un très grand nombre de personnes peuvent se retrouver blessées, déplacées ou sans abri.

- Les enjeux économiques : Un séisme et ses éventuels phénomènes annexes peuvent engendrer la destruction, la détérioration ou l'endommagement des habitations, des usines, des ouvrages (ponts, routes, voies ferrées, etc.), ainsi que la rupture des conduites de gaz qui peut provoquer des incendies ou des explosions. Ce phénomène est la plus grave des conséquences indirectes d'un séisme.

- Les enjeux environnementaux : un séisme peut se traduire en surface par des modifications du paysage, généralement modérées mais qui peuvent dans les cas extrêmes occasionner un changement total de paysage.

La gestion du risque

La seule manière de diminuer le risque est d’essayer de prévoir les séismes (prévision) et d’en diminuer les effets (prévention).

1 - La prévision

C'est la recherche d'un ensemble de méthodes permettant de prévoir la date, le lieu et la magnitude d'un séisme à venir..

2 - La prévention

La réglementation parasismique : le zonage sismique de la France impose l'application de règles parasismiques pour les constructions neuves. Ces règles sont définies dans la norme Afnor PS 92, qui a pour but d'assurer la protection des personnes et des biens contre les effets des secousses sismiques. Ces règles sont applicables depuis 1997 à tout type de construction, avec effet rétroactif pour les installations classées, l'industrie nucléaire et les barrages
L'information de la population : le droit à l'information générale sur les risques majeurs s'applique. Chaque citoyen doit prendre conscience de sa propre vulnérabilité face aux risques et pouvoir l'évaluer pour la minimiser. Pour cela il est primordial de se tenir informé sur la nature des risques qui nous menacent, ainsi que sur les consignes de comportement à adopter en cas d'événement (site du MEDD, prim.net, mairie, services de l'État).

3 - L'organisation des secours

Au-delà de vingt-quatre heures passées sous les décombres, les chances de retrouver des survivants diminuent rapidement, d'où la nécessité d'une intervention.

Les consignes
Les consignes générales s'appliquent et sont complétées par un certain nombre de consignes spécifiques au risque sismique.

Consignes spécifiques

AVANT
Repérer les points de coupure du gaz, eau, électricité.
fixez les appareils et les meubles lourds.
Préparez un plan de groupement familial.

PENDANT
Rester où l'on est :
- à l'intérieur : se mettre près d'un mur, une colonne porteuse ou sous des meubles solides, s'éloigner des fenêtres - à l'extérieur : ne pas rester sous des fils électriques ou sous ce qui peut s'éffondrer (ponts, corniches, toitures...) - en voiture : s'arrêter et ne pas descendre avant la fin des secousses se protéger la tête avec les bras.
Ne pas allumer de flamme.

APRÈS
Après la première secousse, se méfier des répliques : il peut y avoir d'autres secousses.
Ne pas prendre les ascenseurs pour quitter un immeuble.
Vérifier l'eau, l'électricité : en cas de fuite ouvrir les fenêtres et les portes, se sauver et prévenir les autorités.
S'éloigner des zones côtières, même longtemps après la fin des secousses, en raison d'éventuels raz-de-marée.

2 - Le risque volcanique




Définitions

Un volcan est une ouverture mettant en relation la surface du globe avec les profondeurs, permettant à des matériaux terrestres de venir s'épancher en surface (sous forme de laves, gaz...).

Ce phénomène est intermittent, les phases d'émission alternant avec des phases de sommeil qui peuvent être très longues (jusqu'à plusieurs centaines d'années) : le volcan est dit vivant.

Un volcan est considéré comme éteint si le temps écoulé depuis sa dernière éruption est très supérieur à la moyenne des périodes de sommeil passées : cela ne veut pas dire qu'il ne puisse se réveiller un jour.

Le risque volcanique

Les éruptions volcaniques constituent un risque majeur sur le territoire national, particulièrement dans les départements d'outre-mer. Bien que généralement prévisible, ce phénomène n'en reste pas moins particulièrement dangereux et destructeur.

Qu'est-ce que le volcanisme ?
Le volcanisme représente, avec les séismes, l'une des manifestations de la tectonique des plaques.
La quasi-totalité du volcanisme dans le monde se situe aux frontières entre deux plaques. Un second type de volcanisme, dit de point chaud, est indépendant de ces mouvements de plaques. Le volcanisme
est toujours le résultat d'une remontée en surface d'un magma profond, mais ses manifestations en surface peuvent différer d'une éruption à une autre.

Les différents visages du volcanisme.
On distingue deux types d'éruptions : explosives ou effusives. Les manifestations en surface d'une activité volcanique sont nombreuses.

- Les nuées ardentes sont des émissions brutales et dirigées d'un mélange constitué de gaz brûlants transportant des roches à plus de 800 °C, les tephras, typiques d'un volcanisme explosif. L'ensemble, dont la température atteint 500 °C, dévale les flancs du volcan à des vitesses de 200 à 500 km/h, sur de grandes distances.

- Les coulées de lave, dont la température moyenne est de 1 000 °C, sont caractéristiques des éruptions effusives. Elles s'écoulent à des vitesses relativement faibles (de l'ordre de quelques centaines de mètres par heure.

- Les émanations de gaz se produisent aussi bien au cours d'une éruption explosive, qu'au cours d'une éruption effusive. Elles peuvent également être plus ou moins continues entre les phases éruptives.

- Des phénomènes annexes s'ajoutent parfois aux éruptions. Le plus important d'entre eux, la coulée de boue ou lahar, est la conséquence d'un fort apport d'eau (précipitation) sur des cendres volcaniques. Il se forme alors de véritables torrents de boue. Des séismes peuvent également accompagner les éruptions volcaniques et provoquer des glissements de terrain. Enfin, les explosions violentes, les séismes, les éruptions volcaniques sous-marines ou les glissements de terrain s'ils se produisent dans la mer ou à proximité de la côte, peuvent être à l'origine de raz-de-marée, aussi appelés tsunami.



Les nuées ardentes Les coulées de lave Les émanations de gaz

Le risque volcanique
dans le monde et en France


Quelques-unes des grandes éruptions connues dans le monde :

Date

Volcan

Localisation

Volcanisme

Dégâts et victimes

79

Vésuve

Italie

Pluie de cendres, lahar, coulées pyroclastiques

2 000 victimes ; destruction de Pompéi et Herculanum

1902

Montagne Pelée

France (Martinique)

Nuées ardentes

29 000 morts ; destruction de Saint-Pierre et de Morne-Rouge

1980

Saint-Helens

États-Unis

Coulées pyroclastiques, glissement de terrain

60 victimes ;
230 km2 de terrains dévastés autour du volcan

1985

Nevado del Ruiz

Colombie

Lahar

22 000 victimes, principalement dans la ville d'Armero ; l'éruption a causé la fonte de la neige qui recouvrait le sommet du volcan

Depuis 1995

Soufrière

Montserrat (Antilles)

Nuées ardentes

Les deux tiers de l'île ont déjà été évacués ; la capitale Plymouth a été
complètement détruite.

En France, le risque volcanique concerne les départements d'outre-mer (Guadeloupe, Martinique et Réunion), et à un degré moindre la Polynésie française et le Massif central. Le volcanisme est en activité dans les DOM, mais en sommeil dans les deux autres régions.
La seule éruption catastrophique survenue en France est celle de la Montagne Pelée en Martinique en 1902. C'est la plus grande catastrophe française depuis le début du XXe siècle. Des éruptions relativement modérées se produisent régulièrement à la Réunion, sans causer de dégâts matériels ou humains importants. Les trois volcans en activité à la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion sont parmi les plus surveillés au monde.





La ville de Saint-Pierre (Martinique) après le passage des nuées ardentes de la montagne Pelée en mai 1902.

Les enjeux

- Les enjeux humains : pour l'homme, les principales menaces liées au volcanisme sont les nuées ardentes, particulièrement meurtrières, les lahars, qui peuvent recouvrir rapidement les terrains sous un mètre de boue, et les tsunamis, notamment parce qu'ils peuvent frapper des populations situées sur un littoral loin d'un volcan, donc non préparées à ce genre de situation. Un peu moins, les chutes de tephras, glissements de terrains, émanations de gaz toxiques et coulées de laves sont également dangereuses pour l'homme. Les volcans ont également des aspects positifs, puisqu'ils sont une formidable source de minéraux divers (soufre, cuivre, or, argent) et d'énergie (géothermie).

- Les enjeux économiques : les dégâts matériels, variables selon le type de manifestation du volcanisme, peuvent être très importants, même s'il n'y a pas de pertes humaines. Les nuées ardentes détruisent tout sur leur passage, ce qui en fait le phénomène volcanique le plus dévastateur. Les coulées de lave et de boue peuvent recouvrir, lentement pour la première, plus rapidement pour la seconde, des villes entières. Les cendres peuvent se déposer sur plusieurs mètres d'épaisseur et ainsi causer l'effondrement des bâtiments. Les glissements de terrain, selon leur ampleur, peuvent frapper un village, un quartier ou une ville entière. Enfin, les tsunamis peuvent remonter loin dans les terres et créer des dégâts à plusieurs kilomètres du littoral.

Les enjeux environnementaux : si les conséquences d'une éruption volcanique sont souvent désastreuses à court terme pour l'environnement (identiques à celles touchant à la vie humaine), elles peuvent se révéler bénéfiques à plus long terme. En effet, les éruptions volcaniques amènent à la surface du globe une grande quantité de minéraux, favorables au développement de la flore. Les sols volcaniques sont par conséquent très fertiles, ce qui explique le développement des civilisations autour des volcans.

La gestion du risque

La protection des populations nécessitent que soient prises des mesures collectives et des mesures individuelles.

1 - La prévention

Pour le risque volcanique, la prévention passe avant tout par une étude approfondie de l'histoire du volcan. Cette étude historique permet non seulement de comprendre le fonctionnement du volcan, et notamment de prévoir quel type de phénomène est susceptible de se produire, mais également de dresser une carte de localisation des événements passés. La combinaison de ces deux points amène à dresser une carte des zones menacées. Entre d'autres termes, le passé est la clé du futur.

2 - La protection

En raison des puissances mises en jeu lors d'éruptions volcaniques (jusqu'à dix millions de fois plus puissant que la bombe lâchée sur Hiroshima en 1945), la protection des biens face au risque volcanique n'est à l'heure actuelle pas réaliste. Actuellement la seule protection possible est l'évacuation des populations vers une zone hors d'atteinte.

La surveillance et l'alerte : l'étude en temps réel de l'activité d'un volcan peut permettre de prévenir l'arrivée d'une nouvelle éruption, et ainsi préparer l'évacuation de la population. Une éruption volcanique est précédée de plusieurs signes annonciateurs, notamment de séismes au sein de l'édifice volcanique.

L'information du citoyen : le droit à l'information générale sur les risques majeurs s'applique. Chaque citoyen doit prendre conscience de sa propre vulnérabilité face aux risques et pouvoir l'évaluer pour la minimiser.

3 - L'organisation des secours

Les consignes

Les consignes générales s'appliquent. La mise à l'abri se fait par l'évacuation.

CONSIGNES SPÉCIFIQUES

PRÉALERTE

Vigilance face au risque :
- mobilisation des services de l'État ;
- information préventive de la population. Chaque citoyen doit se renseigner pour connaître sa vulnérabilité face au risque volcanique.

ALERTE

Préparation de l'évacuation, la situation étant préoccupante :

- continuer, jusqu'à nouvel ordre, les occupations habituelles en restant à l'écoute des médias ;
- prévoir un véhicule personnel ou le transport en commun, pour une éventuelle évacuation.

ÉVACUATION

Évacuation dans les meilleurs délais possibles de la zone menacée :

- respirer à travers un linge humide si l'air est trop chargé en gaz ou en cendres ;
- quitter la zone menacée ou rejoindre les points de ralliement et d'évacuation pour ceux ne disposant pas de moyen de transport particulier ;
- ne pas se réfugier dans le fond des vallées ou dans les sous-sols ;
- gagner un endroit abrité et solide pour écouter les consignes de sécurité à la radio.

similaire:

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconSurtout ‘’Ecuador’’, ‘’Un barbare en Asie’’, ‘’Le Grand Combat’’
«qui n'a pas eu son compte», où IL fut privé de jeu avec «le sable des plages». Son existence allait être déterminée par cette déficience....

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconDimanche 31 octobre à 14h15 (n°250 à 420)
«Frankenstein» manquant, second feuillet déchiré sans manque malgré cela exemplaire en excellente condition ne comportant que de...

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconLe devoir de mémoire est une expression qui désigne une obligation...
«les sources». IL n’y a pas d’histoire sans sources, des sources multiples que l’on doit recouper

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconHistoire des colonies françaises
«France Antarctique») et en Floride (y compris Fort Caroline en 1562) n'ont pas abouti, en raison de un manque d'intérêt officiels...

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconRecherche faite en 1540 par les élus de Lisieux des nobles de leur...

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconLes anciens grecs faisaient de l’amitié le lien affectif par excellence;...
«Il arrive ( ) qu'une vraie amitié existe entre frères et soeurs, mais IL ne nous semble pas exagéré de dire qu'elle est née non...

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconC’est le fonds qatari qui manque le moins !
«joueurs» puissent courir en tous sens sur de la pelouse et s’aérer ainsi le crâne

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconEntraîneur. Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence...
«Les joueurs savent ce que j’attends d’eux. Ça commence déjà au sein du club, par le respect vis-à-vis des dirigeants, des bénévoles....

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconCinéma / Algérie / France
«C’est dur de traverser Alger. Tout est bloqué.» IL insiste : «Vous avez vu Youtube, la Tunisie ? Ce qui manque pour finir le film,...

Il manque un lien entre les parties. Commencer par des définitions n’est pas très attractif. IL manque les sources iconBibliographie & sitographie 73
«les jeux-vidéo sont-ils un sport ?». Bien sûr IL est très compliqué de donner une réponse directe là-dessus sans aller chercher...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com