Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine





télécharger 35.65 Kb.
titreSynthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine
date de publication03.11.2017
taille35.65 Kb.
typeThèse
h.20-bal.com > loi > Thèse


UNIVERSITE DE PARIS OUEST


Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine
1/ La BDIC : ses missions, ses caractéristiques historiques
1.1/ Missions
1.1.1/ Les fondateurs de la collection d’origine en 1917 ont défini plusieurs caractéristiques de l’établissement : collecte de tous les types de documents, constitution d’un corpus de sources de toutes origines, valorisation du fonds et autorisation d’accès à toute personne justifiant du besoin de le consulter.

1.1.2/ Missions liées au statut de Cadist (Centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique) acquis en 1982 : constitution de collections visant à l’exhaustivité sur la thématique « Relations internationales et monde contemporain », mission patrimoniale de conservation, mise à disposition rapide des collections (notamment par le PEB), tête de réseau des bibliothèques concernées par la thématique.
1.2/ Logiques historiques de la constitution des fonds
1.2.1/ Langues : La BDIC acquiert dans la plupart des langues européennes avec une forte représentation des langues d’Europe centrale et orientale (30 % des acquisitions payantes actuellement).
1.2.2/ Approche interdisciplinaire : cette approche a été initiée par la volonté des fondateurs de couvrir tous les aspects de la Première guerre mondiale. Elle a été renforcée par l’influence dans l’entre-deux guerres de l’école des Annales, prônant une recherche historique ouverte à des disciplines connexes (économie, sciences humaines et sociales, histoire culturelle).

.

1.2.3/ Aspects des thématiques liés aux conditions historiques : la création d’une bibliothèque de relations internationales dans le contexte de la révolution russe et du développement des nationalismes autoritaires et du fascisme peut expliquer son intérêt pour les extrêmes du spectre politique, y compris dans leurs aspects théoriques et purement nationaux.
2/ Présentation et discussion du cadre thématique : L’intitulé du Cadist « Relations internationales et monde contemporain » peut paraître sujet à des interprétations plus ou moins larges ou restrictives. Sans prétendre résoudre totalement l’ambiguïté on peut définir plusieurs «cercles» selon leur rapport plus ou moins direct aux relations internationales, ainsi qu’un fil conducteur : la couverture documentaire des tensions politiques.
2.1/ Les thématiques centrales : les deux guerres mondiales, les conflits armés, les génocides, l’histoire des relations internationales

2.2/ Les thématiques directement liées : migrations volontaires ou forcées, histoire coloniale et décolonisation, minorités, droits de l’homme

2.3/ Les thématiques plus éloignées : idéologies, mouvements politiques et sociaux, vie politique intérieure des Etats. Ces thématiques sont fortement représentées, mais principalement dans la mesure où elles sont en rapport avec des tensions susceptibles de déboucher sur des conflits violents.

L’approche interdisciplinaire a conduit à une couverture importante des phénomènes économiques, sociologiques et culturels susceptibles d’influer sur les développements politiques. La BDIC assure une couverture linguistique spécifique de ces thématiques.

3/ Bases et contexte de l’élaboration de la politique documentaire (disciplines, publics, collections existantes, problématiques, carte documentaire)
3.1/ Les disciplines : les acquéreurs consultent les recensions de revues ou de sites scientifiques en histoire et sciences politiques et sociales, ils veillent à ce que les collections maintiennent un équilibre entre les différents courants et tendances de la recherche et ne négligent pas les sources primaires (documents, témoignages, expression militante…)
3.2/ Les publics : la prise en compte de l’usager rencontre un certain nombre d’obstacles dus à des spécificités de l’établissement :

La mission patrimoniale implique que ses choix d’acquisitions ne reposent pas entièrement sur les attentes du lectorat actuel.

La mission de bibliothèque de recherche se trouve confrontée à une augmentation de la proportion d’étudiants dans la fréquentation.

Le lectorat potentiel est extrêmement dispersé (publics universitaires ou non de provenances très diverses).

La construction d’un nouveau bâtiment et la mise en libre accès d’une partie des collections auront nécessairement un impact sur la politique documentaire.
3.3/ Les collections
3.3.1/ Les lignes de force de l’existant :

L’analyse des thématiques géographiques dans nos catalogues montre un contraste extrême entre l’Europe (ex-URSS incluse) et le reste du monde. Dans les fichiers nationaux, l’Europe représente 82% du total, les Amériques 9%, l’Asie 6%, l’Afrique 3%, l’Océanie 0,4%. L’Europe de l’Est représente environ 37 % du total. On constate un rééquilibrage modéré des thèmes géographiques à partir des années 1990.

En ce qui concerne les thématiques, les rubriques représentant les aspects les plus centraux du cadre (opinion publique, politique, minorités, défense) constituent systématiquement environ 50% du fichier national, le reste se répartissant de manière plus variable entre les aspects économiques, sociaux et culturels.
3.3.2/ Les grandes problématiques du développement

Les évolutions politiques des dernières décennies confrontent la BDIC à plusieurs difficultés.

Les thématiques traditionnelles ancrées dans le 20e siècle doivent continuer à faire l’objet d’une veille documentaire assidue, tandis que se développent des enjeux politiques nouveaux et que les conflits et les risques se déplacent et parfois changent de nature.

Il se pose notamment la question des langues et des thématiques géographiques : avec la fin de la guerre froide l’excellence traditionnelle de nos collections sur l’Europe centrale et orientale n’entre-t-elle pas dans une certaine tension avec la thématique privilégiée des conflits politiques ?

A l’inverse la plupart des nouvelles zones de conflit apparaissent dans des aires dont la BDIC n’a jamais couvert les langues. 

L’ interdisciplinarité constitue une approche constitutive de l’identité de l’établissement (environ 50 % des entrées des fichiers nationaux se trouvent dans les rubriques économiques, sociales et culturelles). Dans quelle mesure cette richesse peut-elle être maintenue alors que l’offre documentaire explose et que de nouveaux champs prennent de l’importance dans les relations internationales (environnement, questions religieuses) ?

Ces questions doivent être abordées dans le contexte de l’offre documentaire extérieure en Ile de France.
3. 4/ La carte documentaire
3.4.1/ Le Cadist associé « Fonds RDA-Nouveaux Länder » du SCD de Paris VIII
3.4.2 /Avec la BNF la convention de pôle associé concerne essentiellement des projetsde numérisation, mais la BDIC est aussi bénéficiaire de la redistribution du dépôt légal. Une politique de conservation partagée de la presse quotidienne étrangère a également été définie, la BDIC couvrant l’Europe centrale et orientale et l’Amérique latine.
3.4.3/ La BULAC : dans la partie de ses collections susceptible de recoupements avec la BDIC la BULAC domine sur l’Asie orientale et l’Asie du Sud. Les points forts de la BDIC sont l’Europe centrale et orientale et l’Afrique subsaharienne. Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord devront être examinés plus finement. Une convention de coopération documentaire a été signée.
3.4.4/ La  Bibliothèque de Sciences-Po :

Cadist et pôle associé de la BNF en sciences politiques, elle acquiert très largement sur les relations internationales, la construction européenne, les évolutions politiques des états, les idéologies, les mouvements politiques et sociaux. Elle acquiert à 40% en français et 40% en anglais, le russe est la seule langue d’Europe centrale et orientale représentée.

La Bibliothèque de Sciences-Po est désormais membre du Conseil de la BDIC.
3.4.5/ Le SCD de l’Université de Paris Ouest :

Les sciences sociales étant très présentes dans les enseignements de l’Université, la mutualisation des ressources électroniques et la complémentarité des abonnements de périodiques ont été les premières mesures de coopération entre les deux établissements voisins. Une recherche de complémentarité pourrait encore être développée dans les niveaux et les thèmes des collections, la couverture linguistique et les services.
4/ Décisions de politique documentaire
4.1/ Couverture thématique et linguistique
4.1.1 : Pour une continuation de la couverture documentaire au-delà du 20e siècle :

Même si une vision globale du monde contemporain montre un paysage très différent des grandes confrontations du 20e siècle, de nombreuses continuités légitiment ce choix (incertitude des évolutions en Europe orientale, importance des migrations volontaires ou forcées, des minorités, des droits de l’homme...)

Dans un contexte de limitation budgétaire, la couverture documentaire des nouvelles évolutions implique cependant des clarifications et adaptations de la politique d’acquisitions.
4.1.2/ Rapports entre la carte documentaire et la couverture linguistique, géographique et thématique.

Pour adapter sa politique d’acquisitions à la carte documentaire la BDIC doit opérer un double recentrage linguistique et thématique, même s’il paraît inévitable que des recoupements subsistent, les différents établissements se devant de présenter des collections cohérentes à leurs publics respectifs.

Du point de vue linguistique les langues autres que le français et l’anglais doivent faire l’objet d’un développement proportionnel plus appuyé, notamment dans les thématiques les moins centrales de la BDIC susceptibles d’être couvertes par la Bibliothèque de Sciences-Po.

Les langues d’Europe centrale et orientale doivent notamment faire l’objet d’un effort spécifique en concertation régulière avec la BULAC.

D’un point de vue thématique, la BDIC devra se recentrer sur ses orientations fondamentales dans les aires géographiques où ses collections sont les moins développées et où la BULAC assure une couverture efficace en histoire et sciences sociales, à savoir principalement l’Asie orientale, du Sud et du Sud Est.
4.1.3/ Choix de thématiques fortes :

Pour donner une vision claire de son identité la BDIC se propose d’affirmer un choix de thématiques prioritaires : les deux guerres mondiales, les conflits armés et la sécurité internationale, les génocides.

Un souci de quasi-exhaustivité interdisciplinaire concernera l’extermination des juifs d’Europe : la BDIC est en effet de loin la bibliothèque universitaire la plus riche sur ce sujet dans toutes ses langues d’acquisition.

La guerre froide sera couverte dans tous ses aspects diplomatiques, politiques, militaires, économiques et culturels.

Un intérêt particulier sera porté aux traitements politiques de la mémoire collective et de l’écriture de l’histoire, notamment la réévaluation de l’histoire du 20e siècle après la fin de la guerre froide.
4.2/ Développement des sources : abonnements à des périodiques sur papier, collections rétrospectives de périodiques, archives commercialisées, documentation électronique


  • Les nouveaux abonnements de périodiques privilégient la littérature grise (presse militante, centres de recherche non institutionnels)

  • Les acquisitions rétrospectives concernent principalement des collections de périodiques lacunaires ou incommunicables, sur papier, supports numériques ou microformes (notamment dans le cadre de la convention avec la BNF). Les périodiques sur supports numériques ou microformes peuvent avoir plusieurs fonctions : substitution à la version papier, double destiné à la communication, complément de collections, collections thématiques de périodiques anciens.

  • les fonds d’archives commercialisées sur microformes. Ces collections laissent de plus en plus la place à des supports numériques. Des séries existantes continuent cependant d’être complétées.

  • La documentation électronique : périodiques électroniques, bases de données bibliographiques, bases thématiques regroupant plusieurs types de documents, fonds d’archives commercialisées.

Eu égard au coût de ce type de documentation une politique de mutualisation est essentielle : elle est déjà à l’œuvre avec le SCD de l’Université de Paris Ouest . Dans la mesure du possible d’autres concertations seront entreprises pour des abonnements groupés, même au niveau européen. On s’efforcera de développer au maximum les possibilités d’accès à distance.

Pour les archives commercialisées sous forme électronique les formules commerciales où la bibliothèque devient propriétaire des données sont préférées aux abonnements, pour des raisons patrimoniales.
5/  Introduction au Plan de développement des collections (PDC)
5.1 Principes de sélection des documents communs aux différents secteurs linguistiques

Les recensions et bibliographies des revues et sites scientifiques spécialisés constituent, lorsqu’elles sont disponibles, l’outil de référence pour les acquisitions, dans la mesure où elles offrent un panorama des tendances de la recherche et une évaluation élaborée de la qualité scientifique des documents. Elles ont cependant l’inconvénient de délais de signalement parfois très longs et certaines langues y sont très peu représentées.

Certains catalogues de distributeurs donnent accès à des recensions scientifiques des ouvrages qu’ils proposent, mais ce n’est pas le cas de tous et là encore certaines langues sont quasiment ignorées.

On utilise donc également la presse d’information politique et culturelle et les catalogues d’éditeurs dont la qualité est reconnue pour obtenir une information rapide sur les publications essentielles. Les bibliographies nationales et les catalogues de livres disponibles sont aussi utilisés soit pour pallier au manque d’autres sources d’information, soit pour pratiquer une veille visant à l’exhaustivité, soit pour combler les lacunes qui peuvent toujours apparaître dans la pratique courante des acquisitions.

Les pratiques spécifiques des différents secteurs linguistiques sont détaillées dans les PDC par langues.
5.2/ Pourcentages d’acquisitions par langues :

Pour le contrat 2009-2012, conformément aux décisions de politique documentaire énoncées ci-dessus, nous nous efforcerons de parvenir aux proportions suivantes :
Français : 26 % (1450 titres par an, incluant la redistribution du dépôt légal)

Anglais : 17,9 % (1000 titres)

Espagnol / Portugais : 10, 8 % (600 titres)

Russe : 8,1 % (450 titres)

Allemand : 7,2 % (400 titres)

Italien : 7,2 % (400 titres)

Polonais : 5,4% (300 titres)

Langues slaves du Sud : 5,4% (300 titres)

Hongrois : 4,5% (250 titres)

Tchèque : 3,6% (200 titres)

Roumain : 2,7% (150 titres)

Ukrainien / Biélorusse : 1,4% (70 titres)





similaire:

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconLa recherche documentaire
«Documentation» pour dérouler l’ensemble des rubriques du Service Commun de Documentation de Champollion

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconBibliographie D’histoire économique contemporaine de l’aquitaine
«bibliothèque de recherche» du Centre aquitain de recherche en histoire moderne et contemporaine, devenu au tournant du xxe siècle...

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconMaître de conférences en histoire contemporaine
«Multilatéralisme, gouvernances mondiales. Les formes de l’action internationale au xxe siècle» (L1)

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconBrevet de technicien supérieur toutes séries
«Exercices de mémoire ? Les pratiques commémoratives dans la France contemporaine». La mémoire, entre histoire et politique, Editions...

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconBrevet de technicien supérieur toutes séries
«Exercices de mémoire ? Les pratiques commémoratives dans la France contemporaine». La mémoire, entre histoire et politique, Editions...

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconLes Tsiganes en France : un sort à part, 1939-1946
«les Tsiganes dans l’Europe allemande» Revue d'Histoire de la Shoah / Le Monde Juif, sept-dec 1999, n°167. Paris : Centre de documentation...

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconSynopsis : La réussite d’un chef d’entreprise dans une activité de...
«Radio-Tokpa», une radio de proximité installée au cœur du marché de renommée internationale Dantokpa, à Cotonou

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconQu’est ce la Bibliothèque nationale de France ?
...

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine iconEmmanuel de Crouy-Chanel
Il n'y a point de gros laboureur en Angleterre qui n'ait la grande charte chez lui, et qui ne connaisse très bien la constitution...

Synthèse de la charte documentaire de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine icon«Journée internationale de la femme» (8 mars)
«Journée internationale des femmes» est lancée pour la première fois en 1910 par Clara Zetkin, journaliste Allemande représentante...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com